• Nous sommes allés à Troyes cette semaine dans le but de visiter l'exposition "Arkéaube" qui se tient à l'Hôtel-Dieu. Mais avant, nous avons fait deux visites d'églises dont celle de la Basilique Saint-Urbain.

    Elle doit son existence à l'élection au pontificat d'un enfant de Troyes né en 1185, Jacques Pantaléon. Fils d'un modeste savetier, il fait ses études aux école gratuites de la Cathédrale puis à l'Université de Paris où on le connait sous le nom de Jacques de Troyes. Il est devenu pape en 1261 en prenant le nom d'Urbain IV. Il réorganise le gouvernement de l'église - son principal apport consiste en l'institution de la Fête du Saint-Sacrement (Fête-Dieu) - et pour honorer sa ville natale, il achète plusieurs maisons autour de l’échoppe de son père. A cet endroit, il fait construire une collégiale (église réservée aux chanoines) dédiée au pape martyr Urbain Ier.

    Il meurt en 1264 sans avoir revu sa ville natale ni le début des travaux d'édification de son église... En 1935, ses restes sont déposés dans le choeur de l'église.

    Visite de la Basilique Saint-Urbain à Troyes

    La Basilique se trouve sur la Place Vernier dans le centre de la ville.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Consacrée Basilique en 1964, c'est un pur joyau de l'art gothique classique.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Le chœur et le transept de l'église ont été érigés rapidement (de 1264 à 1266) grâce à une somme colossale (10.000 marcs d'argent) allouée à son architecte, Jean Langlois. Cependant, celui-ci eut à subir l’opposition farouche d'Ode de Pougy, Abbesse des sœurs de l’abbaye Notre-Dame-aux-Nonnains, mécontente de voir une nouvelle église se construire sur sa juridiction et dépendant, en sus, directement du Saint-Siège (elle envoie même des hommes d'armes pour saccager le chantier). En août 1266, un mystérieux incendie dévaste en outre le choeur... Enfin, le légat pontifical, venant bénir le nouveau cimetière en 1268, est accablé de coups, d'injures et se voit poursuivi dans les rues de la ville. En conséquence, Ode de Pougy et ses complices sont excommuniées le 12 juillet 1268.

    Les fonds faisant défaut, les travaux s'arrêtent à la fin du XIIIe siècle et ne reprennent qu'à la fin du XIVe. Saint-Urbain reste ainsi inachevée jusqu'en... 1846 où un programme de restauration totale est mis en place (quatorze maisons parasites adossées à ses murs sont alors détruites).

    De 1890 à 1905, les derniers manques sont enfin comblés (porche de la façade, parties hautes, voûte et arcs-boutants de la nef - éléments jamais réalisés depuis le XIIIe siècle)...

    Enfin, à la fin du XXe siècle, une restauration complète de l'abside et de sa verrière est entreprise.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    De belles gargouilles en haut du pinacle...

    Visite de la Basilique Saint-Urbain de Troyes

    Vue d'ensemble de la nef et du chœur depuis l'entrée

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    J'ai entendu dire que la Basilique Saint-Urbain de Troyes est souvent comparée à la Sainte-Chapelle de Paris à cause de l'étendue de ses vitraux : ceux du choeur remontent au XIIIe siècle. Ils sont enjolivés au premier niveau par une claire-voie. Grâce à eux, l'église est extrêmement illuminée.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Vitrail central du choeur : la Crucifixion

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    J'ai beaucoup aimé faire le tour de la Basilique qui possède pléthore de jolies statues en pierre polychrome. J'adore aussi me replonger à l'occasion dans la vie des Saints et des Saintes qui ne manque jamais de piquant...

    Beaucoup sont des Vierges.

    Education de la Vierge (XVIème siècle)

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Vierge ou Sainte femme - Ecole troyenne du XVIIIème siècle

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Vierge à l'enfant (XVème ou XVIème siècle)

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Vierge au raisin (début XVIème siècle)

    La Vierge couronnée, jeune et souriante, se tient debout sur un croissant de lune symbolisant l'Immaculée Conception.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Elle porte l'enfant qui tient, d'une main, un pampre de vigne. Un oiseau (apparenté à la colombe du Siant-Esprit) posé sur l'autre main de Marie, picore délicatement le raisin en référence à l'épisode de la Passion. Bien que blanchie au XIXème siècle, la Vierge au raisin, par la délicatesse de son traitement (visages, chevelures, drapés...), laisse apparaître le génie des maîtres sculpteurs troyens à l'aube de la Renaissance.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Vierge à l'enfant (non datée)

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes 

    Saint Roch (XVIème siècle)

    Pélerin du XIVème siècle miraculeusement guéri de la peste, était invoqué pour la protection des pestiférés. Il possède ici tous les attributs permettant de l'identifier.

    ► Il porte et montre du doigt un stigmate de son mal, à savoir un bubon pesteux...
    ► Il est accompagné de l'ange salvateur.
    ► Il est flanqué du chien qui lui apporte quotidiennement du pain durant sa maladie.
    ► Il porte la tenue caractéristique du pélerin : chapeau, pèlerine, panetière et bourdon (bâton de pèlerin).

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Saint Michel terrassant le Dragon (XVIème siècle)

    Dans l'Apocalypse, Dragon est l'un des noms de Satan...

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Sainte Barbe (début du XVIème siècle)

    Là, c'est gratiné...

    Dioscore, le père de Sainte Barbe, un païen barbare vivant en Turquie (au nord-ouest de l'Anatolie) au 3ème siècle après Jésus-Christ, enferma sa fille à l'adolescence dans une tour à deux fenêtres afin de la soustraire aux dangers que représentaient sa beauté et sa fortune (Barbe, qui désirait se consacrer au Christ, avait refusé de se laisser marier à l'homme qu'il lui destinait).

    Au retour d’un voyage de son père, Barbe lui apprit qu’elle avait percé une troisième fenêtre dans le mur de la tour pour représenter la Sainte Trinité et qu’elle était chrétienne. Furieux, le père mit le feu à la tour. Barbe réussit à s’enfuir, mais un berger découvrit sa cachette et avertit son père. Ce dernier la traîna devant le gouverneur romain de la province, qui la condamna au supplice. Comme la jeune fille refusait d’abjurer sa foi, le gouverneur ordonna au père de trancher lui-même la tête de sa fille. Elle fut d'abord torturée : on lui brûla certaines parties du corps et on lui arracha les seins, mais elle refusa toujours d'abjurer sa foi. Dioscore la décapita mais fut aussitôt châtié par le Ciel. Il mourut frappé par la foudre. Quant au berger qui l'avait dénoncée, il fut changé en pierre et ses moutons en sauterelles.

    Sainte Barbe est la patronne de beaucoup de professions, en particulier des pompiers et des mineurs.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes 

    La Passion : haut-relief (vers 1500)

    Il présente tous les éléments de la Passion depuis la trahison de Judas jusqu'à la Déploration (descente de croix avant mise au tombeau).

    Visite de la Basilique Saint-Urbain de Troyes

    Gisant (1570)

    Ce relief se distingue par son originalité. Il représenterait un membre de la famille Cauchon de Maupas mais on ignore s'il s'agit d'un homme ou d'une femme. La représentation du défunt évoque la typologie des tombeaux de la Renaissance.

    Un homme (ou une femme) est voluptueusement étendu(e) sur une dalle funéraire. Son bras gauche soutient sa tête, son corps, ses membres et sa tête sont recouverts, selon toute vraisemblance, d'un linceul. Dans le phylactère est inscrit en latin un passage de l'Ancien Testament (Job, 14, 6) : Laissez-moi reposer un peu jusqu'à ce que vienne le jour désiré - 1570.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Intéressante cette église, non ?

    Nous sommes ensuite allés visiter la Cathédrale en empruntant la rue de la Cité.

    Elle a pour nom Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

    Visite de la Cathédrale de Troyes 

    On aperçoit ici une maison à pans de bois, caractéristique de la vieille ville. 

    Visite de la Cathédrale de Troyes 

     La construction d'un bâtiment de style gothique commence vers 1200. Au XVIème siècle, le clocher-porche (qui restait de la cathédrale de l'an mille) est détruit. La nouvelle façade aura trois porches et deux tours et adoptera un décor caractéristique du XVIe siècle.

    La tour nord, dite Saint-Pierre, est achevée en 1634. La tour sud, dédiée à saint Paul, ne verra jamais le jour. Pas étonnant que la Cathédrale ait un petit air d'inachevé...

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    A l'entrée de l'église, deux statues colossales.

    L'une représente Saint-Pierre tenant les clés du Paradis,

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    et l'autre Saint-Paul
    tenant une épée (représentation de son supplice) et un livre (représentant ses écrits).

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    La nef est très impressionnante avec sa forêt de piliers.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Certains d'entre eux sont absolument énormes.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Hauteur des voûtes sous clef : 28 mètres...

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Dans cette chapelle latérale droite renfermant les fonds baptismaux, plusieurs tableaux dont l'un représentant "La Cène", inspiré de Léonard de Vinci.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    La Cène (XVIème siècle)

    Cliquez sur l'image pour agrandir la photo.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Dans cette autre chapelle, un groupe en pierre sculptée représentant "Le baptême de Saint-Augustin par Saint-Ambroise". Cette sculpture provient de l'église abbatiale de Saint-Loup à Troyes. D'après le Guide du patrimoine, l'objet comporterait une date lue tantôt 1549 tantôt 1565. N'a pas été trouvée lors de la prospection.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Les principaux acteurs sont présents pour décrire l’événement qui eut lieu la nuit de Pâques 387 dans la cathédrale de Milan. La femme derrière Saint-Augustin est sa mère, Sainte-Monique bien qu'elle n'ait pas été présente lors du baptême.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Vue sur la Chapelle du Saint-Sacrement

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Au fond, on aperçoit le vitrail de la Vierge Immaculée de Linard Gonthier (début du XVIIème siècle)

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Elle resplendit de vitraux des XVIe et XVIIe siècles. Certains proviennent de l'ancienne collégiale Saint-Étienne qui a été détruite au début du XIXe.

    Le vitrail de Saint-Nicolas

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Les Noces de Cana

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    La Dormition de la Vierge

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Il faudra qu'un jour nous prenions une visite guidée pour mieux connaître ces joyaux que sont les verrières de la Cathédrale de Troyes. Mais à vrai dire, je crois que c'est sur internet qu'on peut le mieux les admirer !

    Je vous l'ai dit que certains piliers étaient monumentaux !

    Celui-ci, situé dans le choeur, est pourvu de colonnettes et est particulièrement élégant. Il supporte de surcroît une très jolie Vierge à l'enfant du XIVème siècle.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Un ensemble de sculptures a attiré mon regard : il s'intitule "Trois femmes" et a été réalisé par Christiane Boone (2011). 

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Trois femmes
    plongées dans l'immense douleur du deuil.
    Ce matin de Pâques, elles se retrouvent pour aller au tombeau
    embaumer le corps du Christ, corps meurtri, blessé, tuméfié, transpercé.
    Elles vont installer ce corps dans la mort...

    Trois femmes
    On pourrait dire trois sentinelles ; elles sont rigides, comme pétrifiées,
    elles ne comprennent pas ce qui s'est passé.
    La lumière les transperce par endroits ; un ange apparaît et leur dit :
    "Pourquoi cherchez-vous parmi les morts Celui qui est vivant ?"

    Trois femmes
    Les voilà en marche, toutes lumineuses.
    Leur bonheur est immense, elles vont annoncer :
    "Christ est ressuscité !
    En accueillant la résurrection du Christ, elles témoignent de leur propre
    résurrection. Elles deviennent lumineuses, enthousiastes, elles sont des
    témoins en marche. Elles partent annoncer !

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Nous arrivons dans le choeur de la Cathédrale où le regard est happé par la série de verrières qui l'entourent : les vitraux sont du XIIIème siècle. La présence d'un triforium vitré et non pas aveugle donne à l'abside un aspect tout à fait féerique.

    Cliquez sur l'image pour la voir en grand.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Des reproductions de lithographies ici : elles représentent les quatre évangélistes.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Saint Mathieu avec son ange...,

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Saint Marc avec son lion...,

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Saint Luc avec son taureau...,

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    et Saint Jean avec son aigle

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    C'est depuis le transept Nord que l'on a la meilleure vue sur la rosace Sud.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

     

    Eblouissant !

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    J'ai encore remarqué cette statue de Saint Roch en pierre polychrome de l'Ecole troyenne.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    et celle-ci représentant Saint Antoine et son cochon.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

     

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Le grand défaut de la Cathédrale (surtout quand on sort de la Basilique Saint-Urbain), c'est qu'il n'y a aucune explication sur les différentes chapelles et les oeuvres qu'elles renferment.

    Dommage... 

    Et maintenant, en route pour la visite de l'exposition "Arkéaube" et son trésor celte.

    Ce sera dans un prochain épisode...


    votre commentaire
  • "Les Mardis découvertes" de l'Office de Tourisme de Châtillon proposent aujourd'hui un programme très appétissant : "1 2 3 P, pour Poterie, Patrimoine et Pétillant" !

    La première visite se passe à la ferme du Bel Air à Bouix, où Gerke Grashuis, une hollandaise établie dans le Châtillonnais, a installé son atelier de poterie tandis que son mari y élève des moutons.

    Très bucolique tout ça...

    Il faut monter sur les hauteurs par la route qui sort du village pour trouver, comme son nom l'indique, la ferme du Bel Air : de là, on domine toute la plaine de Châtillon.

    Visite guidée du château de Larrey

    La chaleur du jour (39°C tout de même) n'a pas empêché les gens (ni moi toute seule, Philippe préférant rester au frais - relatif - de la maison) de s'inscrire à l'animation. Nous sommes 73 à y participer : un record absolu pour Nadine qui organise ces sorties.

    Visite guidée du château de Larrey

    L'artiste nous accueille dans sa salle d'exposition et nous donne quelques explications.

    Visite guidée du château de Larrey

    Voici quelques unes de ses productions

    "1 2 3 P pour Poterie, Patrimoine et Pétillant"

    Visite guidée du château de Larrey

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

    Gerke nous a réservé un très bon accueil.

    Elle avait préparé des petites douceurs hollandaises et... surtout de l'eau pour ses visiteurs.

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

     Nous avons ensuite assisté à la fabrication de plusieurs objets, Gerke nous faisant des commentaires sur sa façon de travailler la terre. Celle-ci vient de la région de Sancerre.

    Gerke nous a expliqué que son "truc" c'était la fabrication d'objets usuels...

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

    Il faut ensuite cuire l'argile dans un four : voici la réserve de bois.

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

    Photo internet

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

    Les moutons du mari de Gerke

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

    Il y a toujours des déchets quand on travaille l'argile : Gerke les appelle avec humour "ses petits chagrins". Ils sont en vente sur une table à part à des prix défiant toute concurrence : certains sont un peu craquelés, d'autres pas parfaitement arrondis...

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

    Notre après-midi s'est poursuivie par la visite du château de Larrey, distant de seulement quelques kilomètres, par Monsieur Bouchard, son propriétaire. Je ne peux hélas pas vous en montrer des photos, celles-ci étant interdites : le château est une propriété privée. M. Bouchard nous a expliqué que du fait de l'inscription du château à l'inventaire des monuments historiques depuis 1972, il avait eu le choix quand il en a fait l'acquisition en 1981, soit de recevoir des subventions (mais alors il fallait le faire visiter) ou bien de se débrouiller seul (et du coup ne pas le faire visiter).

    Cette visite (des extérieurs) était tout à fait exceptionnelle.

    Le château a été construit en 1230 par Eudes III de Grancey, l'un des plus puissants seigneurs du nord de la Bourgogne, qui avait reçu le fief de Larrey de son épouse, Constance de Larrey. Les Grancey gardèrent cette terre jusqu'à la fin du XVème siècle ou elle passa à Marie de Grancey marié à Claude Toulongeon qui rebâtirent en partie le château. Elle fut finalement vendue en 1650 à Abraham de Fabert qui la fit ériger en marquisat, mais la céda dès 1661 à Pierre Lenet, conseiller d'Etat, lequel modifia le corps de logis et une partie des communs. En 1780, nouvelle vente au prince de Condé, qui en fit don à l'hôpital de Chantilly. Le château est ensuite tombé dans l'abandon au XIXème siècle, servant d'étables, de granges et d'écuries dans le cadre d'une exploitation agricole.

    Le château surplombe le village mais reste en grande partie caché par la végétation (Photo Maude Gallimard).

    "1 2 3 P pour Poterie, Patrimoine et Pétillant" : une animation de l'OT de Châtillon

    Il s'agissait à l'époque d'une véritable forteresse militaire.

    Pendant l'interminable guerre de Cent Ans, entre deux batailles pour "bouter l'Anglais hors de France", les troupes du roi Charles VII avaient la détestable habitude de battre la campagne, armes à la main, pour s'emparer des châteaux et rançonner les populations. Leurs méfaits leur valaient le nom d'Écorcheurs, ralliés au parti des Armagnacs. Leurs rivaux dirigés par le Duc de Bourgogne, Philippe le Bon (qui avaient des intérêts convergents avec les Anglais puisqu'ils guerroyaient contre le Roi de France), étaient la cible régulière de ces pillages.

    Enluminure du XVème siècle représentant le pillage d'une ville

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

    Le capitaine Jacques d'Espailly, surnommé "Fortépice", malgré ses titres ronflants d'écuyer du Roi et de bailli de Melun, n'était rien d'autre qu'un de ces mercenaires. En 1430, le château fut assiégé par les Bourguignons qui le reprirent à l'ennemi.

    ◄►◄►◄►◄►

    Le château domine le village et est entouré de plusieurs niveaux de terrasses. Il est constitué d'une enceinte polygonale doublée de bâtiments d'enceintes en U. Le domaine ne fait pas moins de 10.000 mètres carrés et les bâtiments 1200...

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

     C'est par ce côté possédant encore deux belles tours reliées entre elles par une galerie en surplomb qu'on entrait à l'époque dans le château par une porte charretière précédée d'un pont-levis surplombant des douves sèches de dix mètres de profondeur. Il y avait à l'époque un chemin de ronde comme en témoignent les petites ouvertures situées sous la toiture.

    Photos Wikipédia

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

      Le bâtiment le plus ancien occupe la moitié orientale de la courtine nord. Bâti en moyen appareil, il contient au rez-de-chaussée un cellier formé de deux travées de sept voûtes d'ogives.

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

    L'édifice en retour d'angle à l'est est le logis principal, plus tardif et plus remanié : on peut y voir une superbe tour Renaissance. La carte postale est ancienne et montre mal la beauté actuelle de cette "basse-cour" intérieure qui est maintenant en train d'être aménagée en jardin à la française.

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

    Le troisième "P" de ce mardi découvertes, c'était la dégustation de crémant de Bourgogne sur la terrasse intérieure du château : du Crémant "Cailletet", viticulteur à Bouix.

    La terrasse date du XVIIème siècle : on la voit ici de l'extérieur (photo internet).

    "1 2 3 P pour : Poterie, Patrimoine et Pétillant"

    Nous avons eu droit à goûter le Crémant Tradition, un assemblage de Pinot Noir et de Chardonnay et l'Elixir de Léonie, un Crémant Blanc de Blanc élaboré à partir de chardonnays. Vue la chaleur qu'il faisait, je n'ai pas attendu la dégustation du Crémant Rosé.

    Il faut dire que Monsieur Bouchard nous a retenus pas loin de deux heures je crois pour la visite exhaustive de l'extérieur de sa propriété...

    Sympa !


    votre commentaire
  • Obtrée, c'est le village où nous avons fait notre fête il y a maintenant 12 ans. Eh oui, le temps passe... Nous avions loué la salle des fêtes à la Mairie sans pouvoir visiter l'église située juste en face.

    C'est maintenant chose faite grâce à l'animation "Un jour, une église" qu'a repris l'Office de Tourisme du Châtillonnais suivant ainsi l'exemple de celui de l'Aube.

    Le cimetière du village est situé en dehors de l'agglomération. On peut y voir des vignobles, sans doute destinés à la fabrication du fameux Crémant de Bourgogne.

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Le village d'Obtrée vu depuis le cimetière

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Le rendez-vous était donné devant l'église mais je trouve le petit groupe à l'intérieur, la chaleur estivale ayant enclin les participants à chercher la fraîcheur...

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    C'est Colette Diot, première adjointe au Maire d'Obtrée, qui fait la visite guidée : en temps que bénévole, elle a reçu une petite formation mais elle a aussi fait des recherches sur internet et consulté les archives du village pour se documenter.

    Le Châtillonnais et l'Auxois a fait un article l'an dernier sur cette animation : pour la lire, cliquez ICI.

    Colette Diot et les participants à l'animation

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Nous quittons l'église avec elle pour aller du côté du lavoir voisin : c'était en effet, nous apprend-elle, ici que se faisait la messe au XVIIème siècle (jusqu'en 1644). La commune d'Obtrée était en effet rattachée à l'époque à celle de Chaumont-le-bois et le prêtre y officiait régulièrement jusqu'à ce qu'il refuse parfois de le faire arguant des mauvaises conditions pour exercer son culte...

    Un très beau lavoir (malheureusement accolé à un poteau électrique). Vivement que la commune enterre les fils ! Mais je sais que ça a un coût...

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    La fontaine est très belle, décorée de poissons.

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    A l'intérieur du lavoir deux pierres portent des inscriptions. L'une d'elle a été posée à l'envers (je l'ai redressée grâce à Photoshop).

    On peut y lire "posée par mes soins"........"le 10 avril 1819".

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    L'église, elle, a été construite en 1856 comme en témoigne une pierre scellée sur sa façade.

    Le nom de Gillon apparaît dans les deux cas mais Jean Millot, spécialiste de l'art religieux, qui était présent lors de cette animation, nous a dit qu'il n'y avait probablement pas de rapport entre les deux noms.

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Le porche d'entrée est sobre mais élégant.

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Des colonnes au chapiteaux à feuille d'eau (caractéristiques des abbayes cisterciennes) supportent un fronton de stylé néo-roman.

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Le tympan sculpté représente les quatre évangélistes : le lion de Saint Marc, l'aigle de Saint Jean, le taureau de Saint Luc, l'ange de Saint Matthieu. 

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Au centre, Dieu le Père tient une table où sont inscrits les mots : 

    "Sum principium, sum finis" (Je suis le début, je suis la fin).

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Entrons maintenant dans l'église.

    Une nef unique, avec un choeur à coupole nous fait remarquer Jean Millot.

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Au centre, un beau lustre en cristal éclairait autrefois l'église de ses bougies. Depuis, l'électricité est apparue.

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Nous regardons tout d'abord le Chemin de Croix et ses quatorze tableaux. Remarquez les jolies colonnettes qui les séparent...

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Les tableaux sont curieusement sous-titrés en deux langues : le français et l'espagnol comme le montre cette station intitulée "Jésus tombe la première fois"- "Primera cada de Jesus" qui semble avoir été exécutée dans la seconde moitié du XIXème siècle, gravée par Ghebard et imprimée par la Maison Basset (imprimeurs rue Saint-Jacques à Paris).

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

     Nous voici devant l'autel principal - je devrais dire "les" autels puisqu'un petit autel (don de la commune de Vannaire) se trouve devant le grand placé juste derrière.

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Sous la nappe, la pierre sacrée renfermant les reliques que le prêtre embrasse au cours de la messe

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

     L'autel principal avec, en décoration, l'Agneau de Dieu

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Un joli tabernacle et des vases de fleurs de soie anciens

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Sue le tabernacle, une représentation de Saint Jean-Baptiste portant l'Agneau de Dieu

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Vitrail de Saint Joseph tenant des fleurs de lys

    Le lys est avant tout le symbole de la chasteté, il renvoie donc essentiellement à l’absence de consommation charnelle du mariage avec Marie, à la virginité de son épouse et à la conception de Jésus par l’Esprit Saint.

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Vitrail de Saint Claude, le patron de l'église

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Voici un petit autel dans l'aile latérale Nord

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Il est orné d'une statue représentant visiblement un évêque avec sa mitre et sa crosse. Je donne ma langue au chat si quelqu'un a la bonne idée de me renseigner sur son nom que j'ai oublié...

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Juste à coté on trouve un bâton de procession représentant Saint Nicolas : on le reconnaît grâce aux trois petits enfants à ses pieds.

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Sur le bas-côté droit, un autel symétrique dédié à Sainte Catherine : s'agit-il de Catherine Labouré qui résidait dans la maison des Sœurs de la charité à Châtillon-sur-Seine... ? Une hypothèse émise par Jean Millot.

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    A côté, un bâton de procession représentant Sainte Catherine de Sienne et sa roue

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Un dernier regard sur l'église...

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    A droite de la nef, une Sainte Thérèse bien conventionnelle..., du XIXème siècle probablement

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Au fond de l'église dans un petit renfoncement, les fonds baptismaux

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    et un tableau très endommagé qui semble représenter la Visitation : Marie, enceinte du Christ, rend visite à sa cousine Elisabeth, enceinte de Jean-Baptiste : cette visite est rapportée par l'évangéliste Saint Luc.

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Dommage que l'équipe de Sciences-Po qui a permis la restauration du tableau de Jean Tassel de la chapelle Sainte-Anne de Courcelles n'ait pas remarqué ce tableau qui semble avoir été bien beau...

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Colette Diot nous a ensuite montré la toiture de l'église récemment restaurée en tuiles de pays.

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Zoom sur la girouette-coq du clocher

    Visite guidée de l'église d'Obtrée

    Une visite vraiment très intéressante avec une personne passionnée par la mise en valeur de sa commune que je remercie au passage pour le temps qu'elle a passé avec nous sans le compter.

    Une après-midi chaude... mais instructive


    votre commentaire
  • L'Association Panoramic Bourgogne qui organise des projections en plein air a passé pour les habitants de Châtillon le 1er août dernier "L'histoire de Manon", un ballet de l'Opéra de Paris chorégraphié par Kenneth MacMillan sur une musique de Jules Massenet, et filmé par Cédric Klapisch. Le ballet est basé sur la nouvelle "Manon Lescaut" écrite en 1731 par l'Abbé Prévost.

    Comme d'habitude, la projection se passait dans le jardin de la Mairie, près du kiosque à musique où des chaises avaient été installées.

    C'étaient aussi les adieux d'Aurélie Dupont, danseuse étoile, à la scène de l'Opéra de Paris... Un moment qu'elle évoque dans le Grand Soir 3 à la télévision.

    C'est le beau Roberto Bolle, danseur étoile à la Scala de Milan qui lui donne la réplique dans le rôle du Chevalier Des Grieux. Stéphane Bullion est Lescaut et Benjamin Pech joue le rôle de Monsieur GM.

    L'histoire

    Le Chevalier Des Grieux, un tout jeune homme de 17 ans, tombe sous le charme de Manon, une jeune fille du même âge. Les deux tourtereaux décident de partir ensemble à Paris pour éviter le couvent à Manon dont les parents craignent le goût pour le luxe et les plaisirs.

    Les voici établis à Paris, heureux de leur amour partagé...

    Lescaut, le frère de Manon, la décide cependant à épouser Monsieur GM, un homme d'âge mur et fortuné, afin d'être à l'abri du besoin. Manon est littéralement partagée entre la richesse de Monsieur GM et son amour pour Des Grieux.

    Dans l'extrait qui suit, le Chevalier Des Grieux est furieux de voir que Manon a reçu un bracelet de Monsieur GM et il le lui arrache...

    Manon est maintenant mariée à Monsieur GM. Ils sont dans un lieu de plaisirs où Lescaut, aviné, rejoint Manon qui le repousse. Le Chevalier Des Grieux reste à l'écart...

    Peu de temps après, celui-ci est arrêté pour vol (il est pris la main dans le sac en train de tricher aux cartes) tandis que Manon subit le même sort en tant que prostituée. Dans la bagarre qui s’ensuit, Lescaut est tué par la police. Comme beaucoup de filles de mauvaise vie de l’époque, Manon est déportée à la Nouvelle Orléans. Son fidèle Des Grieux se fait passer pour son mari et parvient à la retrouver.

    Le geôlier a remarqué la grande beauté de Manon et lui offre la liberté contre son amour, mais Des Grieux le tue et fuit avec Manon dans les marais. Lors d’un grand pas de deux, ils se disent leur amour, loin de leurs désirs d’opulence, les forces de Manon commencent à l’abandonner, elle meurt dans les bras de son chevalier.  

    Ultime pas de deux...

     

    Une pluie d'étoiles scintillantes et 25 minutes d'applaudissements pour cette grande dame de la danse, qui quitte la scène de l'Opéra dans une petite robe toute simple et avec les cheveux coupés courts, très émue visiblement de quitter la Compagnie.

    "L'histoire de Manon" au cinéma en plein air à Châtillon-sur-Seine

    "L'histoire de Manon" au cinéma en plein air à Châtillon-sur-Seine

    A l'issue de la représentation, la ministre de la Culture Fleur Pellerin a remis à la danseuse les insignes de Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres «pour rendre hommage à son immense talent, à tout ce que lui doit le ballet de l'Opéra de Paris et, au-delà, la danse d'aujourd'hui». 

    Une agréable soirée d'été à Châtillon


    votre commentaire
  • Avec ma soeur Arlette venue faire un mini séjour chez nous, je suis allée visiter le château de Maulnes, un château hors du commun. Il n'en n'existe d'ailleurs pas d'autre similaire en France et seulement deux en Italie (la Villa Farnèse à Caprarola près de Rome et le Castel del Monte dans les Pouilles).

    Il se trouve dans le Tonnerrois près de Cruzy-le-Châtel (département de l'Yonne).

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Il faut suivre un petit sentier en sous-bois pour y accéder,

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    ou prendre un escalier formant raccourci (Photo Christaldesaintmars).

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    En arrivant en haut du sentier, une surprise nous attend : la forêt de chênes de 1500 hectares dont le château était autrefois entouré a disparu et ce dernier est désormais complètement isolé sur un plateau aride.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    En fait de château, il s'agit plus exactement d'un ancien relais de chasse construit entre 1566 et 1573 (pendant la Renaissance au temps des guerres de religion) sur les terres bourguignonnes d'Antoine de Crussol, Duc d'Uzès, et de son épouse Louise de Clermont, Comtesse de Tonnerre, tous deux proches du roi Henri II et de Catherine de Médicis. Il jouait également un rôle dans l'exploitation des vastes forêts environnantes, la vente de bois de chauffage à Paris étant alors la ressource la plus importante du Comté.

    La construction du château succède à un procès perdu par la Comtesse de Tonnerre contre la ville du même nom et à l'incendie qui détruisit intégralement la ville (on accusa à l'époque la Comtesse, humiliée par la fermeture des portes de la ville et l'emprisonnement de ses gens, d'avoir elle-même allumé l'incendie...).

    Il semble n'être peuplé que par quelques insectes géants, témoins d'une exposition temporaire (celle de Jacky Fossez).

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Le premier bâtiment que nous rencontrons sert d'accueil au château mais c'étaient autrefois les écuries et les communs. La tempête de 1999 en a malheureusement détruit la toiture qui, dans un premier temps, a été remplacée par de la tôle ondulée.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    A l'intérieur, une télévision permet de découvrir l'histoire du château. On peut aussi y voir des maquettes du château,

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    actuellement...

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    et dans son état d'origine.

    Le château, de forme pentagonale, était relié aux communs (qui formaient un demi-cercle) par une passerelle à ce jour disparue.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Cette dernière maquette a été réalisée d'après le dessin du château qu'en a fait Jacques Ier Androuet du Cerceau dans son ouvrage "Les plus excellents bâtiments de France" (1576) mais on ne connait pas le nom de l'architecte qui a construit le château.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Commençons la visite...

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Notre guide nous montre les portraits effectués par François Clouet de Louise de Clermont et du Duc d'Uzès, son second mari, qui ont fait construire le château à l'emplacement de "la Motte de Maulnes", un château préexistant depuis le Moyen-Age.

    Louise de Clermont est très proche de la cour et de la reine-mère, Catherine de Médicis.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Antoine de Crussol, duc d'Uzès, est de 24 ans son cadet.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    On entre dans le château par cette tour arrondie, unique (les quatre autres tours étant carrées), autrefois reliée à la passerelle.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Les parties hautes sont couronnées par une corniche à modillons.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Des têtes de chien alternent avec des têtes de lion, évoquant la chasse (Photo Christaldesaintmars).

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Pour comprendre le château de Maulnes, il faut en découvrir les plans car c'est un vrai labyrinthe. Un escalier central à vis dessert toutes les pièces sur les cinq étages qu'il comporte : je dis bien "cinq étages" et non trois comme on pourrait le croire sur la photo précédente qui montre sa façade orientée au Nord.

    On voit bien sur la coupe qui suit qu'il est construit sur une pente et n'a donc pas la même hauteur au Nord qu'au Sud.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Cinq tourelles en forme de bastion cantonnent les angles, trois de celles-ci contiennent des escaliers.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Cette toute petite pièce - celle par laquelle on commence la visite - donne accès à l'escalier central.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

     Celui-ci, construit autour d'un puits alimenté par trois sources, est peu profond certes, mais tout de même source d'eau ce qui n'est pas négligeable à cette époque.

    L'escalier est orné de jolies colonnes doriques.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

     Vue plongeante

    Le ciel et l'eau se rejoignent au fond du puits créant un faisceau de lumière...

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    On puisait l'eau à tous les étages grâce à un seau attaché à une corde : on peut encore voir à certains endroits l'usure de la margelle (Photo Christaldesaintmars).

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Vers le ciel, l'oculus a été bouché par une pyramide de verre pour éviter les infiltrations d'eau.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Notre guide nous mène ensuite dans la pièce de réception du château dont le plafond a disparu laissant apparaître la cheminée de l'étage supérieur.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Dans un angle, le plafond en bois a été restauré.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    On a fait du feu dans la cheminée...

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Depuis l'une des baies (alors équipées de verre en plomb), vue sur la nature environnante

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Pour passer d'une pièce à l'autre, il faut souvent repasser devant l'escalier central.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Dans cette petite pièce, attenante à la salle de réception (elle est octogonale : voyez le plafond ci-dessous), on peut voir des restes de fresques sur les murs. Il s'agissait du cabinet de travail du Duc d'Uzès.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Nous voici maintenant dans l'une des deux chambres principales de la demeure (de forme carrée). Celle de la Comtesse ou celle du Duc... ?

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Le plafond en a été très joliment restauré.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

     Attenante, la porte d'un petit cabinet de toilette : regardez l'épaisseur des murs !

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Le dressing, dirait-on aujourd'hui !

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

     Vue sur les communs depuis le quatrième étage (étage noble)

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Après avoir parcouru les autres pièces symétriques de cet étage, nous prenons l'escalier à vis pour rejoindre la charpente.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Tout en haut, l'oculus surmonté d'une pyramide de verre

    Notre guide nous fait remarquer ici la hardiesse de l'architecte (par ailleurs, on ne connaît pas vraiment son nom...) qui a réalisé un puits, pentagonal en son pourtour et arrondi en son centre.

    Fortiche l'architecte ! .

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Les combles étaient habités : en témoigne cette cheminée,

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    et ces petites lucarnes.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Certaines des poutres sont en partie d'origine comme celle-ci à droite de la photo...

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Nous voici redescendus au 2ème ou au 3ème étage si mes souvenirs sont bons.

    Deux petites pièces : l'une (ci-dessous) est celle du bain et possède encore des restes de peintures murales sur les murs.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Il me semble me souvenir que notre guide nous a dit qu'il s'agissait d'une représentation de la nature.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    L'autre était un hamam.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne 

    Le guide nous fait ensuite faire le tour du château en nous montrant une particularité au niveau des fenêtres : celles-ci sont de largeur différente (plus étroites à gauche qu'à droite) : ceci permet aux visiteurs d'avoir l'illusion qu'elles sont d'égale largeur quand il regarde le château en se positionnant juste en face de la tour arrondie qui constitue la façade principale du château.

    Vous me suivez... ?

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne 

    On voit bien ici les restes des "murailles" qui entouraient le château. 

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne 

    Côté Sud, le Nymphée (intérieur et extérieur) recueille l'eau des sources situées sous le château.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne 

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    En 1573, à la mort de son époux, Louise de Clermont qui vit entre Paris, Tonnerre, Ancy-le-Franc et Maulnes, abandonne le chantier du château. Plusieurs fois délaissé par ses propriétaires successifs, il servira de verrerie de 1775 jusqu'au milieu du XIXème siècle avant de progressivement tomber en ruines. Classé monument historique en 1942, il ne sera véritablement sauvé qu'à partir de 1997 suite à son acquisition par le Conseil général de l'Yonne qui le restaure depuis 2005.

    ◄►◄►◄►◄►

    Petite photo souvenir

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne 

    Une visite super intéressante que j'espère bientôt refaire - quand la chaleur se sera un peu calmée - avec Philippe. Il parait que le dernier mercredi d'août on peut même monter sur la terrasse du château pour jouir d'une vue à 360° sur le Tonnerrois...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires