• En ce jeudi particulièrement ensoleillé, Jacqueline avait prévu une très jolie balade dans l'ouest parisien. Partis de la gare Saint-Lazare, nous arrivons trois quarts d'heure plus tard à la gare de Sévres - Ville-d'Avray. La rue des Jardies est bordée de maisonnettes en meulière, architecture typique des années 30, et mène tout naturellement à la maison du même nom, celle que Balzac occupa de 1838 à 1840.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Fuyant ses créanciers, il achète en 1837 un terrain et loge son jardinier dans l'ancienne maison de vigneron qui s'y tient, se réservant un petit chalet de bois qu'il fait construire au fond du jardin. C'est aux Jardies (dans sa maison qui n'existe plus aujourd'hui) que furent créés des classiques de notre littérature comme César Birotteau ou La maison Nucingen.

    Léon Gambetta rachètera la maison du jardinier de Balzac en 1878 : il s'y rend régulièrement pour se reposer de ses activités politiques en compagnie de sa maîtresse, Léonie Léon. Il y décédera en 1882 à l'âge de quarante quatre ans.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Un monument lui est consacré, très difficile à photographier : c'est l'oeuvre de Bartholdi.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Depuis l'avenue Gambetta, on rejoint la rue de Sèvres en passant par le Parc de Lesser.

    Difficile de prendre des photos tout en courant, n'est-ce pas Anne... ?

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Petit zoom sur le héron : c'est un vrai, je le jure !

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Empruntant la rue de Sèvres, nous arrivons en vue de l'église Saint-Nicolas et Saint-Marc de Ville-d'Avray : il s'agit d'une église de style néo-classique qui a la particularité d'avoir été construite pendant la Révolution. En 1793, l'église fut transformée en temple de la Raison avant d'être rendue au culte en 1795.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Sa décoration intérieure a été assurée par des artistes de renom qui séjournaient à Ville-d'Avray : Camille Corot, James Pradier ou encore François Rude.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Dans le choeur, une belle sculpture de François Rude : le baptême du Christ

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    En pendant, de l'autre côté du choeur, une oeuvre de James Pradier représente le mariage de la Vierge.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Sur le mur côté Nord, un tableau de Camille Corot représente Saint-Jérôme dans le désert. Il est très difficile à photographier du fait de sa position, très haute dans l'église, et des reflets qui s'y projettent mais j'en ai trouvé une copie sur le net qui le montre assez bien.

    Le peintre fait don à l'église en 1849 de cette peinture qui lui avait valu beaucoup d'éloges au Salon de l'Académie Royale de peinture de 1837. Il racontait souvent que, faute de moyens, il ne chauffait pas son atelier et que son modèle serait mort quinze jours après avoir posé... Cela explique, selon lui, la couleur violacée et glaciale de Saint-Jérôme.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Il y a aussi, parait-il, dans l'église deux fresques de Corot : je ne les ai pas vues...

    L'une représente le baptême du Christ 

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

     

    et l'autre Adam et Eve chassés du Paradis.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Dans l'église aussi, un beau plafond à caissons et un curieux Christ en croix.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    La chaire en chêne est extrêmement travaillée.
    Il m'a semblé y reconnaître un triangle, le symbole de la Franc Maçonnerie... ?

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Quittant la place de l'église de Ville d'Avray,

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    nous empruntons le mail du Docteur Bosvieux puis celui d'Alphonse Lemerre et passons devant la maison que Camille Corot habita, avant de rejoindre les étangs de Ville d'Avray.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    C'est dans cette maison que Camille Corot commença à peindre.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Pas dégueu la maison, n'est-ce pas Annie ? C'est un restaurant m'as-tu dit ?

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Tous attentifs aux explications de Jacqueline...

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Ah... enfin les choses sérieuses !

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Au sortir de la forêt de Fausses-Reposes, on arrive au Haras de Jardy.

    Situé à Marnes-la-Coquette, c'était autrefois un haras de réputation internationale. Il a été créé dans le style anglo-normand en 1890 par Edmond Blanc, un richissime  propriétaire-éleveur de chevaux de course.

    Les héritiers d'Edmond Blanc vendent discrètement en 1943 le haras à Marcel Boussac, le célèbre magnat du textile et propriétaire-éleveur.

    Le haras est à dix minutes de voiture de la Porte d'Auteuil et deux minutes de Versailles. Il est très proche également de l'embranchement de l'autoroute de Normandie.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Plan du domaine

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

     

    Les bâtiments furent conçus dans un style anglo-normand qui s'inspirait directement des cours d'entraîneurs de Chantilly, les plus prestigieuses, et de certains élevages de Normandie, mélange heureux de briques apparentes et de structures de bois ou de fer au dessin élégant à colombages.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

     La cour des 49

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Le box de Quiloa est bien gardé...

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Obbie One et Jonc aime la compagnie apparemment...

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Je me suis renseignée sur les tarifs : une heure par semaine annuelle coûte environ 1000 euros.

    Cheval cabré - Jacques Boutrais (2008)

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Le retour s'effectue en retraversant la forêt de Fausses-Reposes.

    Il y a parfois des obstacles !

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Le terrain est accidenté...

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Le midi, on est content de tirer son repas du sac au hasard de tronc d'arbres hospitaliers...

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Mais, dis-moi Marie-France : on l'a déjà vu cet étang, non ?

    Mais oui, c'est celui de Ville-d'Avray !

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Qu'il fait bon se dorer la pilule au soleil !

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    En haut de la dernière grimpette, quelles sont ces étranges pattes de volatile... ?

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Ce ne sont que les racines d'un arbre fort vénérable.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Le repos des guerriers (le masculin par respect pour Paul !)

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Attention à mon zoom !

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Il est puissant...

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Cette belle balade s'achève comme elle a commencé : sous le soleil.

    Ville d'Avray, Chaville et la forêt de Fausses Reposes

    Retour à la Gare Saint-Lazare (en fait "La Défense : tout le monde descend") par Chaville.

    Le Blog, ça occupe bien l'esprit : on en a tous besoin en ce moment.


    2 commentaires
  • Une promenade à Versailles, ça vous dirait ?

    C'est ce que nous a proposé Jacqueline pour la dernière rando : 13 kilomètres à pied dans le parc du château.

    Arrivés vers 10 heures à la gare de Versailles-Château-Rive-Gauche, nous commençons la balade par un temps brumeux qui heureusement va se dégager en fin de matinée pour laisser place à un soleil généreux.

    Nous sommes 20 à participer à cette balade et, une fois n'est pas coutume, je ne suis pas la dernière...

    Versailles nous attend...

    La façade ouest manque d'éclairage à cette heure matinale.

    Le Parterre d'eau qui lui fait face comporte des groupes de statues en bronze, tels ces enfants, coulées à l'Arsenal de Paris par les frères Keller. Pas besoin de les encapuchonner...

    contrairement aux statues de pierre qui craignent le gel.

    Le Bassin d'Apollon, situé tout au bout du Grand Canal, est plein de givre en cette saison, ce qui ne manque pas de lui donner du charme.

     Voici une peinture de Pierre-Denis Martin, dit Martin le Jeune, qui le représente en 1713.

    Que Versailles est beau avec G13 !

    Un petit détour par le Grand Trianon : "Petit Palais de marbre rose et de porphyre avec des jardins délicieux", selon la description de Mansart qui en fût l'architecte.

    Louis XIV y cachait ses amours avec la Montespan...

    Quelques toiles d'araignée s'en sont emparé...

    Le Bassin de Neptune est voisin des rues de la ville.

    Y a pas photo : c'est bien du Dieu de la mer qu'il s'agit !

    Le Bassin du Dragon, tout proche de l'agglomération également : quatre enfants armés chacun d'un arc luttent contre le serpent Python.

    Peu de temps pour les photos : celle-ci est un peu ratée... mais pas au point de la jeter !

    Nous remontons ensuite l'Allée d'eau dite "des marmousets" en raison des petites fontaines ornées de personnages de petite taille qui la bordent.

    Ces trois satyres soutenant une vasque ont été sculptés par Pierre 1er Legros qui oeuvra beaucoup pour le Château de Versailles.

    Et voici trois musiciens qui enchantent les jardins : ils sont l'oeuvre de Louis Lerambert.

    Deux amours et une fillette : une sculpture d'Etienne Le Hongre.

    Quelle belle perspective quand le soleil donne !

    La Fontaine de la Pyramide est censée incarner l'aboutissement de la quête d'Apollon :  en effet, après avoir tué le serpent Python, Apollon remonte sous les acclamations des enfants et autres groupes de l'Allée d'Eau, pour parvenir à la Pyramide, symbole de connaissance, qui représente le temple de Delphes où se trouve la Pythie.

    La boucle est bouclée avec ce retour au Parterre d'Eau magnifiquement éclairé par le soleil en ce milieu d'après-midi.

    Des statues de bronze le bordent, représentant chacune un fleuve (il s'agit alors de personnages masculins) ou une rivière (il s'agit alors de personnages féminins) : elles ont été coulées par Balthasar Keller et conçues par plusieurs sculpteurs.

    Ces statues représentant des cours d'eau sont allongées, selon la tradition...

    Voici La Garonne par Antoine Coisevox

    La Dordogne également par Coisevox

    Que Versailles est beau avec G13 !

    Le Loiret par Thomas Regnaudin

    Que Versailles est beau avec G13 !

    et enfin, La Loire également par Regnaudin

    Que Versailles est beau avec G13 !

     Nous voici arrivés à la grille d'entrée (hélas elle est fermée...) du bosquet de la Salle de Bal.

    Créé par André Le Nôtre et inauguré en 1685, la salle de Bal s'appelle aussi bosquet des Rocailles, en raison des pierres de meulière et des coquillages rapportés des côtes africaines et malgaches sur lesquels l'eau ruisselle en cascade. Au centre, une "île en marbre, aisément accessible, servait de piste de danse, art dans lequel s'illustrait Louis XIV. Les musiciens se tenaient au-dessus de la cascade et, en face, un amphithéâtre aux gradins recouverts de gazon permettait aux spectateurs de s'asseoir.

    A travers les grilles, on peut tout de même voir l'amphithéâtre.

    Que Versailles est beau avec G13 !

    Que Versailles est beau avec G13 !

    Que Versailles est beau avec G13 !

     

    Voici une peinture de Jean Cotelle le Jeune qui le montre à l'époque de sa magnificence.

    Que Versailles est beau avec G13 !

     

    Non loin de là un joli bassin : celui de Bacchus

    Que Versailles est beau avec G13 !

    De plus près...

    Que Versailles est beau avec G13 !

     Pour finir, un petit tour du côté du Jardin du Roi : il s'agit d'un jardin à l'anglaise où l'on pouvait admirer avant la tempête de 1999 de superbes arbres exotiques...

    Que Versailles est beau avec G13 !

     

    Là s'achève notre balade mais nous n'avons pas épuisé, loin de là, les merveilles des jardins de Versailles...

    On pourra y retourner !


    votre commentaire
  • Un temps absolument printanier en ce 17 décembre pour la randonnée du jeudi avec Jacqueline. Celle-ci nous emmène aujourd'hui en banlieue sud pour une petite balade sur la coulée verte et le Parc de Sceaux. Le rendez-vous est à la station Cité Universitaire du RER B, l'occasion pour moi de traverser le Parc Montsouris de bon matin et de savourer le plaisir, étant retraitée, de voir tous ces gens qui se pressent vers leur destination de travail...

    Chacun son tour, non ?

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Le RER B évoque pour moi bien des souvenirs d'enfance : mes parents possédant une petite maison de campagne à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, nous prenions régulièrement cette ligne autrefois appelée "la ligne de Sceaux".

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Massy-Verrières : tout le monde descend !

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Un petit détour pour aller voir le Mémorial de la déportation des Juifs des Hauts-de-Seine inauguré en 2006 par l'ancien ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy.

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Dénommé "le pupitre des étoiles", il s'agit d'une oeuvre de Christian Lapie. Cet ensemble de douze statues en fonte de fer symbolise les douze fils de Jacob, ancêtres des douze tribus d'Israël. La clairière de bouleaux dans laquelle elles ont été installées rappelle les lieux de déportation de l'Europe de l'Est.

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Sept d’entre elles sont regroupées, à l’image d’une famille, au centre de quatre pupitres sur lesquels ont été gravés les noms des 972 victimes de la Shoah originaires des Hauts-de-Seine. Ce sont des enfants des écoles qui ont gravé ces noms.

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Nous entrons maintenant dans le Parc de Sceaux.

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Vous reconnaissez ici la pièce d'eau du Parc... Au fond, l'église de Bourg-la-Reine.

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Une sculpture de Rast-Klan Toros, syrien d'origine arménienne... vivant à Romans, vient d'y être installée : elle s'intitule "l'aigle d'Arménie" et commémore le centenaire du début du génocide. C'est Patrick Devedjian, Président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, qui l'a inaugurée le 11 avril dernier. Il a rappelé l'importance du souvenir à l'heure où le Front al-Nosra, un groupe armé djihadiste affilié à Al-Qaïda, a détruit l'ossuaire de Der Ez-Zor (en mai 2014).

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

     Le sculpteur a représenté cet aigle avec un corps d'homme symbolisant la force d'un peuple malgré le génocide.

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Une petite grimpette...

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La Servitude (statue en marbre du XIXème siècle)

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    L'orangerie a été édifiée entre 1675 et 1683 ; elle servait à l'exposition des tableaux de Colbert qui était un grand collectionneur. Elle est construite entièrement en pierre de taille ; en 1871, elle a été tronquée sur 25 mètres environ.

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Joli fronton,non ?

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Tiens tiens...

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    l'esplanade du château

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    C'est le Duc de Trévise, sous le Premier Empire, qui commanda à l'architecte Joseph-Michel Le Soufaché, à l’emplacement de l’ancienne demeure des Colbert détruite dans les premières années du XIXème siècle, la construction d’un nouveau château. La première pierre de la nouvelle demeure fut posée en 1856 et le décor intérieur ne fut achevé qu’en 1862. Trois fois moins étendu que celui des Colbert, le château, présente des façades "brique et pierre", ainsi que de hautes toitures d’ardoise.

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    En haut des fenêtres du premier étage, de curieux mascarons...

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Passé le château, une élégante statue du XIXème siècle, copie d'antique en pierre du Faune à l'enfant

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Silène portant le jeune Dionysos dans ses bras : selon la légende, Silène aurait été chargé par Zeus d'emporter Dionysos, son fils adultérin, loin de la colère d'Héra pour le confier aux Nymphes.

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Du côté du labyrinthe formé par les haies en charmilles, une fontaine de rocailles agrémentée de coquillages exotiques.

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Jacqueline nous fait remarquer, à juste titre, la ressemblance avec Arcimboldo...

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Un oranger du Mexique très odoriférant tout près du Pavillon de l'Aurore : il s'agit de l'un des très rares pavillons de jardin de la période Louis XIV qui aient subsisté en France. Cette mode venait d'Italie où ils servaient de halte pour prendre une collation ou écouter de la musique.

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    C'est Colbert, baron de Sceaux, qui le fit construire en 1670 pour abriter une fresque de Le Brun sur le thème de l'Aurore.

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Notre balade est terminée : sur le chemin du retour, une découverte intéressante dans une rue de Bourg-la-Reine : la maison Hennebique.

    Elle a été construite entre 1901 et 1903 par l'architecte et entrepreneur François Hennebique pour son propre usage mais aussi afin de faire la publicité de son entreprise de béton armé.

    A ses débuts, ce matériau était utilisé comme mesure de protection contre les incendies.

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Avec sa terrasse en encorbellement et sa tour-minaret de 40 mètres de hauteur (faisant office de château d'eau destiné à l'arrosage par gravitation des serres et des jardins suspendus), elle met en évidence une affirmation de l'architecte : "on peut tout demander au béton armé, et il peut tout reproduire".

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Retour sur Paris :  avec ma manie de prendre des photos, j'ai raté le RER !

    La coulée verte et le Parc de Sceaux avec G13

    Merci Jacqueline...


    votre commentaire
  • Chic, aujourd'hui jeudi c'est jour de randonnée ! 

    La crypte de Jouarre

    Ce matin nous prenons la direction de la gare de l'Est pour aller jusqu'à La Ferté sous Jouarre.

    La crypte de Jouarre

    Après avoir longé la Marne,

    La crypte de Jouarre

    et marché un peu en forêt,

    La crypte de Jouarre

    nous arrivons à Jouarre pour découvrir son Abbaye Notre Dame et sa crypte mérovingienne.

    Ici, l'église paroissiale Saint-Pierre - Saint-Paul

    La crypte de Jouarre

    La crypte Saint-Paul du VIIème siècle, unique en Europe, est abritée en contrebas de cette chapelle.

    La crypte de Jouarre

    On voit bien ici le soubassement de la chapelle où elle se trouve.

    La crypte de Jouarre

    A l'entrée du porche d'accès,

    une statue de Saint Marc, artisanat des moniales de l'Abbaye Notre Dame.

    La crypte de Jouarre

    La crypte de Jouarre

    On entre dans les deux cryptes (Saint-Paul et Saint-Ebrégisile) par un escalier de quelques marches qui descend : (1 sur le plan)

    La crypte de Jouarre

    et là..., c'est l'émerveillement !

    La crypte Saint-Paul repose sur deux rangées de trois colonnes de marbre antique de remploi (provenant de villas gallo-romaines datées du IVème au VIème siècles) surmontées de magnifiques chapiteaux en marbre des Pyrénées.

    La crypte de Jouarre

    La crypte de Jouarre

    La crypte de Jouarre

    Les chapiteaux des colonnes sont tous différents : ils sont de style corinthien.

    La crypte de Jouarre 

    Ce chapiteau représentant une corbeille à anses est vraiment très original.

    La crypte de Jouarre 

    mieux éclairé... 

    La crypte de Jouarre

    La crypte de Jouarre

    La crypte de Jouarre

    La crypte de Jouarre 

    Le mur ouest de la crypte est dit "réticulé" car les pierres forment un dessin de filet. On trouve le même genre de décoration dans certaines églises de la basse vallée de la Loire ainsi que sur la porte d'entrée (Torhalle) de l'Abbaye de Lorsch en Allemagne.

    Les joints au mortier romain témoignent des préoccupations liées à l'humidité de la crypte.

    La crypte de Jouarre

    Notre guide (de l'Office du Tourisme de la ville) nous explique l'histoire de la crypte.

    La crypte de Jouarre

     Authaire, haut dignitaire de la cour de Clotaire II avait trois fils : Adon, Dadon et Radon. Vers l'an 610, Saint Colomban, moine irlandais venu de l'Abbaye de Bangor pour évangéliser la Gaule, fut reçu chez Authaire. Pendant son séjour, il convertit toute la famille au Christianisme.

    Voici un vitrail du XIXème siècle de l'église d'Ussy sur Marne, voisine de La Ferté sous Jouarre, représentant la scène.

    La crypte de Jouarre

    Adon, Dadon et Radon, très fortement marqués par leur rencontre avec Saint Colomban, fondèrent chacun une abbaye : Adon fonda un monastère double de moines et de moniales à Jouarre, Dadon celui de Rebais (il devint ensuite évêque de Saint-Ouen à Rouen) et Radon celui de Reuil-en-Brie.

    Le monastère de Jouarre a été fondé par Adon en 630. Celui-ci s'efface ensuite pour en confier la responsabilité à Sainte Théodéchilde, première Abbesse. Sainte Aguilberte, sa cousine, lui succède et c'est enfin Sainte Balde, leur tante, qui dirige le monastère.

    Saint-Agilbert, frère de Théodéchilde et évêque de Paris, fait édifier la crypte quelques années après la fondation de l'Abbaye. 

    La crypte Saint-Paul renferme les tombeaux des fondateurs de l'Abbaye de Jouarre.

    Sur le côté latéral du tombeau de Saint-Agilbert, une scène représente le Christ en majesté (au centre), acclamé par des fidèles levant les bras au ciel : c'était la manière de prier au Moyen-Orient à cette époque où il ne faisait pas bon être chrétien.

    La crypte de Jouarre

    On devine au centre l'aile de l'Ange situé au-dessus du Christ, balançant un encensoir.

    La crypte de Jouarre

    Dans la crypte un tombeau beaucoup plus récent (du XIIIème siècle) : c'est celui de Sainte-Osanne, princesse d'Ecosse. Le chien à ses pieds symbolise sa foi fidèle en Dieu.

    La crypte de Jouarre

    Le gisant de Sainte-Osanne est fait en pierre de liais et rappelle la statuaire de Saint-Denis.

    La crypte de Jouarre

    Le tombeau de Sainte-Théodéchilde fut élevé au milieu du VIIIème siècle.

    La crypte de Jouarre

    Une inscription latine rappelle comme elle fut une noble abbesse qui sut conduire les moniales vers le Seigneur, comme les vierges sages avec leurs lampes garnies d’huile.

    La parabole des dix vierges : Évangile selon Matthieu, chapitre 25, versets 1 à 13

    Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles ; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria : Voici l'époux, allez à sa rencontre ! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages : Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent : Non ; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous ; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva ; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent : Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit : Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure.

    La crypte de Jouarre

    Une frise de coquilles représente des coquilles tournées vers le haut et des coquilles tournées vers le bas : les coquilles vers le haut sont les vierges prudentes allant vers la lumière, les autres symbolisent les vierges folles allant vers l’obscurité.

    La crypte de Jouarre

    La deuxième crypte est celle de Saint-Ebrégisile, évêque de Meaux et frère de Sainte-Aguilberte.

    La crypte de Jouarre

    Elle est plus abîmée que la crypte Saint-Paul car les chapiteaux des colonnes sont en calcaire et plus tardifs. Ils sont aussi beaucoup moins ouvragés.

    La crypte de Jouarre

    La crypte de Jouarre

    Au sortir des cryptes, nous allons voir l'extraordinaire "tête" du tombeau de Saint-Agilbert : on y accède par un petit couloir bien abrité des intempéries. Le tombeau se trouve de plus protégé par une paroi en verre qui le maintient à l'abri de l'humidité.

    La crypte de Jouarre

    Incroyable mais vrai !

    Ceci est un Christ en majesté tétramorphe datant du VIIème siècle : un véritable bijou de l'art mérovingien.

    On y retrouve les quatre symboles des évangélistes : l'ange de Saint-Matthieu, l'aigle de Saint-Jean, le taureau de Saint-Luc et le lion de Saint-Marc. 

    La crypte de Jouarre 

    Une rapide visite de l'église paroissiale Saint-Pierre - Saint-Paul qui date du XVIème siècle. 

    La crypte de Jouarre

    Elle contient une belle mise au tombeau du XVIème siècle en pierre calcaire polychrome attribué à Michel Colombe, sculpteur de Tours. La Vierge est représentée ici en religieuse.

    La crypte de Jouarre

    Seul le visage du Christ serait du Maître, le reste étant sculpté par l'un de ses élèves.

    La crypte de Jouarre

    La crypte de Jouarre

    et une pieta du XVème siècle (le Christ et sa mère sont entourés de Jean et de Marie-Madeleine)

    La crypte de Jouarre

    Une "Pierre des sonneurs" découverte dans l'ancien cimetière. La dalle funéraire représente les marguilliers (sonneurs de cloche) de l'abbatiale sous le clocher. Il s'agit ici d'une des plus anciennes vues de la Tour Romane avec sa toiture à quatre pans et ses pinacles d'angle à crochets couronnant les contreforts (XIVème siècle).

    La crypte mérovingienne de Jouarre avec Générations 13

    La crypte mérovingienne de Jouarre avec Générations 13

    Il est tout juste midi et demie quand nous entrons dans la chapelle de l'église abbatiale pour y entendre les moniales (ce sont des Bénédictines) chanter l'office de Sexte.

    L'église est contiguë à la Tour romane datant du XIème siècle.

    La crypte de Jouarre 

    La crypte de Jouarre

    La crypte de Jouarre

    J'ai adoré cette petite randonnée

    et apprécie vraiment que Jacqueline y adjoigne presque à chaque fois une visite culturelle.

    La crypte de Jouarre

    Ne dit-on pas : Mens sana in corpore sano... ?


    votre commentaire
  • Cette randonnée avec Jacqueline nous a conduit ce 5 novembre en Seine et Marne jusqu'au Parc Culturel de Rentilly par le RER depuis Châtelet jusqu'à Bussy Saint Georges.

    Venant tout juste de sortir de la gare et tandis que le groupe chemine tranquillement sur les trottoirs de la ville, Nicole fait une mauvaise chute, se prenant les pieds dans une dalle fort mal encastrée... Nous avons dû la laisser aux bons soins des pompiers et de son amie.

    Mauvais début...

    C'est donc avec deux recrues de moins que nous effectuons néanmoins la balade.

    L'étang de la Broce

    C’est un lieu de pêche où l’on peut trouver des goujons, des gardons, des brèmes et des carpes.

    Pour notre part, nous ne voyons que les cygnes.

    L'étang de la Loy donne gîte et couvert à une étonnante faune d’oiseaux des milieux humides. Hélas pas le temps de poser pour guetter et voir hérons cendrés, grèbes huppés et autres foulques prendre leur envol...

    Un peu de fantaisie ne fait de mal à personne, non ?

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Devant les grilles du Château de Rentilly

     

    Jacqueline nous explique le parcours que nous allons faire dans le parc.

    Partant du Pavillon des gardes, nous rejoindrons le château en empruntant les allées du parc à l'anglaise puis irons pique-niquer à l'abri près des Communs.

    Le Parc Culturel de Rentilly

    S'agit-il ici de l'arbre aux quarante écus... ?

     Le Parc Culturel de Rentilly

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Un séquoia géant

    Le Parc Culturel de Rentilly

    au tronc imposant

    Le Parc Culturel de Rentilly

    et dont les branches tombent jusque par terre...

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Au milieu du parc, un château appartenant à la famille Menier, vous savez : les chocolats...

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Le château a récemment été réhabilité par le frac (Fonds Régional d’Art Contemporain d’Île-de-France) et c'est donc sous cet aspect que nous le découvrons.

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Près du Château, l'Orangerie et les Communs

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Bien accueillant ce kiosque pour pique-niquer !

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Après nous être restaurées (pas de messieurs aujourd'hui dans le groupe...), une visite de la salle des trophées et des bains turcs par une petite guide très expérimentée.

    Le Parc Culturel de Rentilly

    C'est en 1890 que la famille Menier, alors propriétaire du domaine, fait aménager les bains turcs. Dans la salle des trophées qui les jouxtent et qui ont bénéficié du savoir-faire des ateliers Eiffel pour la charpente métallique, la chaudière révélée lors de la réhabilitation de cette salle, rend compte du système de chauffage de ces bains turcs.

    Le Parc Culturel de Rentilly

    On voit ici le four et le ballon d'eau chaude alimentant les bains turcs. Il y avait ensuite un système de canalisations qui conduisait la vapeur d'eau jusqu'à la salle voisine.

    Le Parc Culturel de Rentilly

     

    Le bassin a été recouvert d'une dalle de verre depuis qu'il n'est plus utilisé.

    Le Parc Culturel de Rentilly

     

    Si je me souviens bien, à l'étage c'étaient les vestiaires.

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Quelle belle saison que l'automne !

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Le Parc Culturel de Rentilly

     Un érable du Japon si je ne me trompe.

    Le Parc Culturel de Rentilly

     Le Parc Culturel de Rentilly

    Le groupe s'attarde devant un Platane commun (pas si commun que ça, je trouve...).

    Le Parc Culturel de Rentilly

    On se sent parfois tout petit devant la nature..., n'est-ce pas Francine ?

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Francine fait rire son monde apparemment ! (j'ai oublié à propos de quoi)

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Un petit tour de pièce d'eau...

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Le Parc Culturel de Rentilly

     

    Sympa les jachères !

     

     

     

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Le Parc Culturel de Rentilly

     

    Une oeuvre d'art, ça ? Pouah !

     Le Parc Culturel de Rentilly

     

    Un dernier regard sur le Château

    Le Parc Culturel de Rentilly

    Merci Jacqueline pour cette jolie balade.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique