• Après-midi parisien ce dimanche :
    les grands boulevards plus précisemment, pour aller applaudir
    "les étoiles de Saint-Pétersbourg" au Grand Rex.



    Sur le panneau historique de la Ville de Paris de la rue Poissonnière,
    on apprend que le nom de la rue provient de ce que
    la marée des ports du Pas-de-Calais passait par ici.



    L'enceinte du Charles V puis de Louis XIII s'ouvrait par la porte Sainte-Anne
    (ou de la Poissonnerie) et, en 1726, une inscription signalait ici la limite de la Ville.

    Haut lieu des plaisirs et des spectacles, le boulevard Poissonnière
    fut choisi en 1932 pour édifier le cinéma Rex, un des plus grands d'Europe.

    Conçu par l'architecte décorateur Auguste Bluysen
    en collaboration avec l'ingénieur John Eberson,
    sa façade est l'oeuvre du sculpteur Henri-Edouard Navarre,
    et la décoration de la salle ( de 3300 places à l'origine et de 2800 actuellement),
    qui marie l'Antiquité à l'Art Déco, est due à Maurice Dufrène.


     


    L'ensemble " Highlights de Saint-Petersbourg " crée en 1995
    est composé d
    e 12 chanteurs, 11 musiciens et 12 danseurs.


    Leur nouveau spectacle « Kalinka » propose de faire vivre au public,
    à l'aide de tableaux vivants, dans la grande tradition des spectacles "à la russe",
    300 ans de la vie de Saint-Petersbourg, LA capitale des Tsars de l’Ancienne Russie.


    Sur scène sont évoquées les fêtes fastueuses, les danses de séduction, les mariages,
    la vie quotidienne et beaucoup d’autres moments intenses de la tradition slave.


    Les Étoiles de Saint-Petersbourg scintillent dans leurs costumes
    de tradition ukrainienne, juive, tzigane, cosaque…


    Le ballet évolue sur des musiques traditionnelles
    et des chants du grand repertoire russe.


    La compagnie se produit dans les grandes villes
    de Russie mais aussi dans la plupart des métropoles européennes.
     


    A la Russe !



    Petit clin d'oeil à la France


    Le manège des rubans



    Chouettos, non ?

    votre commentaire
  • Danse ce vendredi en compagnie d'Arlette : "A comme Alice"
    sur le parvis de la Bibiliothèque Françis Mittérand.

     Brr ! le froid...

    Dans le Dansoir, chapiteau de bois de la Compagnie Karine Saporta,
    nous avons donc élu domicile... près du poële !


    Au programme de la soirée, un très beau spectacle
    inspiré du conte de Lewis Caroll "Alice au pays des merveilles".


    La chorégraphe, française (d'origine russo-espagnole, ce qui explique son nom)
    est l'une des très grandes dames de la danse contemporaine.
    Originellement Directrice du Centre chorégraphique national de Caen,
    elle est maintenant établie sur Paris pour notre plus grand plaisir
    pour des chorégraphies mêlant la danse, la musique et le théâtre.

    Le Dansoir apporte un peu de chaleur à ce paysage de métal et de verre
    du 13ème Paris-Rive-Gauche dont je vous parlais récemment
    dans l'article "Sur les pas de Nestor Burma".

    Situé à la verticale de la BNF, il semble tendre les bras
    à la forêt que constitue le jardin intérieur de la bibliothèque...

    A l'intérieur du chapiteau, une immense scène circulaire
    entourée de petites loges dans lesquelles les spectateurs peuvent s'attabler
    pour boire un pot (convivial non ?)
    et des écrans géants projetant des instantannés du spectacle.

    Bon, pour s'installer dans une loge, il aurait fallu arriver de bonne heure
    car les places sont "chères" : bien qu'ayant bénéficié d'une gratuité
    en cliquant sur internet (super !), nous n'avons eu droit
    qu'aux coussins de velours rouge installés en bordure de scène...

     Les costumes : une très belle harmonie de blancs.

    La musique : fort agréable, d'inspiration celtique.

    Ici, la Reine de Coeur


     
    Alice a grandi : la danseuse est sur des échasses !
     

    la simili-tortue
     





    Vive Internet et ses bons plans !

    votre commentaire
  • Ils sont acrobates, ils chantent et ils jouent de la musique.
    Leur talent est révélé par la mise en scène d'Aurélien Bory.


    Le groupe acrobatique de Tanger se produit à La Vilette.

    Leur spectacle :  "Taoub" (tissu en arabe)

    Notre cadeau de Noël d'Arlette : un vrai régal !


    undefined



    undefined


    undefined


    undefined


    undefined


    votre commentaire
  • La salle André Marchal de l'INJA  accueille

    l'association France-Equateur qui fête ses 20 ans...


    et on est invités !

    Salon.jpg

    Salon-2.jpg

    En effet, le CFA vient de diligenter 10 apprentis dans ce beau pays
    dans le cadre d'un échange culturel et de savoir-faire.

    Photo-033-recadr--e-bis.jpg

    Ici, Pierre Gomez, le Directeur du CFA présente
    les apprentis qui ont participé au voyage.


    Au programme de la soirée : défilé en costumes régionaux
    et concert de musique traditionnelle.

    Allez, c'est parti pour un festival de couleurs !

    Masque----plumes.jpg

    Jupe-qui-tourne.jpg


    Sombreros-tons-de-gris.jpg

    Maman-au-b--b--.jpg

    Jeune-fille-d--nud--e.jpg

    Photo-079.jpg

    Jupe-qui-tourne-2.jpg

     

    La soirée s'est terminée par un concert
    de musique traditionnelle.

    avec Joan Marie Bauman à la flûte traversière et Eric Arnal au piano

    Un vrai régal !

    Joan Marie Bauman, musicienne américaine, nous a brillamment conté, en français, l'histoire de la nymphe Syrinx sur laquelle le Dieu Pan avait jeté son dévolu.

    Celle-ci, pour lui échapper, se transforma en roseau...

    Qu'à cela ne tienne, Pan coupa des morceaux de roseau de longueur différente en les collant avec de la cire.

    Il pu ainsi conserver à jamais le souvenir de la plainte de sa belle dulcinée.

    Une belle histoire non ?


    votre commentaire
  • Un coin bien sympa du 9ème arrondissement

    La place Saint-Georges

      Sur la place Gustave Toudouze, de bons petits restaus !

       La loge Théâtre : 30 places en se serrant bien...

     

    D'ailleurs, vous n'avez qu'à juger : je suis au 1er rang !

     L'artiste : Gaëlle Cotte

     

    Quand elle ferme les yeux, on est au Paradis...

     Quel bonheur : Courez-y vite !

    Prochain spectacle parisien

    à l'Européen le 6 septembre prochain


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique