• Ce matin, nous nous sommes levés de bonne heure pour être dès potron-minet à l'Opéra Garnier d'où Radio Classique - dont nous sommes les fidèles auditeurs depuis notre retraite - émettait pour la journée entière en l'honneur des 350 ans dudit opéra. Inutile de vous dire que, recevant régulièrement la newsletter de la chaîne, j'ai tout de suite saisi l'occasion de répondre à cette gentille invitation, sachant que par la même occasion nous pourrions faire la visite de ces lieux chargés d'histoire.

    Nous voici donc devant l'Opéra Garnier: il fait encore un temps superbe aujourd'hui quoiqu'un peu frisquet, automne oblige.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    La chaîne a installé ses micros dans la Rotonde du Glacier, un espace d'agrément destiné à recevoir des invités lors des entractes et à rafraîchir tout ce petit monde. Au début du XXème siècle, une sonnette, installée dans toutes les loges de la salle de spectacle, permettait de s'y faire servir directement les boissons commandées.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Le public n'est pas encore très nombreux : il n'est que 9 heures du matin.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Un très joli plafond, une oeuvre de Georges Clairin, présente une ronde de bacchanales et de faunes.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Tout autour, est disposée entre les fenêtres, une série de huit tapisseries des Gobelins (d'après des cartons de A.J. Mazerolle) représentant les diverses boissons que l'on peut commander : le champagne, le café, le thé, l'orangeade et autres breuvages, mais aussi "la pêche" et "la chasse".

    Le thé, à l'orientale...

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    L'orangeade, avec le seau à glace
    (à noter les décors de grotesques qui surmontent les tapisseries)

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Et là, je cale...

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Il y a aussi des bustes d'artistes,

    comme ici celui de Carlotta Grisi, grande ballerine romantique qui a créé le rôle-titre de "Giselle".

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    ou celui d'Armand Cambon, peintre et fidèle ami d'Ingres dont il réalisera le musée à Montauban.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    C'est avec Franck Ferrand - qui, quittant Europe N°1 est arrivé récemment sur la chaîne - que commence cette journée. Aujourd'hui il a choisi de nous parler d'événements ayant été en rapport avec cette belle institution créée par Louis XIV en 1666 - je veux parler de l'Académie Nationale de Musique.

    Franck Ferrand - spécialiste de l'histoire - anime deux créneaux sur Radio Classique : "Franck Ferrand raconte", l'un à 9 heures du matin et l'autre à 14 heures.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Nous étions au premier rang pour ne rien perdre des paroles du journaliste...

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Le créneau de 9 heures s'intitule aujourd'hui...

    L'assassinat du duc de Berry

    Charles Ferdinand d'Artois, duc de Berry, est en 1820 l'héritier potentiel de la Couronne de France en ce qui concerne la branche des Bourbons. Il est le plus jeune neveu du roi Louis XVIII et n'a que onze ans à la Révolution. Il suit dès le 15 juillet 1789 son père en exil et rencontre à Londres où il vit alors, une jeune et jolie roturière, Amy Brown, de cinq ans sa cadette qui lui donne deux filles.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

     Mesdemoiselles d'Issoudun et de Vierzon

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Il vit ainsi dans le bonheur le plus parfait jusqu'à l'abdication de Napoléon en 1814 et la Restauration qui s'ensuit où il doit rentrer en France. Il fait venir Amy et ses filles qui ont respectivement 6 et 5 ans et les confie au duc de Coigny, l'un de ses amis.

    En 1816, il épouse - descendance princière oblige - une princesse de son rang, Marie-Caroline de Bourbon, princesse des Deux-Siciles (de vingt ans sa cadette) qui lui donne trois filles - dont une seule vivra - et un garçon.

    Avouez qu'elle aussi est très jolie !

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Mademoiselle d'Artois et le duc de Bordeaux

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Le duc et la duchesse de Berry étaient ce soir du 13 février 1820 à l'Opéra Richelieu (aussi appelé salle Montansier), situé en face de l'actuelle Bibliothèque nationale.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    La soirée s'annonçait joyeuse puisque c'était la période du Carnaval. C'était sans compter sans un certain Louis-Pierre Louvel, un ouvrier sellier du château de Versailles, bonapartiste depuis toujours qui voit d'un très mauvais œil ce duc qui risque bien d'avoir une descendance...

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Il guette donc l'heure où le carrosse princier va venir prendre les époux à la sortie du spectacle et bouscule le prince en bas de l'escalier, le blessant mortellement à l'aide d'une alène (rappelez-vous qu'il exerce au château la profession de sellier...).

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Le duc de Berry retire malheureusement ce qu'il croit être un poignard de sa poitrine, ce qui ne fait qu'accentuer l'hémorragie qui entraîne son décès (après 7 heures d'agonie tout de même).

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Peu avant de mourir, le prince demandera à son épouse, Marie-Caroline de prendre soin de sa deuxième famille et en particulier de ses deux filles, ce qu'elle fera en mémoire de son mari.

    Il est triste de savoir à posteriori deux choses : la duchesse de Berry est en fait enceinte de quelques mois (elle donnera naissance à un garçon, le duc de Bordeaux, qui continuera donc la lignée...) ET Napoléon mourra à Saint-Hélène un peu plus d'un an seulement après...

    Beaucoup de bruit pour rien comme dirait Shakespeare !

    Inutile de vous dire que Louis-Pierre Louvel a été guillotiné (même si le duc de Berry lui-même avait réclamé sa grâce à Louis XVIII...).

    ◄►◄►◄►◄►◄►

    Je n'ai pas réussi à télécharger l'émission enregistrée ce matin à l'Opéra mais si cela vous tente d'en apprendre plus, voici celle que Franck Ferrand a enregistrée en 2012 dans les studios d'Europe N°1 et qui est complétée par l'interview de Philippe Charlier, médecin légiste et anthropologue.

    Il est vrai que, tout à fait par hasard, cette émission nous intéressait particulièrement puisque les filles descendent justement par leur mère de la liaison que le duc de Berry a eue avec Amy Brown lors de son exil en Angleterre.

    ◄►◄►◄►◄►◄►

    Il faut ajouter que Louis XVIII fit détruire l'Opéra Richelieu après le décès du duc de Berry afin qu'aucun spectacle ne puisse plus se passer dans un lieu aussi tragiquement endeuillé.

    Un monument expiatoire fut construit en lieu et place (l'actuel square Louvois).

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Après quoi, un nouvel opéra le remplaça : l'Opéra Le Peletier (situé dans la rue Le Peletier) mais il faut croire qu'un mauvais sort s'acharna sur lui puisqu'il fut incendié dans la nuit du 28 au 29 octobre 1873...

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Par ailleurs, Napoléon III ayant été visé par un attentat le 14 janvier 1858 (perpétré par des anarchistes italiens), il a été décidé de faire construire rapidement un nouvel opéra dans un lieu plus sécurisé et proche du lieu de résidence de l'Empereur (l'aile Richelieu du Louvre).

    C'est ainsi que naquit, en 1875, l'Opéra Garnier dont la construction durera quinze ans. Napoléon III ne le connaîtra d'ailleurs pas puisqu'il décédera en 1873.

    Une petite anecdote : c'est le Président Mac-Mahon qui l'inaugure le 5 janvier 1875 mais Charles Garnier dut payer sa loge car il n'avait pas été invité !!!

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Charles Garnier à la construction de l'Opéra

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

     ◄►◄►◄►◄►◄►

    Et si nous visitions justement cet Opéra, au hasard de mes pas ?

    Tout tourne autour de la salle de spectacle dont on aperçoit les portes d'entrée aux loges.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Cet espace est ponctué de bustes d'hommes célèbres comme Corneille,

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    ou Beaumarchais

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Partout du marbre, des dorures (en veux-tu en voilà !)  et de jolis carrelages

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Les visites guidées qui ont commencé nous permettent de jeter un petit coup d'oeil à l'intérieur où des machinistes sont à l'action et des danseuses en train de travailler.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Le rideau de scène où est inscrite la date de 1669.
    (Photo Wikipédia)

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Le célèbre plafond de Marc Chagall

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    La Bibliothèque-Musée - qui dépend de la Bnf - est riche de 600.000 documents (livres, périodiques, partitions, livrets, programmes, photographies, estampes...).

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Au fond, un tableau représentant Mademoiselle Sandrini dans le rôle de Lilia (par Edouard Debat-Ponsan)

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Sur les côtés de petites scènes de théâtre ont été aménagées : sans doute ont-elles contenu des décors autrefois... ?

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Le Grand escalier d'apparat mène à la salle de spectacle, aux salons et aux foyers.
    (Photo Wikipédia)

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

     Je n'ai pas réussi à prendre de mon côté une bonne photo du Hall d'entrée tellement il est éclairé car cela en devient aveuglant et la cellule de l'appareil ne sait pas où donner de la tête !

    Evidemment, tout est en marbres de toutes provenances.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Le plafond

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Voici le Salon de la lune : on y trouve au centre une représentation d'oiseaux de nuit (des hiboux et des chauve-souris) volant dans une constellation d'étoiles.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    j'ai gardé le meilleur pour la fin : le Grand Foyer (54 m de long, 13 m de large et 18 m de haut) à qui était réservé au repos, à la flânerie et aux mondanités et à l'origine aux hommes...

    Malheureusement ma photo ne donne là pas du tout le visuel que l'on a en direct : on reste "babaorum" devant tant de richesses !

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Le peintre Paul Baudry qui collabore avec Charles Garnier à la décoration de l'Opéra copie certains des motifs de la Chapelle Sixtine.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Le plafond de Paul Baudry

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Sortie sur la terrasse faisant face à la place de l'Opéra

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Chaque centimètre carré du monument est décoré comme en témoigne le plafond de la terrasse.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Il ne reste plus qu'à descendre dans les "sous-sols" de l'Opéra pour admirer le bassin de la Pythie (on donnait le nom de Pythie, en liaison avec le serpent Python, à la Sibylle qui prophétisait à Delphes au nom d'Apollon). Le revers du Grand escalier est magnifiquement décoré comme vous pouvez le constater sur les deux photos qui suivent.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    C'est pour servir d'écrin à une très jolie petite statue nommée "La Pythie" présentée au centre d'une alcôve en forme de coquille.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    La Pythie a été modelée par la duchesse de Castiglione Colonna (pseudo : Marcello). Elle a fait scandale en son temps, ayant les seins dénudés...

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    En descendant encore un peu...

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Sublime, n'est-ce pas ?

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Revenons sur terre avec Christian Morin qui présente tous les jours à 9h30 son "Tous classiques". Dommage qu'il ne joue pas souvent de la clarinette car c'est un très bon musicien.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Radio Classique dit : "Avec son timbre chaleureux et sa bonne humeur quotidienne, Christian Morin partage avec ses auditeurs une matinée musicale, élégante et variée en toute convivialité."

    Et c'est vrai ! 

    Le voici qui va prendre le relais de Franck Ferrand.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Nous sommes restés à l'écouter avec plaisir jusqu'à ce qu'il cède la place...

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    à Laurence Ferrari qui de son côté présente son "Entrée des artistes". Radio Classique invite ses auditeurs à "Partager un moment de plaisir musical avec Laurence Ferrari tous les jours de la semaine de 12h à 14h."

    Et c'est ce que nous avons fait !

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Très sympathique aussi l'ex-présentatrice du 20 heures de Tf1 et très intéressante : elle a une grande culture musicale (pour le côté people, c'est l'épouse de Renaud Capuçon, le très célèbre et très séduisant violoniste).

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Ainsi avons-nous occupé on ne peut plus agréablement une belle matinée parisienne pour la modique somme de ZERO centimes : nous étions les invités de la chaîne !

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    Dans le hall d'entrée, de très belles sculptures représentant quatre grands musiciens : Rameau, Lulli, Gluck et Haendel.

    Une journée à L'Opéra Garnier avec Radio Classique

    J'avais déjà participé l'an dernier à une telle "journée délocalisée" : c'était aux Invalides, lieu non moins prestigieux. J'espère que l'an prochain la chaîne trouvera encore un bel endroit.

    Qui sait, pourquoi pas la Tour Eiffel !


    2 commentaires
  • Nous étions en Normandie ce week-end pour aller écouter Vincent, mon petit cousin, qui est premier violoncelle à l'Orchestre Régional de Normandie.

    Le concert se passait à la Chapelle du Lycée Corneille, près de la place de l'Hôtel de ville.

    Le Requiem de Mozart à la Chapelle du Lycée Corneille à Rouen

    L'origine de la Chapelle est liée à l'histoire des Jésuites et de leur implantation à Rouen. Fondé par Ignace de Loyola, l'ordre des Jésuites, voué au départ à des activités missionnaires, se spécialise dans l'enseignement et la formation de la jeunesse.

    La première pierre a été posée par Marie de Médicis en 1615 mais la chapelle ne sera consacrée qu'en 1704. A la révolution elle devient magasin de fourrage et au XIXème siècle il est envisagé de la détruire pour agrandir le lycée mais suite à un mouvement d'opinion, elle sera classée au titre des monuments historiques en 1910.

    L’architecture est dite hybride car elle associe des caractéristiques propres à l’art gothique et des nouveautés issues de la Contre-Réforme.

    Le Requiem de Mozart à la Chapelle du Lycée Corneille à Rouen 

    Grâce aux vitraux en verre blanc, la chapelle jouit d'un très bon éclairage, ce qui permet d'admirer son architecture intérieure.

    Le Requiem de Mozart à la Chapelle du Lycée Corneille à Rouen 

    La grosse sphère qui pend du plafond est destinée à l'acoustique.

    Le Requiem de Mozart à la Chapelle du Lycée Corneille à Rouen 

    Une figure omniprésente dans l'ornementation : les anges

    Le Requiem de Mozart à la Chapelle du Lycée Corneille à Rouen 

    Le retable du choeur représente l'assomption de la Vierge.

    Le Requiem de Mozart à la Chapelle du Lycée Corneille à Rouen

    Les musiciens et les choristes sont là : on aperçoit Vincent et son violoncelle à droite...

    Le Requiem de Mozart à la Chapelle du Lycée Corneille à Rouen

    Le concert était dirigé par Vincent Dumestre.

    Le Requiem de Mozart à la Chapelle du Lycée Corneille à Rouen

    Au programme, le Miserere d'Allegri et le Requiem de Mozart dont le Maître, qui se sentait malade, a dit : "je crains d'avoir écrit un requiem pour moi-même"...

    Et ce fut le cas puisque l'oeuvre resta inachevée. C'est Constance, son épouse, qui - pour toucher le solde du contrat et ne pas rembourser l'accompte - en confia la finition à Franz Xaver Sussmayr, l'un de ses élèves.

    J'ai enregistré avec mon téléphone des parties du Requiem. Malheureusement, elles ne sont pas audibles... Voici donc ici une autre version du Requiem, celle d'Herbert Von Karajan dirigeant l'orchestre philharmonique de Vienne.

    C'est tellement beau !

    Contente d'avoir entr'aperçu Vincent, toujours aussi gentil et simple. 


    votre commentaire
  • Samedi soir nous sommes allés écouter un concert au Temple du Boulevard de Port-Royal, non loin de chez nous, donné par le Ciné Trio.

    "In love" pour la Saint-Valentin par le Ciné Trio

    Ce trio est composé d'un pianiste (Philippe Barbey-Lallia),

    Ciné Trio : In love

    d'un violoniste (Cyril Baleton)

    Ciné Trio : In love

    et d'un hauboïste (Timothée Oudinot)

    Ciné Trio : In love

    tous trois de la même génération (ils se sont connus sur les bancs du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris) et qui, grâce à leur passion commune pour la musique, ont décidé d'allier leurs talents pour former ce trio alors qu'ils n'étaient encore qu'étudiants.

    Une sacrée bonne idée !

    Le Ciné Trio compte à son répertoire près de 350 arrangements inédits de thèmes parmi les plus célèbres composés pour le cinéma, alliant des films des années trente à nos jours.

    Le concert de ce jour faisait un clin d'oeil à la Saint-Valentin prochaine puisqu'il s'intitulait "In love" étant composé des thèmes les plus connus de films mettant en scène des couples unis par la passion...

    Ciné Trio : In love

    Tout est prêt pour le concert : le piano, les pupitres et l'écran qui diffuse des images des films.

    Ciné Trio : In love

    Ciné Trio : In love

    Nous avons ainsi pu écouter les musiques des films qui suivent tout en regardant leurs interprètes sur l'écran :

    Nino Rota, Maurice Jarre, Francis Lai, Ennio Morricone, John Williams et Charlie Chaplin (pour ne citer que les plus connus) ont ainsi bercé nos oreilles de musiques presque toutes connues...

    Autant en emporte le vent (Max Steiner)
    Casablanca (Herman Hupfeld)
    Sueurs froides (Bernard Hermann),
    Ben Hur (Miklos Rosza)
    C'est Nino Rota qui a écrit la musique de La Dolce Vita, le chef-d’œuvre de Fellini,
    Lolita (Nelson Riddle) : un film que je ne connaissais pas...
    Le Docteur Jivago et la célèbre musique de Maurice Jarre...,
    Encore Nino Rota pour Roméo et Juliette,
    Love Story (Francis Lai),
    Out of Africa (John Barry)
    Diamants sur canapé (Henry Mancini),
    Un homme et une femme : qui ne connait la célèbre chanson créée par Claude Lelouch Dabadabada... ?

    avant un entracte bien mérité pour les musiciens.

    Cerise sur le gâteau, la participation exceptionnelle de Nathalie Lefèvre, une jeune femme aux multiples talents dont celui de chanteuse qui a magnifiquement interprété la chanson de Claude Lelouch et qui a illustré "Les temps modernes" de Chaplin.

    Ciné Trio : In love

    Après un bref entracte, nous avons ensuite écouté...

    la musique d'Ennio Morricone dans Cinema Paradiso, d'Alex North dans Ghost,
    de Gabriel Yared dans L'Amant, d'Augustin Lara dans le film Talons Aiguilles, de John Williams dans Sabrina, de James Horner dans Titanic, de Stephen Warbeck dans Shakespeare in love, de Michael Galasso dans In The Mood for Love, de Justin Hurwitz dans la comédie musicale de l'été dernier La La Land, et... de Charlie Chaplin dans Les temps modernes.

    Nathalie Lefèvre a clos le concert en interprétant avec beaucoup de talent La Môme de Marguerite Monnot.

    Un très beau moment musical


    2 commentaires
  • Hier je suis allée écouter un concert dans une église du 14ème arrondissement, Notre-Dame-du-Rosaire. Ce n'était pas la seule église à proposer ce genre de spectacle (le dimanche sur Paris, pas mal d'églises le font) mais l'avantage c'est qu'elle était située sur la ligne du 62 qui passe devant chez nous.

    Vu le temps que nous avons en ce moment, il valait mieux ne pas aller trop loin !

    Le concert était donné au profit de "l'Association Acromégalie".

    L'acromégalie est une maladie rare qui touche autant les hommes que les femmes avec une prévalence de 5,5/100 000. Du fait de l'apparition lente et insidieuse des symptômes, cette maladie est généralement diagnostiquée après 4 à 10 ans d'évolution.

    La maladie est due à une hypersécrétion d'hormone de croissance par l'hypophyse due à une tumeur toujours bénigne de l'hypophyse appelée adénome hypophysaire.

    Les symptômes sont extrêmement nombreux et variés et parfois le médecin "passe à côté"...

    La chirurgie, la radiothérapie, sont généralement suivies d'un traitement médicamenteux.

    ◄►◄►◄►◄►

    Mais venons-en à notre concert : il se tenait, comme je vous l'ai dit, dans l'église Notre-Dame-du-Rosaire dont je vous propose la visite.

    Notre-Dame-du-Rosaire fait partie du quartier de Plaisance, un quartier marqué, dès avant la fin du XIXe siècle, par l'implantation d'usines et l'accroissement de la population. Le besoin cultuel conduisit à construire une église en 1909. Elle fut confiée aux soins de l'architecte Pierre Sardou (1873-1952).

    Le style choisi répond au phénomène qui frappa la société française après la Séparation de l'Église et de l'État en 1905 : il fallait multiplier les «chapelles de secours» en faisant simple. Pour assurer cette simplicité peu coûteuse et garante d'une construction rapide, quoi de mieux que de revenir aux édifices paléochrétiens et romans des origines.

    Pierre Sardou s'inspire de l'église des Saints-Apôtres de Florence : dépouillement des formes, arcades en plein cintre ornées de chapiteaux nus, clarté des proportions. Notre-Dame-du-Rosaire, consacrée en 1911, se rattache au roman florentin.

    Je vous l'ai dit : il faisait un temps de chien...

    La façade est dominée par un clocher-porche où trône la statue de Notre-Dame-du-Rosaire. Elle est surmontée d'un beffroi.

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    Notre-Dame du Rosaire : Statue de Michel Serraz (XXe siècle)

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    Moi je suis ravie que la séparation de l'Eglise et de l'Etat ait permis de construire une si jolie église !

    Côté choeur...

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    L'architecte Pierre Sardou a opté pour une voûte en bois à charpente apparente.

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    Le vitrail du choeur : une belle crucifixion, oeuvre d'Henri-Marcel Magne (1877-1944)

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    En dessous, un groupe sculpté représentant Notre-Dame-du-Rosaire ou la Vierge remettant le Rosaire à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne.

    Sculpture en pierre de trois mètres sur trois de Paul Darbefeuille (1855-1930)

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    Derrière l'autel, une croix : art contemporain naïf

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    Henri-Marcel Magne a également réalisé les vitraux du choeur représentant les quatre évangélistes,

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    ainsi qu'un très joli vitrail représentant Saint-Joseph et l'Enfant Jésus. Je l'ai remarqué car ce n'est pas si souvent que cela qu'on trouve un enfant Jésus dans les bras de son "père".

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    Le chemin de croix m'a aussi beaucoup plu : il est du même artiste que les vitraux.

    Station 1 : Jésus est condamné à mort

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    Station 6 : Véronique essuie la face de Jésus

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    Station 10 : Jésus est dépouillé de ses vêtements

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    Côté porche...

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    ◄►◄►◄►◄►

    Le concert se passait dans le choeur.

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    Les choristes : huit femmes et cinq hommes habillés de couleurs vives

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

     

    "Le petit choeur qui bat" en concert à l'Eglise Notre-Dame-du-Rosaire

    Au programme, des oeuvres de Francis Poulenc, de Benjamin Britten, d'Arvo Pärt (ceux-là je les connaissais) et d'autres musiciens des 19ème et 20ème siècles.

    Un compositeur finlandais, Toivo Kuula (1883-1918), nous a bien fait rire avec sa petite pièce intitulée "Minun Kultani Kaunis on" (dont nous avions la traduction sur notre programme évidemment !)

    Ma chérie est belle
    Bien qu'elle soit maigrelette
    He la la la la la
    Bien qu'elle soit maigrelette
    Ses yeux sont bleus,
    Bien qu'elle soit bigleuse
    Elle a la bouche comme un fermoir
    Bien qu'elle fasse plus d'une toise
    Quand je l'emmène à la foire
    Même les chevaux rigolent.

    J'ai malheureusement un peu raté le début...

    Il ne faut pas confondre cette version de Nobody knows tirée de l'Oratorio de Michael Tippett (1905-1998) avec celle, plus connue, jouée par Luis Armstrong à la trompette...

    Nobody knows the trouble I see, Lord
    Nobody knows like Jesus
    O brothers, pray for me
    And help me to drive old Satan away
    O mothers, pray for me
    And help me to drive old Satan away.

    Les voix des différents pupitres se répondent en écho faisant paraître le psaume plus long que ne l'est son texte...

    Une très agréable fin de journée pluvieuse... 


    votre commentaire
  • Hier je suis allée écouter en compagnie de quelques copines la version de concert de La Bohème à l'amphithéâtre des Arts et Métiers boulevard de l'Hôpital.

    Les Dimanches Musicaux ont en effet l'habitude de proposer aux parisiens une version de concert d'un opéra chaque année. C'est ainsi que j'y ai déjà écouté Carmen et la flûte enchantée.

    La Bohème de Puccini à l'amphithéâtre des Arts et Métiers

     Les musiciens sont prêts : on attend plus que le chef d'orchestre, Romain Dumas.

    La Bohème de Puccini à l'amphithéâtre des Arts et Métiers

    La Bohème de Puccini à l'amphithéâtre des Arts et Métiers

    Et voici Mimi (Shigeko Hata), une jolie brodeuse qui vient de rencontrer Rodolfo (Daniel Galvez-Vallejo), un poète qui vit dans une mansarde en compagnie de ses amis : Marcello est peintre, Schaunard est musicien, et Colline est philosophe.

    La Bohème de Puccini à l'amphithéâtre des Arts et Métiers

    L'un des airs les plus célèbres : Mi chiamano Mimi... (s'adressant à Rodolfo)

    On m'appelle Mimì,
    Mais mon vrai nom est Lucia.
    Mon histoire est brève.
    Sur de la toile, sur de la soie,
    Je brode chez moi ou dehors.
    Je suis tranquille et heureuse.
    Mon passe-temps,
    c'est faire des lys et des roses.
    Elles me plaisent, ces choses
    qui ont ce charme si doux,
    qui parlent d'amour, de printemps,
    de songes et de chimères :
    ces choses que l'on nomme poésie.
    Me comprenez-vous?

    Marcello (à droite) entretient une liaison avec la belle Musetta (Véronique Chevallier).

    La Bohème de Puccini à l'amphithéâtre des Arts et Métiers

    Hélas, la belle Mimi est atteinte de tuberculose et elle meurt à la fin de l'opéra...

    La Bohème de Puccini à l'amphithéâtre des Arts et Métiers

    Bon... les photos sont mauvaises mais c'est juste pour le souvenir d'un bel après-midi de novembre.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique