• Les portes du soleil

      

    Alors voilà : on s'est arrêtés à Châtillon pour rendre visite à la famille
    (voir épisodes précédents)
    Cela nous a aussi permis de couper la route en deux et de repartir frais et dispos pour Châtel, station de sports d'hiver également surnommée Les portes du soleil.

    Mais c'est où Châtel ?

    Et bien c'est là !


    L'arrivée à Châtel par la Suisse

    Nous sommes installés au Jessi, dans l'appartement que ma vieille copine de palier Marie-Claire (eh oui je peux le dire puisqu'elle est d'un mois mon aînée !) et son mari Jacques ont eu la gentillesse de nous le prêter pour ces vacances alpines.

    Depuis le balcon du Jessi,


    on a une super jolie vue sur la vallée d'Abondance.

    Parfois, le photographe amateur se régale autrement avec des photos comme celle-là...

    ou celle-là !

    Heureusement, l'appartement est confortable avec une super terrasse où l'on peut petit-déjeuner, déjeuner et dîner face aux montagnes.

    Parfois, on y passe aussi ses journées à lire... (la bibliothèque est bien garnie)

    ou à taquiner la souris...
    (vous ne verrez pas son propriétaire qui ne souhaitait pas poser pour la postérité !)
    Bref, les distractions ne manquent pas.

    Pour ma part j'y ai littéralement dévoré "Brûlée vive" de Souad, une jeune cis-jordanienne qui, une fois rapatriée en Europe, fait le récit du  supplice qu'elle a subi dans son pays pour avoir aimé un homme sans être mariée...
     

    et "Jamais sans ma fille" de Betty Mahmoody, une américaine mariée à un iranien qui réussit à fuir l'Iran où son mari veut la séquestrer. 
    Un petit coup d'oeil au village : sur la place de l'église Saint-Laurent,

    il y a une statue de la Vierge très originale.

    Regardez-bien : elle est chaussée de skis ! pour rappeler que Châtel est une station de sports d'hiver réputée par ses 650 kms de pistes blanches...

    Renseignements pris à l'Office du Tourismenous allons aller passer une après-midi en Suisse.

    Nous avons choisi d'aller visiter la Fondation Pierre Gianadda à Martigny dans le canton du Valais suisse où se tient une exposition des tableaux du Musée Pouchkine (que nous avions visité à Moscou), exposition intituée "de Courbet à Picasso".

    Au passage, nous admirons les dents du midi qui culminent à 3257 mètres. La pluie qui tombait hier sur la vallée a saupoudré les sommets.

    Pour accéder au Musée, ça n'a pas été facile facile : on a même dû faire une marche forcée car les coureurs du Tour de France y faisaient relâche et toutes les rues de la ville étaient bloquées...

    La fondation est assez hétéroclite : s'y côtoient une exposition de peinture et un musée de l'automobile ancienne le tout au sein d'un joli parc peuplé des sculptures des grands maîtres.

    Nous avons ainsi pu revoir entre autres (6 ans après la naissance de Chloé !) ce "paysage au paon" de Paul Gauguin

    une très originale "ronde des prisonniers" de Vincent Van Gogh

      la "femme à la fenêtre" de Henri de Toulouse Lautrec

    et un très joli "intérieur" d'Edouard Vuillard

    Dans le parc, le "pouce" de César
    (impressionnant de taille, non ?)

    les "baigneurs" de Nicky de Saint-Phalle

    et la "laveuse" d'Auguste Renoir


    Quant aux automobiles, elles sont toutes en état de marche et sont parfois des modèles uniques !
     
    En plus, il y a une exposition de maquettes de Léonard de Vinci ainsi que des manuscrits originaux dont Philippe m'a fait remarquer qu'ils étaient écrits à l'envers pour éviter les plagiats sans doute...

    Voici le prototype du vélo de nos grand-mères...

    et un original de Léonard

    Bref : une demi-journée bien employée !

    Une promenade en solitaire cette fois : le col de Bassachaux

    Dernière ballade sous le beau temps
    l'abbaye d'Abondance qui date du 11ème siècle.

    On débute une visite guidée fort intéressante par la visite de l'abbatiale.

    Peintures en  "trompe l'oeil" du 19ème siècle dans le choeur par le piémontais Casimir Vicario

    Dans une chapelle colatérale, une jolie vierge à l'enfant du 18ème siècle qui a retrouvé sa place tout dernièrement dans l'abbatiale après un séjour d'une trentaine d'années à l'étranger...

    La visite se continue par le cloître du 11ème siècle.

    Il possède une très belle toiture de tavaillons.

    un superbe portail roman

    de beaux culs de lampe

    et des peintures murale du 15ème siècle.

    Ici, la nativité

    et là, les noces de Cana

    J'oubliais de vous parler des horaires des moines... Il y a pléthore de messes bien sûr.
    En voici juste un échantillon !


    Merci ma copine !
    « De la Sainte-Chapelle au Donjon, il n'y a qu'un pas...La tournée des viaducs »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :