• Ce mercredi avait lieu une nouvelle séance du "Cinéma en plein air" à Châtillon. Au programme, le Lac des cygnes de Tchaïkovski dans la mise en scène de Rudolph Noureev en 1984 (enregistré à l'Opéra Bastille en décembre  2016 s'il-vous-plait).

    Dans le rôle de Siegfrid, Germain Louvet,nommé danseur étoile de l'Opéra de Paris à l'issue de la représentation

    Dans le rôle d'Odette, Léonore Baulac, nommée danseuse étoile de l'Opéra de Paris à l'issue de la représentation

    A la Direction : Vello Pähn, un chef estonien

    Le Lac des cygnes est la première musique de ballet commandée à Tchaïkovski. L'histoire s'inspire d'une légende allemande.

    Le jeune prince Siegfried fête sa majorité. Sa mère lui annonce que, le jour suivant, au cours d'un grand bal pour son anniversaire, il devra choisir une épouse. Vexé de ne pouvoir choisir celle-ci par amour, il se rend durant la nuit dans la forêt. C'est alors qu'il voit passer une nuée de cygnes. Une fois les cygnes parvenus près d'un lac, il épaule son arbalète, s'apprêtant à tirer, mais il s'arrête aussitôt : devant lui se tient une belle femme vêtue de plumes de cygne blanches.

    Enamourés, ils dansent, et Siegfried apprend que la jeune femme est en fait Odette. Un terrible et méchant sorcier, von Rothbart, la captura et lui jeta un sort ; le jour, elle serait transformée en cygne et, la nuit, elle redeviendrait femme. D'autres jeunes femmes et jeunes filles apparaissent et rejoignent Odette, près du Lac des Cygnes, lac formé par les larmes de ses parents lorsqu'elle fut enlevée par von Rothbart. Ayant appris son histoire, le prince Siegfried, fou amoureux, est pris d'une grande pitié pour elle. Il lui déclare son amour, ce qui affaiblit le sort. Von Rothbart apparaît. Siegfried menace de le tuer mais Odette intervient ; si von Rothbart meurt avant que le sort ne soit brisé, il sera irréversible. Le seul moyen de briser le sort est que le prince épouse Odette.

    Le lendemain, au bal, à la suite des candidates fiancées que Siegfrid refuse toutes, survient le sorcier Rothbart, avec sa fille Odile, vêtue de noir (le cygne noir), qui est le sosie d'Odette. Abusé par la ressemblance, Siegfried danse avec elle, lui déclare son amour et annonce à la cour qu'il compte l'épouser. Au moment où vont être célébrées les noces, la véritable Odette apparaît. Horrifié et conscient de sa méprise, Siegfried court vers le lac des cygnes.

    La façon dont Odette apparaît finalement à Siegfried diffère selon les différentes versions du ballet : Odette arrive au château ou bien von Rothbart montre à Siegfried une vision d'Odette.

    Il existe également différentes fins :

    • L'amour véritable d'Odette et de Siegfried vainc von Rothbart, le prince lui coupe une aile et il meurt.
    • Siegfried ayant déclaré son amour à Odile, il condamne, sans le savoir, Odette à demeurer un cygne pour toujours. Réalisant que ce sont ses derniers instants en tant qu'humain, elle se suicide en se jetant dans les eaux du lac. Le prince se jette lui aussi dans le lac. Cet acte d'amour et de sacrifice détruit von Rothbart et ses pouvoirs et les amants s'élèvent au paradis en une apothéose.
    • Siegfried court au lac et supplie Odette de lui pardonner. Il la prend dans ses bras mais elle meurt. Les eaux du lac montent et les engloutissent.
    • Siegfried ayant déclaré son amour à Odile, il condamne, sans le savoir, Odette à demeurer un cygne pour toujours. Odette s'envole sous la forme d'un cygne, et Siegfried est abandonné dans le chagrin et la douleur lorsque le rideau tombe.

    Dans cette version de Noureev, Rothbart arrache Odette à Siegfried et l’emporte avec lui dans le ciel, réalisant le rêve prémonitoire de Siegfried en le faisant sombrer dans la folie.

    Il faut le dire : c'est très beau mais c'est très long... plus de 2h30 de film sans entracte ! J'ai voulu rester jusqu'au bout pour connaître la fin... mais nombre de spectateurs sont partis bien avant : des 100 personnes présentes au début, il en restait moins de 10 à l'arrivée.

    Le prochain film devrait plus faire recette (si on peut parler de recette pour un film gratuit !) : il s'agit des Incorruptibles.


    votre commentaire
  • La Mairie de Châtillon propose aux estivants - et à ses habitants - des concerts de grande qualité durant l'été. Ils se passent dans le jardin de la Mairie où se trouve un joli kiosque à musique.

    Le public est déjà là...

    Concert d'été au kiosque à musique

    Le premier d'entre eux réunissait les musiciens du Quintet de Nicolas Fourgeux et Sanija Bumane.

    Lui, est saxophoniste et chanteur, (pour voir son site, cliquer ICI)

    Concert d'été au kiosque à musique

    Elle, est chanteuse : cette jolie lettone parle l'anglais à merveille et..., cerise sur le gâteau, chante aussi en français.

    Elle forme avec Nicolas Fourgeux un duo très harmonieux et sympathique.

    Concert d'été au kiosque à musique

    Le duo était accompagné d'un batteur, d'un contrebassiste et d'un pianisteNicolas Fourgeux m'a gentiment fourni leurs noms.

    Le batteur, c'est Julien Vuillaume

    Concert d'été au kiosque à musique

    Le contrebassiste, Damien Dequiedt

    Concert d'été au kiosque à musique

    et le pianiste, Sébastien Vaivrand

    Concert d'été au kiosque à musique

    Le quintette nous a enchanté les oreilles pendant plus d'une heure non stop.

    Concert d'été au kiosque à musique

    Banana Split for My Baby de Luis Prima : j'adore !

     

    Let's Call the Whole Thing Off de Luis Armstrong et Ella Fitzgerald

     

    Le temps était un peu limite mais par chance la pluie a attendu que le concert se termine pour commencer à tomber. Enfin presque... Le pianiste a dû recouvrir son instrument d'une couverture durant les dernières minutes du concert, ce qui a déclenché les rires du public, ravi de le voir jouer "à l'aveugle" !

    Concert d'été au kiosque à musique

    Concert d'été au kiosque à musique

    Un super concert !

    Merci à la Mairie de nous l'avoir offert.


    votre commentaire
  • Ce lundi 26 juin Philippe est allé, accompagné de quelques amis, écouter ma chorale qui se produisait dans la salle de la Maison des Associations de Solidarité située au 10 rue des terres au curé dans le 13ème (autrefois faisant partie de la commune d'Ivry).

    La rue en 1900

    Concert chorale des Oranges Bleues

    La rue aujourd'hui : adieu voiture à bras et petites maisons...

    Au premier plan, la MAS

    Concert chorale des Oranges Bleues

    A l'intérieur, un espace, jointif à une petite cuisine, a permis aux spectateurs et aux choristes de partager le pot de l'amitié - préparé par nos soins - après le concert.

    Le concert de ma chorale

    La grande salle peut accueillir environ 200 personnes : la chorale a fait le plein.

    Le concert de ma chorale

    Le seul bémol (quand il s'agit de musique, avouez que le mot est plus qu'approprié !), c'est que la scène ne peut supporter le poids de plus de 40 personnes et... comme nous sommes 60 choristes (quand tout le monde participe), il a fallu positionner certains d'entre eux - dont  je faisais partie - en bas de l'estrade. Pas facile à cet endroit d'entendre les collègues chanter à l'étage du dessus...

    Le programme était comme d'habitude très varié avec pas mal de chansons en langue étrangère (et même une en latin de cuisine !) et d'autres tirées du répertoire français.

    ◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

    La partie "classique" : Am See de Schubert

    Les "chants de lutte" : les mains d'or de Bernard Lavilliers, les loups sont entrée dans Paris de Serge Reggiani, Va pensiero (un extrait de Nabucco de Verdi), et La complainte de Mandrin

    "Soul, pop, rock" : Rock my soul (en canon), California Dreaming (les Mamas et les Papas) et le temps qui court d'Alain Chanfort

    "Du côté de la Méditerrannée, la Corse et l'Italie" : Ninina la mia diletta (berceuse corse), Signore delle Cime (chanson italienne) et Con te partiro (Andrea Bocelli)

    "Le quart d'heure romantique" : Les roses de Picardie (Yves Montand)

    et..., après l'an dernier Le chat de la voisine,

    "Un chien très énervant, Mirza (Nino Ferrer)"

    ◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

    Voici quelques souvenirs de  ce concert qui nous a demandé pas mal de travail et... pas mal d'angoisses aussi ! Anne, notre chef de choeur, a mis la barre haute cette année je trouve.

    ◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

    Décontractée avant le début du concert

    Concert de fin d'année des Oranges Bleues

    En place pour le premier chant...

    Concert chorale des Oranges Bleues

    Va pensiero

    Il s'agit de l'un des choeurs les plus connus de l'opéra de Verdi "Nabucco". Il est chanté par les hébreux prisonniers à Babylone.

    La traduction...

    Va, pensée, sur tes ailes dorées ;
    Va, pose-toi sur les pentes, sur les collines,
    Où embaument, tièdes et suaves,
    Les douces brises du sol natal !

    Salue les rives du Jourdain,
    Les tours abattues de Sion ...
    Oh ma patrie si belle et perdue !
    Ô souvenir si cher et funeste !

    Harpe d'or des devins fatidiques,
    Pourquoi, muette, pends-tu au saule ?
    Rallume les souvenirs dans le cœur,
    Parle-nous du temps passé !

    Semblable au destin de Solime
    Joue le son d'une cruelle lamentation
    Ou bien que le Seigneur t'inspire une harmonie
    Qui nous donne le courage de supporter nos souffrances !

    Concert du 14 juillet 2013 au Champ de Mars

    O mio babbino caro

    Cet air d'opéra était l'un des préférés de Maria Callas...

    Le texte raconte la douleur d'une jeune fille dont les parents refusent le fiancé.

    Oh mon papa chéri,
    (Ô mon cher petit papa)
    Il me plaît, il est beau, il est beau !
    Je veux aller à Porta Rossa
    pour acheter l’anneau. (l'alliance)
    Oui, oui, je veux y aller !
    Et si mon amour était vain
    J’irais sur le Ponte Vecchio
    pour me jeter dans l'Arno !
    Je me consume, je me tourmente !
    Ô Dieu ! je voudrais mourir !
    Papa*, pitié, pitié !
    Papa*, pitié, pitié !

    Moi aussi je l'aime beaucoup, surtout chanté par la Callas !

    Les mains d'or

    En 2011, Bernard Lavilliers soutient les "métallos" de l'usine ArcelorMittal à Florange. Il leur dédie la chanson "Les mains d'or" extraite de l'album Arrêt sur Image (2001).

    Nous avons tous adoré chanter cette chanson.

    Bernard Lavilliers chante "Les mains d'or" à ArcelorMittal

    Bon : il y a encore du travail... mais l'essentiel est de se faire plaisir !


    votre commentaire
  • Evelyne est vraiment adorable : quand Vincent joue dans la région, elle nous fait toujours signe pour venir l'applaudir. C'était le cas ce week-end puisque l'Orchestre régional de Normandie se produisait à Saint-Aubin-lès-Elbeuf à l'occasion de la nouvelle année.

    Il s'agit d'un orchestre de chambre composé de 18 musiciens (cordes et vents).

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Vincent est le fils de mon cousin germain, Jean-Michel, le frère d'Evelyne. Il est premier violoncelle dans l'orchestre qu'il a intégré il y a presque vingt ans maintenant au sortir du Conservatoire. Inutile de vous dire que je suis très fière de lui, même si je n'y suis pour rien...

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Des valses naturellement (il n'y a pas qu'à Vienne qu'on les joue...). Le concert s'intitulait "Pour un temps de danse" et nous a offert des valses de Brahms et de Strauss (le fils).

    Violoncelliste et... apiculteur !

    La Valse… Au début, c’est simple comme une chanson. Une valse à trois temps, comme c’est charmant, une valse à quatre temps, c’est beaucoup moins dansant, une valse à cent ans… Valses de Brahms, valses de Vienne, les cordes de l’Orchestre Régional de Normandie vous invitent dans un cortège de valses et vous entraînent dans le tourbillon de la fête !

    La chef d'orchestre invitée était Alexandra Cravero : une jeune femme très brillante, née à Marseille, qui n'engendre pas la mélancolie et qui a présenté chacun des morceaux avec beaucoup de simplicité, de gentillesse et d'humour. Elle nous parle ainsi des liens qui unirent Clara Schumann et sa fille Julie à Brahms de façon sûrement fantaisiste mais fort drôle.

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Le concert se tenait dans l'église de la Congrégation des Soeurs du Sacré-Coeur de Jésus que nous connaissons déjà pour y avoir entendu l'an dernier l'orchestre dans une illustration sonore des films de "Mickey-Mouse" (le Maire de Saint-Aubin, Jean-Marie Masson, propose régulièrement à ses électeurs des concerts de musique classique).

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Seules les cordes étaient présentes ce soir (les vents jouaient Pierre et le loup également en Normandie).

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Alexandra Cravero n'utilise pas de baguette : tout est dans les mouvements des bras, des mains ainsi que du corps dans son ensemble.

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Extrait de Liebeslieder Waltzer de Brahms (dans un arrangement de Friedrich Hermann)

    Quelle énergie pour diriger !

    La suite du programme était plus connue du public avec trois valses de Johannes Strauss : Aimer, boire et chanter ; Roses du sud et pour finir la valse de l'Empereur.

    Aimer, boire et chanter : vous connaissez bien sûr...

    L'orchestre a été très applaudi et est revenu pour un "bis" qui a enchanté le public : la valse N°2 de Chostakovitch que le public de la télévision a découverte en octobre 1993 grâce à la publicité de la CNP.

    Rappelez-vous...

    et maintenant un extrait avec l'Orchestre régional de Normandie

    Nous avons pu voir Vincent à la fin du concert avant qu'il ne reprenne son "Car pour Caen" (écouter ICI le sketch de Raymond Devos). Non non, je ne plaisante pas : il habite réellement à Caen, du moins sa proche banlieue.

    Et là-bas, dans son jardin (ainsi que sur un terrain qu'il loue) il élève DES ABEILLES !

    La preuve par l'image (Ouest-France du 12 juin 2015 : ICI)

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Il nous a d'ailleurs offert un pot de miel et du nougat de ses abeilles... Il a fait cette année 400 kilos de miel tout de même.

    Sympa ce petit week-end !


    votre commentaire
  • L'Orchestre régional de Normandie se produisait ce week-end à Saint-Aubin-lès-Elbeuf à l'occasion de la nouvelle année. Il s'agit d'un orchestre de chambre composé de 18 musiciens (cordes et vents).

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Vincent, mon petit cousin, est premier violoncelle dans l'orchestre qu'il a intégré il y a presque vingt ans maintenant au sortir du Conservatoire. Inutile de vous dire que je suis très fière de lui, même si évidemment je n'y suis pour rien...

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Des valses naturellement (il n'y a pas qu'à Vienne qu'on les joue...). Le concert s'intitulait "Pour un temps de danse" et nous a offert des valses de Brahms et de Strauss (le fils).

    Violoncelliste et... apiculteur !

    La Valse… Au début, c’est simple comme une chanson. Une valse à trois temps, comme c’est charmant, une valse à quatre temps, c’est beaucoup moins dansant, une valse à cent ans… Valses de Brahms, valses de Vienne, les cordes de l’Orchestre Régional de Normandie vous invitent dans un cortège de valses et vous entraînent dans le tourbillon de la fête !

    La chef d'orchestre invitée était Alexandra Cravero : une jeune femme très brillante, née à Marseille, qui n'engendre pas la mélancolie et qui a présenté chacun des morceaux avec beaucoup de simplicité, de gentillesse et d'humour. Elle nous parle ainsi des liens qui unirent Clara Schumann et sa fille Julie à Brahms de façon sûrement fantaisiste mais fort drôle.

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Le concert se tenait dans l'église de la Congrégation des Soeurs du Sacré-Coeur de Jésus que nous connaissons déjà pour y avoir entendu l'an dernier l'orchestre dans une illustration sonore des films de "Mickey-Mouse" (le Maire de Saint-Aubin, Jean-Marie Masson, propose régulièrement à ses électeurs des concerts de musique classique).

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Seules les cordes étaient présentes ce soir là (les vents jouaient Pierre et le loup également en Normandie).

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Alexandra Cravero n'utilise pas de baguette : tout est dans les mouvements des bras, des mains ainsi que du corps dans son ensemble.

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Extrait de Liebeslieder Waltzer de Brahms (dans un arrangement de Friedrich Hermann)

    Quelle énergie pour diriger !

    La suite du programme était plus connue du public avec trois valses de Johannes Strauss : Aimer, boire et chanter ; Roses du sud et pour finir la valse de l'Empereur.

    Aimer, boire et chanter : vous connaissez bien sûr...

    L'orchestre a été très applaudi et est revenu pour un "bis" qui a enchanté le public : la valse N°2 de Chostakovitch que le public de la télévision a découverte en octobre 1993 grâce à la publicité de la CNP.

    Rappelez-vous...

    et maintenant un extrait avec l'Orchestre régional de Normandie

    Nous avons pu voir Vincent à la fin du concert avant qu'il ne reprenne son "Car pour Caen" (écouter ICI le sketch de Raymond Devos). Non non, je ne plaisante pas : il habite réellement à Caen, du moins sa proche banlieue.

    Et là-bas, dans son jardin, il élève des abeilles !

    La preuve par l'image (Ouest-France du 12 juin 2015 : ICI)

    Violoncelliste et... apiculteur !

    Il nous a d'ailleurs offert un pot de miel et du nougat de ses abeilles...

    Sympa ce petit week-end !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique