• Un moment musical avec Jacques Offenbach

     Ce soir, je suis allée écouter un "Moment musical" au Studio Raspail au 216 du boulevard du même nom. Marie Françoise Bourdot y donnait une conférence sur cet auteur de très nombreux opéras-bouffes (une bonne centaine) qu'est Jacques Offenbach. Bon, les sièges sont bien un peu défoncés mais avouez que pour 2 euros il serait ingrat de faire la difficile... ! Apparemment ce genre de soirée a lieu tous les mois et les habitués étaient au rendez-vous.

     Caricature d'Offenbach par Hippolyte Mailly

    Jacques-Offenbach-caricature-de-H-Maillet.jpg

    La conférencière nous a d'abord présenté la biographie d'Offenbach à partir d'un livre d'Alain Decaux dont on dit qu'il est parfaitement documenté mais néanmoins fort agréable à lire en raison du style particulièrement fluide de l'auteur et d'une narration illustrée par de nombreuses anecdotes.

    "Offenbach, roi du Second Empire" par Alain Decaux

    Né à Cologne en 1819, Offenbach, surnommé "Le Roi du second Empire" par l'auteur apprend très jeune le violoncelle dont il deviendra rapidement un véritable virtuose. A 13 ans, son père l'inscrit au Conservatoire de Paris qui était à cette époque la capitale de la musique. Il y est accepté alors que le règlement interdisait de recevoir les étrangers. Pour vivre, il deviendra musicien à l'Opéra Comique, puis un peu partout. Mais seule l'écriture musicale l'intéresse. Il parvient à faire jouer sa première pièce alors qu'il n'a pas 20 ans. Mais il lui faudra attendre le Second Empire pour vraiment connaitre le succès. Sa rencontre avec Meilhac et Halévy, qui vont composer la plupart des textes, puis avec Hortense Schneider, qui sera l'interprète de ses plus grandes œuvres ("La Grande Duchesse de Gérolstein, la Belle Hélène, etc....") lui assureront enfin un triomphe mérité. Travailleur infatigable toujours à court d’argent, mais dépensant sans compter, il produira plus de 110 œuvres et mourra en 1880 complètement épuisé.

     Puis, nous écoutons la musique de l'auteur à travers une quarantaine d'extraits d'opéras-bouffes faisant l'éloge de la nourriture : Offenbach a en effet énormément écrit sur le sujet. Il a même écrit des notes de son voyage en Amérique en 1876, frappé qu'il était par la différence entre la gastronomie française qu'il appréciait fort et les habitudes culinaires des américains.

     On trouve ainsi "La soupe aux choux" dans Les Bergers (1865), "Le pâté" dans Geneviève de Brabant (1859), "Le pot au feu" dans Robinson Crusoé (1867), "La poularde à la Créole" dans La Créole (1875), "Les crêpes" dans Le voyage de MM Dunanan père et fils (1862), ou encore "L'échaudé" dans Madame Fayart (1878) etc etc...

     Tous ces extraits m'ont fait découvrir une multitude d'opéras-bouffes que je ne connaissais pas : j'en étais restée à "La fille du Tambour major" et à "La vie parisienne"...

    Offenbach ne se prend pas au sérieux. Il va jusqu'à composer une chanson sur... le jambon de Bayonne (dans Trom-al-cazar - 1856) ! Voici la chanson par le groupe "Chanson Plus Bifluorée" : vous verrez que cela n'engendre pas la mélancolie.

     Très drôle aussi la chanson sur le rosbif (extraite de Mme l'Archiduc - 1874) qui se moque de la langue de Shakespeare parlée par les français mais je n'arrive pas à en retrouver les paroles...

     Pour terminer cette conférence, Marie Françoise Bourdot avait choisi de nous faire visionner le final de "La vie parisienne" : un vrai régal dans la mise en scène du Palais Royal sous la direction d'André Girard (1967). Suzy Delair, Simonne Valère et Jean Dessailly naturellement..., Jean Parédès, Pierre Bertin, Jean-Louis Barrault : que des grands avec des valses, des menuets, des polkas et bien sûr le fameux Cancan !

     La prochaine édition de ces "Moments musicaux" se tiendra le Jeudi 2 mai. René Andréani nous présentera Charles Gounod et sa Symphonie N°1 et... j'y serai naturellement !

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    ARMAND Monique
    Dimanche 3 Janvier à 19:44
    Bonsoir
    J'ai eu la chance d'assister à une conférence donnée par Monsieur Alain DECAUX :"OFFENBACH ROI DU SECOND EMPIRE "dans les salons de Madame GRIGNON FAINTRENIE à Lyon.
    Monsieur DECAUX m'avait dédicacé son livre,très joliment.
    C'était il y a 60 ans .....
      • Lundi 4 Janvier à 16:10

        Bonjour Monique,

        Merci de ce message qui me fait souvenir de ce beau spectacle que j'avais vu il y a sept ans. Vous avez eu la chance de rencontrer Alain Decaux...

        Si par hasard vous retrouvez dans le livre les paroles de la chanson sur le rosbif (dans "Madame l'Archiduc"), je vous serais reconnaissante de me les envoyer.

        Bonne année 2021 à vous.

        Amicalement,
        Claire Leconte

    2
    ARMAND Monique.arman
    Lundi 4 Janvier à 16:54
    Bonjour
    Les paroles ne sont pas dans le livre.
    Sur google :
    Madame l'Archiduc sur wikisource je les ai trouvées.
    Bonne lecture.
      • Lundi 4 Janvier à 21:07

        Bonsoir Monique,

        Merci beaucoup : effectivement je les ai trouvées mais pas le passage auquel je faisais allusion... ou du moins il m'a moins fait rire !

        Bonne soirée à vous,
        Claire

    3
    ARMAND Monique.arman
    Lundi 4 Janvier à 16:55
    Et bonne année à vous aussi.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :