•  Pour le temps, référez-vous à la photo ci-dessous : elle parle d'elle-même...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Depuis la gare de Thomery-Fontainebleau, nous traversons la forêt pour rejoindre le musée Rosa Bonheur que Jacqueline a prévu de nous faire visiter. 

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

     Elle a pour cet effet réservé une visite guidée auprès de Katherine Brault, la toute récente nouvelle propriétaire du Château de By labellisé "Maison des Illustres".

    Rosa Bonheur est une femme assez extraordinaire pour son temps : née à Bordeaux en 1822 elle s'éteint à Paris en 1899 après avoir marqué son époque. Première femme a avoir reçu la Légion d'Honneur et aussi première femme a avoir été autorisée à porter le pantalon !

    Théophile Gautier disait d’elle à l’époque : "Nous avons toujours professé une sincère estime pour le talent de mademoiselle Rosa Bonheur, avec elle, il n'y a pas besoin de galanterie ; elle fait de l'art sérieusement, et on peut la traiter en homme."

    Sans être féministe, Rosa Bonheur a beaucoup fait pour les femmes.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Pour en faire son atelier, elle a demandé à l'architecte Jules Saulnier de surélever l'aile nord du bâtiment : la façade néo-gothique qu'il a créée est très à la mode de l'époque. On aperçoit, au sommet, le belvédère permettant d'admirer le paysage alentour.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Devant la porte d'entrée, une jolie lanterne

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    La première pièce dans laquelle on entre est la boutique où l'on trouve toutes sortes d'ouvrages sur la peinture, en particulier féminine, et des petits souvenirs.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Un très joli dallage a été créé par la propriétaire.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Egalement au rez-de-chaussée, un salon de thé à l'abri d'une verrière

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    En bas de l'escalier montant à l'atelier, un portrait de Rosa Bonheur par l'américaine Anna Klumpke, avec laquelle l'artiste peintre partagera quelques années de sa vie et à laquelle elle léguera ses biens (Photo Annie Perrot).

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Ici également un curieux miroir en forme de palette de peintre et orné d'un dragon (de Gabriel Viardot), très à la mode à cette époque nous a dit Katherine Brault.

    La maison est restée "dans son jus" depuis que l'artiste peintre l'a léguée à Anna Klumpke.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Un escalier à vis permet l'accès à l'étage.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Au bout d'un couloir étroit et sombre recouvert de boiseries, l'atelier.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Partout sur les murs des animaux empaillés ayant vécu dans le parc du château : l'artiste peintre a même fait empailler la tête de son cheval...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    et cette tête de sanglier dont j'ai oublié le petit nom...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Rosa Bonheur avait une prédilection pour la peinture animalière dont elle s'est fait la championne. Le tableau présenté dans son atelier rappelle celui qui lui a valu la gloire : Le marché aux chevaux (1853) et qui est exposé au Metropolitan Museum of Art de New-York.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    La vente du tableau a atteint un tel prix à l'époque qu'elle lui a permis d'acheter ce château.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Katherine Brault est une passionnée : elle est intarissable sur la personnalité et la vie de Rosa Bonheur. La visite guidée durera plus d'une heure.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    L'atelier est un fouillis organisé (Photo Annie Perrot)

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Sur le tableau à gauche de la cheminée, Rosa bonheur porte la même blouse de peintre que celle qui pend à la chaise...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    La visite de l'atelier terminée, nous passons dans une toute petite pièce voisine, le petit salon, qui servait parait-il à Rosa Bonheur à recevoir les visiteurs qu'elle ne souhaitait pas garder longtemps !

    Sur la cheminée, un joli tableau non identifié et deux portraits de l'artiste peintre, l'un à 4 ans et l'autre à l'âge adulte sur lesquels on voit bien sa détermination.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Le tableau est l'oeuvre de son père, Raymond Bonheur, qui lui enseigna le dessin avant de se retirer de la vie civile, rejoignant alors un couvent de Saint-Simoniens en abandonnant femme et enfants. Au décès de sa femme, Sophie, il assumera à nouveau la responsabilité de ses enfants tout de même !

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    C'est ici aussi qu'on trouve la "Permission de travestissement" qui lui a été accordée en raison de l'encombrement des robes des femmes à cette époque, afin qu'elle puisse monter à cheval, aller aux foires aux bestiaux ou entrer facilement dans les abattoirs pour observer les animaux de près.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Dans cette pièce également les premières caricatures de Rosa Bonheur à l'âge de 14 ans...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    La troisième pièce que nous visiterons est étroite et longue (j'ai oublié son utilisation à l'époque). On y trouve des cartons à dessins remplis des calques que Rosa Bonheur faisait à partir d'esquisses avant de se lancer dans un tableau proprement dit.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Ici, un portrait de lion particulièrement expressif

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Rosa Bonheur disait en parlant des animaux : "Je les étudiais avec passion dans leurs mœurs. Une chose que j'observais avec un intérêt spécial, c'était l'expression de leur regard. L’œil n'est-il pas le miroir de l'âme pour toutes les créatures vivantes ? N'est-ce pas là que se peignent les volontés, les sensations des êtres auxquels la nature n'a pas donné d'autre moyen d'exprimer leur pensée ?"

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    Dans cette pièce également, une veste lui ayant appartenu à laquelle est épinglée la médaille de la Légion d'Honneur remise par l'Impératrice Eugénie en 1865. Trente ans plus tard Rosa Bonheur devient la première femme promue au rang d'officier.

    Le message est clair : le génie n'a pas de sexe.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    Une visite surprise de l'Impératrice entourée de sa cour

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    Katherine Brault nous ouvre l'armoire où sont encore rangés (une mise en scène sans doute...) les vêtements de l'artiste peintre. A cette époque, le noir était à la mode !

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Ici également, le costume de Sioux offert par Buffalo Bill à Rosa Bonheur

    Venu pour l’exposition universelle de 1889 pour présenter son Wild West Show, le cow-boy désire rencontrer Rosa Bonheur plus connue outre-atlantique qu'en Europe. Il l’admire pour ses tableaux de chevaux et de bisons. Il repart avec les chevaux sauvages qu'elle n'arrive pas à dompter et lui offre en échange un costume de Sioux.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Une petite vidéo du Musée Rosa Bonheur : ICI

    Mais nous sommes bien venus pour randonner, non ? On y va juste après un pique-nique dans ce parc bien accueillant... (Photo Annie Perrot)

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Ces chaises nous tendent les bras, non ?

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    D'autres préfèrent la rusticité d'un banc...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Zut, j'ai raté le sourire de Jacqueline !

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    L'autre objectif de cette promenade, ce sont les murs de vigne qui ont fait la renommée de Thomery. Ici, ils ne sont pas bien spectaculaires car nous sommes encore en hiver...

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Les voici à la belle saison

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Cultivé à Thomery depuis 1730 (les pieds sont issus de la Treille royale du Château de Fontainebleau), l'apogée de la production du raisin de Chasselas se situe au début du XXème siècle. Ce raisin était considéré comme un raisin de luxe qui se consommait durant toute la période hivernale et printanière. Son déclin commence dans les années 1930 : il n'est plus cultivé à l'heure actuelle que par quelques particuliers de façon ornementale.

    Vous saurez tout, tout, tout, sur le raisin !

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Grâce à notre ami Jean-Pierre qui nous a expliqué la culture du raisin de Thomery.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    En particulier, sa culture sur des murs agissant comme capteurs solaires (restituant pendant la nuit la chaleur accumulée le jour), avec des vignes abritées par de petits toits de tuile auxquels étaient accrochées des plaques de verre soutenues par des crochets destinées à protéger les grappes de raisin des intempéries (grêle et pluies violentes).

    Le raisin était commercialisé à l'origine auprès de la clientèle de cour parisienne grâce au transport rapide par voie d'eau, puis plus tard jusque sur la Riviera française où allaient en villégiature les riches estivants russes.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Jean-Pierre nous explique aussi comment les grappes de raisin étaient conservées après leur cueillette dans des petites bouteilles remplies d'eau mises en chambre à raisin à une température régulée : le raisin récolté en octobre pouvait ainsi être commercialisé jusqu'au mois de mai de l'année suivante.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    Quel plaisir de randonner sur ces petits sentiers bordés de murs : pas moins de 300 kms à Thomery tout de même en son temps !

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Et puis, vous aurez remarqué que le printemps a pointé son nez... 

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    La municipalité a transformé cet espace en aire de remise en forme.

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur 

    pour le plus grand plaisir de Marie-Christine !

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Des kilomètres de sentiers bordés de murs de vigne... Le chemin des Longs Sillons qui serpente entre les murs et les jardins à vigne, est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    L'église de Thomery est malheureusement fermée.

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

     

    Jacqueline nous explique qu'elle est placée sous le vocable de Saint-Amand de Maastricht, considéré comme le fondateur de l'Eglise en Belgique.

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

     

    Sa statue se trouve au-dessus du portail.

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

     

    Une belle brochette !

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur

     

    Une très belle balade : merci Jacqueline de nous l'avoir proposée !

     

    Randonnée en forêt et visite de l'atelier de Rosa Bonheur


    2 commentaires
  • C'est après un trajet un peu longuet que nous arrivons à Versailles par un temps de rêve pour arpenter le parc du Château (nous avions déjà fait la balade l'an dernier mais sous les nuages...).

    Une gare ordinaire... ?

    Randonnée au Parc de Versailles

    Que nenni : un lustre en cristal y a été installé !

    Randonnée au Parc de Versailles 

    Arrivée sur la Place d'armes : c'est ici (derrière moi donc vous ne la verrez pas !) que se trouve maintenant installée la statue équestre du Roi Soleil.

    Randonnée au Parc de Versailles

    La Chapelle du Château est en travaux actuellement : des toiles imprimées y ont été installées pour pallier cet inconvénient.

    Randonnée au Parc de Versailles

     

    La nymphe aux fleurs au bord du Parterre d'eau

    Randonnée au Parc de Versailles

     

    Qu'ils sont jolis ces angelots !

    Randonnée au Parc de Versailles

     

    Statue du Rhône

    Randonnée au Parc de Versailles

    Vue sur le Grand Bassin et les jardins

    Waoooooh !

    Randonnée au Parc de Versailles

    Le bassin de Latone (un temps appelé Fontaine aux crapauds)

    Randonnée au Parc de Versailles

    Randonnée au Parc de Versailles

    Plus au nord, le Bassin de Cérès dit de l'été : la déesse est assise, entourée d'angelots, sur un lit de gerbes de blé accompagné de bleuets et de roses. (un petit rafraîchissement ne serait pas superflu...).

    Randonnée au Parc de Versailles

    Nous voici maintenant dans la forêt qui est couverte de perce-neiges.

    Randonnée au Parc de Versailles

    Randonnée au Parc de Versailles

    Passage près du Grand Trianon : Louis XIV y cachait ses amours avec la Montespan.

    Randonnée au Parc de Versailles

    Randonnée au Parc de Versailles

    Le Grand Canal à son extrémité

    Randonnée au Parc de Versailles

    Royales, ces marches d'escalier pour le pique-nique du midi au bord du Grand Canal !

    Randonnée au Parc de Versailles

     Le Jardin du Roi : il s'agit d'un jardin à l'anglaise où l'on pouvait admirer avant la tempête de 1999 de superbes arbres exotiques...

    Randonnée au Parc de Versailles

    Reste que celui-là est tout de même très majestueux... 

    Randonnée au Parc de Versailles

    Le Bassin de Bacchus dit de l'Automne : Bacchus au centre est entouré de quatre petits satyres, moitié enfants, moitié boucs, allongés sur des grappes de raisin.

    Randonnée au Parc de Versailles

    Nous n'avons pas pu entrer dans le Bosquet de la Salle de Bal qui est hélas fermé par des grilles.

    Randonnée au Parc de Versailles

    Retour près du Château avec cette sculpture de la Seine par Balthasar Keller

    Randonnée au Parc de Versailles

    Randonnée au Parc de Versailles

    Le Bosquet du Théâtre d'Eau a été ravagé par la tempête de 1999. Sa restauration récente (2015) - une oeuvre originale contemporaine - a été confiée, à l'issue d'un concours international, au paysagiste Louis Benech et à l'artiste Jean-Michel Othoniel. Nous ne l'avions pas vu la fois précédente.

    Randonnée au Parc de Versailles

     

    Là s'est achevée notre promenade...


    votre commentaire
  • Ce jeudi matin, Jacqueline nous a donné rendez-vous à la gare Saint-Lazare et..., quelques temps plus tard, nous arrivions à la gare de Marnes-la-Coquette, départ de notre randonnée.

    Notre promenade nous amène bientôt au Mémorial de l'Escadrille La Fayette érigé en mémoire des aviateurs américains volontaires, morts pour la France (engagés dans la guerre de 14-18 avant l'entrée en guerre des Etats-Unis). Ils s'étaient pour la plupart engagés dans la Légion étrangère ou dans les services ambulanciers afin de participer à la guerre aérienne.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Construit de 1926 à 1928 sous la direction de l'architecte Alexandre Marcel, il est inauguré le 4 juillet 1828, jour de la fête nationale américaine, en présence du Maréchal Foch et du Président de la République Paul Doumer.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Il est constitué d'un arc monumental et de deux grandes ailes faisant face à un bassin de forme elliptique dans lequel il se reflète.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Une photo que j'ai loupée... (tirée du net et prise en montant sur un escabeau je suppose !)

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Sur l'aile droite, des aigles (symbolisant la force des Etats-Unis et l'alliance franco-américaine) surmontent un bas-relief représentant un aviateur foulard au vent : un témoignage de l'époque où les avions n'avaient pas de cockpit fermé.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Sur les deux ailes, les noms des batailles dans lesquels les aviateurs se sont illustrés : Argonne, Alsace, Oise, Vosges, Marne, Aisne, Flandres.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    L'arche est grande comme la moitié de l'arc de triomphe de Paris.

     Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Sur l'aile gauche, un bas-relief représente une tête de sioux, l'emblème que les aviateurs ont choisi et qui ornait les caisses des fusils Remington utilisés pendant la première guerre.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Le sommet intérieur de l'arche est très joliment sculpté mais je n'ai pas réussi à savoir ce que ces sculptures représentaient.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    De chaque côté, des médaillons représentent La Fayette qui s'est illustré dans la guerre d'indépendance des Etats-Unis et George Washington, l'un de ses pères fondateurs.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    On retrouve à la verticale, au sol, l'emblème de l'escadrille sous forme d'une mosaïque.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud 

    Cet escalier mène à la crypte où sont ensevelis les 68 pilotes de l'Escadrille La Fayette morts au combat.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Nous avons malheureusement trouvé porte close car il faut réserver la visite...

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

     A l'intérieur de la crypte (grâce à internet...), des vitraux comme :

    Celui de Reims où l'on voit l'aigle américain entouré d'avion venir au secours de la France.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    ou celui de Saint-Quentin où les avions américains survolent la ville.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    La randonnée se poursuit en forêt.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

     

    "T'en as de belle racines, tu sais... !"

     

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Chalet de Combleval (ou chalet Charles X), ancien rendez-vous de chasse du Roi

    Il a été aménagé par Louis-Napoléon Bonaparte qui invita un soir à dîner la comtesse de Montijo et sa fille Eugénie (qui deviendra la future impératrice). En effet, le château de Saint-Cloud a été la résidence impériale jusqu'à la chute de l'empire.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Sitôt sortis de la forêt, une vue superbe sur Paris s'offre à nous au bout de cette esplanade.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    La tour Eiffel et le front de Seine peut-être (?)

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Sans conteste, la tour Montparnasse

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Petite descente vers le bas du parc

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    En direction du Jardin du Trocadéro...

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Le bassin Saint-Jean

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

     

    Nous voici en vue de la sculpture de Gérard Garouste intitulée Le défi du soleil.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Une énigme à résoudre...

    "Le défi du soleil", sculpture de bronze haute de près de quatre mètres de haut prend place à côté du bassin Saint-Jean ; elle représente deux personnages nés d’un rêve, "Le Classique et l’Indien" reprenant le thème, développé par Nietzsche de la dualité de l’apollinien et du dionysiaque. Le Classique confondu avec le soleil étant du côté de la lumière, de l’ordre et de la logique ; l’Indien du côté des ruses de l’esprit, de la liberté vagabonde de l’imagination et des entorses à la logique.

    Vous me suivez j'espère ?

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    La balade se termine au Jardin du Trocadéro, un jardin à l'anglaise pourvu d'une pièce d'eau.

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Ce canard est venu nous dire bonjour !

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

     

    Du néoclassicisme dans ce vase

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Randonnée au Parc de Saint-Cloud

    Fin de la balade

    Merci Jacqueline de nous l'avoir proposée. 


    votre commentaire
  • Aujourd'hui, c'est encore un jour de grève... Le programme de la randonnée, prévue au départ de la gare du Nord, est donc adapté : Jacqueline se rabat sur la roseraie du Val-de-Marne que nous rejoignons par le bus.

    Le jardin de roses, créé par Jules Gravereaux à la fin du XIXème siècle, compte aujourd'hui plus de 11.000 rosiers et près de 2.900 espèces et variétés de roses, mises en valeur dans un jardin à la française de 1,5 hectare. La roseraie réunit l'une des plus importantes collections de roses anciennes au monde.

    Jules Gravereaux est né en 1844 à Vitry-sur-Seine. A l'âge de 12 ans il entre en apprentissage et deux ans plus tard il est employé chez les Boucicault qui créent le Bon Marché. Il commence dans le magasin comme simple vendeur mais grimpe vite les échelons. En 1874, il devient "intéressé" aux bénéfices. A la mort de Mme Boucicault, celle-ci étant sans héritier, lègue toutes ses parts à ses employés en fonction de leur ancienneté : c'est ainsi qu'à 44 ans Jules Gravereaux peut prendre sa retraite.

    Il achète une vaste propriété à L'Haï où il développe une collection de roses très importante. La commune prendra plus tard le nom de L'Haï-les-roses...

    Le buste de Jules Gravereaux parmi les roses

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Des roses : en veux-tu en voilà !

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Annie et Marie-Hélène tiennent compagnie à Molière.

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Les roses orangées sont assez rares.

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Les violettes aussi (photo Maryannick)

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Quelle est cette Vénus... ?

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Des tonnelles ombragées invitent le promeneur à s'asseoir...

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

     Autre cadrage : photo Maryannick

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Sans personne...

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    et avec (photo Maryannick)

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Les abeilles se régalent !

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Drôle de nom pour une fleur ! (photo Maryannick)

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Francine, une rose parmi les roses...

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    Balade à la Roseraie du Val de Marne

    J'ai appris par une brochure qu'il y avait un "théâtre de verdure" au sein de la roseraie : on y joue de la musique et on y fait du théâtre. Il faudra que je surveille ça de près...


    votre commentaire
  • Aujourd'hui, Jacqueline a commandé le soleil pour notre rando du jeudi qui va nous mener dans l'Oise de Lagny à Esbly en passant par Coupvray où nous visiterons la maison-musée de Louis Braille.

    En gare de Lagny

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Je n'ai jamais vu autant de cygnes rassemblés...

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    mais ils sont célèbres à Lagny car ils sont les vedettes du net !

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Les bords de Marne ont inspiré de nombreux peintres, entre autres ceux du groupe de Lagny, comme nous l'explique ce panneau : personne ne les connaissait dans le groupe et pourtant j'ai trouvé quelques reproductions sur le net qui montrent qu'ils avaient un réel talent. Il s'agit de Léo Gusson, Emile-Auguste Cavallo-Peduzzi, Maximilien Luce ou encore Lucien Pissaro, le frère de Camille...

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille 

    Le Pont de pierre à Lagny (Léo Gusson - 1885)

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille 

    La Marne et le Pont de Fer à Lagny (Maximilien Luce - 1888)

    Joli, je trouve, non ? 

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Bords de Marne au printemps (Claire Leconte - 2018) !!!

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Dur dur de ne pas s'en mettre plein les godasses, n'est-ce pas Jacqueline ?

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Nous voici maintenant arrivés au champ de sculptures du jardin de la Dhuys : surprenant cet alignement de sculptures monumentales...

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Une bien curieuse statue... superbement photographiée par Mayannick

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    J'ai entendu Annie dire de celle-ci qu'il s'agissait de Déméter, la déesse de la terre... ?

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Retour à la rando avec un passage un tantinet délicat...

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Le terrain argileux qui n'absorbe pas la pluie des derniers jours en est la cause : ça glisse sec ! Heureusement que Paul et Marie-Cécile sont là pour nous aider à traverser le passage présentant le plus de difficultés...

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille 

    Notre pique-nique du midi au pied de la ligne du tgv...

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    sur des rochers qui tombent à pic !

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    Bassin de régulation des eaux de Coupvray

    De Lagny à Esbly et le Musée Louis Braille

    C'est justement à Coupvray, dans une rue baptisée à son nom, que se trouve la maison natale de Louis Braille que nous allons visiter : elle a été transformée en musée ne 1956.

    Classée Monument historique, cette maison briarde a su conservé son aspect authentique.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    La visite de l'atelier et la vie de Louis Braille

    Une plaque, apposée sur le mur de la maison, atteste que Louis Braille y est né le 4 janvier 1809.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Le père de Louis Braille exerce le métier de bourrelier au village, fabriquant des harnais, des sacs et des courroies de cuir. Ce panneau, situé dans son atelier, indique même que le grand-père de Louis y était exerçait déjà le même métier.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Voici l'atelier où Louis, à l'âge de trois ans, manifestant un vif intérêt pour le maniement des outils, se blesse l'oeil en voulant utiliser les outils de son père.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    On aperçoit sur cette photo l'enfant grimpant sur l'établi du père pour s'emparer d'une serpette.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Redoutable outil, la serpette...

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Louis est un élève brillant à l'école communale de Coupvray - l'instituteur a accepté de le prendre dans sa classe unique, ce qui est très rare à l'époque - classe qu'il fréquente entre 5 et 10 ans, pour se rendre ensuite à Paris où il devient interne. Ses parents en effet savent tous deux lire et écrire et se rendent bien compte de l'importance d'une bonne instruction pour un enfant handicapé : son père lui obtient - sur les conseils de l'abbé du village et de son instituteur - une bourse pour son admission à l'Institution Royale des Jeunes Aveugles (l'INRA qui deviendra plus tard l'INJA, l'Institution Nationale des Jeunes Aveugles) fondée par Valentin Haüy en 1784.

    Dès son entrée à l'école, Louis Braille apparaît comme un élève de premier ordre à tel point que dès quinze ans on lui confie déjà certaines responsabilités d’enseignement et il devient professeur en titre à l'âge de 19 ans : il intervient dans l'enseignement général et la musique et tient également les orgues de plusieurs églises parisiennes.

    La pièce de vie des Braille

    Une table familiale avec des bancs, une cheminée, un four à pain : tout le confort de l'époque pour cette maison briarde.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Entre la cheminée et le four à pain, une niche pour faire du fromage - le fameux Brie de Meaux - la chaleur du four favorisant sa préparation avant l'affinage dans la cave.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Le lit en alcôve des parents de Louis avec les rideaux permettant de garder la chaleur des corps (les enfants dorment à l'étage). Sur le lit, un moine permettant de chauffer les draps grâce à la chaufferette remplie des braises tirées du feu de la cheminée, isolée entre deux luges de bois.

    Le luxe quoi ! 

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Près de la porte, une pierre à évier avec écoulement direct sur la cour de la maison...

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    A l'époque, les aveugles étaient plutôt promis à la mendicité... mais le père de Louis lui fabrique une planchette garnie de clous de tapissier - en relief donc - qui permettent à l'enfant d'apprendre à lire. Cela lui donnera-t-il l'idée de l'écriture qui porte son nom... ?

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Le groupe est attentif aux explications de ce guide prenant à coeur son métier.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    ◄►◄►◄►◄►

    C'est à l'Institution Royale des Jeunes Aveugles qu'il développe son génial système d'écriture en six points saillants et qu'il enseigne, notamment la musique. En 1835, Louis Braille est malheureusement atteint de tuberculose et il s'éteint en janvier 1852.

    Enterré le 10 janvier 1852 aux côtés de sa famille à Coupvray, le corps de Louis Braille est transféré en 1952 au Panthéon, en hommage national. Seule la relique de ses mains sera conservée à Coupvray dans une urne scellée sur sa tombe.

    Buste de Louis Braille à l'accueil du Musée

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Visite de l'étage de la maison où se trouve tout ce qui concerne le Braille

    En 1821 , Louis Braille fait une rencontre qui va changer totalement sa vie : Charles Barbier de la Serre présente à l'IRJA son invention, un système appelé "écriture nocturne" destiné aux militaires.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    L'écriture nocturne est aussi appelée Sonographie : elle est basée sur 12 points en relief.

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Comparaison entre l'écriture sonographique (en haut) et l'écriture en Braille (en bas)

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Louis Braille teste le système qu'il apprécie mais auquel il trouve vite des limites (uniquement phonétique, trop complexe, absence d'orthographe et de ponctuation, impossibilité de retranscription des signes mathématiques et des notes de musique). L'élève de tout juste 13 ans va alors perfectionner cette écriture en partant de l'idée d'une cellule formée de 6 points en relief : le Braille est né.

    Le guide écrit en Braille le prénom de Jacqueline. Pour gommer, il suffit d'écraser son erreur !

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    N'ayant pas réussi à prendre la photo de la petite carte, je vous laisse chercher sur la photo ci-dessous (système Braille "Lecture") comment il s'écrit...

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Ci-dessous le système Braille "Ecriture" est inversé bien sûr puisqu'on doit ensuite retourner la carte perforée pour en faire la lecture...

    Élémentaire mon cher Watson mais il fallait y penser !

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Louis Braille en Braille

    Rando : de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Voici un ordinateur pour aveugles utilisant le Braille

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Au sortir du musée, un petit tour au "jardin des cinq sens" conçu avec l'idée de proposer un cheminement qui invite à une exploration des sens. La pergola est comme un tunnel d'ombre (perte de la vue) au bout duquel tous les sens sont exacerbés...

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

    Rando de Lagny à Esbly avec en prime la visite du Musée Louis Braille

     Le 4 Janvier 2009, a été célébré le bicentenaire de la naissance de Louis Braille. A Paris, au Panthéon et à Notre Dame notamment, plusieurs cérémonies ont été organisées pour célébrer cet anniversaire du grand bienfaiteur des aveugles du monde entier.
     
    Le Braille, avenir ou souvenir ? c'est ICI 
     
    Merci Jacqueline pour cette belle balade culturelle

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique