• Samedi dernier, mon petit cousin Didier, qui habite Munich, est venu passer le week-end à Paris avec son plus jeune fils, Elijah. Didier vient en France chaque année à cette époque avec l'un de ses trois enfants pour garder le lien avec la famille française de son père et, presque à chaque fois, nous passons une journée ensemble.

    Cette fois-ci Elijah avait émis l'idée de visiter le Musée Grévin et comme je n'avais pas vu ce dernier depuis de nombreuses années, je me suis jointe à eux. Le musée se trouve sur les Grands Boulevards, juste à côté du Passage Jouffroy.

     Visite du Musée Grévin

    La première pièce dans laquelle on entre est la Salle des Mirages, une pièce circulaire couverte de miroirs donnant à la pièce un air de galerie des glaces.

    Visite du Musée Grévin

    Commence ensuite la visite : certaines vedettes sont particulièrement réussies comme Omar Sy, plus vrai que nature.

    Visite du Musée Grévin

    Si je ne savais pas qu'Elijah est à Paris en chair et en os, j'aurais un doute ! Aurait-il rencontré Angelina Jolie... ?

    Visite du Musée Grévin 

    Mon petit cousin a l'art de se mettre en scène à l'instar des personnages de cire (il discute ici avec Al Pacino et Léa Salamé). 

    Visite du Musée Grévin 

    Les moyens modernes permettent maintenant de s'identifier aux stars en prenant leur visage. 

    Visite du Musée Grévin 

    Kad Mérad visitait le musée lui aussi dirait-on... 

    Visite du Musée Grévin 

    Le musée possède un très joli petit théâtre dans lequel ont été mis en scène plusieurs personnages de cire dans des attitudes tellement naturelles qu'on se demande si on ne rêve pas... 

    Visite du Musée Grévin 

    Catherine Frot déclamant avec Didier

    Visite du Musée Grévin  

    Cécilia Bartoli trône sur la scène dans un costume créé pour elle par Agostino Cavalca pour le concert "Sacrificium". 

    Visite du Musée Grévin 

    tandis que Roberto Benigni l'acclame aux premières loges... 

    Visite du Musée Grévin 

    Je n'ai pas identifié le personnage à perruque à côté du double de Fabrice Luchini... 

    Visite du Musée Grévin

     Mais à qui donc appartient ce bras... ?

    Visite du Musée Grévin

    A Elijah !

    Visite du Musée Grévin

    Elijah teste la similitude des formes... 

    Visite du Musée Grévin 

    Irrésistible Arturo Brachetti... Il ne sera jamais resté habillé aussi longtemps qu'ici ! 

    Visite du Musée Grévin 

    Pas très réussi Gérard Depardieu, je trouve. 

    Visite du Musée Grévin 

    Par contre, Gabin, extra 

    Visite du Musée Grévin 

    Le beau Serge 

    Visite du Musée Grévin

    Vous aurez reconnu Amélie Nothomb à son fameux chapeau.

    Visite du Musée Grévin 

    Jean d'Ormesson, le grand séducteur... 

    Visite du Musée Grévin 

    Simone Veil n'est pas vraiment arrangée... Elle était plus jolie que ça, il me semble. 

    Visite du Musée Grévin

    Toujours jovial le Pape François !

    Visite du Musée Grévin

    Naturellement, Elijah ne pouvait pas manquer celle-là...

    Visite du Musée Grévin 

    Stéphane Bern à côté de la Reine bien sûr 

    Visite du Musée Grévin

     

    Celui-là, j'espère qu'on n'en n'entendra plus parler dans l'avenir !

    Visite du Musée Grévin 

    Elle l'a séduit avec sa guitare...

    Visite du Musée Grévin 

    Notre Président, pas formidable de ressemblance

    Visite du Musée Grévin

    Le domaine de la gastronomie avec Alain Ducasse et Sophie Pic

    Visite du Musée Grévin

    Sans oublier Paul Bocuse 

    Visite du Musée Grévin

    Changement de registre avec Nostradamus

    Visite du Musée Grévin

    Einstein et sa fameuse chevelure...

    Visite du Musée Grévin

     Evidemment Thomas Pesquet y a aussi sa place...

    Visite du Musée Grévin

    Un bond en arrière : Didier a les cheveux longs..., pratique pour faire l'homme des cavernes !

    Visite du Musée Grévin

    Un vrai gamin !

    Visite du Musée Grévin

    Tel père, tel fils

    Visite du Musée Grévin

    Sans avoir connu Jeanne d'Arc, je la trouve très crédible.

    Visite du Musée Grévin 

    L'invention de l'imprimerie avec Gutemberg 

    Visite du Musée Grévin 

    Ah ce Didier !

    Visite du Musée Grévin 

    Le Roi Soleil, superbe 

    Visite du Musée Grévin

     Voltaire et Diderot réunis à la même table

    Visite du Musée Grévin

    Un peu plus tard, une certaine Charlotte va passer à l'action... 

    Visite du Musée Grévin

    Bonaparte aux pyramides

    Visite du Musée Grévin

    Van Gogh à côté d'Andy Wharol

    Visite du Musée Grévin

    Salvador et Pablo au café

    Visite du Musée Grévin 

    Camille Claudel sculptant un buste de Rodin 

    Visite du Musée Grévin 

    Mon petit cousin a aussi un très bon coup de crayon : ce mur permet de dessiner avec le doigt... 

    Visite du Musée Grévin 

    Nelson Mandela savourant sa victoire sur le racisme... 

    Visite du Musée Grévin 

    La belle Brigitte au summum de sa beauté 

    Visite du Musée Grévin

     

    L'auteur de 20.000 lieues sous les mers

     

    Visite du Musée Grévin

     

    Le cinéma d'animation et la BD ne sont pas oubliés...

    L'âge de glace

     

    Visite du Musée Grévin

     

    Titeuf

     

    Visite du Musée Grévin

     

    Nous voici arrivés dans l'espace dédié aux sports. Costaud le mec !

     

    Visite du Musée Grévin

     

    Elijah a pris place parmi les joueurs de hand...

     

    Visite du Musée Grévin

     

    Vous me direz de qui il s'agit... !

     

    Visite du Musée Grévin

     

    Nous approchons de la fin de la visite avec cette grande pièce où se trouvent rassemblés toutes sortes de vedettes du monde de la musique.

     

    Visite du Musée Grévin

     

    Voici Edith Piaf dans sa sempiternelle petite robe noire...

     

    Visite du Musée Grévin

     

    et notre Johnny national

     

    Visite du Musée Grévin

     

    Sympa cet espace avec Ray Charles et Henri Salvador

    Visite du Musée Grévin

     

    Et voici Louis Armstrong et sa trompette

    Visite du Musée Grévin

     

    Toujours dans le monde de la musique : Michael Jackson

    Visite du Musée Grévin

     

    Le milieu de la mode est aussi représenté.

    Jean-Paul Gauthier est mon styliste préféré.

     

    Visite du Musée Grévin

     

    Et voici Coco Chanel dans l'un de ses si célèbres petits tailleurs.

    Visite du Musée Grévin

     

    On quitte le musée avec le sourire de Charlot...

     

    Visite du Musée Grévin

     

    Visite du Musée Grévin

    et celui de Pierre Richard, qui fait aussi beaucoup rire ou sourire.

    Visite du Musée Grévin

    Je n'avais pas revu le musée depuis de nombreuses années : j'ai donc trouvé beaucoup de nouveautés mais Didier, mon petit cousin, m'a dit que l'ayant vu l'année passée avec un autre de ses fils, il avait aussi trouvé de nouveaux mannequins de cire.

    Et je n'ai mis dans ce post que quelques unes des innombrables statues de cire du Musée...

    Sympa !


    votre commentaire
  • Je viens d'entrer au comité de relecture du journal de mon association, Générations13, et d'être chargée de sa mise en page et... cela me botte ! Cela fait tout juste 30 ans en effet que j'ai mis le nez dans l'informatique en commençant justement par la mise en page, une activité qui me plait toujours beaucoup.

    Comme dans tout journal, la Une est réservée à l'éditorial : celui-ci est écrit soit par sa Présidente, soit par une personne de l'Association faisant généralement partie du CA. Le dernier éditorial avait pour sujet le dérèglement climatique.

    La mise en page du journal était jusqu'ici très classique.

    Je suis très fière du projet que j'ai concocté cette semaine pour le futur numéro : j'ai mis en filigrane, derrière le texte de l'édito (parlant des difficultés des retraités), une photo représentant la foule des manifestants lors des manifestations du 31 janvier dernier à Paris.

    Bon, maintenant il reste que cette maquette n'a pas encore été approuvée par le Bureau de l'association mais j'ai de bonnes raisons de penser qu'elle pourrait être retenue, à moins que ce ne soit cette autre, plus classique mais aussi peut-être plus lisible...

    Pour ma part, j'aimerais que l'autre soit retenue.

    Qu'en pensez-vous ?

    (C'est là où je vais voir qui, parmi mes quelques abonnés, lit réellement mes posts !)


    12 commentaires
  • Hier après-midi nous sommes allées Arlette et moi à Nanterre écouter, à la Maison de la Musique, un concert retenu depuis longtemps.

    Un super concert baroque à Nanterre avec Arlette

    La salle est spacieuse, sous forme d'amphithéâtre avec de bons fauteuils : toutes conditions réunies pour écouter de la bonne musique !

    Un super concert baroque à Nanterre avec Arlette

    J'ai ainsi découvert le B'Rock Orchestra, qui, comme son nom l'indique quand on le prononce bien..., joue de la musique baroque sur des instruments d'époque.

    Son principe est d'inviter des chefs et des solistes extérieurs.

    Cette fois-ci c'était le chef russe Dmitry Sinkovsky qui les dirigeait (quinze instrumentistes avec parité hommes-femmes s'il vous plait) dans des morceaux de Vivaldi et de Haendel. La cerise sur le gâteau, c'était la prestation de Josè Maria Lo Monaco, une fort jolie mezzo-soprano qui a enthousiasmé le public venu nombreux.

    Dmitry Sinkovsky a beaucoup de cordes à son arc : brillant violoniste depuis l'âge de 5 ans, il est aussi chef d'orchestre et contre-ténor.

    Un super concert baroque à Nanterre avec Arlette

    Le voici justement jouant un morceau que je connais par coeur mais que je n'ai pu identifier malheureusement, chantant dans un lieu magique... Ça, c'est pour faire regretter notre amie Michèle de ne pas être allée au spectacle ! (je sais qu'elle lit mon blog régulièrement...).

    Josè Maria Lo Monaco n'a rien à lui envier, ni physiquement ni côté talent car le sien est également immense.

    Un super concert baroque à Nanterre avec Arlette

    La voici ici interprétant "Gelosia spietata Aletto" de Haendel qui était au programme du concert.

     Nous avons aussi entendu, chose rare dans un concert, un Concerto de Vivaldi pour basson, joué par Benny Aghassi, soliste du B'Rock Orchestra.

    Le voici joué ici par Sergio Azzolini.

    Un moment de grâce en bonne compagnie


    votre commentaire
  • Guy Jones a retravaillé une vidéo des frères Lumière qui avaient filmé Paris à la fin du 19e siècle (années 1896 à 1900). Il a légèrement ralenti la vidéo pour que les déplacements soient plus réalistes et il a rajouté des sons d'ambiance.

    L'occasion de découvrir la Cathédrale Notre-Dame, le pont de l'Alma, l'avenue des Champs-Élysées, la place de la Concorde, les pompiers de l'époque, le jardin des Tuileries, le trottoir roulant de l'Exposition Universelle de 1900, et la tour Eiffel...

    Merci à François de me l'avoir transmise.


    votre commentaire
  •  Pour le temps, référez-vous à la photo ci-dessous : elle parle d'elle-même...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Depuis la gare de Thomery-Fontainebleau, nous traversons la forêt pour rejoindre le musée Rosa Bonheur que Jacqueline a prévu de nous faire visiter. 

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

     Elle a pour cet effet réservé une visite guidée auprès de Katherine Brault, la toute récente nouvelle propriétaire du Château de By labellisé "Maison des Illustres".

    Rosa Bonheur est une femme assez extraordinaire pour son temps : née à Bordeaux en 1822 elle s'éteint à Paris en 1899 après avoir marqué son époque. Première femme a avoir reçu la Légion d'Honneur et aussi première femme a avoir été autorisée à porter le pantalon !

    Théophile Gautier disait d’elle à l’époque : "Nous avons toujours professé une sincère estime pour le talent de mademoiselle Rosa Bonheur, avec elle, il n'y a pas besoin de galanterie ; elle fait de l'art sérieusement, et on peut la traiter en homme."

    Sans être féministe, Rosa Bonheur a beaucoup fait pour les femmes.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Pour en faire son atelier, elle a demandé à l'architecte Jules Saulnier de surélever l'aile nord du bâtiment : la façade néo-gothique qu'il a créée est très à la mode de l'époque. On aperçoit, au sommet, le belvédère permettant d'admirer le paysage alentour.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Devant la porte d'entrée, une jolie lanterne

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    La première pièce dans laquelle on entre est la boutique où l'on trouve toutes sortes d'ouvrages sur la peinture, en particulier féminine, et des petits souvenirs.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Un très joli dallage a été créé par la propriétaire.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Egalement au rez-de-chaussée, un salon de thé à l'abri d'une verrière

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    En bas de l'escalier montant à l'atelier, un portrait de Rosa Bonheur par l'américaine Anna Klumpke, avec laquelle l'artiste peintre partagera quelques années de sa vie et à laquelle elle léguera ses biens (Photo Annie Perrot).

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Ici également un curieux miroir en forme de palette de peintre et orné d'un dragon (de Gabriel Viardot), très à la mode à cette époque nous a dit Katherine Brault.

    La maison est restée "dans son jus" depuis que l'artiste peintre l'a léguée à Anna Klumpke.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Un escalier à vis permet l'accès à l'étage.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Au bout d'un couloir étroit et sombre recouvert de boiseries, l'atelier.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Partout sur les murs des animaux empaillés ayant vécu dans le parc du château : l'artiste peintre a même fait empailler la tête de son cheval...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    et cette tête de sanglier dont j'ai oublié le petit nom...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Rosa Bonheur avait une prédilection pour la peinture animalière dont elle s'est fait la championne. Le tableau présenté dans son atelier rappelle celui qui lui a valu la gloire : Le marché aux chevaux (1853) et qui est exposé au Metropolitan Museum of Art de New-York.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    La vente du tableau a atteint un tel prix à l'époque qu'elle lui a permis d'acheter ce château.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Katherine Brault est une passionnée : elle est intarissable sur la personnalité et la vie de Rosa Bonheur. La visite guidée durera plus d'une heure.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    L'atelier est un fouillis organisé (Photo Annie Perrot)

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Sur le tableau à gauche de la cheminée, Rosa bonheur porte la même blouse de peintre que celle qui pend à la chaise...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    La visite de l'atelier terminée, nous passons dans une toute petite pièce voisine, le petit salon, qui servait parait-il à Rosa Bonheur à recevoir les visiteurs qu'elle ne souhaitait pas garder longtemps !

    Sur la cheminée, un joli tableau non identifié et deux portraits de l'artiste peintre, l'un à 4 ans et l'autre à l'âge adulte sur lesquels on voit bien sa détermination.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Le tableau est l'oeuvre de son père, Raymond Bonheur, qui lui enseigna le dessin avant de se retirer de la vie civile, rejoignant alors un couvent de Saint-Simoniens en abandonnant femme et enfants. Au décès de sa femme, Sophie, il assumera à nouveau la responsabilité de ses enfants tout de même !

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    C'est ici aussi qu'on trouve la "Permission de travestissement" qui lui a été accordée en raison de l'encombrement des robes des femmes à cette époque, afin qu'elle puisse monter à cheval, aller aux foires aux bestiaux ou entrer facilement dans les abattoirs pour observer les animaux de près.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Dans cette pièce également les premières caricatures de Rosa Bonheur à l'âge de 14 ans...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    La troisième pièce que nous visiterons est étroite et longue (j'ai oublié son utilisation à l'époque). On y trouve des cartons à dessins remplis des calques que Rosa Bonheur faisait à partir d'esquisses avant de se lancer dans un tableau proprement dit.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Ici, un portrait de lion particulièrement expressif

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Rosa Bonheur disait en parlant des animaux : "Je les étudiais avec passion dans leurs mœurs. Une chose que j'observais avec un intérêt spécial, c'était l'expression de leur regard. L’œil n'est-il pas le miroir de l'âme pour toutes les créatures vivantes ? N'est-ce pas là que se peignent les volontés, les sensations des êtres auxquels la nature n'a pas donné d'autre moyen d'exprimer leur pensée ?"

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    Dans cette pièce également, une veste lui ayant appartenu à laquelle est épinglée la médaille de la Légion d'Honneur remise par l'Impératrice Eugénie en 1865. Trente ans plus tard Rosa Bonheur devient la première femme promue au rang d'officier.

    Le message est clair : le génie n'a pas de sexe.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    Une visite surprise de l'Impératrice entourée de sa cour

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    Katherine Brault nous ouvre l'armoire où sont encore rangés (une mise en scène sans doute...) les vêtements de l'artiste peintre. A cette époque, le noir était à la mode !

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Ici également, le costume de Sioux offert par Buffalo Bill à Rosa Bonheur

    Venu pour l’exposition universelle de 1889 pour présenter son Wild West Show, le cow-boy désire rencontrer Rosa Bonheur plus connue outre-atlantique qu'en Europe. Il l’admire pour ses tableaux de chevaux et de bisons. Il repart avec les chevaux sauvages qu'elle n'arrive pas à dompter et lui offre en échange un costume de Sioux.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Une petite vidéo du Musée Rosa Bonheur : ICI

    Mais nous sommes bien venus pour randonner, non ? On y va juste après un pique-nique dans ce parc bien accueillant... (Photo Annie Perrot)

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Ces chaises nous tendent les bras, non ?

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    D'autres préfèrent la rusticité d'un banc...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Zut, j'ai raté le sourire de Jacqueline !

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    L'autre objectif de cette promenade, ce sont les murs de vigne qui ont fait la renommée de Thomery. Ici, ils ne sont pas bien spectaculaires car nous sommes encore en hiver...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Les voici à la belle saison

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Cultivé à Thomery depuis 1730 (les pieds sont issus de la Treille royale du Château de Fontainebleau), l'apogée de la production du raisin de Chasselas se situe au début du XXème siècle. Ce raisin était considéré comme un raisin de luxe qui se consommait durant toute la période hivernale et printanière. Son déclin commence dans les années 1930 : il n'est plus cultivé à l'heure actuelle que par quelques particuliers de façon ornementale.

    Vous saurez tout, tout, tout, sur le raisin !

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Grâce à notre ami Jean-Pierre qui nous a expliqué la culture du raisin de Thomery.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    En particulier, sa culture sur des murs agissant comme capteurs solaires (restituant pendant la nuit la chaleur accumulée le jour), avec des vignes abritées par de petits toits de tuile auxquels étaient accrochées des plaques de verre soutenues par des crochets destinées à protéger les grappes de raisin des intempéries (grêle et pluies violentes).

    Le raisin était commercialisé à l'origine auprès de la clientèle de cour parisienne grâce au transport rapide par voie d'eau, puis plus tard jusque sur la Riviera française où allaient en villégiature les riches estivants russes.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Jean-Pierre nous explique aussi comment les grappes de raisin étaient conservées après leur cueillette dans des petites bouteilles remplies d'eau mises en chambre à raisin à une température régulée : le raisin récolté en octobre pouvait ainsi être commercialisé jusqu'au mois de mai de l'année suivante.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    Quel plaisir de randonner sur ces petits sentiers bordés de murs : pas moins de 300 kms à Thomery tout de même en son temps !

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Et puis, vous aurez remarqué que le printemps a pointé son nez... 

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    La municipalité a transformé cet espace en aire de remise en forme.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    pour le plus grand plaisir de Marie-Christine !

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Des kilomètres de sentiers bordés de murs de vigne... Le chemin des Longs Sillons qui serpente entre les murs et les jardins à vigne, est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    L'église de Thomery est malheureusement fermée.

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

     

    Jacqueline nous explique qu'elle est placée sous le vocable de Saint-Amand de Maastricht, considéré comme le fondateur de l'Eglise en Belgique.

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

     

    Sa statue se trouve au-dessus du portail.

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

     

    Une belle brochette !

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

     

    Une très belle balade : merci Jacqueline de nous l'avoir proposée !

     

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur


    2 commentaires