• C'est au métro Falguière que Delphine Lanvin, guide-conférencière professionnelle, nous accueille ce lundi matin pour une visite guidée autour de la Tour Montparnasse.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Et c'est face à ce bâtiment tout en verre, oeuvre de Jean Nouvel et Bernard Valéro, qu'elle commence sa visite : nous sommes une petite vingtaine à la suivre.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

     

    Personnellement, je n'aime pas du tout cette aile de l'hôpital Necker consacrée à la recherche mais j'ai appris une chose : les taches blanches sur les vitres ne sont pas du tout des carreaux mal lavés mais font référence au génome humain...

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Juste en face, au 144 de la rue de Vaugirard, se trouve la Villa Garnier.

    Promenade autour de la tour Montparnasse 

    Il s'agit d'une construction "Art déco", assez originale avec sa tour en arrondi, datant probablement du premier quart du XXème siècle.

    Promenade autour de la tour Montparnasse 

    La construction est en béton armé (c'est l'époque où ce matériau a commencé à être utilisé) et, pour plus de précautions, il a été recouvert d'une mosaïque dans les tons beige imitant la pierre.

    Tout y est géométrique : les carrés des fenêtres, l'arrondi du porche, les lucarnes en œil de bœuf des escaliers... 

    Promenade autour de la tour Montparnasse 

    Promenade autour de la tour Montparnasse 

    Au fond de la cour, de petites maisons ont trouvé abri.

    Promenade autour de la tour Montparnasse 

    Un peu plus loin dans la rue de Vaugirard, se trouve l'impasse de l'Enfant Jésus (rappelant qu'ici se trouvait autrefois la Maison Royale de l'Enfant Jésus qui soignait les enfants). C'est maintenant le rôle de l'Hôpital Necker voisin.

    C'est d'ailleurs dans ce même Hôpital Necker, nous apprend notre guide, qu'a été inventé au début de l'année 1816 le stéthoscope par le Docteur René Laennec.

    C'est en regardant des enfants jouer dans un square avec un morceau de bois (l'un d'eux gratte l'extrémité d'une longue poutre avec la pointe d'un clou et à l'autre bout, l'oreille collée à la poutre, les autres recueillent les sons, se bousculent pour entendre, et rient de leur découverte.) qu'il eut l'idée d'utiliser une liasse de papiers roulés (provenant de son cahier d'observation) pour écouter le coeur d'une patiente cardiaque. Il appelle cet "instrument" le pectoriloque. Par la suite, il construisit plusieurs modèles en bois.

    Le Docteur Laennec auscultant un phtisique (un tuberculeux) devant ses élèves à l'Hôpital Necker

    Peinture de Théobald Chartran

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Le stéthoscope de Laennec est en bois et rétractable.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    On trouve maintenant dans cette impasse le Samu de Paris (créé en 1972 par le Professeur Cara).

    Promenade autour de la tour Montparnasse 

    Cette autre impasse (impasse Ronsin) est liée à un femme qui fit beaucoup parler d'elle : il s'agit de Marguerite Steinheil, qui fut la maîtresse du Président Félix Faure. Vous savez peut-être que cela se termina très mal pour lui...

    Promenade autour de la tour Montparnasse

     En effet, le 16 février 1899, le Président appelle sa maîtresse au téléphone et lui demande de passer le voir en fin d’après-midi. Quelques instants après son arrivée, les domestiques entendent un coup de sonnette éperdu et accourent : allongé sur un divan, Félix Faure râle tandis que Marguerite Steinheil rajuste ses vêtements en désordre. Le chef de l'État meurt quelques heures plus tard. Les causes réelles de la mort du Président restent pourtant incertaines : certains disent qu'il se pourrait qu'il ait été assassiné pour avoir pris position au début de 1899 contre la réouverture du procès d'Alfred Dreyfus...

    Marguerite Steinheil peinte par Léon Bonnat

    Il n'avait pas mauvais goût le Président ! 

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Par ailleurs, la rue a aussi été le théâtre du double crime de "l'affaire Steinheil".

    C'est encore Marguerite qui tient le devant de la scène !

    Le 31 mai 1908, le valet de chambre du couple découvrit au petit matin une scène d'horreur : ayant trouvé Mme Steinheil ligotée et baillonnée sur son lit, il découvre ensuite les corps sans vie d'Adolphe Steinheil et de la mère de Marguerite - qui était en visite lors de l'agression.

    Le médecin légiste constata que le peintre et sa belle-mère avaient été étranglés.

    Devant les incohérences des propos tenus par Marguerite Steinheil, celle-ci, surnommée "la veuve rouge", fut accusée du double assassinat même si aucun mobile ne fut clairement établi. Sans preuves tangibles cependant, elle fut acquittée...

    La foule réunie devant le lieu du crime

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Plus de 100 ans plus tard, il y a toujours un attroupement dans l'impasse Ronsin : notre groupe écoute les explications du guide !

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Nous empruntons ensuite un passage piétonnier pour rejoindre la rue Falguière...

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    dans laquelle prend la Villa Gabriel ouverte en 1895.

    Un vrai miracle dans ce quartier bouleversé par la construction de la Tour dans les années 1960-70

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Les nombreuses baies vitrées percées dans les immeubles de briques et pierre, ma foi très élégants, témoignent du passé artistique de cet îlot préservé.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Promenade autour de la tour Montparnasse

     Retour sur la rue Antoine Bourdelle avec cet immeuble ultra-moderne qui forme des managers experts : il s'agit d'une extension de l'Ecole Commerciale de la Chambre de Commerce et de l'Industrie de Paris (E.C.C.I.P)

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Voici la partie ancienne de la grande école : s’articulant avec le bâtiment préservé datant de 1908, le second édifice est pensé comme son contraire, opposant à la façade en brique du premier une surface lisse et vitrée aux couleurs vives, dont les panneaux dynamiques font entrer ou bloquent le soleil selon les saisons.

    Promenade autour de la tour Montparnasse 

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Une inscription sur le fronton : anno 1908

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    En passant par la rue Falguière qui constitue l'arrière de l'école, on aperçoit à travers les grilles l'espace détente des élèves : non bad !

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Un autre immeuble ultra-moderne fait d'horizontales de verre et d'acier : celui de l'ancien siège du journal Le Monde, au 15 rue Falguière

    Actuellement occupé par l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme

    Promenade autour de la tour Montparnasse 

    Nous voici maintenant sur l'Avenue du Maine

    L'avenue tire son nom de celui du Duc du Maine, fils légitimé de la Marquise de Montespan avec Louis XIV, qui possédait un rendez-vous de chasse, le "domaine de Fantaisie" encore appelé "Château du Maine", à la pointe Nord du domaine de Sceaux.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Pour aller d'une habitation à l'autre, le Duc du Maine - afin de raccourcir le parcours qui l'obligeait à emprunter les petites rues de Paris - fit percer à travers la campagne de l'époque (Plateau de Montrouge), un chemin qui partait de l'actuelle débouché des rues de Sèvres, de Vaugirard et du Cherche-Midi, et qui rejoignait la route d'Orléans située sur la commune de Montrouge (ainsi que l'indique le Plan de Vaugondy de 1760).

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Cette voie porta les noms de Chemin d'Orléans vers 1760, Nouvelle Route d'Orléans vers 1763, Chemin du Petit-Montrouge vers 1777, Route du Maine vers 1791 avant de prendre, à partir de 1821, celui de Chaussée du Maine et enfin d'Avenue du Maine.

    Voici une gravure rendant compte de ce qu'était le Château au XVIIIème siècle : les dépendances, seules survivantes du domaine de Fantaisie, se trouvent encore dans la cour du 133 de la rue du Château.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Au numéro 15 de l'Avenue étaient situés les ateliers Cavaillé-Coll (manufacture d'orgues d'églises).

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Notre guide nous montre une gravure représentant l'ancienne Manufacture du Maine.

    Promenade autour de la tour Montparnasse   

    Promenade autour de la tour Montparnasse 

    Dans la cour juste à côté, un Hôtel particulier a survécu miraculeusement au traumatisme subi par ce quartier dans les années 1960-70. Il mériterait une petite restauration...

    Promenade autour de la tour Montparnasse 

    Un peu plus loin, au numéro 21, une impasse miraculeusement préservée, vestige des riches heures du Montparnasse des artistes. Il s'agit d'une cité d'artistes où survit un peu l'esprit de bohème des années folles : il y règne une douceur de vivre d'un autre temps...

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Au milieu du XIXème siècle, à cet endroit, alors Chaussée du Maine, est établi un relais de poste datant du XVIIème siècle. Celui-ci perd peu à peu de son utilité avec le développement de la gare Montparnasse. En 1901, l'avocat Joseph Roux fait bâtir des ateliers en utilisant des matériaux de récupération provenant de la récente Exposition Universelle. Les bicoques de piètre qualité se louent à faible coût et très vite artistes et artisans modestes s'installent. 

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    En 1908, l'artiste-peintre Marie Vassilieff fonde l'Académie russe et en 1912, elle installe son atelier au 21 avenue du Maine. Elle crée alors une nouvelle Académie.

    Chemin du Montparnasse se croise toute l'avant-garde artistique : Aïcha la mulâtresse - artiste venue du cirque, modèle favori de nombreux peintres -, Guillaume Apollinaire, Maurice Utrillo, Constantin Brancusi, Amadeo Modigliani, Tsugouharu Foujita, Pablo Picasso, Georges Braque, Jean Cocteau, Blaise Cendrars, Fernand Léger, Eric Satie, Henri Matisse, Max Jacob, Raymond Radiguet, Amedeo Modigliani, Ossip Zadkine, Chaïm Soutine…

    Un bouillonnement créatif intense

    Pendant la Première Guerre Mondiale, Marie Vassilieff ouvrit à cette adresse une cantine qui, pour quelques centimes, offrait aux artistes que la guerre lésait (ils ne pouvaient plus vendre leurs oeuvres aussi facilement) un repas complet et un verre de vin. Rapidement, ce club privé - qui n'est pas soumis au couvre-feu - devient un lieu de rassemblement festif.

    Ce lieu de mémoire, carrefour des mixités où résident encore peintres, sculpteurs et photographes, est un joli secret parisien pleine de charme.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Poursuivant son destin dédié à la création, le Chemin du Montparnasse accueille l'Espace Krajcberg, du nom du sculpteur polonais naturalisé brésilien Frans Krajcberg et la Villa Vassilieff, nouvel espace culturel de la Ville de Paris.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Promenade autour de la tour Montparnasse

      La tour n'est jamais très loin...

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Prenant sur le Boulevard Edgar Quinet, ce square porte le nom de Gaston Baty qui anima le Théâtre Montparnasse dans les années 1930.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

     On y trouve une statue de Soutine par Arbit Blatas - un sculpteur lituanien - à l'image de la peinture tourmentée de son auteur...

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Promenade autour de la tour Montparnasse

     Autoportrait de Chaïm Soutine (1916)

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Le bœuf écorché par Soutine (1924-1925)

    Notre guide nous expliquera que le peintre gardera cette pièce de viande - afin de la peindre - pendant plus d'un mois dans son atelier... Bonjour l'odeur !

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Direction la rue de la Gaité : elle tire son nom de son passé dévolu aux plaisir parisiens : là se côtoient encore restaurants et salles de spectacle.

    Paris a toujours accueilli des troupes de théâtre italiennes, principalement désignées sous le vocable de Théâtre-Italien ou Comédie-Italienne. L'hôtel de bourgogne, puis la salle Favart en sont les témoins.

    La "Comédie Italienne" située rue de la gaité date de 1974. Dans cette petite salle sont programmées des pièces d’auteurs italiens, classiques (comme Carlo Goldoni) et contemporains, jouées en français.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Au fond d'une l'impasse, l'entrée de Bobino, la célèbre salle de Music-Hall : c'est dans cette salle que Joséphine Baker fit sa dernière apparition sur scène. 

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Le lendemain de la quatorzième représentation, le 10 avril 1975, l’artiste est victime d'une attaque cérébrale à son domicile. Elle décède le 12 avril et, lors de ses obsèques le 15, le cortège funèbre passe devant Bobino dont l'enseigne porte encore son nom en grandes lettres.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    L'entrée actuelle de Bobino

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Devant le théâtre, une sculpture représente Georges Brassens assis sur une chaise : il s'est produit lui aussi plusieurs fois à Bobino et je suis allée l'écouter au moins deux fois à l'époque.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Avant de terminer cette promenade par la visite du Jardin Atlantique, un petit arrêt rue du Maine devant un autre théâtre parisien que je connais : le Guichet Montparnasse

    Une soixantaine de places en gradins : c'est l'avantage de ce petit théâtre où l'on peut vivre la pièce au plus près des acteurs.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Notre guide m'a aussi fait découvrir une Chapelle devant laquelle je suis passée maintes fois sans la voir... Il s'agit de la Chapelle Saint-Bernard.

    La chapelle a été construite sur l'initiative de Victor Bucaille chargé dès 1954 au Conseil de Paris de la réflexion sur la "nouvelle gare Montparnasse". À l'image d'autres capitales d'Europe, il a souhaité qu'au moins une gare parisienne possède un lieu de culte, et à ce jour cette chapelle est la seule implantée dans une gare parisienne.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Sur la façade donnant sur la Place Raoul-Dautry, on remarque le vitrail du maître-verrier Jacques Loire intitulé "Le Christ accueillant" (Photo David Métreau). Il a été posé en février 2015.

    Le Christ est adossé à une grande croix verte, signe d'espérance et repose sur un arc de cercle symbolisant le monde, les peuples de tous les pays, pour lequel le Christ est venu sur terre.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Pour accéder à la Chapelle, il faut descendre au niveau des sous-sols de la gare.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    L'intérieur de la chapelle est très sobre.

    Une statue de la Vierge en bois polychrome, offerte à la chapelle à son origine par le sculpteur Albert Dubos, posée sur un haut socle de bois, accueille le visiteur presque à l’entrée de la chapelle.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    L'autel a été façonné à parti de traverses de chemin de fer en bois : un clin d'oeil à sa situation...

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Au sortir de la Chapelle, une photo intéressante qui symbolise bien Paris

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Pour trouver le Jardin Atlantique, il faut passer par la Gare Montparnasse : un vrai parcours du combattant avant de trouver le bon escalier...

    La gare est en travaux actuellement. Voici une affiche publicitaire montrant à quoi elle ressemblera. On pourra alors y mieux voir les fresques de Vassarély actuellement cachées par des panonceaux publicitaires...

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Le Jardin Atlantique coiffe la gare Montparnasse depuis 1994.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Il rend hommage à la région Ouest (la gare Montparnasse dessert la Bretagne) avec des lampadaires figurant des voiles de bateaux...

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Deux Musées y a trouvé leur place.

    Le Musée du Général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris,

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    et le Musée Jean Moulin.

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Petite promenade dans le labyrinthe

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    La végétation y est luxuriante...

    Promenade autour de la tour Montparnasse

    Promenade autour de la tour Montparnasse 

    Les ondulations du sol suggèrent les vagues...

    Promenade autour de la tour Montparnasse 

    Une jolie promenade sous le soleil - de 3 heures tout de même - au cours de laquelle j'ai découvert plein de lieux que je ne connaissais pas...


    votre commentaire
  • Je suis allée avec mes cousins, pendant leur séjour chez nous, à l'abbaye du Val des Choues. Pour moi ce n'était pas une première mais j'avais lu sur le Châtillonnais que le nouveau musée venait d'être inauguré.

    Après avoir traversé de long en large la forêt de Châtillon (et Dieu sait si elle est grande, n'est-ce pas André... !), nous voici enfin parvenus sur place.

    L'abbaye est située dans un lieu sauvage, propice à la méditation.

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Au-dessus du portail d'entrée, une statue qui ressemble bien à celle d'un évêque mais je n'ai pas trouvé de qui il peut s'agit.

    Concert de trompes de chasse à l'Abbaye du Val des Choues

    Aussitôt passé le portail d'entrée, nous voici dans la Cour d'Honneur de l'ancienne abbaye dont il ne reste plus que les bâtiments des convers, les autres ayant été démolis à la Révolution.

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Mais qu'est-ce qu'André prend en photo... ?

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Des petits chiots, pas encore assez grands pour être dans le chenil avec les autres !

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Trop mignon, non ?

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Ils sont de la race "Grand Anglo-Français Tricolore"

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Leurs aînés, de cette race de chiens courants ayant un instinct de chasse élevé, sont spécialement dressés pour chasser le sanglier.

    Ici, un superbe bronze dans la Cour d'Honneur

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Il est 16 heures : c'est justement l'heure du repas de la meute,constituée d'une centaine de chiens

    Voici le Monogramme de l'équipage Piqu'Avant-Bourgogne : un cavalier Louis XIII avec ses chiens

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Il est reproduit sur le mur du chenil. Le M que l'on voit sur le corps des chiens correspond au nom des propriétaires de l'équipage, Michel et Inès MONOT. Il est tatoué par rasage chaque année sur le dos des chiens en période de chasse (de septembre à février). 

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Ceux-ci attendent impatiemment leur soigneur.

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Un cerf et des biches, voisins des chiens...

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Passage dans la cour où se trouve la viande

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Attention... prêts ? Partez !

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Retour à la case départ

     Un peu d'eau pour compléter le repas...

    Celui-ci aime les caresses et les situations haut perchées !

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Petite promenade dans le parc de l'abbaye

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Origines de l'abbaye

    La tradition dit que le frère Viard, convers de la Chartreuse de Lugny (proche du Val des Choues), décide de se retirer pour vivre une expérience personnelle dans la pauvreté. Par la suite, d’autres religieux viennent partager la vie de cet ermite. Peu à peu se forme une communauté et le Duc de Bourgogne, Eudes III, propriétaire de la forêt, frappé par le rayonnement de sainteté du moine convers, recommande à ses prières le salut de son âme et lui promet de fonder un monastère s’il revenait victorieux de la guerre (une croisade en terre sainte).

    Au Val des Choues, il y a un endroit intitulé Grotte du Père Viard...

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Si l'on y descend, voici ce qu'on peut voir : si grotte il y a eu, elle a été bien retapée !

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Tiens, ma cousine...

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Au fond du vallon, un vivier

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    et des arbustes taillés pour former les lettres VAL DES CHOUES

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Tiens, mon cousin !

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Il fut un temps où le parc était décoré par de nombreux vases Médicis.

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Que sont-ils devenus... ? Je crois qu'ils ont été vendus.

    C'est bien dommage je trouve car ces vases sont très élégants. En fait, il y a un site sur internet intitulé Les Jardins d'Inès (du nom d'Inès Monot, propriétaire de l'équipage Piqu'Avant-Bourgogne) qui vend ces vases ainsi que des jardinières, des têtes de cheval, des bacs à oranger et même des statues, le tout en fonte. Un vase Médicis peut aller de 40 à 4500 euros !

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Visite du Musée de la Vénerie

    Le musée-opéra propose un parcours respectueux des grandes traditions de présentation (salle des trophées, tenues, trompes, couteaux, boutons…), en y associant un nouveau regard sur la chasse à courre avec la contribution d’artistes contemporains de renom.

    L'abbaye du Val des Choues possède une longue tradition de chasse. Elle abrite la meute de l’équipage Piqu’Avant-Bourgogne, qui est constituée de chiens de race spécialement éduqués pour chasser le sanglier. Du 15 septembre au 31 mars, des chasses sont organisées deux jours par semaine, dans deux forêts différentes. Tous les samedis, en forêt de Clairvaux, dans l’Aube, à 50 km de l’Abbaye et tous les jeudis, en forêt de Châtillon-sur-Seine, en Côte-d’Or.

    La taxidermie permet ici de mettre en scène le cerf poursuivi par les loups.

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Le concept de "Salle des trophées" n'est apparu qu'à la fin du XIXème siècle.

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    De jolis dessins en rapport avec la salle, ornent les murs...

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    La tradition du PIED D'HONNEUR : exposé comme un trophée par celui qui le reçoit, il s'agit d'un ECHANGE. Par sa simple présence à la chasse, comme marque de soutien, l'invité "fait honneur" à l'équipage. En retour, l'équipage lui "rend les honneurs" du pied antérieur droit de l'animal, trophée de récompense.

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    L'âge du cerf : en bas les andouillers d'un an, deux ans, trois ans, etc etc...

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    La "Salle des échos" : c'était une pièce autrefois dédiée à la confession, notamment des lépreux. Les angles concaves de la voûte d'arêtes permettaient à deux moines de confesser simultanément et à distance deux pèlerins...

    On a fait l'expérience avec Evelyne : ça marche ! 

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Joli escalier, non ?

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    L'atelier du tailleur : les tenues de vénerie sont aux chasses à courre ce que les drapeaux sont aux nations. Elles sont directement inspirées de celles portées sous l'Ancien Régime. 

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    L'habit bleu, galonné, avec parements et collet cramoisis, a été créé par Louis XIV.

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Inès et Michel Monot, propriétaires des lieux, ont fait appel à des artistes contemporains pour créer un "musée-opéra" et proposer "une nouvelle interprétation" de la chasse à courre.

    Salle de l'Hallali : y sont présentés une collection de boutons et de couteaux de vénerie.

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Tout autour des oeuvres d'un photographe de mode, Pierre Even : il a photographié certains chiens de l'équipage Piqu'avant-Bourgogne appartenant à la famille Monot comme l'indique le tatouage du M.

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    "L'Opéra de la nature" par Gloria Friedmann : surprenant...

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Curieux lustres composé d'os d'animaux

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

    Visite à l'Abbaye du Val des Choues

     

    C'est ainsi que se termine notre visite de l'abbaye du Val des Choues.


    votre commentaire
  • Passé Noyers-sur-Serein, nous voici maintenant à Saint-Fargeau pour y visiter le château dont l'histoire s'étend sur 10 siècles.

    En 980, Héribert, Evêque d'Auxerre et demi-frère d'Hugues Capet, élève ici un rendez-vous de chasse fortifié. Du Xe au XVe siècle, le château a pour propriétaires des familles illustres : les seigneurs de Toucy, de Bar, et le célèbre argentier de Charles VII, Jacques Coeur.

    A partir de 1453, Antoine de Chabannes fait construire sur les bases de l'ancienne forteresse le château actuel, avec sa forme pentagonale, flanqué de six grosses tours.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    En 1652, Anne-Marie Louise d'Orléans, la Grande Mademoiselle cousine germaine de Louis XIV, condamnée à cinq ans d'exil à la suite des événements de la Fronde s'installe à Saint-Fargeau.

    Ce tableau évoque le rôle guerrier qu’elle prétendit jouer sous la Fronde, à la tête de l’armée des princes. Il a été exécuté par l'atelier de Charles et Henri Beaubrun.

    Visite du château de Saint-Fargeau

     Son mariage avec le duc de Lauzun (un mariage morganatique), annoncé - notamment par une lettre célèbre de Mme de Sévigné -, empêché par Louis XIV et enfin conclu secrètement, devait ensuite défrayer la chronique.

    Elle fait intervenir l'architecte Le Vau sur les façades intérieures du château. Il laisse un des plus beaux exemples de classicisme français.

    La famille Lepeletier acquiert le château en 1713. Louis-Michel Lepeletier, conventionnel célèbre, vota la mort de Louis XVI et mourut assassiné.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    En 1979, Jacques et Michel Guyot, fous de vieilles pierres, rachètent le château pour un prix symbolique et décident d'y consacrer leur vie.

    Le château est entouré de douves sèches.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Deux tours imposantes encadrent l'entrée autrefois munie d'un pont-levis comme en témoignent les entailles situées dans le mur au-dessus du portail d'entrée.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Voici la cour intérieure de ce château pentagonal : un beau mélange de pierre et de briques.

    Visite du château de Saint-Fargeau

     Vue sur une tour avec son lanternon

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Le grand escalier donne accès aux parties que le public peut visiter librement.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Sous ce fronton, les armoiries de la Grande Mademoiselle, Anne-Marie-Louise d'Orléans, Duchesse de Montpensier

    Visite du château de Saint-Fargeau

    A, M, L, et O entrelacés

    Visite du château de Saint-Fargeau

    C'est ici que se fait le départ pour la visite guidée des appartements privés : une visite faite par une guide pleine d'humour.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    On y apprend que Jean d'Ormesson, le célèbre écrivain et académicien, est l'arrière petit-fils de Louis Michel Lepeletier, Marquis de Saint-Fargeau, assassiné pour avoir voté la mort de Louis XVI.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Le soir même de son vote, le Marquis se rend au resturant "Chez Février" au Palais-Royal. Un ancien garde du roi Louis XVI, Philippe Nicolas Marie de Pâris, qui cache un sabre sous sa houppelande, se présente devant lui et lui dit, selon les témoignages : « C'est toi, scélérat de Lepeletier, qui as voté la mort du roi ? », ce à quoi il aurait répondu : « J'ai voté selon ma conscience ; et que t'importe ? » Pâris lui enfonce alors son épée dans le côté en lançant : « Tiens, voilà pour ta récompense », avant de s'enfuir. Blessé à mort, Lepeletier n'aurait pu dire que : « J'ai froid ! » Transporté au domicile de son frère, place Vendôme, il y expire le 20 janvier 1793 vers onze heures du soir, soit quelques heures avant l'exécution du Roi le lendemain.

    L'assassinat de Lepeletier dans la cave du restaurant "Chez Février"

    Visite du château de Saint-Fargeau

    La seule photo que j'aie pu trouver sur le net de cette visite des appartements privés (et pour cause !)  est celle de la Bibliothèque, entièrement revêtue de chêne.

    Des portes grillagées permettent l'aération des livres et un système de tirettes très astucieux donne au lecteur la capacité de consulter l'ouvrage en dessous du rayonnage où il l'a trouvé. Par ailleurs, les volets des fenêtres sont si bien dissimulés dans les boiseries qu'on pourrait penser qu'il n'y en a pas, ce qui est impensable.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Après cette visite guidée, libre à nous de déambuler dans le château

    Voici la Salle des Trophées au rez-de-chaussée

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Je n'ai pas compté les pattes !

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Par un petit escalier, on accède à la Salle des Jouets où se trouvent rassemblés trains électriques, voitures de pompiers, caravelles et paquebots, avions, maisons de poupées, calèches et j'en passe...

    Une véritable caverne d'Ali Baba du jouet !

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    A l'autre extrémité de la pièce, un autre escalier mène aux combles dont on peut faire le tour complet pouvant ainsi en admirer les charpentes.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Normal pour un ex-charpentier de poser ainsi fièrement dans la Tour de la Chapelle...

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    La Tour du Moulin dite Tour Jacques Coeur est la plus grosse du château. Equipée d'un pont-levis jusqu'au XVIIème siècle elle servait d'entrée au château.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Les Tours de Bar et Toucy forment le portail du château. Elles sont enchevêtrées l'une dans l'autre d'où leur nom de "tours jumelles". Les lanternons sont un apport architectural du XVIIème siècle. De style italien, leur élégance contribue à alléger l'architecture médiévale du château. Egalement construits en bois, il sont recouverts d'une épaisse carapace de plomb. La charpente d'un lanternon pèse environ 3,5 tonnes auxquels s'ajoutent les 2,8 tonnes de plomb...

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Vue sur la ville depuis les combles

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Un lanternon vu depuis le grenier

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Picasa effet "néon" !

    Visite du château de Saint-Fargeau

    La cour du château vue depuis les combles

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Reconstitution d'une chambre de bonne : fort grande, ma foi.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    La lingerie

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    En redescendant, une vue sur le parc où se déroule le soir le spectacle.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Au rez-de-chaussée se trouve la Chapelle où repose Louis-Michel Lepeletier, ancêtre de Jean d'Ormesson. Il était auparavant au Panthéon...

    "Au plaisir de Dieu", c'est un roman de Jean d'Ormesson ainsi que la devise de sa famille.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Nous poursuivons la visite en montant ce superbe escalier, dit "escalier Montpensier", flanqué d'une belle Diane chasseresse.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    En haut des marches, un dessin représente Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau comme Premier martyr de la Révolution.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Dans la même pièce : une reconstitution de l'assassinat de Louis-Michel Lepeletier

    Visite du château de Saint-Fargeau

    De l'autre côté, un comptoir représente (peut-être) celui du Restaurant "Chez Février" (près du Palais Royal) où eut lieu l'assassinat ?

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    La chambre de Louis-Michel Lepeletier avec, sur un chevalet, une reproduction du tableau de David

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Lepeletier sur son lit de mort

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Peinture de David représentant Louis-Michel Lepeletier sur son lit de mort

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Ce tableau a disparu : peut-être est-ce la fille de Louis-Michel Lepeletier, Suzanne Lepeletier de Mortefontaine, qui, soucieuse d'effacer de l'histoire le vote du régicide, l'a dissimulé dans un endroit resté secret du château... C'est ce qui se raconte dans la famille de Jean d'Ormesson.

     

    Une autre mise en scène : celle de Jacques Nicolas Lacour, Régisseur au château à partir d'août 1789, à son bureau.

    Logé et chauffé, il reçoit un appointement de 1000 livres par an, et un intéressement sur la vente des biens, des bois, et des produits du terrage.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Dans la pièce à côté, une reconstitution mettant en scène le petit personnel dans les cuisines

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Nous voici maintenant dans la "cour" de la tour du Moulin - ou tour Jacques Coeur. Après un incendie en 1752 sa toiture fut tronquée dans sa partie supérieur dans un soucis d'économie. Le toit est ouvert en forme d'entonnoir et légèrement incliné (intérieurement) à l'ouest en fonction des pluies les plus fréquentes. Ainsi, il sert à la fois de puits de lumière pour éclairer la tour de l'intérieur et de récupération d'eau de pluie.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    A côté, se trouve l'herboristerie

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Rien n'est oublié dans les reconstitutions : il y a même celle des oubliettes !

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Nous rejoignons ensuite un endroit un peu plus gai : la Galerie des portraits

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Dommage qu'aucun nom ne soit indiqué... Je pense tout de même que ce buste est celui de la Grande Mademoiselle.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    En haut de cet escalier...

    Visite du château de Saint-Fargeau

    un portrait de la Grande Mademoiselle en allégorie de la Justice accompagnée de la Prudence

    Visite du château de Saint-Fargeau

     

    Portrait d'Anne-Marie-Louise d'Orléans par l'école de Mignard 

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Reconstitution du Salon littéraire

    L'exil fut en grande partie consacré à la rédaction de ses mémoires. Elle aimait beaucoup l'exercice des "portraits" et peignit ceux de ses amis. Elle entretenait de nombreuses relations épistolaires avec la Marquise de Sévigné et Monsieur de Bussy-Rabutin. Elle fut avant tout, à l'insu de la plupart de ses contemporains, une mémorialiste acharnée dont l'oeuvre, imprimée de nos jours, ne compte pas moins de deux mille pages !

    Visite du château de Saint-Fargeau

    17 janvier 1765 : c'est l'effervescence à Saint-Fargeau.

    La Grande Mademoiselle vient de rentrer d'un séjour chez son père Gaston d'Orléans. Toute sa garde-robe est éparpillée aux quatre coins de la pièce. Ce soir, Mademoiselle organise une grande fête costumée : toute sa cour est en émoi.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Il est temps pour nous de rejoindre notre chambre d'hôtes : celle de Jayne à Treigny (airbnb).

    Bof bof : je n'en dirai pas plus...

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Par contre, je ne peux que dire du bien du petit restaurant (le Café du Bal) que notre hôte nous a conseillé, à deux pas de chez elle : un menu du soir très abordable et de la bonne cuisine.

    Visite du château de Saint-Fargeau

    Globalement, une excellente journée


    votre commentaire
  • Sur la route de Saint-Fargeau, nous nous sommes arrêtés, en compagnie d'André et Evelyne, à Noyers-sur-Serein (prononcer Noyère), une petite cité médiévale pleine du charme d'antan pour laquelle j'avais déjà eu un coup de coeur lors de notre précédent passage avec François et Marie-France mais que nous n'avions vue que très rapidement.

    Village médiéval, Noyers est classé "Plus beau village de France" et a été élu en 2014 septième "Village préféré des français", dans la célèbre émission animée par Stéphane Bern.

    La ville est lovée dans l'une des boucles du Serein : on aperçoit le long de la rivière les tours de ses remparts.

    Pas trop difficile de se repérer : la ville est petite.

    Cliquez sur l'image...

    Deux portes donnent accès à la ville : la Porte de Tonnerre ci-dessous et celle d'Avallon.

    Passée la porte de Tonnerre,

    on découvre une petite statue de Sainte Vérote accrochée à la muraille.

    Il s'agit d'une statue en pierre polychrome du XVIème siècle, représentation locale de la Vierge Marie en tant que protectrice des vignerons. Son nom lui vient de la grappe de raisin (appelé vérot quand il est vert) qu'elle et l'enfant tiennent entre leurs mains et qui symbolise le sang du Christ. La statue est aussi appelée la Vierge au raisin.

    Chaque année à l'occasion de la fête de l'Assomption, le 15 août, a lieu une procession au cours de laquelle un vérot posé sur un coussin et un pressoir à vin sont transportés jusqu'à la Vierge au raisin. Les vignerons mettent ainsi leurs vignes sous sa protection.

    Autrefois les filles venaient y faire des prières pour trouver un mari...

    Sainte Vérote revient de loin : en 1653 les huguenots la jetèrent dans un puits... Dès que ce fut possible, les habitants le remirent en place.

    La porte de Tonnerre est couverte d'un toit de lave. Elle avait probablement autrefois un étage supplémentaire.

    Noyers-sur-Serein est une ville aux demeures bourgeoises datant du XIIIème au XVème siècles et possédant des façades à pans de bois.

    Voici ici la "Maison de la Toison d'Or" : elle fut construite au XVIème siècle par Philippe Pot, ministre de Philippe le Bon, Duc de Bourgogne, créateur de l'Ordre de la Toison d'Or en 1429 (à l'occasion de son mariage avec Isabelle de Portugal.

    La végétation, c'est toujours un plus sur une façade.

    Curieuse maison construite sur un pont

    Oui oui, vous avez raison de vous arrêter là... Cette maison du XVIème est bien jolie avec ses deux niveaux de fenêtres à meneaux.

    Il s'agit de la "Maison du Kamato" (en grec "par la souffrance") ainsi que l'indique l'inscription sous l'oculus : c'est l'ancien grenier à sel où était logé le receveur, percepteur de la gabelle aux XVI et XVIIème siècles. Elle servait aussi de Maison de Justice aux Baillis seigneuriaux de Noyers ainsi que de refuge aux pèlerins se rendant à Compostelle.

    En bas de l'oculus, une coquille Saint-Jacques

    Continuant la rue Franche, on arrive à une bifurcation indiquant la direction des remparts.

    19 des 23 tours sont encore debout.

    Certaines ont été transformées en maison...

    Sur celle-ci une pancarte indique les origines de la cité.

    A partir du XIIème siècle, la cité devient le siège d’une puissante famille qui donna à la France des hommes illustres. Gui de Noyers, Évêque de Sens, couronna Philippe Auguste en 1180. Miles X de Noyers, fait Maréchal de France par Philippe le Bel en 1303, commanda pour sa dernière mission au nom du roi de France.

    La rivière longe les murailles de la ville,

    et sert d'abreuvoir aux vaches de ce pré !

    Retour dans la rue Franche : presque toutes les rues sont pavées.

    Une plaque apposée sur cette maison indique son année de construction.

    Une jolie plaque aussi pour un numéro de rue...

    Les plaques indiquant les noms des rues sont très élégantes.

    et parlent du passé de la ville

     et de son présent aussi... : nous sommes dans le Chablaisis

    Des colombages...

     

    et encore des colombages

     

     Remarquez les sculptures qui ornent les fenêtres de cette maison. 

    De plus près... 

    De nombreuses maisons sont construites sur des arcades, ce qui permet par temps de pluie de passer d'une cour à l'autre tout en étant abrité.

     

    A quoi pouvait donc servir cette "pelle" antan : peut-être pour y alimenter une lampe à huile... ?

    Nous voici arrivés en vue de la Place de l'Hôtel de Ville.

    Ce dernier jouxte une série de maisons à arcades.

    Sa façade (il s'agit probablement de la plus ancienne maison de la ville puisqu'elle remonte au XIIème siècle) est du XVIIIème siècle comme en témoignent le fronton et les pilastres : l'Hôtel de ville a en effet été plusieurs fois incendié.

    Sous la jardinière, une inscription montre le niveau de la crue de 1910.

    La Maison des Corporations : au Moyen-Age, les corporations des métiers du cuir avaient ici leur siège.

     

    On peut voir sur ce poteau cornier en chêne supportant la maison, la double représentation de Saint Crépin, patron des cordonniers, tranchant le cuir sur son établi, et de Saint Crépinien, patron des savetiers, creusant une savate sur son genou.

    Ces figures étaient peintes mais les dernières traces de polychromie ont disparu lors de la restauration de la maison en 1974.

    Le décor gothique flamboyant permet de dater cette maison de la fin du XVème siècle. La niche est vide mais cela n'a sûrement pas toujours été le cas...

    Bourgeois en arme, tenant un bouclier et une hache

    Charmante cette petite rue, non ? 

    Non moins charmante ma cousine qui donne vie à cette ruelle !

    Tiens... encore une "pelle" sur le mur : sans doute un moyen d'éclairage.(?)

    Retour vers la place de l'Hôtel de Ville

    Que c'est photogénique ! Le beau temps y contribue bien sûr...

    La Maison Jaune ou Maison du Schématisme et de la Bibliologie : le bâtiment date du XVème siècle, l'activité artistique de 1992. Cette maison du XVème siècle fut autrefois la demeure du bailli.

    La Porte peinte ou Porte d'Avallon : il s'agit du deuxième accès à la ville fortifiée. 

    Côté Promenade du Pré de l'échelle

    De l'autre côté des remparts, le vieux pont sur le Serein 

     

    Sur la promenade 

     

    Un joli village qui mérite bien ses distinctions 


    2 commentaires
  • Aujourd'hui nous allons avec Loredana visiter le château de Maintenon qu'elle ne connait pas encore.

    A l'entrée, un plan du château

    Promenade au château de Maintenon

    Au fil des siècles, le château de Maintenon a connu de nombreuses transformations. Le caractère défensif du château fort primitif s'est effacé définitivement au profit de la résidence aristocratique confortable et moderne où résidait Françoise d'Aubigné, Marquise de Maintenon, gouvernante des bâtards du Roi avec la Montespan.

    Promenade au château de Maintenon 

    Deux élégantes échauguettes encadrent le portail central.

    Promenade au château de Maintenon

    Au-dessus de la porte, le monogramme des Noailles

    Promenade au château de Maintenon

     Madame de Maintenon a en effet légué son château à sa nièce, Françoise Amable d'Aubigné, lors de son mariage avec le Duc de Noailles.

    Promenade au château de Maintenon

    La Marquise de Maintenon en 1694 par Pierre Mignard

    Promenade au château de Maintenon

     Entrons dans la cour du château.

     Promenade au château de Maintenon

    Elégant mariage entre la brique et la pierre

    Lucarnes décorées, fenêtres à meneaux, culs de lampes sculptés, frise à la base de la toiture : il s'agit de gothique flamboyant. 

    Promenade au château de Maintenon

    Faisant face aux jardins, une belle tour carrée en grès

    Promenade au château de Maintenon

    En face, une tourelle en briques

    Promenade au château de Maintenon

    Merci Loredana pour la photo !

    Promenade au château de Maintenon

    Un prêté pour un rendu...

    Promenade au château de Maintenon

    Promenade au château de Maintenon

    Promenade au château de Maintenon

    Promenade au château de Maintenon

    Promenade au château de Maintenon

    Les jardins à la Française sont l'oeuvre de Le Nôtre.

    Promenade au château de Maintenon

    L’aqueduc que l'on aperçoit au fond est celui construit par Vauban sur ordre de Louis XIV pour alimenter en eau les fontaines de Versailles. La guerre,en envoyant les soldats au front, a empêché sa finition.

     

    Promenade au château de Maintenon

    Promenade au château de Maintenon

    Les douves du château ont été presque asséchées pour être réparées.

    Promenade au château de Maintenon

    Promenade au château de Maintenon

    Vue sur l'aqueduc et le jardin depuis le premier étage du château

    Promenade au château de Maintenon

    Promenade au château de Maintenon

    Promenade au château de Maintenon

    Promenade au château de Maintenon

    Les douves sans eau

    Promenade au château de Maintenon

    Seule une partie du château se visite et les photos sont interdites... Celles-ci proviennent du net.

    L'antichambre de la Marquise de Maintenon

    Promenade au château de Maintenon

    La chambre de la Marquise

    Promenade au château de Maintenon 

    Le salon du Roi : ancienne chambre de Louis XIV 

    Promenade au château de Maintenon

    Promenade au château de Maintenon

    La chambre du Maréchal de Noailles

    Promenade au château de Maintenon

    La bibliothèque

    Promenade au château de Maintenon 

    Le grand salon 

    Promenade au château de Maintenon

    Le petit salon chinois

    Promenade au château de Maintenon

    La grande galerie est absolument magnifique.

    Promenade au château de Maintenon

    Au bout de la grande galerie, se trouve un cénotaphe élevé à la mémoire de la Marquise de Maintenon. Au fond, on peut lire un épitaphe sur la vie de la Marquise.

    Promenade au château de Maintenon

     Chouette visite avec le beau temps ! 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique