• L'Université Paris-Diderot faisait son cinéma ce mercredi : au programme deux films sur la prise de risque, le sujet d'un débat ultérieur.

    Le premier film mettait en scène un jeune étudiant de l'Université en deuxième année de licence, Benjamin. Celui-ci a décidé de devenir végétarien et compte fêter l'événement lors de son anniversaire en famille (il va avoir 20 ans) : un vrai défi pour un jeune homme qui a toujours mangé de la viande jusqu'à ce jour...

    Le deuxième film, celui pour lequel nous étions venus, était un film documentaire - mais pas que -

    de Werner Herzog, Grizzly man.

    Grizzly man de Werner Herzog

    Il s'agit d'abord d'un portrait de ce personnage hors du commun, Timothy Treadwell, décédé à seulement 46 ans en 2003, dévoré (ainsi que sa petite amie du moment) par l'un des grizzlis dont il avait l'habitude de s'approcher et auquel il aimait tant parler. Parler à un ours, cela peut paraître bizarre et pour le moins enfantin mais le film le montre en long en large et en travers.

    Un enfant sans histoire à priori - c'est ainsi que le décrivent ses parents - mais un échec au cinéma (c'est un beau gosse) et le voilà tombant dans l'alcoolisme et la drogue : voulant couper avec tout ça, il change diamétralement de style de vie en partant en Alaska étudier les grizzlis et les protéger (c'est du moins ce qu'il pense faire mais ce n'est pas toujours l'avis des écologistes).

    Timothy Treadwell a passé 13 années (les trois mois d'été) parmi les grizzlis, sans arme. On pourrait parler d'un militant de la cause animale (il a tourné une centaine d'heures de pellicule et plaidé cette cause en se produisant auprès des enfants surtout) mais ce serait réduire le personnage à quelque chose de classique alors que Timothy Treadwell est tout sauf classique.

    Grizzly Man est tout d'abord la peinture d'une forme d'écologie radicale, illuminée, détachée des exigences de la réalité. Son aventure ressemble à une fuite de la civilisation, une recherche d'un univers préservé des hommes. Et pourtant, en se mettant en scène à de très nombreuses reprises, c'est bien avec l'humanité que Timothy Treadwell veut communiquer.

    Un très étrange personnage avec un ego énorme

    Le grizzli a été tué par  l'équipe de secours dépêchée sur place peu de temps après cet accident : il avait été recensé sous le numéro 141 mais pour Timothy Treadwell il avait sûrement un nom et c'était un ami...

    Un film qui se laisse regarder mais qui tire un peu en longueur à mon avis.


    votre commentaire
  • Décidément, nous allons devenir des habitués du 13ème Art, le nouveau théâtre de la Place d'Italie... Le théâtre, situé à seulement un quart d'heure à pied de chez nous, semble être un bon moyen d'entraîner Philippe - un tantinet casanier sur les bords, non... ? - à sortir un peu de l'appartement.

    Une excellente après-midi aujourd'hui avec la prestation de Thomas Monckton qui fêtait ce dimanche la "dernière" (il a fait avec ce spectacle 306 représentations de par le monde) de son spectacle intitulé "The pianist".

    Après avoir attendu une bonne demie-heure que la salle ouvre enfin ses portes (le spectacle précédent avait pris du retard...), nous voici bien installés dans les premiers rangs de la grande salle.

    Pour tout décor, un rideau noir, un lustre en cristal et un piano à queue que l'on devine sous une housse.

    Dès le début du spectacle le ton est donné : Thomas Monckton, qui n'est pas seulement mime, utilise ses qualités d'acrobate pour s'introduire sur scène en passant par un minuscule orifice percé dans le rideau, pour la plus grande joie des enfants venus nombreux assister au spectacle.

    Et c'est parti pour une heure de rires ou de sourires !

    Vêtu du costume queue-de-pie de rigueur pour les concerts, le mime néo-zélandais fan du mime Marceau - il a étudié le mime à l'Ecole internationale de théâtre Jacques Lecoq à Paris - va lutter contre toute une série de contretemps (le clavier qui ne veut pas s'ouvrir, le tabouret qui fait des siennes, le piano qui perd un pied...) sans perdre une seule minute son flegme britannique.

    Un vrai parcours du combattant...

    On s'est vraiment régalés.


    votre commentaire
  • Mettre ses pas dans ceux de Gauguin, de Picasso, de Giacometti : tout un programme !
     
    C'est celui qu'Anne-Marie nous a proposé ce vendredi, autrement dit, suivre les traces des peintres qui ont fréquenté Montparnasse au début du 20ème siècle : ils formèrent ce qu'on appela "L'Ecole de Paris".
     
    Jusqu'à la première guerre c'était à Montmartre que ces artistes se retrouvaient pour pratiquer leur art (en particulier au Bateau-Lavoir) mais très vite le quartier devient connu et les prix montent : ils quittent alors le 18ème pour élire domicile à Montparnasse.
     
    ◄►◄►◄►◄► 
     
    Nous avons rendez-vous au Musée Bourdelle dans la rue du même nom, proche de la gare. A travers les grilles, on peut apercevoir quelques unes des sculptures de l'artiste comme ce grand cheval.
     
    C'est en 1885 - à 24 ans - qu'Antoine Bourdelle s'installe à Montparnasse au 16 impasse du Maine (actuelle rue Antoine-Bourdelle). Il fut un élève de Rodin avec lequel il collabora harmonieusement avant de prendre son essor.

    Le Montparnasse des peintres

    Non loin de là, au 21 avenue du Maine, se trouve une impasse : la Villa Vassilieff.

    Le Montparnasse des peintres

    Le Montparnasse des peintres

    Les couleurs chatoyantes de l'automne mettent en valeur les bâtiments construits avec des matériaux de récupération de l'exposition universelle de 1900. Cette trentaine d'ateliers d'artistes et d'artisans devient vite un paradis pour les premiers peintres fauchés trop heureux de trouver un toit et une bonne lumière. 

    Le Montparnasse des peintres

    Le Montparnasse des peintres

    Marie Vassillieff tient de 1915 à 1918 sa célèbre "cantine des artistes" où tous les grands "montparnos" viendront manger pour quelques sous : Picasso, Braque, Modigliani, Fernand Léger, Max Jacob, Jean Cocteau, Matisse, Foujita et bien d'autres mais aussi Trotsky et Lénine.

    Le Montparnasse des peintres

    ◄►◄►◄►◄►

    Sur le Boulevard du Montparnasse, trois grandes brasseries ont été fréquentées par les artistes de Montparnasse. Il s'agit de La Coupole,

    Le Montparnasse des peintres

    La Rotonde (on reprochera à Emmanuel Macron dans l'entre-deux tours d'y avoir emmené dîner son équipe de campagne : la jalousie est un vilain défaut !), et le Sélect.

    Le Montparnasse des peintres

    A l'angle du Boulevard du Montparnasse et du Boulevard Raspail, la statue de Balzac par Rodin.

    On dit que l'artiste s'est inspiré, entre autres, d'une caricature parue dans le Charivari qui représente le grand homme dans sa tenue de travail habituelle, une robe de chambre blanche de dominicain.

    Le Montparnasse des peintres

     Parallèlement à cette commande, Rodin fera beaucoup d'études de nus de Balzac - qui seront très critiquées pour leur aspect inachevé - ce qui fait que entre la date de la commande et l'inauguration officielle du monument sur le terre-plein du Boulevard Raspail le 1er juillet 1939, il va s'écouler plus de cinquante ans : Rodin était mort depuis vingt ans...

    Le Montparnasse des peintres

    Au N°26 de la rue Vavin, un immeuble Art Nouveau très original, à gradins. Il date de la période de "l'hygiénisme" : en faisant rentrer air et lumière naturelle à flots dans les appartements, les architectes s’étaient donnés pour mission de faire disparaître le bacille de Koch et la tuberculose, responsables de plus de 10 000 décès par an dans la capitale.

    Il est l'oeuvre des architectes Henri Sauvage et Charles Sarrazin. A l'origine destiné à être une HLM, il fut finalement vendu à des particuliers car le coût de construction s'avéra beaucoup plus élevé que prévu.

    Le Montparnasse des peintres

    Revêtement de faïence, façon couloirs de métro

    Le Montparnasse des peintres

    Nous voici maintenant dans la rue de la Grande-Chaumière qui tire son nom du célèbre bal de barrière ouvert sur la rive gauche entre 1788 et 1853. C'est là que Clara Fontaine créa le célèbre Cancan...

    Le Café de Paris par Jean Béraud

    Le Montparnasse des peintres

    Dans l'esprit de la liberté de création, l'académie de la Grande-Chaumière - au N°14 - a été fondée en 1904. Ossip Zadkine, Antoine Bourdelle, Maurice Denis, Fernand Léger, André Lhote y exercèrent en tant que professeurs.

    Le Montparnasse des peintres

    Parmi les élèves les plus connus, on compte Joan Miro, Alexandre Calder, Balthus, Louise Bourgeois, Eugène Dabit, Serge Gainsbourg, Serge Rezvani, Germaine Richier, Jérôme Savary, Zao Wou-Ki, Amedeo Modigliani, Tamara de Lempicka, Alberto Giacometti et bien d'autres ainsi que le montre la plaque ci-dessous.

    Le Montparnasse des peintres

    En fouillant un peu sur le net, j'ai ainsi découvert la peinture de Xavier Prinet avec cette toile intitulée "Plage de Cabourg"

    Le Montparnasse des peintres

    et celle de Lucien Simon avec celle-ci intitulée "Du côté de Penmarc'h".

    Le Montparnasse des peintres

    Passé le Restaurant Wadja - gargote à prix réduit fréquentée par les peintres dans les années 1930 - et qui perdure à ce jour,

    Le Montparnasse des peintres

    une plaque indique qu'au N°8 logèrent Paul Gauguin à son retour de Tahiti ainsi que Modigliani et sa compagne Jeanne Hébuterne (qui se suicidera).

    Femmes à Tahiti - Paul Gauguin (1891)

    Le Montparnasse des peintres

    Jeanne Hébuterne par Modigliani

    Le Montparnasse des peintres

    Un peu plus loin, un immeuble possédant de grandes baies vitrées et de jolis vitraux : ce sont sûrement encore des ateliers d'artistes...

    Le Montparnasse des peintres

    Le Montparnasse des peintres

    La rue se termine par la boutique du marchand de couleurs Sennelier qui fut fournisseur et référence de nombreux artistes à Montparnasse à l'époque.

    Le Montparnasse des peintres

     Au bout de la rue, l'architecture de cet immeuble du N°79 de la rue Notre -Dame-des-Champs (Art-Déco peut-être ?) a attiré mon attention.

    Le Montparnasse des peintres

    Un peu plus loin, au N°82 un immeuble haussmannien est pourvu d'impressionnantes cariatides.

    Le Montparnasse des peintres

    Trop jolis les angelots en forme de console qui soutiennent le balcon !

    Le Montparnasse des peintres

    ◄►◄►◄►◄►

    Empruntant la rue d'Assas, nous voici arrivés au Musée Zadkine.

    Ossip zadkine, sculpteur d'origine russe, s'est installé à Paris en 1910. Il s'installe à cette adresse en 1928. Le musée regroupe les sculptures et les œuvres sur papier de l'artiste, de sa période de jeunesse à sa participation au mouvement cubiste. Il comprend également des œuvres de Valentine Prax, son épouse.

    Une des particularités de ce musée consacré à l'œuvre sculptée est de permettre aux mal-voyants et aux non-voyants de toucher les œuvres, en toute légitimité (il s'agit d'exaucer le vœu d'Ossip Zadkine lui-même).

    Devant le musée, une sculpture de l'artiste

    Girouette - Zadkine (1965)

    Le Montparnasse des peintres 

    ◄►◄►◄►◄►

    Nous avons maintenant rejoint l'avenue de l'Observatoire qui mène au Jardin du Luxembourg.

    L'Institut d'Art et d'Archéologie a été construit par Paul Bigot entre 1925 et 1930. L'ossature en béton est revêtue de briques rouges, mélange d'influences siennoise, florentine et d'Afrique noire musulmane.

    Le Montparnasse des peintres

    La frise archéologique de moulages en terre cuite de sculptures grecques, romaines, médiévales et Renaissance a été réalisée par la Manufacture de Sèvres.

    Le Montparnasse des peintres

     Cela fait un moment que nous tournons autour de la Faculté de Pharmacie : Annie, qui y a fait ses études, me l'a signalé... Sa façade donne sur l'avenue de l'Observatoire.

    Le Montparnasse des peintres

    Le Montparnasse des peintres

    Un peu plus loin, l'Ecole Nationale d'Administration (la célèbre ENA) est actuellement abritée dans les anciens locaux de l'Ecole Nationale de France d'outre-mer, bâtiment édifié en 1895 par l'architecte Yvon.

    On y reconnait l'art mauresque de la fin du siècle dernier adapté à son usage.

    Le Montparnasse des peintres

    ◄►◄►◄►◄►

    En face de nous, les Jardins de l'Observatoire forment depuis Port-Royal une belle enfilade jusqu'au Jardin du Luxembourg.

    Le Montparnasse des peintres

    Je ne sais pas pourquoi cette statue se nomme "Le Jour"... ? Je l'aurais plus volontiers nommée "La Source" ! Elle est de Jean-Joseph Perraud (1875)

    Le Montparnasse des peintres

     Le clou de l'enfilade est certainement la Fontaine des Quatre Parties du Monde qui la clôt au niveau de la station de RER Port-Royal.

    Dans ce sens, elle est déjà jolie...

    Le Montparnasse des peintres

    mais dans l'autre sens, face au soleil couchant, alors là elle est sublime !

    Le Montparnasse des peintres

    Il s'agit d'une oeuvre collective.

    Sur un socle flanqué de chevaux marins (oeuvres d'Emmanuel Frémiet), un groupe de quatre femmes représentant l'Afrique, l'Asie, l'Amérique et l'Europe (oeuvre de Jean-Baptiste Carpeaux - 1872) porte un globe orné des signes du zodiaque, oeuvre d'Eugène Legrain.

    Le Montparnasse des peintres

    Voici deux des quatre femmes soutenant le globe terrestre : le sculpteur leur a donné une position qui laisse penser que la terre tourne.

    L'Amérique avec sa coiffure à plumes...

    Le Montparnasse des peintres

    L'Afrique qui a encore des chaînes aux pieds...

    Le Montparnasse des peintres

    ◄►◄►◄►◄►

    Nous voici maintenant devant la Closerie des Lilas au Carrefour de l'Observatoire.

    François Bullier (1796-1869), un ancien employé de la Grande Chaumière reprit en 1843 la succursale du bal du Prado avenue de l'Observatoire hors la barrière en 1847, il le transforma en plantant 1000 pieds de lilas pour lui donner le nom de "Closerie des Lilas ", mais, c’est sous l’appellation de Bal Bullier en été, et Prado en hiver que sera connu l’endroit surtout fréquenté au départ par des étudiants.

    L’établissement ouvre ses portes le 9 mai 1847.

    On y dansait le quadrille et la valse, puis la mazurka et les scottishs et enfin la polka.

    A la Closerie des Lilas de Charles Vernier (1831-1887)

    Le Montparnasse des peintres

     Dès 1883, ce café est devenu le rendez-vous des artistes : on peut y croiser Zola, Cézanne, Théophile Gautier, les frères Goncourt ou Paul Verlaine.

    Au début du 20ème siècle, Paul Fort y dispute des parties d'échecs avec Lénine et Guillaume Apollinaire ou Alfred Jarry sont des habitués du lieu. L'intelligentsia américaine aime s’y retrouver, notamment Hemingway, Fitzgerald, Miller… 

    Modigliani, André Breton, Aragon, Picasso, Jean-Paul Sartre, André Gide, Paul Eluard, Oscar Wilde, Samuel Beckett et Man Ray figurent aussi parmi les artistes et les écrivains qui ont fréquenté la Closerie.

    ◄►◄►◄►◄►

    Juste devant la Closerie, se tient la statue du Maréchal Ney, une sculpture de François Rude (1853).

    Le Maréchal Ney a été fusillé le 7 décembre 1815 pour avoir rejoint Napoléon durant les Cent-Jours : Louis XVIII l'accusait d'avoir attenté à la sûreté de l'état...

    Le Montparnasse des peintres

    Un Américain du nom de Peter Stuart Ney, mort le 15 novembre 1846 en Caroline du Nord au sud des Etats-Unis, a prétendu être le maréchal Ney...

    Sur son lit de mort, Peter Ney se serait exclamé : « By all that is holy, I am Marshal Ney of France ! » (Par tout ce qui est saint, je suis le maréchal Ney de France !).

    Ney aurait pu bénéficier de complicités maçonniques haut-placées pour que son exécution soit simulée et qu’il puisse s’exiler discrètement en Amérique, pays pour lequel Fouché lui avait établi un passeport après la défaite de Waterloo. Plusieurs témoignages semblent confirmer cette simulation et cette fuite.

    Si cette éventualité d'une seconde vie en Amérique, faisant suite à un simulacre d'exécution, peut paraître séduisante, elle n’est toutefois pas reconnue par la plupart des historiens car elle ne s'appuie sur aucune preuve irréfutable. Seules des analyses scientifiques pratiquées sur les restes ensevelis au Père-Lachaise d'une part (en supposant que la sépulture ne soit pas vide), et à Third Creek Church de l'autre, pourraient lever définitivement le doute.

    ◄►◄►◄►◄►

     Au N°9 de la rue Campagne-Première se trouve une "pelle Starck" : elle parle d'une maison édifiée à la fin du 19ème siècle à partir de matériaux de récupération provenant de l'Exposition Universelle de 1889. Cette maison abrite une centaine d'ateliers d'artistes.

    Le Montparnasse des peintres

    Ici habitèrent les peintres Othon Friesz (inspiré par Gauguin et Van Gogh) et Giorgio De Chirico ainsi que l'écrivain Rainer Maria Rilke qui y survivait plutôt avant de devenir le secrétaire particulier de Rodin.

    Le Montparnasse des peintres

    Je ne connaissais pas ce peintre, Othon Friesz, que je trouve intéressant.

    Le port d'Anvers (1906)

    Le Montparnasse des peintres

     Les baigneuses des Andelys (1908)

    Le Montparnasse des peintres

     ◄►◄►◄►◄►

    Voici le Passage d'Enfer et l'arrière d'un immeuble créé en 1911 par l'architecte André Arfvidson : sur la façade des céramiques et grès flammé d'Alexandre Bigot.

    Le Montparnasse des peintres

    Au sortir du passage, sur le Boulevard Raspail, une maison où habita Picasso.

    Le Montparnasse des peintres

    et puis, la merveille d'architecture : le recto de l'immeuble d'André Arfvidson, tout en céramiques également, donnant sur le square Yves Klein.

    Le Montparnasse des peintres

    Yves Klein est un artiste peintre qui est connu pour son "bleu"qu'il a appliqué sur de nombreuses oeuvres.

    Le Montparnasse des peintres

    Il utilisait des modèles femmes dont il enduisait le corps de peinture et les faisait ensuite se rouler par terre...

    On appelle ça de l'art : j'avoue que je suis très moyennement enthousiaste.

    Le Montparnasse des peintres

    Mais revenons à notre immeuble en céramique.

    Le Montparnasse des peintres

     

    J'avoue être beaucoup plus sensible à cet art là... On est classique ou on ne l'est pas !

    Le Montparnasse des peintres

    Man Ray, le célèbre photographe, habita l'immeuble.

    Le Montparnasse des peintres

    Et Kiki de Montparnasse, sa compagne, habita l'Hôtel Istria voisin avec lui.

    Elle était le modèle préféré du peintre qui trouve son physique "de la tête aux pieds, irréprochable".

    Le Montparnasse des peintres

     

    Alice Ernestine Prin était surnommée "la Reine de Montparnasse" : elle fut le modèle, la muse et parfois l'amante d'artistes célèbres. Elle était également chanteuse, danseuse, gérante de cabaret, peintre et actrice de cinéma, et anima le quartier du Montparnasse durant l'entre-deux-guerres (1921-1939).

    Elle adopte la coiffure au bol, les yeux abondamment soulignés de khôl, les lèvres peintes de rouge vif et le pseudonyme Kiki.

    Il l'a photographiée notamment de dos, nue, pour un célèbre cliché auquel il ajouta deux ouïes de violon et qu'il intitula Le Violon d'Ingres.

    Le Montparnasse des peintres

    Merci à Anne-Marie pour cette agréable promenade culturelle

    Le Montparnasse des peintres


    votre commentaire
  • Aujourd'hui, nous avons appris par le Bien Public, le journal de la Côte d'Or, que le tableau de la chapelle Saint-Anne de Courcelles, déposé cet été pour être restauré à Dijon, avait été remis en place.

    Il s'agit d'une huile sur toile du Langrois Jean Tassel du deuxième quart du XVIIème siècle intitulée Présentation de la Croix à l'Enfant Jésus.

    Le tableau de la Chapelle Saint-Anne à Courcelles enfin restauré

    C'est l'Association "La Sauvegarde de l'art français" qui a lancé le projet du "Plus Grand Musée de France" qui vise à restaurer et faire connaitre des oeuvres d'art de proximité - tout en permettant à des étudiants d'acquérir de nouvelles compétences en participant à un projet formateur.

    J'avais fait à l'époque un petit post sur le sujet : ICI.

    Le devis, établi par la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), s'élevait à 10.000 euros. La moitié des fonds a d'abord été collectée par les étudiants de Science Po, le reste n'ayant malheureusement pas pu être apporté par la municipalité. C'est donc encore grâce au mécénat que les étudiants de Science Po ont pu collecter la somme restante (nous y avons participé tous les deux dans une modeste mesure !).

    La restauration - effectuée à l'atelier dijonnais de Françoise Le Corre - a duré un mois et demi. L'essentiel du travail a été effectué autour de la couche picturale, un nouveau vernis ayant été également posé car l'ancien était très oxydé. Le cadre, quant à lui, a été restauré à l'atelier LP3 Conservation à Semur-en-Auxois : l'idée était de retourner à la couche originelle avec un faux marbre vert foncé, afin que cela soit plus cohérent avec le tableau.

    C'est Florence Harvengt et son collègue Benoît Jacob, employés de l'entreprise, qui ont reposé le tableau dans la chapelle mais celui-ci n'est actuellement pas bien mis en valeur car il se situe derrière le tabernacle...

    Le tableau de la Chapelle Saint-Anne à Courcelles enfin restauré

    La commune parle de déplacer celui-ci et de changer l'éclairage de la Chapelle afin de permettre aux visiteurs éventuels de mieux pouvoir l'admirer. La chapelle est bien sûr fermée mais une affiche sur la porte indique comment se les procurer.

    Affaire à suivre...


    votre commentaire
  •  Aujourd'hui, la météo annonce un temps "couvert avec éclaircies" mais pas de pluie. Tant mieux : nous allons pouvoir nous régaler avec cette nouvelle randonnée préparée par Jacqueline qui nous emmène dans l'Oise à Orry-la-Ville.

    De là, nous arrivons rapidement aux étangs de Commelles.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Le Château de la Reine Blanche se situe à l'ouest de l'étang de la Loge, le premier des trois étangs alimentés par la Thève, un affluent de l'Oise.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

     L'origine du château remonte à la fin du XIIIème siècle mais l'aspect actuel - un style "troubadour" très marqué - date du début du XIXème siècle.

    Le domaine, ancienne propriété royale, est acquis par Pierre de Chambly, seigneur de Viarmes, qui commence à bâtir une pêcherie le long des étangs déjà creusés par des frères convers employés par les moines de l'Abbaye de Chaalis voisine. Pour garder cet ensemble, on édifie une loge en 1426 : c'est la première version de l'édifice, un château fort en miniature appelé la Loge de Viarmes. Après des années d'activité (devenue moulin à blé en 1765, puis manufacture à papier en 1787), le site tombera en ruines.

    Les étangs sont vendus comme "Biens nationaux" pendant la Révolution française, puis rachetés par Louis VI Henri de Bourbon-Condé, sous la Restauration, en 1819. Avec les bois qui les bordent, ceux-ci sont un cadre idéal pour les chasses princières. Quelques années plus tard, en 1825, le Prince de Condé confie à son architecte, Victor Dubois, le soin de reconvertir l’ancien moulin, dit de la Loge de Viarmes, en un rendez-vous de chasse. Il se dit que la reine Blanche de Castille, mère de Louis IX - Saint Louis - y aurait possédé elle-même un château. La proximité de plusieurs châteaux royaux (Asnières-sur-Oise, Senlis, Creil, etc...) et ses fréquents séjours à Asnières et Royaumont permettent de penser qu'elle connaissait cette partie de la forêt.

    Ce relais de vénerie sera donc baptisé "Château de la Reine Blanche".

    C’est un des premiers exemples de construction de style néogothique. Venue d’Angleterre et portée par le romantisme, cette nouvelle manière plaît au Prince de Condé qui a lui-même longtemps séjourné en Angleterre.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Le château de la Reine Blanche, qui a accueilli en 1882 Elisabeth de Bavière - l'Impératrice d’Autriche plus connue sous le nom de Sissi -, est classé "Monument historique" depuis le 9 mai 1989.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Il est orné sur sa façade de trois statues de chevaliers, oeuvre des sculpteurs Boichard et Thierry qui travaillèrent, entre autres, au Château de Versailles.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Le balcon est soutenu par des consoles en forme d'animaux fantastiques (des dragons ailés), un peu lourdingues, non ?

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Châteaubriand, dans ses "Mémoires d'outre-tombe", parlait déjà de ce lieu et de la mélancolie qu'il engendre :

    « La mort a soufflé sur les amis qui m’accompagnèrent jadis au château de la reine Blanche : les sites de ces solitudes n’ont été qu’un horizon triste, entrouvert un moment du côté de mon passé. Aux jours de René, j’aurais trouvé des mystères de la vie dans le ruisseau de la Thève : il dérobe sa course parmi des prêles et des mousses ; des roseaux le voilent ; il meurt dans ces étangs qu’alimente sa jeunesse, sans cesse expirante, sans cesse renouvelée : ces ondes me charmaient quand je portais en moi le désert avec les fantômes qui me souriaient, malgré leur mélancolie, et que je parais de fleurs”

    Au pied du château, des canards et des cygnes s'ébattent joyeusement...

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Allez, c'est parti pour le tour des trois étangs : la forêt d'automne est un vrai enchantement.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Ce drôle de canard ne veut décidément pas me regarder...

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Pas plus que Jacqueline...

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    qui est plongée dans la lecture du panonceau indiquant aux pêcheurs les poissons des étangs.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    On dit que les arbres sont aussi grands sous terre qu'à l'air, non ? Celui-ci en est la preuve vivante.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Cet autre lui vole presque la vedette.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Mais nous voici déjà de retour au Château de la Reine Blanche... On dit que certains soirs de pleine lune on voit le fantôme de Blanche de Castille se rendant à l'Abbaye de Royaumont...

    En ajoutant un peu de brouillard, on s'y croirait presque !

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    La bonne surprise, c'est ce restaurant, l'Etang D'art, qui nous tend les bras.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Pour un peu on se croirait sous les cocotiers !

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Le restaurateur (qu'il soit ici remercié) nous accueille très gentiment alors que nous tirons notre repas du sac. Il nous suffit de consommer !

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Et maintenant, direction le Château de Chantilly où nous arrivons en milieu d'après-midi.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Une merveille d'architecture, non ?

    Au premier plan, le petit pavillon qui sert de guicheterie

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Une jolie photo de Maryannick

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Celle-ci est de moi...

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Fin de la balade


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires