• Théâtre des Déchargeurs : Myriam Boyer incarne Fréhel dans Riviera

    Hier soir, Elisabeth, une amie rencontrée lors des promenades de Générations 13, m'a invitée au théâtre. La pièce : Riviera d'Emmanuel Robert-Espalieu et le théâtre : Les Déchargeurs.
     
    Pratique de chez nous : un coup de 21 et je suis à Châtelet !

    Je n'étais jamais allée dans ce théâtre. Il faut dire qu'il y a pléthore de théâtres à Paris et que pour les faire tous il faudrait se lever de bonne heure... C'est un tout petit théâtre de 80 places seulement avec une petite dizaine de rangées de banquettes en velours rouge, assez confortables tout de même avec leur dossier. Mais ce qui est magique dans ce théâtre c'est qu'on peut presque toucher les acteurs et pour la pièce en question, c'est une évidence qu'il faut un tout petit théâtre !

    Salle-Vicky-Messica.jpg

    Il s'agit de la fin de vie de Fréhel (elle est décédée en février 1951) qui, après avoir été une star de la chanson populaire dans les années 20-30 (c'était aussi une très jolie jeune femme) s'est finalement brûlée les ailes, vieillissant prématurément tout en passant de mode... Sa courte liaison avec Maurice Chevalier qui la délaisse au profit de la Miss (Mistinguett), en partie pour des raisons carriéristes..., et sa gloire passée la rendent neurasthénique et la font tomber dans la drogue et l'alcoolisme. S'ensuit une fuite en avant qui la conduira de Saint-Pétersbourg à Vienne, Bucarest et Odessa pour se terminer en Turquie à Constantinople où elle se prostitue avant d'être prise en charge par l'ambassade de France en 1922 qui la rapatrie dans un état lamentable.

      Fréhel était son nom de scène (c'est un clin d’œil à ses origines bretonnes). Son véritable nom était Marguerite Boulc'h. C'est la fille d'un couple de bretons du Finistère venus tenter leur chance à Paris : son père est un ancien cheminot handicapé (il a perdu un bras, happé par une locomotive) et sa mère est concierge (et se livre accessoirement à la prostitution). La fillette est livrée à elle-même : elle pousse la chansonnette au coin des rues accompagnée par l'orgue de barbarie d'un aveugle pour rapporter quelques sous à la maison jusqu'au jour où, à 15 ans,  elle rencontre La belle Otero, alors reine du Music-hall. en tentant de lui vendre un "rénovateur facial" pour le compte d'un pharmacien. Celle-ci remarque la gamine et la fait engager au Café de l'Univers où elle interprètera les refrains de Montéhus. Sous le nom de Mademoiselle Pervenche, elle fait un malheur avec ses grands yeux clairs, sa voix gouailleuse, ses mauvaises manières et son sens de la répartie... La voici lancée !

      Mademoiselle Pervenche en 1908

      Pervenche(frehel)1908

      Fréhel

      Frehel.jpg

      La pièce est un huis clos qui se déroule dans son meublé modeste situé près de Pigalle. Chaque nuit, Fréhel rêve de Maurice : celui-ci lui apparait sous les traits du jeune homme de 20 ans qu'elle a connu jadis. Pourtant le jour, Fréhel est bien lucide puisqu'elle fait répéter une jeune chanteuse, Paulette, grande admiratrice de sa gloire passée, à laquelle elle se confie : elle rêve d'aller sur la Riviera ainsi que Maurice le lui a un jour promis...

    L'interprétation de Myriam Boyer est pleine de sensibilité. Elle n’interprète pas Fréhel : elle est Fréhel avec sa fragilité, sa gouaille, sa joie de vivre passée mais aussi ses passages à vide suivis de sa descente aux enfers... De plus, elle ne met pas l'accent sur la décrépitude de la chanteuse mais plutôt sur son humanité, ce qui nous la rend forcément sympathique. En prime, elle fredonne des airs chantés par Fréhel.

    Quelques photos prises au Théâtre Montparnasse par un professionnel (aux Déchargeurs, on nous a demandé d'éteindre nos portables bien sûr...).

    Myriam Boyer et son partenaire, Laurent Rouault

    Myriam-Boyer-et-Clement-Rouault.jpg

    La nostalgie du passé (elle tient en main un magazine présentant une photo de Maurice Chevalier vieillissant mais elle le voit toujours jeune...).

    Myriam Boyer avec le journal


     
     Quelle actrice extraordinaire ! Il faut savoir qu'elle a déjà remporté 2 Molière...

    Merci beaucoup Elisabeth pour cette excellente soirée en ta compagnie cool
     
    Ecoutez La Java Bleue par Fréhel
     
     

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :