• Aujourd'hui, j'ai fait une randonnée avec mes amis de l'Association : nous étions 9 à avoir répondu "présentes" au petit message de Jacqueline.

    Le programme du jour était une boucle de 10 kms autour de Saint-Rémy-lès-Chevreuse.

    Prenant une ancienne voie ferrée, nous longeons le Château de Coubertin sans nous y arrêter.

    Si le fief de Coubertin est attesté depuis le XIIe siècle, l’édifice actuel remonte en fait à la fin du XVIIe siècle. La Fondation de Coubertin a fait de cette prestigieuse demeure, à la sobre architecture classique, son siège et le conservatoire de ses collections composées de sculptures figuratives ou abstraites de la fin du XIXe siècle à nos jours, et de dessins de sculpteurs.

    la Fontaine Midorge, en forme de pain de sucre, se trouve à l'entrée du hameau de Montabé. Elle produisait autrefois une eau pure et alimentait les habitants de Montabé et même ceux des Troux en période de sécheresse. Au XIXème siècle on lui prêtait même des vertus thérapeutiques.

    L’origine du nom peut être associée à Antoine Midorge, prieur de l’abbaye de Saint-Paul-des-Aulnayes situé à 2 kms de Saint-Rémy, décédé en 1652.

    La forêt que nous traversons est très accidentée et parsemée de grosses pierres.

    Petit arrêt repérage et fruits secs

    Que sont ces fleurs ? Des onagres me dit Annie, notre puits de science botanique.

    L'onagre est aussi appelée "herbe aux ânes". Wikipédia montre dans un petite vidéo que sa fleur est capable de s'ouvrir en moins d'une minute !

    Randonnée avec G13 autour de Saint-Rémy-lès-Chevreuse

    Une vente de garage ? On n'est pourtant pas au Canada !

     

    Evidemment, cet endroit est privé. 

    Et c'est parti pour un petit raidillon !

    Une reprise agréable

    Ma dernière randonnée remontait à 2019...


    votre commentaire
  • Pour lire l'épisode précédent, cliqez ICI.

    C'est aujourd'hui que se termine notre petite évasion jurassienne. Avant de rejoindre la Bourgogne, nous visitons ce matin la grotte d'Osselle sur les conseils de nos hôtes.

    La grotte se trouve en bordure de Doubs.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Ornans et le musée Gustave Courbet

    L'accueil se fait ici, juste en face.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Ornans et le musée Gustave Courbet

    Jolie végétation

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Ornans et le musée Gustave Courbet

    C'est le Jurassique, période de l’ère secondaire marquée par le dépôt d’épaisses couches calcaires, qui a permis - des millions d’années plus tard - la formation de la grotte d’Osselle.

    La grotte de 8 kms de long, possède une partie dans le Doubs et l'autre dans le Jura. Elle a été découverte dès le XIIIème siècle et est visitée depuis 1504. La température qui y règne est constante, de 13°C.

    Elle semble avoir été percée par une rivière souterraine. La richesse du sous-sol en sels de fer, de cuivre et de manganèse est à l’origine des exceptionnelles colorations qui tapissent ses parois et se cristallisent sur les concrétions calcaires.

    Les photos étant interdites pendant la Covid 19, pour que les gens ne stationnent pas en milieu confiné, je suis allée voir sur le net.

    Une forêt de stalactites et de stalagmites, des piliers...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Ornans et le musée Gustave Courbet

    Des orgues et des draperies

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Ornans et le musée Gustave Courbet

    La salle des colonnes

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Ornans et le musée Gustave Courbet

    Si la grotte d’Osselle entre Doubs et Jura a acquis une réputation mondiale, elle le doit aussi à ses richesses paléontologiques : en 1826, le géologue et paléontologue anglais Buckland mettait au jour le premier squelette complet d’ours des cavernes qu’il allait transporter à Londres et exposer au British Museum. Quinze squelettes complets furent encore découvert en 1970 dont deux sont visibles dans la grotte.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Ornans et le musée Gustave Courbet

    On peut même y voir des ours en chair et en os !

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Ornans et le musée Gustave Courbet

    Durant la révolution, sous la Terreur, la grotte a servi de refuge à des prêtres réfractaires et Voltaire y donna même des fêtes, des banquets et des concerts.

     La visite terminée, nous décidons de partir pour Ornans où est né et a vécu Gustave Courbet.

    Il s'agit d'une petite bourgade traversée par la Loue, ce qui lui donne beaucoup de caractère. En ce jour de canicule, les amateurs de kayaks s'en donnent à cœur joie.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Ornans et le musée Gustave Courbet

    Les maisons, souvent recouvertes de pans de bois, sont parfois en surplomb de la rivière.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Ornans et le musée Gustave Courbet

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Ornans et le musée Gustave Courbet

    C'est à Ornans qu'est né en 1819, dans une famille de propriétaires fonciers aisés, le peintre Gustave Courbet, autodidacte, chef de file du mouvement réaliste et artiste engagé.

    La ville lui a bien sûr consacré un musée occupant en partie l'ancienne maison du peintre : en voici l'entrée, moderne.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

     Le musée donne lui aussi sur la Loue.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Courbet débute sa scolarité au petit séminaire d'Ornans où le père Beau emmène ses élèves dessiner dans la nature. Plus tard, à 18 ans, il va au collège royal de Besançon où il prend des cours de dessin avec un élève de David. Il part à 20 ans pour Paris afin d'entamer des études de droit mais abandonne rapidement celles-ci au profit de la peinture, encouragé par ses professeurs.

    Ses premiers tableaux représentent sa ville natale qu'il affectionne.

    Tout le monde connaît "L'enterrement à Ornans" (1850), mais bien sûr c'est le Musée d'Orsay qui le détient...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Tout comme "L'origine du monde" (1866) qui a tant fait parler.

    "Mais qui est donc ce modèle qui a posé ainsi... ?"

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Celui-ci, vu au musée, est plus classique : il date de 1872, époque où il retourna à Ornans.

    "Vue d'Ornans" ou "Le miroir d'Ornans" : ce tableau montre les berges de la Loue, en contrebas de son atelier, route de Besançon. L'eau cristalline et immuable, dans laquelle se reflètent les maisons d'Ornans, donne une image intemporelle à ce lieu cher au peintre.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Le rétameur (1842)

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Le musée ne possède aucun tableau majeur du peintre sauf peut-être cet "Autoportrait à la prison Sainte-Pélagie" (1872-1873). Courbet y purgeait une peine de 6 mois de prison et 500 francs d'amende suite à sa participation à la Commune de Paris. Motif : « avoir provoqué comme membre de la Commune, la destruction de la colonne Vendôme. »

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Mais s'il fallait n'en retenir qu'un seul, ce serait celui-ci qui tranche radicalement avec le style du peintre.

    Soleil couchant (1875)

    Depuis les montagnes de la Suisse, Courbet observe les montagnes du Jura enflammées par le coucher de soleil. Lui, qui termine là sa vie, exilé, humilié et ruiné, loin de son pays et des siens, savoure la beauté de ce lieu : "Je suis ici dans un pays charmant, le plus beau du monde entier, sur le lac du Léman, bordé de montagnes gigantesques."

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Précurseur de Monet... ?

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Quelques sculptures de l'artiste aussi au musée dont cet original en plâtre réalisé en 1862. Courbet représente ici une scène de la vie quotidienne dans la vallée de la Loue : un jeune garçon pêchant des chabots (chavots en Franche-Comté). Il servira à l'édition du tirage en  bronze pour la fontaine de la ville. C'est la première sculpture du peintre. 

    Le pêcheur de Chavots

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Helvetia ou La Liberté : l'idée d'un buste représentant la liberté vient à Courbet en 1875, pendant son exil, pour remercier la Suisse de son hospitalité. A l'origine, pensé comme une République helvétique ornée de la croix fédérale, le buste évolue pour devenir une allégorie de la liberté.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Justement, nous avons décidé d'aller voir cette fameuse fontaine en faisant un petit tour dans la ville, sous une chaleur difficile à supporter... Heureusement que la présence de la Loue amène un peu de fraîcheur.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Il est aussi possible de se rafraîchir à cette fontaine...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    La fontaine du Pêcheur de Chavots

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Vacances jurassiennes avec Arlette : La grotte d'Osselle, Ornans et le musée Gustave Courbet

    Fin de ces vacances jurassiennes...


    votre commentaire
  • Pour lire l'épisode précédent, cliquez ICI.

    Aujourd'hui, nous avons fait une promenade dans le temps en visitant les tourbières de Frasne, une zone humide protégée. Elles sont situées dans la vallée du Drugeon et leur formation est en partie due au retrait des glaciers lors du dernier épisode glaciaire (entre -25000 et -18000 ans).

    Elles ont été aménagées dans le respect de l'environnement : le site est désormais classé "Réserve Naturelle Régionale" et s'étend sur plus de 192 hectares.

    Cette vidéo faite par Daniel Gilbert, professeur en écologie microbienne au CNRS, explique très bien la formation des tourbières et leur rôle dans le réchauffement climatique et inversement. Elle est un peu longue (30 minutes) mais vaut vraiment la peine d'être regardée.

    Malheureusement, il semble que tous les navigateurs ne puissent pas la lire...

    Il existe plusieurs circuits : nous décidons de faire le petit circuit, une boucle de 1,5 kms pour 30 minutes de marche.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Un joli chemin et un temps de rêve...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Tout au long du parcours, des panneaux explicatifs retracent l'histoire du sol étape par étape.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Pour cheminer dans la tourbière, on marche sur un ponton pour ne pas s'enfoncer mais aussi pour ne pas abîmer le milieu naturel protégé. Il est d'ailleurs interdit de sortir du ponton.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    La tourbe a ici été exploitée dans les années 1940 ce qui a permis de redonner à cette fosse des conditions de développement de la végétation comparables à ce qu'elles étaient il y a 15.000 ans.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Ici, un sol couvert de bruyères

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Là, des mousses

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Ce panneau détaille quelques unes des plantes qui habitent la tourbière.

    La callune ou bruyère commune, la linaigrette, la sphaigne, l'airelle des marais, la myrtille, l'andromède à feuilles de polium ou encore la canneberge.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Grâce à ce panneau, on apprend qu'une tourbière est bombée.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Ici, la tourbe a été extraite en totalité jusqu'à la roche mère du sous-sol entre 1914 et 1947 par différentes sociétés, comme combustible puis pour produire du gaz nécessaire à la fabrication d'engrais.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Et encore de la bruyère...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Quelle est cette jolie plante des tourbières : je ne sais plus son nom...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Les étapes d'extraction de la tourbe

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Un début d'extraction de la tourbe

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Des petites briques qui ne sont pas suédoises...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Après cette intéressante promenade, nous avons repris la route et désespérément erré pour trouver vainement un accès voiture au Mont d'Or (en fait, arrivées à Métabief, noud brûlions...).

    Nous décidons d'aller déjeuner au bord du lac de Saint-Point alimenté par le Doubs.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Nous sommes ici dans un pays de fromage...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Le clocher-porche (possédant un dôme dit "à l'impériale") de l'église du village est bien typique de la région Franche-Comté.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    L'église date du XIIème siècle : elle appartenait alors au Prieuré de Saint-Point et était occupée par les moines bénédictins de l'abbaye de Romainmôtier en Suisse. Ceux-ci se retirent en 1450 et l'église devient une vicairie.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

     Un incendie ayant détruit le chœur en 1504, celui-ci est reconstruit grâce à la générosité des derniers seigneurs de Joux, la famille Hochberg.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Il en reste de remarquables clefs de voûte.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    J'ai remarqué aussi les bancs de l'église, très élégants et joliment éclairés par le soleil.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

     Nous poursuivons notre route vers le Château de Joux en traversant la forêt de la Joux couverte de sapins.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    La Suisse n'est qu'à 15 kilomètres.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    A l'approche du château

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Pour faire la visite dans les meilleures conditions de sécurité vis-à-vis du Covid 19, un sens-aller (en vert) et un sens-retour (en noir) sont imposés.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Le château domine d’une centaine de mètres le passage de la Cluse, étroit passage naturel qui permet de traverser le Massif du Jura. Cette voie militaire et commerciale relie les routes de Champagne, de Flandres et de Haute-Saône à l’Italie et à la Suisse.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Forteresse militaire, Joux est le seul exemple en France représentatif de l’évolution de l’architecture militaire sur 1000 ans. Au cours de ces 10 siècles, le château de Joux fut sans cesse agrandi, remanié, renforcé pour faire face aux progrès de l’art de la guerre et de l’artillerie. Des sires de Joux au roi de France en passant par les ducs de Bourgogne et la couronne espagnole, le château de Joux eut d’illustres propriétaires qui le façonnèrent en fonction de leur besoin.

    Du 18e au 19e siècle, il a aussi été prison d’Etat pour enfermer toute personne menaçant l’ordre du public et la sûreté de l’Etat. Des prisonniers célèbres pour leur combat pour la liberté y ont été détenus tels que Mirabeau ou Toussaint Louverture.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Le château est aujourd’hui composé de 5 enceintes, 2 hectares de bâtiments, 250 pièces, 3 fossés et 3 ponts-levis. Ouvert à la visite depuis 1954 et classé au titre des monuments historiques depuis 1996, le château a su préserver son histoire dans un site naturel authentique.

    Ici, la quatrième enceinte prenant la forme d'un ouvrage à cornes.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Vue d'ensemble du château

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Devant la Porte d'Honneur datant du XVIIème siècle, une statue miniature de Sébastien Lepreste de Vauban par Pierre Duc rappelle que l'architecte de Louis XIV participa, en son temps, à la fortification du château.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    La tour du fer à cheval a été construite au XIVème siècle.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Intérieur de la tour

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Ca, c'est du pilier !

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Le cadran solaire de la Place d'Armes date de  1693. Il donnait l'heure pour rythmer la vie des soldats de la garnison. L'après-midi, il est totalement à l'ombre et un autre cadran le remplace au sud.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    La devise "Sol regit omnia" qui signifie "Le soleil gouverne tout" fait aussi référence au Roi Soleil.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Cet escalier également situé sur la Place d'Armes s'appelle "l'escalier ha-ha" : constitué de deux volées de marches de pierre, il est interrompu au centre par un palier de planches de bois amovibles : en cas d'invasion, on retirait les planches et les assaillants criaient "ha-ha" avant de tomber !

    Enfin, ça c'est moi qui le dit, je n'ai pas trouvé d'autre explication...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Sans vouloir me répéter : ça, c'est de la casserole !

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Tout au long de notre visite, nous voyons des petites affichettes amusantes nous rappelant qu'il faut porter le masque...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Elles font allusion aux deux personnages célèbres ayant été emprisonnés au Château de Joux.

    C'est dans ce cachot que le Général François Dominique Toussaint Bréda, dit Toussaint Louverture, Gouverneur de l'Ile de Saint-Domingue, initiateur de l'abolition de l’esclavage et de l'indépendance d'Haïti (première république noire) fut enfermé le 23 août 1802 sur ordre de Napoléon et y mourut sept mois plus tard.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Né en 1743 sur la colonie française de Saint-Domingue (Haïti), Toussaint est esclave dans une plantation de canne à sucre. Il assure les fonctions de cocher. Affranchi en 1776,il valorise une plantation de café où il possède ses propres esclaves. Il apprend à lire et à écrire.

    Avec la Révolution française, un vent de liberté souffle à Saint-Domingue. La nuit du 22 août 1791, les esclaves réunis lors d'une cérémonie vaudou prêtent le serment de se révolter et Toussaint Louverture œuvre en sous-main pour organiser l'insurrection. Afin de retrouver l'ordre, la France finit par déclarer l'abolition de l'esclavage le 4 février 1794.

    Toussaint Louverture rejoint l'armée française pour combattre les espagnols et les anglais. Devenu général, il réussit à réunir l'intégralité de l'île sous sa domination. En 1801, il se nomme Gouverneur à vie, ce qui déplait à Napoléon Bonaparte alors consul : celui-ci envoie 86 vaisseaux pour reprendre le contrôle de l'île et rétablir l'esclavage. Après quatre mois de résistance, Toussaint Louverture est arrêté par la traîtrise : il est enfermé le 23 août 1802 au Château de Joux, sans procès, et accusé de haute trahison et de rébellion.

    A son arrivée au château, il est déjà âgé et souffre de blessures de guerre et d'une maladie respiratoire. Même s'il est correctement nourri, il est tenu au secret, ne peut recevoir de visite et n'a pas le droit de sortir de sa cellule très peu éclairée. Il y décède le 7 avril 1803.

    Le 1er janvier 1804, Haïti devient la première République noire au monde. L'esclavage est définitivement aboli par la France en 1848.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Autre prisonnier célèbre du Château de Joux (mais pas dans les mêmes conditions) : Mirabeau

    Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau, est accusé par sa famille de mener une vie dissolue, accumulant les scandales et les dettes. Son père demande au roi qu'il soit enfermé sans jugement grâce à une lettre de cachet. D'abord emprisonné au château d'If, Mirabeau use de son éloquence pour séduire la cantinière. A 26 ans, il est transféré au château de Joux. Il sympathise rapidement avec le gouverneur, ce qui lui permet de bénéficier d'un régime de faveur : il peut travailler dans un bureau pour lire et écrire, sortir pour aller à la chasse ou se rendre à Pontarlier, la ville voisine. Lors d'un dîner, il rencontre Sophie de Ruffey, âgée de 21 ans, mais qui hélas est déjà mariée au marquis de Monnier qui lui en a 78 ! Les deux jeunes gens tombent amoureux et, devenus amants, s'enfuient jusqu'en Hollande où ils sont arrêtés deux ans plus tard. Sophie est recluse au couvent de Giens. Quant à Mirabeau, il sera enfermé trois ans au château de Vincennes. Les deux amants s'envoient des lettres d'amour mais Sophie finira par se suicider quelques années plus tard. C'est alors que Mirabeau se lance en politique et devient l'un des plus grands orateurs de la Révolution. Il s'engage aussi dans la lutte contre l'esclavage. Il mourra en avril 1791 à 42 ans.

    Voici sa cellule

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Joli angle, non?

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    La citerne médiévale : elle possède une margelle et se trouve dans la cour du donjon. En montagne, l'approvisionnement en eau était primordial.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Voici le logis des gouverneurs, situé dans le donjon.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Avant de quitter le château, un petit tour sur la terrasse pour admirer le paysage.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Vacances jurassiennes avec Arlette : visite du château de Joux

    Fin de la visite

    La suite très bientôt...


    votre commentaire
  • Pour lire l'épisode précédent, cliquez ICI.

    Près du petit village de Myon dans le Jura où nous séjournons depuis deux jours, se trouvent les sources du Lison : la rivière prend sa source au fond de la reculée de Nans-sous-Sainte-Anne.

    Pas facile de restituer par une photo prise depuis la voiture la beauté des paysages que nous traversons... Il y a souvent des troupeaux de Montbéliardes qui paissent dans des prés pas encore complètement grillés par le soleil de cet été caniculaire.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Cette petite montagne calcaire toute plissée nous confirme que nous ne nous sommes pas trompées de région : ici, la montagne a une histoire et elle n'est pas récente !

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Nous y voilà...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    La source est en fait une résurgence d'un immense réseau souterrain (les eaux du Doubs) et s'extrait d'une caverne surmontée d'une paroi rocheuse sous la forme d'une cascade. La végétation y est luxuriante comme vous pouvez le constater.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    C'est un vrai havre de paix.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Elle débite jusqu'à 600 litres à la seconde !

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    La photo pour le mariage de Samantha et Damien auquel nous n'irons pas, Covid oblige...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Pour pénétrer dans la grotte il faut passer sous le tunnel percé dans la roche qui conduit à une plateforme appelée la "Chaire à prêcher".

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Au bout d'un cours de 25 kms, le Lison va se jeter dans la Loue.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Et justement, c'est la source de la Loue que nous allons maintenant aller voir. Au départ du parking, un joli petit chalet propose des boissons aux touristes assoiffés.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Nous prenons un chemin pentu et voyons régulièrement de tels panneaux indiquant des refuges pour les cas de fortes pluies.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Intéressant aussi ce passage de roches préservé depuis le Moyen-Age : on y voit encore la trace de profondes rainures creusées dans la roche qui permettaient aux chariots (lourdement chargés de matières premières et de produits transformés par les moulins de la source) de ne pas "dérailler" et ainsi se fracasser contre les rochers ou même de verser dans le fossé.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    La falaise au-dessus de la cascade de la Loue est tellement haute (104 mètres) qu'il m'a fallu prendre deux photos et les raccorder pour en fixer l'intégralité...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    L'endroit est absolument grandiose !

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Avec le son maintenant...

    Le débit de la source est de 6 m3/s.

    L'origine de la rivière souterraine a été découverte par hasard. Le 11 août 1901, les distilleries Pernod à Pontarlier sont la proie des flammes. Afin de contrer l'incendie qui menace les stocks d'alcool pur et d'absinthe, le maire ordonne aux pompiers de déverser les cuves dans le Doubs. Près d'un million de litres vont ainsi partir dans la rivière. Deux jours plus tard, la source de la Loue se teinte d'un jaune doré aux reflets verts. André Berthelot, fils du célèbre chimiste, présent sur les lieux, constate que l'eau a bien le gout de l'absinthe. Le 14 au matin est constaté à Mouthier que l'odeur de la Loue "est aussi forte que celle d'un verre d'absinthe pris sur la table d'un café". La Loue est donc une résurgence du Doubs.

    Beaucoup de sentiers sont balisés mais il fait bien chaud aujourd'hui pour marcher longtemps...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Sur le chemin de la centrale hydroélectrique

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Encore un panneau qui conseille la prudence : la petite rivière peut devenir méchante...

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Voici la centrale hydroélectrique : l'eau prélevée à la Source y est canalisée par une conduite forcée et actionne avec force une turbine solidaire d'un alternateur qui produit alors de l'électricité.

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Le lac de barrage en aval de la source

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Sans doute sert-il à réguler le cours de la Loue... ?

    Vacances jurassiennes avec Arlette : Les sources du Lison et de la Loue

    Fin de la balade

    La suite ICI.


    votre commentaire
  • Pour lire l'épisode précédent, cliquez ICI.

    Après avoir vu le Musée du sel à Salins-les-Bains, nous prenons la route d'Arc-et-Senans afin d'y visiter le site de la Saline Royale.

    Ancienne manufacture de sel du XVIIIe siècle, inscrite sur la Liste du patrimoine mondial par l’UNESCO, elle est le chef-d’œuvre de Claude Nicolas Ledoux et constitue un témoignage rare dans l’histoire de l’architecture industrielle.

    Implantée près de la forêt de Chaux, elle était reliée à Salins-les-Bains (située 143 mètres plus haut) par un saumoduc de 21 kms de long - enterré pour le protéger des intempéries et des pillards - qui acheminait les "petites eaux" (les moins chargées en sel) devant y être évaporées à l'intérieur des bernes (bâtiments d'évaporation du sel).

    Vacances jurasiennes : visite de la saline d'Arc-et-Senans

    On y entre par le Pavillon des Gardes qui constituait le seul accès possible pour les hommes et les matières premières : chaque entrant ou sortant était scrupuleusement fouillés afin d'éviter les fraudes. Au rez-de-chaussée, il abritait une prison, un lavoir, un four banal et une boulangerie. À l'étage se trouvaient des logements pour les portiers, les gardiens et l'aumônier de la saline.

    Aujourd'hui on y trouve l'accueil avec la caisse (ce bâtiment a donc toujours la même fonction de contrôle) et la librairie.

    Vacances jurasiennes : visite de la saline d'Arc-et-Senans

    A l'intérieur, on a la curieuse impression d'entrer dans une grotte : en "cul-de-four", elle évoque les entrailles de la terre dont on extrait le sel.

    Vacances jurasiennes : visite de la saline d'Arc-et-Senans

     Celle-ci est décorée d'urnes d'où s'écoule la saumure en voie de cristallisation, un motif omniprésent dans la saline.

    Vacances jurasiennes : visite de la saline d'Arc-et-Senans

     Nous commençons la visite - libre - par la découverte du jardin : c'est en effet cette année c'est la 20ème fois que la Saline d'Arc-et-Senans prête son cadre à un Festival des Jardins.

    Cette année, c'est sur le thème du cirque que les jardiniers ont planché pour rendre hommage à la Dernière Saison du cirque franc-comtois, le Cirque Plume, qui tire en effet sa révérence en 2020 après avoir révolutionné l'art du cirque pendant plus de trente ans.

    Cet espace s'intitule "Fauves".

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    Le paysagiste a rendu ici hommage aux lions, aux tigres ou encore aux panthères : les imaginez-vous passant à travers ces cerceaux enflammés... ?

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans 

    En arrière-plan, les bâtiments de la saline

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    Entrée dans l'arène: eh oui, il faut se baisser !

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    "La clairière aux contes"

    Le visiteur est invité à entrer dans ce bois pour y découvrir - qui sait ? - les esprits qui les hantent...

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    En tirant sur les ficelles pour donner vie aux marionnettes endormies, nous voilà devenus artistes !

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    Echappée sur les bâtiments de la saline : à droite au fond, la maison du Directeur et au centre, une "Berne" (atelier d'évaporation de la saumure).

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    "Tomber, pas tomber"

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans 

    Au cœur du cercle de peupliers (une allusion à la piste sans doute), l'entracte a commencé...

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    Ces brumisations au ras du sol sont plus que bienvenues en cette journée chaude.

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    "Habitat nature"

    Cette démarche - construire des lieux de vie en parfaite adéquation avec l'environnement naturel et local, avec des matériaux renouvelables et une empreinte carbone positive - fait allusion à la ville idéale de Claude-Nicolas Ledoux.

    Il s'agit d'une "Kerterre" de cinq mètres de diamètre réalisée à partir de mèches de chanvre trempées dans un mélange de chaux et de sable.

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    La structure en bambou a donné le gabarit.

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    Une perspective de la ville idéale de Claude Nicolas Ledoux : à l'origine, le projet de l'architecte était circulaire mais il a été abandonné.

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    Le Pavillon des Commis : le mot "commis" est un peu tombé en désuétude. Il désignait jadis les employés chargés de la vente ou des écritures dans les commerces ou les administrations.

    Le pavillon, d'architecture palladienne, portait le nom de "Gabelle" (celui de l'administration chargée de la perception de l'impôt sur le sel) et abritait les bureaux et les logements des contremaîtres et des comptables de la saline. Ne donnant pas sur la cour centrale, il disposait également d'une cour et d'un jardin ainsi que de latrines aux quatre angles du bâtiment. 

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    La cour centrale : vue générale vers le Pavillon des Gardes

    J'aurais dû la filmer en panoramique...

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    Un "Bernier"

    Il s'agissait de deux bâtiments identiques dans lesquels dormaient les ouvriers et leurs familles qui étaient ainsi au plus près de leur lieu de travail. Les "berniers" travaillaient aux chaudières et les "sauniers" faisaient sécher les pains de sel.

    Chaque aile était divisée en six chambres censées accueillir chacune quatre personnes. Il y avait au centre le foyer de la cheminée et de chaque côté la cuisine et la salle commune destinée aux repas.

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    Certaines de ces chambres ne recevaient qu'une lumière du jour fort chiche par l'évasement d'une urne renversée.

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    C'est à l'intérieur des bâtiments appelés "Berniers" que les ouvriers procédaient à l'évaporation de l'eau salée. D'une longueur de près de 80 mètres, chaque berne comprenait quatre bassins en fer appelés "poêles" (15 m x 6 m x 1 m de hauteur) qui étaient fabriqués sur place à la Maréchalerie. Les poêles étaient séparées les unes des autres par des murs intérieurs et la cuite durait entre 24 et 72 heures. Après 18 cuites consécutives, l'activité cessait le temps d'effectuer le détartrage des poêles. Les bernes ont été vidées de leur contenu au début du XXème siècle.

    Les charpentes en béton armé que l'on peut admirer aujourd'hui ont été réalisées dans les années 1930 par l'architecte Julien Polti lors de la rénovation du bâtiment.

    Les deux grands Berniers accueillent aujourd'hui des spectacles ou des séminaires.

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    La maison du Directeur et l'un des ateliers d'évaporation ou "Berne"

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    La maison est actuellement transformée en Musée Ledoux. Malheureusement, les photos qui expliquent très bien tout le processus d'évaporation de l'eau salée et de façon plus générale tout ce qui se rapporte au sel y sont interdites.

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    On peut y voir un buste de Claude Nicolas Ledoux.

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    Les écuries du Directeur

    Vacances jurasiennes : visite de la saline royale d'Arc-et-Senans

    Fin de la visite !

    La suite ICI.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires