• Arlette a de très jolis objets chez elle, rapportés de ses nombreux voyages : je lui ai emprunté récemment une cafetière en cuivre provenant de Turquie : un beau sujet pour moi mais... pas facile à dessiner, c'est moi qui vous le dit.

    J'ai opté pour les pastels secs (en ce moment j'essaie de me perfectionner dans leur usage). Célia, ma prof, m'a appris à les tailler au cutter : il est indispensable de le faire régulièrement pour pouvoir faire les détails.

    La difficulté à laquelle je me heurte en ce moment est celle de la réalisation du fond de mes dessins. Célia insiste sur le fait qu'il faut que je trouve des idées toute seule...

    Alors, j'ai cherché sur le net et j'ai trouvé ce tableau de Cheri Wollenberg, un peintre américain dont j'ignorais jusqu'à présent l'existence : il a peint une théière en cuivre en l'agrémentant d'un torchon de cuisine. J'ai trouvé que cela rendait bien alors j'ai essayé. Je n'avais pas laissé beaucoup de place en bas de mon dessin alors j'ai dû couper le torchon...

    Et voilà !

    Le prochain mardi en huit...


    2 commentaires
  • La nature morte du jour : une élégante théière accompagnée de légumes et de fruits. Je l'ai faite aux pastels secs et... je me suis inspirée de Raoul Dufy pour faire le fond...

    Nature morte au poisson et aux fruits (1920-1922) Dufy

     

    Et voilà !

     

    Nature morte à la Dufy !

    J'ai mis un temps certain à réaliser ce dessin. Entre-temps, la banane avait muri et j'avais mangé le citron : obligée de racheter du matériel (qui, du coup, a bougé) !

    Cela me plait de plus en plus de devoir me creuser la tête pour trouver des fonds.


    votre commentaire
  • Encore une nature morte !

    Le petit dernier en date 

    Aux pastels secs

    Le petit dernier en date 

    Que du plaisir !


    4 commentaires
  • Je me suis mise aux pastels secs. Bon : ça fait beaucoup de poussière mais c'est agréable à travailler et le rendu est flatteur. Au départ, j'avais acheté les "batons" de craie mais je me suis vite rendue compte que j'avais également besoin de crayons pastels "fins" pour pouvoir faire les détails.

    En fait, j'ai consulté le site de Cindy Barillet (artiste-animalier.com) qui est une "pro" du dessin et qui donne des conseils aux débutants à l'aide de vidéos très bien faites sur Youtube. Elle est d'ailleurs partenaire du "Géant des Beaux-Arts" : une chance, la boutique se trouve tout à côté de chez nous !

    J'ai acheté la marque Faber-Castell "Pitt".

    Fière de moi !

    Jugez plutôt.

    La photo éclaircit un peu les couleurs de mon dessin...

    Fière de moi !

    Petit zoom pour mieux voir les fruits : il s'agit d'une poire "vue de dos", d'une orange avec ses feuilles, de deux oignons et d’une échalote. Je suis assez contente du résultat sur l'oignon jaune.

    Fière de moi !

    Je m'éclate...

    En dessinant, j'ai repensé à ma cousine Paulette qui, elle aussi, était adepte du pastel sec. Le cousin germain de Maman, Henri Doray, prof de lettres à Grenoble, pratiquait, lui, l'aquarelle et sa femme, pour ne pas être en reste, s'était essayée avec succès aux pastels. Tous les deux m'ont, de nombreuses fois, invitée à séjourner avec eux dans leur très jolie maison à Vercheny dans la Drôme. J'y ai même fait une fois une aquarelle !


    votre commentaire
  • Mardi dernier après-midi j'ai reçu quand j'étais à mon atelier de dessin un grand coup de fil de Catherine : nous avons papoté pendant une petite heure (de chez nous, de chez eux...) et du coup j'ai juste eu le temps de faire un dessin au crayon de la nature morte qui nous était proposée et d'écouter les conseils de Célia afin de découvrir une technique que je n'avais encore jamais utilisée :

    les pastels secs

    J'essaie actuellement un peu toutes les techniques de dessin pour voir celle qui me convient le mieux.

    Histoire d'un ratage

    La nature morte représentait une théière et son gobelet.

    Histoire d'un ratage

    Célia m'explique que dans le pastel sec ce qui est intéressant c'est de mélanger les couleurs. Elle exécute ce croquis en 2 temps 3 mouvements et me laisse... à mes pastels.

    Histoire d'un ratage

    Au début, je patine dans la choucroute.

    Histoire d'un ratage

    Célia vient à mon aide et du coup je comprends un peu mieux.

    Ayant fait le gobelet et le citron, je remporte mon dessin à la maison où je termine la théière, sauf l'anse que je rate tellement que la seule solution qui me vient à l'esprit pour "sauver" ce premier essai est de découper le tout et de le recoller sur un Canson neuf.

    Après tout, c'est peut-être ainsi que Matisse est devenu célèbre !

    Histoire d'un ratage

    J'ai des réserves de papiers dans mes tiroirs : je dégote un papier mauve et... voilà le résultat.

    Ne vous moquez pas du poisson : je sais, je l'ai complètement raté !

    Le pastel, une fois mis sur le papier, est bien difficile à "gommer" même avec une gomme "mie de pain" qui m'a permis ici de faire (faute d'avoir une estompe) les quartiers du citron.

    De peur de faire pire, je l'ai laissé tel quel.

    Histoire d'un ratage

    22 heures 05 : j'ai repris mon dessin : le poisson est plus ressemblant, non ?

    Galère pour le refaire...

    Histoire d'un ratage

    J'ai compris en travaillant qu'il était inutile de vouloir faire des détails, du moins au stade où j'en suis.

    Quand je vais sur internet, je vois des réalisations de chats au pastel sec avec les moustaches (je pense cependant que le format du tableau est beaucoup plus grand que mon petit dessin)... mais il faut plus d'outillage pour cela (en particulier des pastels sous forme de crayons que l'on peut tailler : je n'en n'ai pas encore acheté...) et surtout plus d'expérience.

    Chat au pastel sec par Laurence Candido

    Histoire d'un ratage

    Tout ce petit matériel coûte la peau des fesses.

    En voilà une idée qu'elle est bonne pour des cadeaux d'anniversaire ou de Noël !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique