• Aujourd'hui, c'est encore un jour de grève... Le programme de la randonnée, prévue au départ de la gare du Nord, est donc adapté : Jacqueline se rabat sur la roseraie du Val-de-Marne que nous rejoignons par le bus.

    Le jardin de roses, créé par Jules Gravereaux à la fin du XIXème siècle, compte aujourd'hui plus de 11.000 rosiers et près de 2.900 espèces et variétés de roses, mises en valeur dans un jardin à la française de 1,5 hectare. La roseraie réunit l'une des plus importantes collections de roses anciennes au monde.

    Jules Gravereaux est né en 1844 à Vitry-sur-Seine. A l'âge de 12 ans il entre en apprentissage et deux ans plus tard il est employé chez les Boucicault qui créent le Bon Marché. Il commence dans le magasin comme simple vendeur mais grimpe vite les échelons. En 1874, il devient "intéressé" aux bénéfices. A la mort de Mme Boucicault, celle-ci étant sans héritier, lègue toutes ses parts à ses employés en fonction de leur ancienneté : c'est ainsi qu'à 44 ans Jules Gravereaux peut prendre sa retraite.

    Il achète une vaste propriété à L'Haï où il développe une collection de roses très importante. La commune prendra plus tard le nom de L'Haï-les-roses...

    Le buste de Jules Gravereaux parmi les roses

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Des roses : en veux-tu en voilà !

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Annie et Marie-Hélène tiennent compagnie à Molière.

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Les roses orangées sont assez rares.

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Les violettes aussi (photo Maryannick)

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Quelle est cette Vénus... ?

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Des tonnelles ombragées invitent le promeneur à s'asseoir...

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

     Autre cadrage : photo Maryannick

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Sans personne...

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    et avec (photo Maryannick)

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Les abeilles se régalent !

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Drôle de nom pour une fleur ! (photo Maryannick)

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Francine, une rose parmi les roses...

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    J'ai appris par une brochure qu'il y avait un "théâtre de verdure" au sein de la roseraie : on y joue de la musique et on y fait du théâtre. Il faudra que je surveille ça de près...


    votre commentaire
  • Aujourd'hui, Jacqueline a commandé le soleil pour notre rando du jeudi qui va nous mener dans l'Oise de Lagny à Esbly en passant par Coupvray où nous visiterons la maison-musée de Louis Braille.

    En gare de Lagny

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Je n'ai jamais vu autant de cygnes rassemblés...

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    mais ils sont célèbres à Lagny car ils sont les vedettes du net !

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Les bords de Marne ont inspiré de nombreux peintres, entre autres ceux du groupe de Lagny, comme nous l'explique ce panneau : personne ne les connaissait dans le groupe et pourtant j'ai trouvé quelques reproductions sur le net qui montrent qu'ils avaient un réel talent. Il s'agit de Léo Gusson, Emile-Auguste Cavallo-Peduzzi, Maximilien Luce ou encore Lucien Pissaro, le frère de Camille...

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille 

    Le Pont de pierre à Lagny (Léo Gusson - 1885)

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille 

    La Marne et le Pont de Fer à Lagny (Maximilien Luce - 1888)

    Joli, je trouve, non ? 

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Bords de Marne au printemps (Claire Leconte - 2018) !!!

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Dur dur de ne pas s'en mettre plein les godasses, n'est-ce pas Jacqueline ?

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Nous voici maintenant arrivés au champ de sculptures du jardin de la Dhuys : surprenant cet alignement de sculptures monumentales...

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Une bien curieuse statue... superbement photographiée par Mayannick

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    J'ai entendu Annie dire de celle-ci qu'il s'agissait de Déméter, la déesse de la terre... ?

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Retour à la rando avec un passage un tantinet délicat...

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Le terrain argileux qui n'absorbe pas la pluie des derniers jours en est la cause : ça glisse sec ! Heureusement que Paul et Marie-Cécile sont là pour nous aider à traverser le passage présentant le plus de difficultés...

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille 

    Notre pique-nique du midi au pied de la ligne du tgv...

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    sur des rochers qui tombent à pic !

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Bassin de régulation des eaux de Coupvray

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    C'est justement à Coupvray, dans une rue baptisée à son nom, que se trouve la maison natale de Louis Braille que nous allons visiter : elle a été transformée en musée ne 1956.

    Classée Monument historique, cette maison briarde a su conservé son aspect authentique.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    La visite de l'atelier et la vie de Louis Braille

    Une plaque, apposée sur le mur de la maison, atteste que Louis Braille y est né le 4 janvier 1809.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Le père de Louis Braille exerce le métier de bourrelier au village, fabriquant des harnais, des sacs et des courroies de cuir. Ce panneau, situé dans son atelier, indique même que le grand-père de Louis y était exerçait déjà le même métier.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Voici l'atelier où Louis, à l'âge de trois ans, manifestant un vif intérêt pour le maniement des outils, se blesse l'oeil en voulant utiliser les outils de son père.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    On aperçoit sur cette photo l'enfant grimpant sur l'établi du père pour s'emparer d'une serpette.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Redoutable outil, la serpette...

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Louis est un élève brillant à l'école communale de Coupvray - l'instituteur a accepté de le prendre dans sa classe unique, ce qui est très rare à l'époque - classe qu'il fréquente entre 5 et 10 ans, pour se rendre ensuite à Paris où il devient interne. Ses parents en effet savent tous deux lire et écrire et se rendent bien compte de l'importance d'une bonne instruction pour un enfant handicapé : son père lui obtient - sur les conseils de l'abbé du village et de son instituteur - une bourse pour son admission à l'Institution Royale des Jeunes Aveugles (l'INRA qui deviendra plus tard l'INJA, l'Institution Nationale des Jeunes Aveugles) fondée par Valentin Haüy en 1784.

    Dès son entrée à l'école, Louis Braille apparaît comme un élève de premier ordre à tel point que dès quinze ans on lui confie déjà certaines responsabilités d’enseignement et il devient professeur en titre à l'âge de 19 ans : il intervient dans l'enseignement général et la musique et tient également les orgues de plusieurs églises parisiennes.

    La pièce de vie des Braille

    Une table familiale avec des bancs, une cheminée, un four à pain : tout le confort de l'époque pour cette maison briarde.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Entre la cheminée et le four à pain, une niche pour faire du fromage - le fameux Brie de Meaux - la chaleur du four favorisant sa préparation avant l'affinage dans la cave.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Le lit en alcôve des parents de Louis avec les rideaux permettant de garder la chaleur des corps (les enfants dorment à l'étage). Sur le lit, un moine permettant de chauffer les draps grâce à la chaufferette remplie des braises tirées du feu de la cheminée, isolée entre deux luges de bois.

    Le luxe quoi ! 

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Près de la porte, une pierre à évier avec écoulement direct sur la cour de la maison...

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    A l'époque, les aveugles étaient plutôt promis à la mendicité... mais le père de Louis lui fabrique une planchette garnie de clous de tapissier - en relief donc - qui permettent à l'enfant d'apprendre à lire. Cela lui donnera-t-il l'idée de l'écriture qui porte son nom... ?

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Le groupe est attentif aux explications de ce guide prenant à coeur son métier.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    ◄►◄►◄►◄►

    C'est à l'Institution Royale des Jeunes Aveugles qu'il développe son génial système d'écriture en six points saillants et qu'il enseigne, notamment la musique. En 1835, Louis Braille est malheureusement atteint de tuberculose et il s'éteint en janvier 1852.

    Enterré le 10 janvier 1852 aux côtés de sa famille à Coupvray, le corps de Louis Braille est transféré en 1952 au Panthéon, en hommage national. Seule la relique de ses mains sera conservée à Coupvray dans une urne scellée sur sa tombe.

    Buste de Louis Braille à l'accueil du Musée

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Visite de l'étage de la maison où se trouve tout ce qui concerne le Braille

    En 1821 , Louis Braille fait une rencontre qui va changer totalement sa vie : Charles Barbier de la Serre présente à l'IRJA son invention, un système appelé "écriture nocturne" destiné aux militaires.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    L'écriture nocturne est aussi appelée Sonographie : elle est basée sur 12 points en relief.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Comparaison entre l'écriture sonographique (en haut) et l'écriture en Braille (en bas)

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Louis Braille teste le système qu'il apprécie mais auquel il trouve vite des limites (uniquement phonétique, trop complexe, absence d'orthographe et de ponctuation, impossibilité de retranscription des signes mathématiques et des notes de musique). L'élève de tout juste 13 ans va alors perfectionner cette écriture en partant de l'idée d'une cellule formée de 6 points en relief : le Braille est né.

    Le guide écrit en Braille le prénom de Jacqueline. Pour gommer, il suffit d'écraser son erreur !

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    N'ayant pas réussi à prendre la photo de la petite carte, je vous laisse chercher sur la photo ci-dessous (système Braille "Lecture") comment il s'écrit...

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Ci-dessous le système Braille "Ecriture" est inversé bien sûr puisqu'on doit ensuite retourner la carte perforée pour en faire la lecture...

    Élémentaire mon cher Watson mais il fallait y penser !

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Louis Braille en Braille

    Rando : de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Voici un ordinateur pour aveugles utilisant le Braille

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Au sortir du musée, un petit tour au "jardin des cinq sens" conçu avec l'idée de proposer un cheminement qui invite à une exploration des sens. La pergola est comme un tunnel d'ombre (perte de la vue) au bout duquel tous les sens sont exacerbés...

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

     Le 4 Janvier 2009, a été célébré le bicentenaire de la naissance de Louis Braille. A Paris, au Panthéon et à Notre Dame notamment, plusieurs cérémonies ont été organisées pour célébrer cet anniversaire du grand bienfaiteur des aveugles du monde entier.
     
    Le Braille, avenir ou souvenir ? c'est ICI 
     
    Merci Jacqueline pour cette belle balade culturelle

    6 commentaires
  • Quelques images d'une belle randonnée d'automne dans la forêt de Meudon

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Oh les beaux coprins !

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Une petite grimpette...

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Des dolmens : oui... mais ils sont faux !

    D´après l´Office national des eaux et forêt, cette reconstitution date de 1895 et serait l´oeuvre des missionnaires d´un séminaire de Meudon. Lesquels, aussi mystiques que passionnés d´études préhistoriques, auraient choisi le site en raison du vieux chêne (actuellement tricentenaire), dédié à Notre-Dame des Aspirants.

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Ils auraient transplanté un véritable menhir émanant du bois de Vélizy et lui auraient adjoint une demi-douzaine de dolmens fabriqués maison, du plus petit au plus grand.

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Nous avons longé plusieurs étangs : celui-ci était particulièrement beau en cette saison.

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Le hangar Y (son nom vient du fait que sur certains plans il se trouvait au niveau de la lettre Y !)

    C'est le premier hangar à dirigeables au monde et un des seuls encore debout.

     

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    C'est d'ici que La France, le premier dirigeable, effectua son premier vol au dessus de la forêt de Meudon le 9 août 1884 sur 8 kilomètres en circuit fermé.

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Menhir de la Pierre de Chalais

    Le mégalithe est constitué d'un bloc de grès plat. Il mesure 2,10 m de hauteur pour une largeur variant de 0,70 m au sommet à 2,10 m à la base et une épaisseur d'environ 0,50 m. Il est très peu enterré dans le sol. D'autres blocs gisent au sol à proximité. Bien que le mégalithe soit souvent classé parmi les menhirs, il pourrait s'agir des vestiges d'un ancien dolmen. 

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Et ça regrimpe...

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Les étangs et la forêt de Meudon à l'automne

    Bien agréable cette balade...


    votre commentaire
  •  Aujourd'hui, la météo annonce un temps "couvert avec éclaircies" mais pas de pluie. Tant mieux : nous allons pouvoir nous régaler avec cette nouvelle randonnée préparée par Jacqueline qui nous emmène dans l'Oise à Orry-la-Ville.

    De là, nous arrivons rapidement aux étangs de Commelles.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Le Château de la Reine Blanche se situe à l'ouest de l'étang de la Loge, le premier des trois étangs alimentés par la Thève, un affluent de l'Oise.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

     L'origine du château remonte à la fin du XIIIème siècle mais l'aspect actuel - un style "troubadour" très marqué - date du début du XIXème siècle.

    Le domaine, ancienne propriété royale, est acquis par Pierre de Chambly, seigneur de Viarmes, qui commence à bâtir une pêcherie le long des étangs déjà creusés par des frères convers employés par les moines de l'Abbaye de Chaalis voisine. Pour garder cet ensemble, on édifie une loge en 1426 : c'est la première version de l'édifice, un château fort en miniature appelé la Loge de Viarmes. Après des années d'activité (devenue moulin à blé en 1765, puis manufacture à papier en 1787), le site tombera en ruines.

    Les étangs sont vendus comme "Biens nationaux" pendant la Révolution française, puis rachetés par Louis VI Henri de Bourbon-Condé, sous la Restauration, en 1819. Avec les bois qui les bordent, ceux-ci sont un cadre idéal pour les chasses princières. Quelques années plus tard, en 1825, le Prince de Condé confie à son architecte, Victor Dubois, le soin de reconvertir l’ancien moulin, dit de la Loge de Viarmes, en un rendez-vous de chasse. Il se dit que la reine Blanche de Castille, mère de Louis IX - Saint Louis - y aurait possédé elle-même un château. La proximité de plusieurs châteaux royaux (Asnières-sur-Oise, Senlis, Creil, etc...) et ses fréquents séjours à Asnières et Royaumont permettent de penser qu'elle connaissait cette partie de la forêt.

    Ce relais de vénerie sera donc baptisé "Château de la Reine Blanche".

    C’est un des premiers exemples de construction de style néogothique. Venue d’Angleterre et portée par le romantisme, cette nouvelle manière plaît au Prince de Condé qui a lui-même longtemps séjourné en Angleterre.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Le château de la Reine Blanche, qui a accueilli en 1882 Elisabeth de Bavière - l'Impératrice d’Autriche plus connue sous le nom de Sissi -, est classé "Monument historique" depuis le 9 mai 1989.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Il est orné sur sa façade de trois statues de chevaliers, oeuvre des sculpteurs Boichard et Thierry qui travaillèrent, entre autres, au Château de Versailles.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Le balcon est soutenu par des consoles en forme d'animaux fantastiques (des dragons ailés), un peu lourdingues, non ?

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Châteaubriand, dans ses "Mémoires d'outre-tombe", parlait déjà de ce lieu et de la mélancolie qu'il engendre :

    « La mort a soufflé sur les amis qui m’accompagnèrent jadis au château de la reine Blanche : les sites de ces solitudes n’ont été qu’un horizon triste, entrouvert un moment du côté de mon passé. Aux jours de René, j’aurais trouvé des mystères de la vie dans le ruisseau de la Thève : il dérobe sa course parmi des prêles et des mousses ; des roseaux le voilent ; il meurt dans ces étangs qu’alimente sa jeunesse, sans cesse expirante, sans cesse renouvelée : ces ondes me charmaient quand je portais en moi le désert avec les fantômes qui me souriaient, malgré leur mélancolie, et que je parais de fleurs”

    Au pied du château, des canards et des cygnes s'ébattent joyeusement...

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Allez, c'est parti pour le tour des trois étangs : la forêt d'automne est un vrai enchantement.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Ce drôle de canard ne veut décidément pas me regarder...

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Pas plus que Jacqueline...

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    qui est plongée dans la lecture du panonceau indiquant aux pêcheurs les poissons des étangs.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    On dit que les arbres sont aussi grands sous terre qu'à l'air, non ? Celui-ci en est la preuve vivante.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Cet autre lui vole presque la vedette.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Mais nous voici déjà de retour au Château de la Reine Blanche... On dit que certains soirs de pleine lune on voit le fantôme de Blanche de Castille se rendant à l'Abbaye de Royaumont...

    En ajoutant un peu de brouillard, on s'y croirait presque !

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    La bonne surprise, c'est ce restaurant, l'Etang D'art, qui nous tend les bras.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Pour un peu on se croirait sous les cocotiers !

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Le restaurateur (qu'il soit ici remercié) nous accueille très gentiment alors que nous tirons notre repas du sac. Il nous suffit de consommer !

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Et maintenant, direction le Château de Chantilly où nous arrivons en milieu d'après-midi.

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Une merveille d'architecture, non ?

    Au premier plan, le petit pavillon qui sert de guicheterie

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Une jolie photo de Maryannick

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Celle-ci est de moi...

    Les étangs de Commelles et le Château de Chantilly

    Fin de la balade


    votre commentaire
  • Départ de Villeneuve-Saint-Georges pour une randonnée qui nous a menés à Brunoy.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Dans le bassin du Grand HaHa à Crosne, des moutons paissent paisiblement: une initiative d'écopâturage. Finies les tondeuses bruyantes et polluantes : dorénavant, des brebis de la race "solognote" pâturent dans ce bassin.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Randonnée le long de l'Yerres

    Le sourire de Nicole

    Randonnée le long de l'Yerres

    Les reflets dans l'eau de l'Yerres (Photo Maryannick)

    Randonnée le long de l'Yerres

    Randonnée le long de l'Yerres

    Randonnée le long de l'Yerres

    Joli, ce feuillage d'automne

    Randonnée le long de l'Yerres

    Un curieux arbre qui, tombé, a repris racine...

    Randonnée le long de l'Yerres

    Et celui-ci ?

    Randonnée le long de l'Yerres

    Ses chancres paraissent de pierre (Photo Maryannick)

    Randonnée le long de l'Yerres 

    Une curieuse sculpture appelée le Bras de Fer : elle est de Kasia Ozga, un jeune artiste d'origine polonaise.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Randonnée le long de l'Yerres

    Arrivée à la Propriété Caillebotte à Yerres

    La propriété a été acquise par Martial Caillebotte, le père du peintre, en 1860.

    Typique du XIXe siècle, elle a été aménagée dans les années 1830, dans le style "à l’anglaise", au tracé irrégulier. Elle est aujourd’hui ouverte au public et constitue autant un lieu de repos qu’une invitation à découvrir un riche patrimoine historique : les fameuses fabriques d’ornementation qui parsèment son beau parc d’agrément et qui ont presque toutes été restaurées. Le visiteur peut satisfaire sa curiosité en empruntant les pas de Gustave Caillebotte lui-même, puisque c’est ici, dans la villégiature familiale, que le peintre planta son chevalet en plein air, peignant près de 90 toiles au cours des étés des années 1870.

    ◄►◄►◄►◄►

    L'Orangerie

    De style néo-classique (lignes élégantes, fronton triangulaire, figurines), elle servait à l’hivernage des orangers d’ornements, très décoratifs, qui figurent quelquefois sur les tableaux de Gustave Caillebotte.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Randonnée le long de l'Yerres

    "Les orangers" par Gustave Caillebotte (1878)

    Randonnée le long de l'Yerres

    La maison de Gustave Caillebotte (le Casin italien)

    Randonnée le long de l'Yerres

    "Le parc de la maison Caillebotte" par Gustave Caillebotte (1875)

    Randonnée le long de l'Yerres entre Villeneuve-Saint-Georges et Brunoy

    Construite très probablement dès la fin du XVsiècle, la maison repose sur un soubassement en pierres de taille, et sur des caves voûtées. L’aménagement de la colonnade au style palladien (du nom de l'architecte italien de la Renaissance, Palladio) lui donne son caractère de "maison à l’italienne".

    Randonnée le long de l'Yerres

    Randonnée le long de l'Yerres

    En face de la propriété se trouve la Ferme Ornée (il s'agit d'anciens bâtiments agricoles).

    Elle est précédée d'une élégante sculpture représentant un enfant tenant dans ses bras une oie (il s'agit d'une copie d'une statue du Musée du Louvre (Rome, Ier-IIème siècle ap. J.-C. Marbre) exécutée en 1998 à l'occasion du 150ème anniversaire de la naissance de Gustave Caillebotte ).

    Randonnée le long de l'Yerres

    L'enfant à l'oie

    Randonnée le long de l'Yerres

    La petite fontaine fait face à un exèdre dû à Pierre Frédéric Borel (des piliers surmontés de têtes sculptées). Dans l'antiquité greco-romaine, l'exèdre était une composition architecturale destinée à former un espace de réunion propice aux discussions philosophiques.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Mais qui sont ces beaux barbus... ?

    Les différentes têtes qui couronnent les piliers évoquent des personnages antiques : héros, dieux, philosophes mais elles ont été déplacées plusieurs fois et aucun document ne relate dans quel ordre elles se trouvaient à l'époque où la famille Caillebotte vivait dans la propriété.

    Voici le buste de Platon, le philosophe qui rend hommage à l'esprit de discussion associé à la conception de l'exèdre. 

    Randonnée le long de l'Yerres

    Et celui d'Asclépios, dieu médecin, fils d’Apollon et de Coronis, Princesse de Thessalie. La déesse Athéna lui fit don de deux fioles contenant le sang de la terrible Méduse. Ces fioles représentaient l'essence même de la médecine. Avec l'une d'elles, on obtenait un poison violent et avec l'autre, un puissant élixir de guérison.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Et voici Antinoüs, l'amant de l'Empereur Adrien, noyé dans le Nil à seulement 20 ans dans des circonstances mystérieuses...

    Randonnée le long de l'Yerres

    La Ferme Ornée porte ce nom parce qu'elle devait - c'était la mode à l'époque - être décorée discrètement, avec des parements colorés (fausses briques). Elle est utilisée aujourd'hui pour accueillir des expositions.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Le Chalet suisse

    Ce chalet de montagne prolonge les bâtiments de la Ferme Ornée et habille ce qui était la laiterie. La décoration du bois finement découpé est due à Martial Caillebotte, le frère de Gustave. Il accueille depuis 2008 le restaurant gastronomique Chalet du Parc, animé par le chef Philippe Detourbe.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Le 19 octobre courant, le Chalet suisse propose une soirée Jazz avec au menu :

    Amuse-bouche
    Velouté de champignons ou Emulsion de châtaigne
    Cerviche de daurade accompagnée d'une salade de betteraves aux noisettes
    Noix de veau aux fruits secs en basse température accompagnée de ses légumes anciens
    Mille-feuilles aux coings

    Le tout pour 55 euros : moi, si j'avais été disponible, j'y serais bien allée...

    "Le jardin à Yerres" par Gustave Caillebotte (1876)

    Randonnée le long de l'Yerres

    Le kiosque

    C'est un pavillon belvédère qui permettait au promeneur de dominer le paysage et d’apercevoir le mont Griffon, point culminant d’Yerres. Richement décoré, il présente des ornements en bois imitant le bambou, et des vitraux ayant pour motif des griffons.Le kiosque surmonte la butte qui contient la glacière. Il est l’élément ornemental de la fabrique. 

    Randonnée le long de l'Yerres 

    La grotte située juste en-dessous permet d'accéder à la Glacière.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Située sous le kiosque et profonde de 7 mètres, la glacière permettait de disposer de glace et de conserver les aliments pendant la saison chaude. La porte d’accès est encadrée par un enrochement de meulières en forme de grotte. Elle a été rendue visitable au moyen d’une passerelle qui fait pénétrer le visiteur en son cœur.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Une autre fabrique : la Chapelle Notre-Dame-du-Lierre

    Romano-gothique, d'inspiration anglaise, elle rappelle l'hypothèse de l'origine (par assonance) du nom d'Yerres. Elle fut construite par le père de Gustave, Martial Caillebotte, en l'honneur de son fils Alfred (d'un premier lit) qui était curé de Notre Dame de Lorette.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Elle a été entièrement restaurée en 2016 pour reprendre l'apparence qu'elle avait au XIXème siècle.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Retour à l'Orangerie pour le pique-nique du midi

    Randonnée le long de l'Yerres

    Randonnée le long de l'Yerres

    Merci pour la photo Maryannick

    Randonnée le long de l'Yerres

    Nous quittons ce beau parc en passant par la Ferme Ornée.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Derrière la barrière, se trouve la Volière.

    Randonnée le long de l'Yerres

    "La volière dans la Ferme Ornée" de Gustave Caillebotte (1871)

    Randonnée le long de l'Yerres 

    L'entrée de la propriété Caillebotte

    Pour nous, c'est la sortie !

    Randonnée le long de l'Yerres

     Nous longeons maintenant les bords de l'Yerres au niveau du Parc des Deux Rivières.

    Randonnée le long de l'Yerres

    De place en place, des panonceaux présentent des poésies d'auteurs illustres : sympa cette initiative de la ville !

    Le lac de Lamartine

    Randonnée le long de l'Yerres

    Randonnée le long de l'Yerres

    La Gerbe d'or

    Cette belle maison bourgeoise a été construite en 1827 par le yerrois Gabriel Sallin. La famille Raingo la rachète en 1843. Menacée de destruction, elle a été rachetée en 2003 par la ville et abrite actuellement 12 logements.

    Randonnée le long de l'Yerres

    La maison a été peinte par Claude Monet, ami du collectionneur Ernest Hochedé (marié avec Alice Raingo). Claude Monet épousera celle-ci au décès d'Ernest.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Quelle majesté pour cet arbre !

    Randonnée le long de l'Yerres 

    Le passage de la passerelle 

    Randonnée le long de l'Yerres

    Randonnée le long de l'Yerres

    Ce "Platane commun" a miraculeusement réchappé à la tempête de 1999 et des rejets sont repartis du tronc... Il a même un panonceau rien que pour lui.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Randonnée le long de l'Yerres

    Le compte y est : nous sommes 23 aujourd'hui à randonner.

    Randonnée le long de l'Yerres

    Randonnée le long de l'Yerres

    Un héron cendré et un vulgaire canard

    Randonnée le long de l'Yerres

    Quel curieux conifère ! Il change de couleur avec les saisons...

    Randonnée le long de l'Yerres

    Arrivée à Brunoy : sympa le restaurant au bord de l'Yerres...

    Randonnée le long de l'Yerres

    Merci à Paul qui a guidé cette randonnée.

    Les bords de l'Yerres et le Parc Caillebotte


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique