• Je viens de lire un livre qui m'a beaucoup plu : il s'agit du premier roman d'une romancière anglaise, Guinevere Glasfurd et c'est une réussite.

    Le livre s'intitule "Les mots entre mes mains" et traite d'une période de la vie d'une jeune servante hollandaise employée chez un libraire anglais installé en Hollande, qui a été amenée à rencontrer le philosophe René Descartes séjournant chez ce libraire pour quelques temps.

    Une petite fille, Francine, va naître en 1635 de cette relation qui, à l'époque, est - vous vous en doutez - tout à fait improbable.

    Helena Jans, c'est son nom, est bien sûr une personne hors du commun pour sa condition. Quand elle parle de Descartes, elle l'appelle toujours "le Monsieur" par respect pour son rang social et ses connaissances. Quand elle arrive pour travailler chez M. Sergeant, libraire à Amsterdam, elle se découvre une passion pour les mots et décide ainsi d'apprendre seule à lire et à écrire (ne possédant pas de plume ni d'encre, elle trace au départ les mots sur sa paume, d'où le titre du livre). Elle a, en outre, un réel don pour le dessin.

    Si l'on suit la vie d'Helena, c'est surtout la Hollande du XVIIème siècle qui y est décrite par son entremise et c'est un vrai bonheur.

    Il s'agit bien sûr d'une fiction mais ce que l'on sait avec certitude c'est qu'en juillet 1635, une certaine Helena Jans a donné naissance à une fille, Francine et il est avéré que Descartes en était le père car il l'a indiqué dans une note manuscrite. Il est également établi que Francine a reçu le sacrement du baptême à Deventer (une ville située à une centaine de kilomètres d'Amsterdam) le 28 juillet de la même année. Le registre donne le nom de ses parents : Reyner - qui correspond en néerlandais à René - Jochems - qui signifie littéralement "fils de Jean", prénom du père de Descartes et Helena Jans ainsi que celui de l'enfant, Fransintge équivalent à Francine.

    Aucun document ne confirme que Descartes a envoyé Helena à Deventer (afin qu'elle y accouche) mais il connaissait la ville et y avait vécu avec son ami Reneri. Il est possible que Francine y ait vu le jour : à l'époque les enfants étaient baptisés très peu de temps après leur naissance. En 1635 Descartes résidait à Utrecht ; il lui aurait été possible de se rendre de temps en temps à Deventer.

    S'il est vrai que Descartes chercha à dissimuler sa paternité, Helena ne partagea pas le sort de nombreuses autres mères célibataires, qui étaient le plus souvent mises au ban de la société. Il est avéré qu'ils ont entretenu une correspondance : en 1637, Descartes a adressé un message à Helena par l'intermédiaire d'un tiers, l'invitant à le rejoindre près de Santpoort et à venir avec sa fille. On ne sait pas si Helena accepta mais il subsiste une anecdote selon laquelle Descartes frappait dans ses mains dans son jardin de Santpoort pour provoquer un écho et inciter une jeune enfant à le poursuivre.

    En 1640, il prend des dispositions pour que sa "nièce" séjourne chez sa tante, Mme du Tronchet, en France, afin d'y recevoir une éducation. Cette petite fille, c'était Francine. Elle ne fit jamais le voyage car elle mourut subitement de la scarlatine en septembre 1640 à l'âge de cinq ans. Descartes connut "le plus grand regret qu'il eût jamais senti de sa vie".

    Helena a connu Descartes pendant au moins dix ans, à une époque charnière de la vie du philosophe, celle qui a précédé la publication de son premier texte (il s'intéressait aux chandelles, aux flocons de neige, aux hirondelles, aux anguilles, au sel, aux chatouillements, entre autres sujets).

    Le fait que Descartes et Helena restèrent en contact épistolaire et qu'ils vécurent non loin de l'autre plusieurs années après la mort de Francine laisse à penser que leur relation avait de l'importance pour eux deux... En l'état actuel des connaissances, aucune des lettres que s'adressèrent Descartes et Helena n'a subsisté.

    Une belle histoire, non ? 


    votre commentaire
  • J'avais tellement aimé "Charlotte" que j'ai tenté un autre livre du même auteur. Celui-ci, qui est écrit dans un style totalement différent,raconte un fait de société somme toute assez classique de nos jours.

    La tête de l'emploi de David Foenkinos

     La descente aux enfers d'un homme d'une cinquantaine d'années qui, alors qu'il pense que tout va bien dans sa vie - il a un bon boulot, une femme qu'il aime, une fille qui a réussi - perd successivement son travail et sa femme (sans lien apparent).

    Et pourtant c'est sur un ton de comédie et non de drame que David Foenkinos nous décrit le quotidien de Bernard (un prénom dont l'auteur dit qu'il a tout de suite pensé qu'il aurait le potentiel de l'échec... !) depuis le moment où il doit changer de poste au sein de sa banque (il doit prendre, en sus de son propre poste de conseiller financier, le poste de guichetier laissé vacant à cause de restrictions de personnel) jusqu'au moment où sa femme et lui décident de "faire un break", ce qui le conduira d'ailleurs à retourner vivre chez ses parents. Là, il va rencontrer une autre femme avec laquelle il va vivre une passion aussi fulgurante qu'éphémère.

    Ce qui m'a bien plu, c'est le côté "vrai" des situations. Dans ma propre banque je me suis aperçue que depuis quelques temps mon conseiller financier tenait, à tour de rôle avec ses autres collègues, le guichet de l'accueil. Je ne lui conseillerai peut-être pas de lire "La tête de l'emploi" !

    Un livre très plaisant à lire (même si la fin est un peu bâclée).

    L'interview de David Foenkinos à propos de la sortie de son livre


    votre commentaire
  • J'ai lu récemment - et par hasard ou presque - un livre qui m'a passionnée : en fait, je ne suis pas la seule à avoir aimé ce livre de David Foenkinos puisqu'il a eu le Prix Renaudot 2014.

    En fait, j'aime bien quand je vais à la Bibliothèque, fouiller dans le rayon "Nous aimons, vous aimez" des bibliothécaires et j'y trouve parfois de vrais trésors de lecture tels que ce livre.

    Autoportrait (1940)

    Charlotte Salomon, une artiste peintre...

    La vie de cette jeune artiste juive allemande décédée à 26 ans alors qu'elle était enceinte au camp de concentration d’Auschwitz est vraiment d'une dureté exceptionnelle. Le 5 mars 1940, sous ses yeux, sa grand-mère se jette par la fenêtre. Son grand-père lui révèle alors que sa mère, qu'elle croyait morte d'une grippe, s'est aussi suicidée quand elle avait 8 ans. Elle apprend par la même occasion qu'elle porte le prénom de "Charlotte" en souvenir de sa tante, morte noyée trois ans avant sa naissance.

    Elle a laissé un ensemble de peintures sur gouache et de textes accompagnés de partitions musicales, une oeuvre unique appelée Vie ou Théâtre ? dans laquelle elle se raconte.

    Moi, je ne vais pas vous la raconter..., je vais vous la montrer au travers de ses peintures (on a retrouvé pas moins de 1325 gouaches ou aquarelles, toutes exécutées à partir des couleurs primaires - le bleu, le rouge et le jaune - car dans cette période de guerre, il y a pénurie de matériaux...). Elle a choisi d'en terminer 800.

    ◄►◄►◄►◄►◄►

    Un souvenir du temps heureux de la petite enfance ainsi légendé

    "Pour son premier voyage, Charlotte découvrit les montagnes bavaroises. Elle y repensa bien souvent par la suite. Sa mère était incroyablement joyeuse et chantait et sautait partout avec elle. Son père était sérieux. Il n’en était pas moins heureux d’être en famille. Ils firent également du bateau et grimpèrent tout en haut des montagnes."

    Charlotte Salomon, une artiste peintre...

    Autre souvenir d'enfance, nettement plus douloureux.

    La mère de Charlotte, qui s'est défenestrée quand elle avait 9 ans, en 1926, lui dit peu avant de mourir "Au ciel, tout est beaucoup plus beau que sur terre, et, lorsque ta Maman sera devenue un petit ange, elle descendra et apportera à son petit lapin, elle apportera une lettre dans laquelle elle dira comment c’est au ciel, comment c’est tout là-haut dans le ciel."

    Charlotte Salomon, une artiste peintre...

    Evocation de Paula Lindberg

    Son père l'épouse en deuxièmes noces après le suicide de sa mère. On voit ici la salle de l'opéra où "Paulinka" se produit.

    Charlotte Salomon, une artiste peintre...

    30 janvier 1933, le parti nazi est déjà installé en Allemagne...

    "C’est pleins d’espoir qu’ils fixent la croix gammée. Le jour de la liberté et du pain s’est levé."

    Charlotte Salomon, une artiste peintre...

    Elle rencontre Amadeus Daverlohn, le professeur de chant de Paulinka.

    C'est un grand séducteur et un beau parleur : "Paulinka. Partez maintenant, bonne nuit. Daberlohn. Ah ! mon soleil, ne m’abandonne pas !"

    Charlotte Salomon, une artiste peintre...

    Charlotte Salomon est capable de peindre des dizaines de fois son visage.

    Elle transcrit ainsi son bavardage hypnotique, tout en reproduisant son discours.

    Charlotte Salomon, une artiste peintre... 

    C'est ce même Daberlohn qui l'encourage à peindre.

    Autoportrait "Dépasse la moyenne"

    Charlotte Salomon, une artiste peintre... 

    Une idylle finit par se nouer entre Charlotte et Daberlohn.

    Mais là encore, le bonheur ne durera pas : ses parents envoient Charlotte rejoindre ses grands-parents, sur la Côte d'Azur, fin 1938, pour la protéger des nazis. Elle ne les reverra jamais, ni eux, ni son cher Amadeus Daberlohn.

    Charlotte Salomon, une artiste peintre...

    Hébergée chez une riche Américaine à Villefranche-sur-Mer

    Charlotte subit la proximité d'un grand-père qui ne comprend rien à sa vocation artistique, comme on le voit ici, légendé : "Grand-mère : N'es-tu venue au monde que pour dessiner ? Grand-père : Tu es beaucoup trop indulgente pour elle. Pourquoi ne deviendrait-elle pas femme de chambre, comme les autres ?"

    Charlotte Salomon, une artiste peintre...

    Nouvelle série de têtes

    Dans une scène terrible qui suit le suicide de sa grand-mère, le grand-père de Charlotte lui révèle que sa tante et sa mère se sont également suicidées, et qu'elle pourrait bien être la prochaine à le faire.

    Charlotte Salomon, une artiste peintre...

    Elle publie "Vie ? ou Théâtre ?"

    Dévastée par ces révélations, en exil loin des siens, directement menacée par la montée du nazisme, Charlotte se lance alors dans la création de ce qu'elle appellera "Vie? ou Théâtre?"... et dont on vient de voir quelques images.

    Charlotte Salomon, une artiste peintre...

    La dernière lettre de Charlotte Salomon

    Les derniers mots connus de Charlotte Salomon sont cette lettre, que les spécialistes datent de février 1943, elle s'accuse d'avoir empoisonné son grand-père.

    Charlotte Salomon, une artiste peintre...

    Une des dernières photos connues de Charlotte Salomon

    Vraisemblablement à Villefranche-sur-Mer, où elle s'était réfugiée chez une riche Américaine après avoir fui Berlin fin 1938.

    Charlotte Salomon, une artiste peintre...

    Les photos et les textes sont tirés d'un article du NouvelObs.

    J'ai adoré le roman et cela m'a donné envie de découvrir la peinture de cette artiste disparue si jeune avec une telle production, une artiste vraiment complète puisqu'elle a même associé à ses peintures des textes et des partitions de musique...

    J'aime beaucoup.


    votre commentaire
  • J'ai lu dernièrement avec énormément de plaisir un livre de Jean-Louis Fournier intitulé "Il a jamais tué personne mon papa".

    Un livre très sympa !

    Je vous le recommande si vous ne disposez pas de suffisamment de temps pour faire une lecture suivie : il s'agit de petites anecdotes d'une page pas plus contées par l'auteur à propos de son père qui était médecin de campagne (près d'Arras) mais qui avait le grave défaut de lever un peu trop le coude...

    Vous verrez que l'auteur en parle à posteriori avec beaucoup de lucidité (ceci a profondément marqué sa jeunesse) mais aussi avec beaucoup d'indulgence. Son père était par ailleurs un bon médecin, dévoué à ses patients et estimé de tous.

    Une des 66 petites histoires...

    ◄►◄►◄►◄►

    "Dans l’album de famille il y a une photo que j’aime bien, c’est moi et papa.

    Papa est allongé sur un divan, en train de lire ; moi, je suis assis à côté de lui. Je dois avoir un an, j’ai l’air heureux, il ne peut rien m’arriver de mal, je suis avec mon papa.

    Mon papa, il est jeune, il est beau, il a des petites lunettes en métal qui font savant ; en même temps, il a l’air rassurant, on voit que c’est quelqu’un avec qui on doit se sentir bien, en plus il est docteur, quand il est là on est tranquille, on ne peut pas mourir.

    Pourquoi le papa de maintenant il est vieux, il est triste, il nous parle plus, il est pas gentil avec maman et, quelquefois, il nous fait peur ?"

    ◄►◄►◄►◄►

    Où il est passé, le papa de la photo ?


    votre commentaire
  • J'ai lu un livre récemment d'une femme écrivain américaine, Joyce Maynard, qui raconte l'histoire d'un garçon de 13 ans, Henry, qui vit seul avec sa mère, Adèle, depuis le divorce de ses parents.

    Long week-end de Joyce Maynard

    Un jour, un évadé de prison inculpé pour meurtre les prend en otage alors qu'ils sont dans un supermarché. Mais cet homme, Franck, les traite avec douceur alors qu'ils ont rejoint la maison d'Adèle.

    Alors qu'Henry découvre la sexualité, ils vont vivre, chacun à leur manière, un huis clos palpitant plein de surprises et d'émotion durant ce long week-end de Labor Day.

    Le livre a fait l'objet d'un film "Last days of summer" tourné par Jason Reitman et globalement bien réalisé et interprété selon la critique.

    Long week-end de Joyce Maynard

    Le roman, très facile à lire mais d'une grande profondeur, m'a emballée.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique