• Cet après-midi, nous sommes allées Arlette et moi nous promener sur les quais de la Seine donnant sur l'Île Saint-Germain, en face d'Issy-les-Moulineaux.

    Quatre kilomètres à pied (aller-retour), ça use, ça use...

    Une promenade a été aménagée en contrebas, à l'abri du bruit des voitures qui circulent sur les quais.

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    De nombreux "parisiens" y ont amarré une péniche : elle leur sert de maison.

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Une amusante fresque street-art sur le thème de la Seine orne le dessous de ce pont. Elle a été peinte à l'initiative des conseils de quartier de la ville et c'est André Santini (à 80 ans cette année, il vient de rempiler pour six ans !), le maire d'Issy-les-Moulineaux, qui l'a inaugurée le 30 septembre 2018.

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Des fleurs inconnues...

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Cette fois-ci, je sais : il s'agit d'un jasmin.

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Le nom de cette péniche m'a fait sourire : Dolly Pran !

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Cette toute petite ressemble un peu à une isba : chacun ses moyens...

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Dernière photo d'Arlette avec des lunettes : la semaine prochaine, elle passe au bistouri...

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Avouez qu'on a du mal à penser qu'on est quasi à Paris !

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Maman et Papa canards font une promenade non loin de leurs canetons.

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    La police montée fait sa ronde : pas désagréable comme métier !

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Nous voici au terme de notre balade : en vue de la Seine Musicale

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Sympa cette petite promenade mais rien ne vaut la vraie campagne...


    votre commentaire
  • Mercredi dernier - et avant les nouvelles mesures de confinement qui ne devaient pas tarder à arriver... - j'ai visité la Grande Mosquée de Paris en compagnie de mon amie Marie-Chantal venue déjeuner chez nous. Notre dernière invitation avant longtemps je pense...

    Façade sur la rue Geoffroy Saint-Hilaire (Paris 5ème)

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    L'entrée de la mosquée quant à elle se situe au 6 de la rue Georges Desplas.

    Edifiée en 1926 pour rendre hommage aux musulmans qui s'étaient battus pour la France pendant la première guerre, la Mosquée de Paris a fière allure avec son croissant et son minaret.

    Le maréchal Lyautey s'exprima ainsi à l'époque : « Quand s’érigera le minaret que vous allez construire, il ne montera vers le beau ciel de l’Ile de France qu’une prière de plus dont les tours catholiques de Notre-Dame ne seront point jalouses ».

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Pas de visite guidée ce jour-là : nous nous sommes donc promenées librement dans les lieux pour la modique somme de 3 euros par personne.

    Le plan de la mosquéeVisite libre de la Grande Mosquée de Paris

    A l'entrée, on est tout de suite frappés par l'élégance du lieu : portes en bois sculpté et ajouré, mosaïques de carrelages décorent cet espace dédié à la circulation autour d'un jardin central.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    L'unité du jardin intérieur, inauguré en 1926, repose sur des lignes verticales de cyprès accompagnant de leur pureté la force de l'architecture et la spiritualité des lieux.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Oubliés ici la circulation extérieure des voitures et l'agitation de la ville...

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Les vers de Baudelaire ne peuvent mieux définir ce lieu...

    Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
    Luxe, calme et volupté.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    J'ai flashé sur les carrelages qui ornent le bas des murs.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

     Cette fenêtre ornée d'une grille est surmontée d'une élégante fresque mêlant écriture arabe et dessin.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Ne parle-t-on pas d'arabesques... ?

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

     Du verre coloré pour orner cette porte

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Celle-ci nous fait déboucher sur un grand patio qui a été couvert sans doute pour protéger les mosaïques qui en recouvrent le sol.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Les murs de la galerie faisant le tour du patio sont superbement ornés : la délicatesse de l'art arabo-musulman est légendaire...

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris 

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    De superbes chapiteaux aussi en haut de ces piliers

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Superbe aussi, ce plafond de bois

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Je n'ai pas osé entrer à l'intérieur de la salle de prières car des hommes y priaient mais j'ai trouvé cette photo sur le net qui rend compte du nombre important des colonnettes qui en soutiennent le plafond.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    La bibliothèque de l'Institut musulman possède de grands rayonnages en bois sculpté contenant des ouvrages anciens ; un grande table centrale permet aux étudiants d'y étudier les écritures saintes dont, en particulier,le Coran.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Elle possède un plafond très élégant permettant un éclairage naturel grâce à des ouvertures périphériques.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    La porte donnant sur le jardin est ornée de sculptures géométriques (selon la tradition musulmane).

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    De gros clous encadrent son imposant loquet en bronze.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Vue sur le minaret depuis le jardin

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Une galerie couverte entoure le jardin, bordée par d'élégantes colonnettes en marbre rose.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Depuis les arches des colonnes, on peut avoir une vue sur le minaret.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris 

    Direction la sortie... 

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Allez, deux petites dernières : mon amie Marie-Chantal devant la fontaine aux ablutions

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    et Bibi Fricotin itou !

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Une prochaine fois, j'essaierai de faire une visite guidée pour apprendre des choses sur l'Islam...


    votre commentaire
  • Je vais vous raconter quelque chose qui va vous faire rire !

    Pendant notre dernier séjour à Courcelles, j'avais reçu un mail du Muséoparc d'Alésia m'annonçant le titre de leur prochaine exposition, un titre très alléchant puisqu'il s'intitule :

    "Dans les cuisines d'Alésia".

    Je propose donc à Philippe de profiter d'une journée assez ensoleillée au milieu de cette quinzaine venteuse et pluvieuse pour y aller faire un tour.

    Trois quarts d'heure après nous voici sur place. 

    Une balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Je précise à l'accueil que nous connaissons déjà le musée ainsi que le site archéologique d'Alise Sainte-Reine où s'est déroulée la bataille d'Alésia et que nous venons plutôt pour visiter l'exposition, ce à quoi je me vois répondre que celle-ci n'est pas commencée.

    Grande est ma déception : je réplique donc illico presto "Mais elle a débuté le 4 avril !"

    sauf qu'on n'est que le 20 février !!!

    Une balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Elle est bien bonne celle là, non ?

    Ma chute sur la tête - datant de quelques jours auparavant - y serait-elle pour quelque chose... ? Je ne crois pas sincèrement : juste une grosse envie de voir cette expo qui m'a fait prendre mes rêves pour la réalité !

    Heureusement, tout près du Muséoparc, il y a la cité médiévale de Flavigny sur Ozerain située au sommet d'un éperon rocheux, petite bourgade de l'Auxois que nous n'avons pas encore visitée.  

    Une balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Voici la Porte Sainte-Barbe qui donne accès à la ville depuis le parking.

    Une balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Tout juste sur notre droite se trouve la fabrique des "Anis de Flavigny", mondialement connue pour ses bonbons. Comme l'indique l'enseigne on peut, en dehors de sa boutique, y visiter la fabrique, le musée et la crypte carolingienne (du VIIIème siècle), seul vestige de l'ancienne abbaye Saint-Pierre.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Vous reconnaissez sur l'enseigne le fameux couple de berger-bergère associé aux anis de Flavigny.

    Le berger ouvre son cœur en offrant des Anis de Flavigny à sa bergère, voilà comment le bien bon bonbon vient au secours du berger trop timide pour exprimer sa déclaration.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    L'entrée de la boutique des anis de Flavigny se trouve dans un corps de logis datant des XVIIème et XVIIIème siècles : il  ne subsiste de l'abbaye Saint-Pierre construite au IXème siècle que la crypte.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

     Dans l'arrière boutique, on peut goûter à toutes sortes d'anis.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Il y en a à la mandarine, à la violette, à la rose, au citron, à la réglisse, à la menthe et même au gingembre !

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Des graines d'anis entières et moulues

     Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Elles sont le fruit d'une plante, l'anis vert, qui est cultivé sur des terres chaudes et légères. Ses fleurs blanches regroupées en ombelles apparaissent en juillet-août puis forment des graines oblongues très parfumées.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Dans la pièce suivante on peut s'attabler pour déguster des boissons et manger des petits gâteaux...

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    C'est ce que nous avons fait bien sûr après avoir visité le Musée de la fabrique : les voûtes du plafond rappellent que nous sommes ici sur le site d'une ancienne abbaye.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Dans la partie musée est présenté grâce à une télévision un film retraçant l'histoire des anis de Flavigny.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Dans la pièce sont regroupés aussi toutes sortes d'ustensiles servant à la fabrication des petits bonbons, comme des tamis et des bassines en cuivre, autrefois utilisés.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Les tamis

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    C'est dans des bassines telles que celle-ci qu'étaient versées les graines d'anis : un mouvement de rotation de la bassine leur permettait de s'imbiber uniformément du sirop versé dessus.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Photo de l'ancien temps...

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Ce petit poêlon à sucre servait-il à préparer le sirop ?

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    De grandes vitrines regroupent aussi toutes sortes d'objets ayant attrait à la fabrication.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    On peut y voir un livre de commandes attestant de la vente non seulement en France mais partout à l'étranger : Tunis, Lausanne, New-York, Karlsruhe, Montréal, La Réunion...

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    On peut y découvrir aussi un objet insolite : un distributeur de Cigaros-Anis.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Il se trouvait dans les magasins ou dans les grands hôtels parisiens.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

     Cette vitrine rappelle que les anis existaient déjà sous Louis XIV.

    La commercialisation des graines d'anis remonte en effet aux romains qui les ont découverts en Syrie et ramenés en Turquie (où l'on trouve le Raki) et en Grèce (où l'on trouve l'Ouzo). Les grecs s'installent à Marseille (ça donne le Pastis), ça monte jusqu'à Dijon (où l'on trouve le pain d'épices...) et quand on arrive à Flavigny, ça donne les dragées à la graine d'anis.

    C'est aussi simple que ça !

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

     Les épices de chambre

    C'est au Moyen-Age et à la Renaissance qu'un nouvel usage est donné aux épices : clous de girofle, gingembre, anis, genièvre, coriandre, poivres, amandes ou pignons... étaient plongés dans du sucre de canne fondu puis cuits et recuits dans un poêlon jusqu'à l'obtention d'une dragée non lissée. D'avantage destinées à soigner plutôt qu'à nourrir, ces "épices de chambre" étaient fabriquées chez les apothicaires ou dans les couvents et monastères : ce sont les ancêtres de nos confiseries.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Une autre pièce du musée est couverte d'affiches publicitaires sur les anis de Flavigny.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    De l'autre côté de la pièce, une vitrine contient des tas de documents sur les anis.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Quelques expressions employant le mot "dragée"

    Tenir la dragée haute : faire sentir son pouvoir à quelqu'un, comme si on lui présentait une friandise en la plaçant bien haute afin qu'il ne puisse pas l'atteindre.

    La dragée est amère : quand quelque chose est difficilement supportable.

    Avaler la dragée (ou la pilule) : supporter une chose désagréable. A partir du XIème siècle, quand le sucre est arrivé en Europe à la suite des croisades, on enroba les remèdes amers de sucre pour mieux les faire absorber.

    Une petite vidéo sur la fabrication des célèbres anis de Flavigny

    ◄►◄►◄►◄►◄►

    En sortant de la boutique, nous décidons de faire le tour du village classé "Plus beau village de France".

    L'origine du nom de la bourgade vient probablement du fait que - pendant le siège d'Alésia - César installa l'un de ses campements militaires sur la colline de Flavigny, voisine de celle d'Alise-Sainte-Reine. Après le départ des armées romaines, le général romain Flavinius se vit offrir une partie de cette terre formée de la colline où sera bâtie peu après la cité de Flavianiacum, devenue aujourd'hui commune de Flavigny-sur-Ozerain.

    Le plan du village est tarabiscoté, autrement dit : il est inutile pour moi de tenter de m'y repérer...

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Nous entrons dans le village par la porte située au sud, proche d'un parking où l'on peut laisser sa voiture afin de se promener librement.

    Le restaurant de l'Abbaye, situé sur la gauche de la rue du même nom, est fermé à cette époque et nous ne verrons pratiquement pas âme qui vive au détour des ruelles que nous avons arpentées.

    Une balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Juste en face de la fabrique d'anis, une jolie cour de ferme

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    On sent tout de suite que l'on va circuler entre les vieilles pierres...

    Cette maison à tourelle date du Moyen-Age.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    La maison au Donataire présente une façade du XVème siècle. Elle tire son nom de la présence d'un personnage qui accompagne la statue polychrome de la vierge à l'enfant située au premier étage entre les belles fenêtres à meneaux Renaissance.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Au rez-de-chaussée, les trois baies d'une échoppe

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    On aperçoit le donataire, tout en bas à gauche de la Vierge.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Ah, c'est mieux ainsi !

    Il s'agit ici d'une copie de la Vierge originale qui, ayant souffert des intempéries, est maintenant conservée à l'intérieur de la maison qui semble être une sorte de Syndicat d'initiatives.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Maison située en face de celle du Donataire

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Plus modeste, celle-ci mais tout aussi jolie

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Cette maison s'appelle "la maison au Loup" à cause de la gargouille qui en décore l'angle. Elle est du XIIIème siècle et possède une Vierge à l'enfant du XIVème.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Voilà la fameuse gargouille : bon, il faut savoir qu'il s'agit d'un loup...

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    La Vierge est protégée des intempéries par une vitre.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Une enseigne amusante traverse la rue montant à l'église Saint-Genest.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Sur la place de l'église, une curieuse maison

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    L'église Saint-Genest date des XIIIème au XVème siècles (Photo cristaldesaintmars.com).

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Elle contient des stalles du XVème et un ange de l'Annonciation est-il annoncé à l'entrée mais une grille en ferme l'entrée aux visiteurs et surtout aux cambrioleurs... Nous nous contenterons de la contourner.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Une jolie croix de village

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Maison Louis XII avec fenêtres du XVIème siècle

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Maison avec tourelle d'escalier du XVIème siècle et bien restaurée

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Les numéros des maisons sont joliment dessinés dans du fer forgé partout dans le village.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Au niveau de cette maison, on a accès aux remparts donnant sur la campagne.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Les jardins des maisons donnent sur le rempart...

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    qui se termine à la Porte de la Côte d'Or par une poterne datant du XVème siècle (Photo SN).

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Une poterne est une porte basse.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Retour dans le village...

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    La Tour de Guette a été construite au XVème siècle à proximité de l'église : son but était avant tout défensif comme en témoignent les meurtrières.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Au sortir du village, une statue de Henri Lacordaire

    En 1848, c'est Flavigny que choisit le Père Lacordaire pour venir restaurer l'Ordre des Dominicains : il y fonda l'abbaye sur les restes desquels est maintenant installée la fabrique d'anis.

    Balade à Flavigny-sur-Ozerain

    Je me suis rendue compte en allant sur le net que nous avions loupé deux superbes portes de la ville (la Porte du Val et la Porte du Bourg)... Il faudra que nous y retournions.

    Nous en profiterons pour faire la visite guidée de la fabrique d'anis et des restes de l'abbaye Saint-Pierre.


    votre commentaire
  • Aujourd'hui Bernard nous a proposé une balade du côté de Semur-en-Auxois, à Pont-et-Massène où se trouve un restaurant - Le Chalet du Lac - surplombant le Lac de Pont.

    Depuis la terrasse du restaurant, on aperçoit le lac.

    Celle-ci, ombragée grâce à des pergolas tendues de toiles de tente, nous a permis de déjeuner à l'ombre.

    Au menu du midi, un menu à 13,50 euros composé d'un buffet d'entrées suivi d'un plat, vin et café compris. A la carte, des œufs en meurette, du jambon persillé de Bourgogne, des cuisses de grenouille, de la tête de veau, des poires au vin : de quoi se lécher les babines !

    ◄►◄►◄►◄►◄►

    Après déjeuner, nous sommes descendus voir le lac qui est très bien aménagé pour la baignade surveillée et les sports nautiques. On peut y louer des canoës et des pédalos. L'été prochain on y viendra sans doute avec Louis...

    Nous avons ensuite rejoint Lantilly pour y faire un tour dans le jardin de son château.

    Son potager a reçu en 2004 le Label "Jardin remarquable".

    Le "Château aux cent fenêtres" datant de 1709 est une propriété privée : il ne se visite qu'aux Journées du Patrimoine mais l'accès à son parc à l'anglaise est libre.

    Devant le château, des plantations de kumquatiers en caisses : ils sont plus résistants que les orangers.

    Sur l'arrière, la façade du château donne sur un paysage exceptionnel.

    On y jouit d'une vue imprenable sur Alésia, la vallée des Laumes et la campagne environnante.

    Son parc à l'anglaise possède des arbres remarquables dont ce cèdre du Liban tricentenaire.

    J'ai été frappée par la beauté de ses toitures de tuiles.

    De biens jolis épis de faîtage...

    Tandis que Philippe a trouvé un banc accueillant,

    Je fais avec Bernard la visite du potager qui a, paraît-il, la forme d'un œil.

    En son centre, un champ de blé !

    Le jardin est orné de fleurs.

    Il possède une pièce d'eau plantée de végétaux aquatiques.

    Une attention particulière est portée aux topiaires.

    Parmi les nénuphars, une flopée de petites grenouilles sauteuses !

    Du côté de la serre, des cultures maraîchères

    Une journée bien agréable


    votre commentaire
  • En cette fin d'après-midi ensoleillée, je suis partie avec ma nouvelle acquisition (un vélo à assistance électrique) arpenter la campagne.

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    J'avais l'idée d'aller acheter du pain à la boulangerie de Pothières mais... j'ai découvert à cette occasion qu'elle avait fermé il y a trois ans. C'est vrai que nous n'avons jamais eu l'idée d'aller chercher notre pain au camion qui, autrefois, sillonnait le matin les villages environnants en klaxonnant pour prévenir les habitants de son passage. C'est, parait-il, désormais la boulangerie de Mussy qui fait le job.

    J'en ai profité pour faire toutes les rues du village dont le nom viendrait de Pultis : terrain boueux.

    Même si ce n'est pas très esthétique, pour rouler en toute sécurité, j'ai fait l'acquisition d'un casque et j'ai aussi investi dans un panier pour mettre mon sac à main.

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Voici l'église Saint-Georges, néo-romane : elle remplace depuis 1867 l'édifice précédent qui était totalement vétuste. À l'intérieur, de beaux vitraux et une colonne datant de la fin XIe ou XIIe, provenant sans doute de l'ancienne abbaye Saint-Pierre et Saint-Paul. Il faudra qu'un jour j'en fasse la visite dans le cadre de l'animation estivale "Un jour Une église" car naturellement elle était fermée...

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    En contrebas, derrière l'église, le lavoir (du XIXe) est fermé sur trois côtés. Il offre sur le pignon d'entrée, trois ouvertures qui ne comportent aucune porte. L'ouverture centrale est surmontée d'une fenêtre en demi-cercle, ce qui donne l'impression d'arriver vers une chapelle. (Photo Christal de Saint-Marc)

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Muni d'un bassin où on lavait à genoux dans des "carrosses" emplis de paille, il comporte de chaque côté, des pierres encastrées dans les murs : elles permettaient de poser le matériel et les bassines de linge. (Photo Christal de Saint-Marc).

    L'alimentation en eau se faisait par le ruisseau du Val Dupuis. Aujourd'hui désaffecté, le lavoir a été clos par des grillages afin d'éviter les dégradations dues à son isolement.

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Lavandière avec son carrosse : la caisse en bois lui évitait de mouiller sa robe.

    Cet objet rudimentaire s’appelle aussi « agenouilloir » ou encore « baquet », « cabasson » dans le Gâtinais, « baillot » en Charente, « boite à laver », « caisse », « auget », « triolo », mais encore « caboulot », « casseau », « auget », « agenouilloir », « garde-genou »…

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières 

    A Pothières, il y a aussi le Château qui appartient aux Petits Frères des Pauvres (ils proposent de l'accueil temporaire aux personnes âgées). Il s'agit en fait de l' ancienne abbaye bénédictine Saint-Pierre Saint-Paul fondée en 863 par Girart de Roussillon et dont les bâtiments actuels datent du XVIIIème siècle.

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Jeanne d'Arc a fait étape à Pothières : un monument à l'entrée de l'abbaye célèbre ce passage. La plaque porte l'inscription suivante : « L'an 1429, le samedi 26 février, Sainte Jeanne d'Arc, venant de l'abbaye de Clairvaux et se dirigeant sur Auxerre, fut hébergée en cette abbaye bénédictine de Pothières avec ses six compagnons, Colet de Vienne, Richard L'Archer, Bertrand de Poulangy, Julien de Honnecourt, Jean de Metz, Jean de Honnecourt. Gloire à Sainte Jeanne d'Arc. ». La clôture du monastère étant interdite aux femmes, on pense que Jeanne passa la nuit dans la maison de la Tour, toute proche.

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Sans doute dans cette très jolie maison qui porte également une plaque commémorant le cinquième centenaire de ce passage... ?

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Non loin de l'église, une jolie maison, malheureusement en contre-jour...

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Amusante cette maison avec son arbre généalogique !

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Sur le côté de la maison, une inscription :

    "La vie, l'enfer ou le paradis : un seul coup de dé peut le décider."

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Il s'agit de l'arbre généalogique de Raoul Albert Baehler marié à Louise Gruaz.

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Au retour, petit arrêt au cimetière

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Celui-ci renferme quelques très jolis monuments funéraires.

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières

    Avec le petit détour par la ferme du Bois de Vesvres, j'ai calculé que j'avais fait 13,5 kms sans la moindre peine, malgré le vent qui soufflait assez fort.

    Nickel chrome !

    Promenade en vélo électrique jusqu'à Pothières


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique