• C'est bien au 123 boulevard de Port-Royal et non au même numéro du boulevard de Montparnasse qu'Anne-Marie nous avait donné rendez-vous pour une visite de l'abbaye de Port-Royal...

    Quelle étourdie !

    Arrivée un petit peu en retard donc - mais pas trop - j'ai pu très vite reprendre le cours de la visite qui débutait dans le cloître. Le groupe écoute déjà religieusement - cela s'impose - le guide choisi par Anne-Marie, un monsieur que nous connaissons déjà pour avoir eu l'occasion de l'écouter dans d'autres visites guidées.

    Il nous a prévenus, à juste titre : nous allons sans doute avoir besoin de Doliprane ! Je ne vous dis pas le mal que j'ai eu à écrire ce petit post car l'histoire qui va suivre est un tantinet compliquée...

    ◄►◄►◄►◄►

    L'abbaye cistercienne de Port-Royal a été fondée en 1204 par Mathilde de Garlande, une femme de la grande noblesse proche de la famille royale (d'où le nom de "Royal"). On l'appelle alors Port-Royal des Champs car elle est située dans la vallée de Chevreuse.

    En 1625, sous le règne de Louis XIII, une "annexe" - Port-Royal de Paris - est créée tant à cause de l’exiguïté des bâtiments que pour sauver les religieuses de Port-Royal des Champs décimées à la suite d'une sévère épidémie de paludisme liée au caractère marécageux du site.

    C'est cette abbaye parisienne que nous visitons aujourd'hui.

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    Le cloître n'a que trois côtés car la chapelle est adossée au quatrième.

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal 

    Profitons vite du jardin avant que n'arrive la pluie...

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    A la mort de Pierre Lescot (l'architecte de l'aile Renaissance du Louvre), c'est son neveu Léon qui hérite de l'Hôtel de Clagny construit par celui-ci entre 1566 et 1569 au Faubourg Saint-Jacques à Paris.

    Par acte du 19 juillet 1624, Léon échange l’hôtel de Clagny avec Angélique Arnauld, abbesse de Port Royal des Champs depuis son plus jeune âge (à 11 ans pour être précise : contrainte et forcée par sa famille, elle ne trouva réellement la vocation que bien plus tard), contre une rente de 1500 livresLes religieuses s’installent ainsi dans l'Hôtel de Clagny qui, après avoir subi quelques transformations, devient l’Abbaye de Port-Royal.

     En 1630, Angélique Arnauld décide de placer sa communauté dans le giron janséniste, en offrant à sa communauté l’abbé de Saint-Cyran comme directeur de conscience. La communauté devient ainsi le haut-lieu du Jansénisme (nom formé à partir de celui du théologien hollandais Cornélius Jansen dont la doctrine est dérivée des thèses de Saint-Augustin). Je dirai - pour faire simple - que selon les thèses jansénistes l’homme ne tient son salut que de la grâce divine, dont il doit cependant se montrer digne en vainquant sa propre concupiscence.

    La Mère Angélique Arnauld par Philippe de Champaigne

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    Outre le caractère réfractaire des croyances jansénistes, l'abbaye abrite aussi à l'époque un lieu d'enseignement, une sorte d'école où les Solitaires participent aux prières des religieux, reçoivent et donnent un enseignement. Dans ce qui s'appela les "petites écoles", Racine en fut l'un des élèves et Pascal l'un des professeurs.

    ◄►◄►◄►◄►

    La construction de la chapelle de Port-Royal de Paris fut confiée à un tout jeune architecteAntoine Le Pautre (1621-1679), dont ce fut le premier chantier. Il est également l'architecte du très bel l'Hôtel de Beauvais dans le Faubourg Saint-Antoine ainsi que de la Cascade du Parc de Saint-Cloud.

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    La rigueur du Jansénisme ne lui permit malheureusement pas de s'exprimer comme il l'aurait souhaité : il ne put réaliser en particulier le portique décoré de balustrades ni le riche décor architectural (avec les statues) qu'il avait prévus... Notre guide nous a fait passer une documentation où l'on peut comparer les projets de l'architecte avec la réalisation finale.

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    Le projet

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    La réalisation

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    Dans le cloître, deux statues assez jolies : l'une d'elles représente un grand prêtre israélite et pour l'autre je n'ai pas trouvé. Le guide a parlée de prophètes...

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal 

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    Dans les locaux de l'abbaye, deux escaliers en bois à balustre rampante dont un en forme de poire, d'époque bien sûr. Ma photo ne rend malheureusement pas l'explication que le guide nous en a donné...

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    Voici la salle capitulaire (ou salle du chapitre) : il s'y trouve une reproduction du tableau de la Mère Angélique Arnauld par Philippe de Champaigne.

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

     

    En 1662, l'abbaye de Port-Royal de Paris fut le siège d'un miracle.

    La fille de Philippe de Champaigne (peintre de la Royauté), Catherine, qui avait pris le voile à l'abbaye de Port-Royal de Paris en 1656 sous le nom de soeur Catherine de Sainte-Suzanne, était paralysée des jambes depuis deux ans. Elle dit avoir été guérie spontanément le 6 janvier 1662, au terme d’une ultime neuvaine.

    Pour remercier les religieuses, Philippe de Champaigne leur offrit un tableau représentant Soeur Catherine de Sainte-Suzanne, assise jambes étendues, à côté de la nouvelle abbesse, mère Agnès Arnauld (il s'agit de la soeur d'Angélique Arnauld décédée l'année précédente). Ce tableau porte le nom d'Ex-voto de 1662, un ex-voto qui pourrait apaiser les menaces pesant sur le couvent (voir plus bas)...

    L’humilité, le dépouillement et l’austérité du lieu répondent à celles des moniales, qui ont consacré leur vie à Dieu : robe de bure, plancher cloué, mur nu, fissure au mur. Le mobilier est très simple et composé d’un fauteuil, d’un tabouret et d’une chaise, sur laquelle repose un livre, probablement le livre de prière de sœur Catherine.

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    Notre visite s'est terminée par celle de la chapelle - d'une grande sobriété - dans l'esprit de Port-Royal, dont nous voyons ici la nef unique. 

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    Derrière le rideau, une grille...

    Visite guidée de l'abbaye de Port-Royal

    Pour en terminer avec l'histoire de Port-Royal, il faut dire que cela se passa assez mal pour les religieuses. L'Etat n'accepta pas leurs idées car leur caractère dissident rappelle, entre autres, l'époque des Guerres de religion.

    Louis XIV obligea les religieux, les clercs et les maîtres d'école à imposer leur signature au bas de ce texte :

    « Je me soumets sincèrement à la Constitution du pape Innocent X du 31 mai 1653, selon son véritable sens, qui a été déterminé par la Constitution de notre Saint-Père le pape Alexandre VII du 16 octobre 1656. Je reconnais que je suis obligé en conscience d'obéir à ces Constitutions, et je condamne de cœur et de bouche la doctrine des Cinq propositions de Cornelius Jansenius contenues dans son livre intitulé Augustinus, que ces deux papes et les évêques ont condamnée ; laquelle doctrine n'est point celle de saint Augustin, que Jansenius a mal expliquée, contre le vrai sens de ce saint docteur. »

    En 1709, Louis XIV ordonnera la destruction de l'abbaye, mettant fin au Jansénisme. Une des plus grandes crises spirituelles de l'Ancien Régime prend fin.

    ◄►◄►◄►◄►

    Après la Révolution, l'abbaye devint une prison (entre 1790 et 1795) : la prison de Port-Libre. L'on y enferma en particulier les vingt-sept fermiers généraux (qui prélevaient l'impôt), Malesherbes le botaniste et homme politique proche de Louis XVI, Le Chapelier (vous savez, celui de la loi), le garde des sceaux Miromesnil, et même le scientifique Lavoisier qui - ayant demandé un sursis afin de terminer une expérience - il fut répondu : "la République n'a pas besoin de savants ni de chimistes". Il finira guillotiné...

    Honoré Riouffe, historien et homme politique incarcéré en 1793, fait paraître une relation de son incarcération, Mémoires d'un détenu, qui connaît un grand succès.

    « Rien ne ressemblait moins à une prison : point de grilles, point de verrous, les portes n'étaient fermées que par un loquet. De la bonne société, excellente compagnie, des égards, des attentions pour les femmes. On aurait dit qu'on n'était qu'une même famille réunie dans un vaste château. C'était le rendez-vous de la gaieté. On s'y retirait après l'appel, et on y prenait le frais jusqu'à onze heures du soir. »

    Mais, après la loi du 22 prairial, Port-Libre devint, comme les autres prisons, « l'antichambre de la Conciergerie et du tribunal révolutionnaire. » La plupart des détenus n'en sortirent que pour aller à l'échafaud.

    ◄►◄►◄►◄►

    En 1795 , l'ancienne abbaye fut transformée en "maison d'allaitement" pour enfants abandonnés qui devint en 1801 l'Hospice de la Maternité auquel fut adjoint un hôpital d'accouchement en 1814.

    C'était l'un des plus tristes asiles de la misère humaine : il renfermait cinq cent quinze lits et recevait annuellement deux mille femmes enceintes. On l’appelait vulgairement la Bourbe, à cause du nom ancien de la rue voisine, absorbée aujourd'hui dans le boulevard de Port-Royal.

    A cet hôpital fut annexée une école pratique d'accouchement, où quatre-vingts élèves recevaient au XIXe siècle l'instruction nécessaire à la profession de sage-femme.

    Le lieu correspond aujourd'hui à la maternité Port-Royal (Clinique Baudelocque).

    That's all folks !


    votre commentaire
  • Mettre ses pas dans ceux de Gauguin, de Picasso, de Giacometti : tout un programme !
     
    C'est celui qu'Anne-Marie nous a proposé ce vendredi, autrement dit, suivre les traces des peintres qui ont fréquenté Montparnasse au début du 20ème siècle : ils formèrent ce qu'on appela "L'Ecole de Paris".
     
    Jusqu'à la première guerre c'était à Montmartre que ces artistes se retrouvaient pour pratiquer leur art (en particulier au Bateau-Lavoir) mais très vite le quartier devient connu et les prix montent : ils quittent alors le 18ème pour élire domicile à Montparnasse.
     
    ◄►◄►◄►◄► 
     
    Nous avons rendez-vous au Musée Bourdelle dans la rue du même nom, proche de la gare. A travers les grilles, on peut apercevoir quelques unes des sculptures de l'artiste comme ce grand cheval.
     
    C'est en 1885 - à 24 ans - qu'Antoine Bourdelle s'installe à Montparnasse au 16 impasse du Maine (actuelle rue Antoine-Bourdelle). Il fut un élève de Rodin avec lequel il collabora harmonieusement avant de prendre son essor.

    Le Montparnasse des peintres

    Non loin de là, au 21 avenue du Maine, se trouve une impasse : la Villa Vassilieff.

    Le Montparnasse des peintres

    Le Montparnasse des peintres

    Les couleurs chatoyantes de l'automne mettent en valeur les bâtiments construits avec des matériaux de récupération de l'exposition universelle de 1900. Cette trentaine d'ateliers d'artistes et d'artisans devient vite un paradis pour les premiers peintres fauchés trop heureux de trouver un toit et une bonne lumière. 

    Le Montparnasse des peintres

    Le Montparnasse des peintres

    Marie Vassillieff tient de 1915 à 1918 sa célèbre "cantine des artistes" où tous les grands "montparnos" viendront manger pour quelques sous : Picasso, Braque, Modigliani, Fernand Léger, Max Jacob, Jean Cocteau, Matisse, Foujita et bien d'autres mais aussi Trotsky et Lénine.

    Le Montparnasse des peintres

    ◄►◄►◄►◄►

    Sur le Boulevard du Montparnasse, trois grandes brasseries ont été fréquentées par les artistes de Montparnasse. Il s'agit de La Coupole,

    Le Montparnasse des peintres

    La Rotonde (on reprochera à Emmanuel Macron dans l'entre-deux tours d'y avoir emmené dîner son équipe de campagne : la jalousie est un vilain défaut !), et le Sélect.

    Le Montparnasse des peintres

    A l'angle du Boulevard du Montparnasse et du Boulevard Raspail, la statue de Balzac par Rodin.

    On dit que l'artiste s'est inspiré, entre autres, d'une caricature parue dans le Charivari qui représente le grand homme dans sa tenue de travail habituelle, une robe de chambre blanche de dominicain.

    Le Montparnasse des peintres

     Parallèlement à cette commande, Rodin fera beaucoup d'études de nus de Balzac - qui seront très critiquées pour leur aspect inachevé - ce qui fait que entre la date de la commande et l'inauguration officielle du monument sur le terre-plein du Boulevard Raspail le 1er juillet 1939, il va s'écouler plus de cinquante ans : Rodin était mort depuis vingt ans...

    Le Montparnasse des peintres

    Au N°26 de la rue Vavin, un immeuble Art Nouveau très original, à gradins. Il date de la période de "l'hygiénisme" : en faisant rentrer air et lumière naturelle à flots dans les appartements, les architectes s’étaient donnés pour mission de faire disparaître le bacille de Koch et la tuberculose, responsables de plus de 10 000 décès par an dans la capitale.

    Il est l'oeuvre des architectes Henri Sauvage et Charles Sarrazin. A l'origine destiné à être une HLM, il fut finalement vendu à des particuliers car le coût de construction s'avéra beaucoup plus élevé que prévu.

    Le Montparnasse des peintres

    Revêtement de faïence, façon couloirs de métro

    Le Montparnasse des peintres

    Nous voici maintenant dans la rue de la Grande-Chaumière qui tire son nom du célèbre bal de barrière ouvert sur la rive gauche entre 1788 et 1853. C'est là que Clara Fontaine créa le célèbre Cancan...

    Le Café de Paris par Jean Béraud

    Le Montparnasse des peintres

    Dans l'esprit de la liberté de création, l'académie de la Grande-Chaumière - au N°14 - a été fondée en 1904. Ossip Zadkine, Antoine Bourdelle, Maurice Denis, Fernand Léger, André Lhote y exercèrent en tant que professeurs.

    Le Montparnasse des peintres

    Parmi les élèves les plus connus, on compte Joan Miro, Alexandre Calder, Balthus, Louise Bourgeois, Eugène Dabit, Serge Gainsbourg, Serge Rezvani, Germaine Richier, Jérôme Savary, Zao Wou-Ki, Amedeo Modigliani, Tamara de Lempicka, Alberto Giacometti et bien d'autres ainsi que le montre la plaque ci-dessous.

    Le Montparnasse des peintres

    En fouillant un peu sur le net, j'ai ainsi découvert la peinture de Xavier Prinet avec cette toile intitulée "Plage de Cabourg"

    Le Montparnasse des peintres

    et celle de Lucien Simon avec celle-ci intitulée "Du côté de Penmarc'h".

    Le Montparnasse des peintres

    Passé le Restaurant Wadja - gargote à prix réduit fréquentée par les peintres dans les années 1930 - et qui perdure à ce jour,

    Le Montparnasse des peintres

    une plaque indique qu'au N°8 logèrent Paul Gauguin à son retour de Tahiti ainsi que Modigliani et sa compagne Jeanne Hébuterne (qui se suicidera).

    Femmes à Tahiti - Paul Gauguin (1891)

    Le Montparnasse des peintres

    Jeanne Hébuterne par Modigliani

    Le Montparnasse des peintres

    Un peu plus loin, un immeuble possédant de grandes baies vitrées et de jolis vitraux : ce sont sûrement encore des ateliers d'artistes...

    Le Montparnasse des peintres

    Le Montparnasse des peintres

    La rue se termine par la boutique du marchand de couleurs Sennelier qui fut fournisseur et référence de nombreux artistes à Montparnasse à l'époque.

    Le Montparnasse des peintres

     Au bout de la rue, l'architecture de cet immeuble du N°79 de la rue Notre -Dame-des-Champs (Art-Déco peut-être ?) a attiré mon attention.

    Le Montparnasse des peintres

    Un peu plus loin, au N°82 un immeuble haussmannien est pourvu d'impressionnantes cariatides.

    Le Montparnasse des peintres

    Trop jolis les angelots en forme de console qui soutiennent le balcon !

    Le Montparnasse des peintres

    ◄►◄►◄►◄►

    Empruntant la rue d'Assas, nous voici arrivés au Musée Zadkine.

    Ossip zadkine, sculpteur d'origine russe, s'est installé à Paris en 1910. Il s'installe à cette adresse en 1928. Le musée regroupe les sculptures et les œuvres sur papier de l'artiste, de sa période de jeunesse à sa participation au mouvement cubiste. Il comprend également des œuvres de Valentine Prax, son épouse.

    Une des particularités de ce musée consacré à l'œuvre sculptée est de permettre aux mal-voyants et aux non-voyants de toucher les œuvres, en toute légitimité (il s'agit d'exaucer le vœu d'Ossip Zadkine lui-même).

    Devant le musée, une sculpture de l'artiste

    Girouette - Zadkine (1965)

    Le Montparnasse des peintres 

    ◄►◄►◄►◄►

    Nous avons maintenant rejoint l'avenue de l'Observatoire qui mène au Jardin du Luxembourg.

    L'Institut d'Art et d'Archéologie a été construit par Paul Bigot entre 1925 et 1930. L'ossature en béton est revêtue de briques rouges, mélange d'influences siennoise, florentine et d'Afrique noire musulmane.

    Le Montparnasse des peintres

    La frise archéologique de moulages en terre cuite de sculptures grecques, romaines, médiévales et Renaissance a été réalisée par la Manufacture de Sèvres.

    Le Montparnasse des peintres

     Cela fait un moment que nous tournons autour de la Faculté de Pharmacie : Annie, qui y a fait ses études, me l'a signalé... Sa façade donne sur l'avenue de l'Observatoire.

    Le Montparnasse des peintres

    Le Montparnasse des peintres

    Un peu plus loin, l'Ecole Nationale d'Administration (la célèbre ENA) est actuellement abritée dans les anciens locaux de l'Ecole Nationale de France d'outre-mer, bâtiment édifié en 1895 par l'architecte Yvon.

    On y reconnait l'art mauresque de la fin du siècle dernier adapté à son usage.

    Le Montparnasse des peintres

    ◄►◄►◄►◄►

    En face de nous, les Jardins de l'Observatoire forment depuis Port-Royal une belle enfilade jusqu'au Jardin du Luxembourg.

    Le Montparnasse des peintres

    Je ne sais pas pourquoi cette statue se nomme "Le Jour"... ? Je l'aurais plus volontiers nommée "La Source" ! Elle est de Jean-Joseph Perraud (1875)

    Le Montparnasse des peintres

     Le clou de l'enfilade est certainement la Fontaine des Quatre Parties du Monde qui la clôt au niveau de la station de RER Port-Royal.

    Dans ce sens, elle est déjà jolie...

    Le Montparnasse des peintres

    mais dans l'autre sens, face au soleil couchant, alors là elle est sublime !

    Le Montparnasse des peintres

    Il s'agit d'une oeuvre collective.

    Sur un socle flanqué de chevaux marins (oeuvres d'Emmanuel Frémiet), un groupe de quatre femmes représentant l'Afrique, l'Asie, l'Amérique et l'Europe (oeuvre de Jean-Baptiste Carpeaux - 1872) porte un globe orné des signes du zodiaque, oeuvre d'Eugène Legrain.

    Le Montparnasse des peintres

    Voici deux des quatre femmes soutenant le globe terrestre : le sculpteur leur a donné une position qui laisse penser que la terre tourne.

    L'Amérique avec sa coiffure à plumes...

    Le Montparnasse des peintres

    L'Afrique qui a encore des chaînes aux pieds...

    Le Montparnasse des peintres

    ◄►◄►◄►◄►

    Nous voici maintenant devant la Closerie des Lilas au Carrefour de l'Observatoire.

    François Bullier (1796-1869), un ancien employé de la Grande Chaumière reprit en 1843 la succursale du bal du Prado avenue de l'Observatoire hors la barrière en 1847, il le transforma en plantant 1000 pieds de lilas pour lui donner le nom de "Closerie des Lilas ", mais, c’est sous l’appellation de Bal Bullier en été, et Prado en hiver que sera connu l’endroit surtout fréquenté au départ par des étudiants.

    L’établissement ouvre ses portes le 9 mai 1847.

    On y dansait le quadrille et la valse, puis la mazurka et les scottishs et enfin la polka.

    A la Closerie des Lilas de Charles Vernier (1831-1887)

    Le Montparnasse des peintres

     Dès 1883, ce café est devenu le rendez-vous des artistes : on peut y croiser Zola, Cézanne, Théophile Gautier, les frères Goncourt ou Paul Verlaine.

    Au début du 20ème siècle, Paul Fort y dispute des parties d'échecs avec Lénine et Guillaume Apollinaire ou Alfred Jarry sont des habitués du lieu. L'intelligentsia américaine aime s’y retrouver, notamment Hemingway, Fitzgerald, Miller… 

    Modigliani, André Breton, Aragon, Picasso, Jean-Paul Sartre, André Gide, Paul Eluard, Oscar Wilde, Samuel Beckett et Man Ray figurent aussi parmi les artistes et les écrivains qui ont fréquenté la Closerie.

    ◄►◄►◄►◄►

    Juste devant la Closerie, se tient la statue du Maréchal Ney, une sculpture de François Rude (1853).

    Le Maréchal Ney a été fusillé le 7 décembre 1815 pour avoir rejoint Napoléon durant les Cent-Jours : Louis XVIII l'accusait d'avoir attenté à la sûreté de l'état...

    Le Montparnasse des peintres

    Un Américain du nom de Peter Stuart Ney, mort le 15 novembre 1846 en Caroline du Nord au sud des Etats-Unis, a prétendu être le maréchal Ney...

    Sur son lit de mort, Peter Ney se serait exclamé : « By all that is holy, I am Marshal Ney of France ! » (Par tout ce qui est saint, je suis le maréchal Ney de France !).

    Ney aurait pu bénéficier de complicités maçonniques haut-placées pour que son exécution soit simulée et qu’il puisse s’exiler discrètement en Amérique, pays pour lequel Fouché lui avait établi un passeport après la défaite de Waterloo. Plusieurs témoignages semblent confirmer cette simulation et cette fuite.

    Si cette éventualité d'une seconde vie en Amérique, faisant suite à un simulacre d'exécution, peut paraître séduisante, elle n’est toutefois pas reconnue par la plupart des historiens car elle ne s'appuie sur aucune preuve irréfutable. Seules des analyses scientifiques pratiquées sur les restes ensevelis au Père-Lachaise d'une part (en supposant que la sépulture ne soit pas vide), et à Third Creek Church de l'autre, pourraient lever définitivement le doute.

    ◄►◄►◄►◄►

     Au N°9 de la rue Campagne-Première se trouve une "pelle Starck" : elle parle d'une maison édifiée à la fin du 19ème siècle à partir de matériaux de récupération provenant de l'Exposition Universelle de 1889. Cette maison abrite une centaine d'ateliers d'artistes.

    Le Montparnasse des peintres

    Ici habitèrent les peintres Othon Friesz (inspiré par Gauguin et Van Gogh) et Giorgio De Chirico ainsi que l'écrivain Rainer Maria Rilke qui y survivait plutôt avant de devenir le secrétaire particulier de Rodin.

    Le Montparnasse des peintres

    Je ne connaissais pas ce peintre, Othon Friesz, que je trouve intéressant.

    Le port d'Anvers (1906)

    Le Montparnasse des peintres

     Les baigneuses des Andelys (1908)

    Le Montparnasse des peintres

     ◄►◄►◄►◄►

    Voici le Passage d'Enfer et l'arrière d'un immeuble créé en 1911 par l'architecte André Arfvidson : sur la façade des céramiques et grès flammé d'Alexandre Bigot.

    Le Montparnasse des peintres

    Au sortir du passage, sur le Boulevard Raspail, une maison où habita Picasso.

    Le Montparnasse des peintres

    et puis, la merveille d'architecture : le recto de l'immeuble d'André Arfvidson, tout en céramiques également, donnant sur le square Yves Klein.

    Le Montparnasse des peintres

    Yves Klein est un artiste peintre qui est connu pour son "bleu"qu'il a appliqué sur de nombreuses oeuvres.

    Le Montparnasse des peintres

    Il utilisait des modèles femmes dont il enduisait le corps de peinture et les faisait ensuite se rouler par terre...

    On appelle ça de l'art : j'avoue que je suis très moyennement enthousiaste.

    Le Montparnasse des peintres

    Mais revenons à notre immeuble en céramique.

    Le Montparnasse des peintres

     

    J'avoue être beaucoup plus sensible à cet art là... On est classique ou on ne l'est pas !

    Le Montparnasse des peintres

    Man Ray, le célèbre photographe, habita l'immeuble.

    Le Montparnasse des peintres

    Et Kiki de Montparnasse, sa compagne, habita l'Hôtel Istria voisin avec lui.

    Elle était le modèle préféré du peintre qui trouve son physique "de la tête aux pieds, irréprochable".

    Le Montparnasse des peintres

     

    Alice Ernestine Prin était surnommée "la Reine de Montparnasse" : elle fut le modèle, la muse et parfois l'amante d'artistes célèbres. Elle était également chanteuse, danseuse, gérante de cabaret, peintre et actrice de cinéma, et anima le quartier du Montparnasse durant l'entre-deux-guerres (1921-1939).

    Elle adopte la coiffure au bol, les yeux abondamment soulignés de khôl, les lèvres peintes de rouge vif et le pseudonyme Kiki.

    Il l'a photographiée notamment de dos, nue, pour un célèbre cliché auquel il ajouta deux ouïes de violon et qu'il intitula Le Violon d'Ingres.

    Le Montparnasse des peintres

    Merci à Anne-Marie pour cette agréable promenade culturelle

    Le Montparnasse des peintres


    votre commentaire
  •  Pour cette première promenade de rentrée, Anne-Marie nous avait donné rendez-vous au métro Volontaires situé non loin de Montparnasse dans le quinzième arrondissement.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Quand je suis arrivée sur les lieux, il y avait déjà un bon petit attroupement autour d'Anne-Marie : ses visites sont prisées des adhérents de G13 et le temps, quoiqu'un peu maussade, promettait de ne pas nous apporter la pluie.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Anne-Marie nous fait passer un plan montrant les transformations subies par la Capitale en 1860. Vaugirard et Grenelle, au sud, font partie des banlieues annexées que nous allons visiter cet après-midi.

    En rose au centre, le Paris d'avant le Baron Haussman

    Le nord du quinzième arrondissement

    Après avoir longé cet immeuble assez original de la rue des Volontaires, notre premier arrêt est pour le Bal Blomet, au 33 de ladite rue.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Anciennement Bal nègre - ce vocabulaire est maintenant bien sûr banni de la langue française -, le Bal Blomet est une ancienne ferme du XIXème siècle transformée en cabaret dansant antillais et club de jazz du Paris des années folles. Jean Rézard des Wouves, candidat antillais à la députation, installe d'abord son QG de campagne au N°33 de la rue Blomet puis, pour attirer et retenir le maigre auditoire à ses meetings politiques, il se met au piano et joue avec grand succès la musique de ses origines.

    C'est Robert Desnos qui le baptisa ainsi...

    « Dans l’un des plus romantiques quartiers de Paris, où chaque porte cochère dissimule un jardin et des tonnelles, un bal oriental s’est installé. Un véritable bal nègre (…) où l’on peut passer, le samedi et le dimanche une soirée très loin de l’atmosphère parisienne. C’est au 33 de la rue Blomet, dans une grande salle attenante au bureau de tabac Jouve, salle où, depuis bientôt un demi-siècle, les noces succèdent aux réunions électorales. »

    Le bâtiment actuel vient d'être rénové en vue de sa réouverture en tant que salle de concert (jazz, comédie musicale, musique classique) de près de trois cent places, ambitionnant de renouer avec l'esprit du Bal Nègre de la grande époque.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Entre les lettres du bandeau, le visage de Joséphine Baker qui fréquentait assidûment le bal.

    Le nord du quinzième arrondissement

     Sur le rideau de fer, un "tag" de la grande époque représentant les artistes qui fréquentèrent ce lieu, tant comme spectateurs que comme artistes. On y reconnait Foujita, Jean-Paul Sartre, Kiki de Montparnasse et Sidney Bechet, entre autres. 

    Le nord du quinzième arrondissement

    Voici la salle de spectacle actuelle : cliquez ICI pour accéder au site internet.

    Le nord du quinzième arrondissement

     Prenant la rue Lecourbe, nous arrivons au N°91 où se trouve une église orthodoxe russe, Saint-Séraphin de Sarov. Il faut vraiment savoir qu'il y a une église derrière cette austère porte cochère...

    Le nord du quinzième arrondissement

    Mais dès que l'on entre, on découvre un havre de paix : la campagne à Paris.

    Le nord du quinzième arrondissement

    L'église se trouve au fond de la cour.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Elle a été construite grâce aux dons, souvent très modestes, des émigrés "russes blancs" vivant nombreux dans ce quartier autrefois populaire.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Grâce à mon ami internet, on peut ici avoir un aperçu de son intérieur que nous n'avons malheureusement pas pu voir, la grille étant cadenassée...

    Le nord du quinzième arrondissement

    Un peu plus loin, une jolie devanture de fleuriste...

    Le nord du quinzième arrondissement 

    Un peu partout dans le quartier de beaux étals de fruits et légumes avec des coloquintes en particulier : l'automne n'est pas loin d'arriver !

    Le nord du quinzième arrondissement 

    Le nord du quinzième arrondissement 

    Le N°18 de la rue du Général Beuret a attiré mon attention : il s'agit d'un très bel immeuble Art Nouveau.

    Le nord du quinzième arrondissement 

    Le nord du quinzième arrondissement

    C'est surtout la porte, circulaire, qui est d'une grande originalité. Son architecte est Eugène Petit (celui du cimetières des chiens à Asnières).

    Le nord du quinzième arrondissement

    Nous voici devant le Square de Vergennes qui prend dans la rue de Vaugirard au niveau du N°279 et qui se termine en impasse.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Un très joli bananier a l'air de bien y prospérer.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Le nord du quinzième arrondissement

    Au bout de l'impasse, un immeuble - maison et atelier du maître-verrier Louis Barillet - construit en 1932 par l'architecte Robert Mallet-Stevens, contemporain et concurrent de Le Corbusier.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Anne-Marie nous a expliqué qu'il avait eu moins de succès que ce dernier du fait qu'il s'était plutôt adressé à une clientèle riche alors que Le Corbusier a fait des immeubles d'habitation pour les classes populaires.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Il me semblait bien avoir reconnu dans cet immeuble le "Musée Mendjisky-Ecoles de Paris" que j'avais visité lors de son ouverture en 2014. J'apprends par le net qu'il est définitivement fermé.

    What a shame...

    J'avais fait à l'époque un petit post sur ce très intéressant musée : si ça vous intéresse, c'est ICI.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Le musée Mendjisky devrait réouvrir dans des locaux moins onéreux à la location... mais quel devenir pour l'immeuble de Mallet-Stevens... ? That is the question.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Une petite halte réparatrice dans le Square de la rue Adolphe-Chérioux coincé entre la rue de Vaugirard et la rue Blomet, tout à côté de la Mairie du XVème.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Le nord du quinzième arrondissement

    Une belle maternité d'Adolphe-Amédée Cordonnier

    Le nord du quinzième arrondissement

    Plus académique L'Histoire inscrivant le centenaire, sculpture commémorant la Révolution d'Emile-François Chatrousse 

    Le nord du quinzième arrondissement

    Empruntant la rue Bausset, nous nous dirigeons vers l'église de Vaugirard.

    Mais d'où vient le nom de Vaugirard... ?

    Au XIIIème siècle, 300 habitants s'étaient rapprochés des terres cultivées par les moines. En mémoire de l'abbé Gérard de Moret, prieur de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés sous Saint-Louis, cet endroit jusqu'alors dénommé vallées des étables, devient le val Gérard puis Vaugirard.

     

    Le nord du quinzième arrondissement

    Au passage, un immeuble intéressant : pour son architecture Art moderne

    Le nord du quinzième arrondissement

    Le nord du quinzième arrondissement

    En voyant l'église Saint-Lambert de Vaugirard (qui date de 1853), on s'aperçoit que l'automne a pointé le bout de son nez...

    Le nord du quinzième arrondissement

    Du temps, lointain maintenant, où j'exerçais encore..., cela signifiait la rentrée des classes et les enfants qui arrivaient à l'école les mains pleines de châtaignes !

    Le nord du quinzième arrondissement

    Sur le parvis de l'église, Anne-Marie nous fait remarquer des empreintes de coquillages... Ici a été tournée une célèbre scène du film "La mariée était en noir" de François Truffaut.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Au-dessus du porche, une sculpture en ronde-bosse représente le Christ entouré de la Vierge et d'un ange.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Autour du clocher - d'une hauteur de 50 mètres - les trois évangélistes

    Le nord du quinzième arrondissement

    Vue la position élevée de ces évangélistes, j'ai dû chercher sur le net pour trouver cette photo de Saint Marc (Photo TripAdvisor)

    Le nord du quinzième arrondissement

    et de Saint Matthieu si je ne me trompe (Photo TripAdvisor)

    Le nord du quinzième arrondissement

    Elévations néo-romanes du choeur

    La croix de Saint-Lambert, en premier plan, est une oeuvre de Mireille Bouchard créée pour le Jubilé de l'an 2000 : elle est en bois doré recouvert de feuilles d'or.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Au sortir de l'église, une belle vue sur notre tour nationale

    Le nord du quinzième arrondissement

    Le monument aux morts du XVème et au fond la Mairie

    Le nord du quinzième arrondissement

    Le panonceau du square Saint-Lambert où nous sommes maintenant nous en apprend un peu plus sur le Saint du même nom.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Il rappelle la triste fin de Lambert, qui lutta toute sa vie contre les pratiques païennes, ce qui lui valut d'être transpercé par un javelot, alors qu’il était en prière dans sa chambre, en 705. Il est le protecteur des personnes atteintes de la maladie de la pierre et de hernies.

    Autrefois s’élevaient ici les anciennes usines à gaz de Vaugirard, qui s’étendaient sur près de six hectares. Elles ont fonctionné de 1835 jusqu’au début du 20e siècle. Les usines ont cédé la place à ce vaste jardin en 1933, à l’instar de nombreux immeubles que vous apercevez du jardin, d’un style typique des années 30. Ici, nous faisons face au Lycée Camille Sée.  Il est nommé ainsi en l'honneur de l'homme politique Camille Sée qui entreprit des réformes en faveur de l'éducation des jeunes filles sous la Troisième République.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Le nord du quinzième arrondissement

    Ce chien-loup est l'oeuvre de René Paris (1928)

    Le nord du quinzième arrondissement

    et ces oursons, celle de Victor Peter (1928)

    Le nord du quinzième arrondissement

    Trop craquants, non ?

    Le nord du quinzième arrondissement

    Au bout du square, le bas-relief d'Auguste Guénot : La Jeunesse (1934) 

    Le nord du quinzième arrondissement 

    Le nord du quinzième arrondissement 

    Joli magasin de Bonsaï rue de la Croix-Nivert

    Le nord du quinzième arrondissement

     Cette voie prit le nom de rue des Entrepreneurs du fait qu'elle fut lotie et bâtie sous l'impulsion d'entrepreneurs de l’ancien village de Grenelle du XIXème siècle qui possédaient les terrains bordant la rue et qui permirent leur développement, en particulier Jean-Léonard Violet et Alphonse Letellier.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Harmonieuses rondeurs dans ces bow-windows...

    Le nord du quinzième arrondissement

    Au carrefour de la rue des Entrepreneurs et de la rue Mademoiselle, l'église Saint-Jean-Baptiste de Grenelle, au coeur du nouveau village de Grenelle créé par Jean-Baptiste Violet. C'est "Mademoiselle", la petite fille de Charles X qui - à 8 ans - en posa la première pierre en 1827.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Un peu plus loin, au métro Félix Faure, un immeuble qui ne peut pas laisser indifférent...

    Le nord du quinzième arrondissement

    Il se situe au 24 place Etienne Pernet et date de 1905.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Pour trouver plus Art nouveau, il faut se lever de bonne heure ! 

    Le nord du quinzième arrondissement

    Nous voici maintenant arrivés dans le square qui rend hommage à Jean-Léonard Violet, le bâtisseur du village de Grenelle. Ci-dessous, la maison qu'il s'est fait construire : on n'est jamais si bien servi que par soi-même, non ?

    Le nord du quinzième arrondissement

    De superbes arbres y déploient leur ramure automnale.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Un kiosque à musique, détruit lors de la tempête du 26 décembre 1999 a été reconstruit à l'identique.

    Le nord du quinzième arrondissement

    L'immeuble donnant sur la Place Jean-Léonard Violet : une très belle architecture, je trouve. 

    Le nord du quinzième arrondissement

    Sur la Place du Commerce, l'ancienne Mairie du village de Grenelle

    Le nord du quinzième arrondissement

    Son petit jardin sert de laboratoire aux enfants des écoles.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Une étonnante échoppe dans la rue du Commerce : "Lulu dans ma rue", c'est le nom de cette enseigne.

    Lulu dans ma rue, c'est l'histoire d'un quartier... Un quartier optimiste qui croit en l'avenir, un quartier qui a très envie de remettre de l'humain dans son quotidien et du lien entre ses habitants. Un quartier qui pense que lutter contre le chômage peut commencer ici et maintenant en créant de l'activité à l’échelle locale. Un quartier où les compétences et les talents de chacun sont valorisés.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Le nord du quinzième arrondissement 

    Une petite vidéo pour mieux découvrir cette amusante invention. 

    Rue du Théâtre : j'ai pris la photo pour le chien dans le caddie de sa maîtresse !

    Le nord du quinzième arrondissement

    Dommage : j'ai loupé le moment où il me regardait...

    Le nord du quinzième arrondissement

    Située dans le nouveau lotissement de Grenelle, la salle de spectacle du théâtre de Grenelle est inaugurée en 1828. Du fait de la médiocrité des spectacles proposés, le théâtre périclite rapidement et ferme définitivement en 1929, année au cours de laquelle il est entièrement démoli.

    Le nord du quinzième arrondissement

    Il est alors remplacé par un immeuble de logement avec bow-windows et parements de briques rouges avec, en rez-de-chaussée, une salle de cinéma, le "Palace Croix-Nivert", inauguré en décembre 1931.

    Un temps utilisé comme salle municipale pour diverses activités culturelles - musicales notamment -, le bâtiment à la façade miraculeusement conservée intacte abrite maintenant un lieu de prière pour les ismaéliens de Paris (une secte chiite apparemment). 

    Le nord du quinzième arrondissement

    Plan du parcours

    47 minutes (sans s'arrêter...) et presque 4 kilomètres

    Le nord du quinzième arrondissement : les villages de Vaugirard et de Grenelle

    Merci Anne-Marie de nous avoir guidés une fois de plus


    5 commentaires
  • Le jeudi de l'Ascension était une journée très chaude.

    Anne, qui encadre les Dmarcheurs, nous a proposé de nous faire découvrir le quartier de la Mouzaïa situé dans le 19ème arrondissement.

    De butte en butte avec Dmarche

    Rendez-vous nous était donné à la station "Butte du Chapeau Rouge" du tram T3b.

    De butte en butte avec Dmarche

    Nous traversons tout d'abord le Parc de la Butte-du-Chapeau-Rouge qui tire son nom d'une guinguette qui animait au début du 20ème siècle la plaine du Pré Saint-Gervais,

    De butte en butte avec Dmarche

    et découvrons une statue assez colossale intitulée "L'enfance de Bacchus", due à Pierre Traverse celui qui a fait "L'homme" du Palais de Chaillot) et date de 1938.

    De butte en butte avec Dmarche

    De face on voit bien qu'il s'agit d'un Bacchus.

    De butte en butte avec Dmarche

    Le parc d'une surface de 4,7 hectares a été ouvert en 1939. Son architecture, oeuvre de Léon Azéma, est d'un style néo-classique typique des années 30 : escaliers, mails, statues, abris, fontaine en cascades se succèdent en donnant à ce parc un charme incomparable..

    ◄►◄►◄►

    Cet arbre s'appelle peut-être un "frêne commun" mais il est tout de même exceptionnel. Sur la petite étiquette on peut lire qu'il vient du Caucase, qu'il mesurait 30 mètres de haut avec un tronc de 3,65 mètres de circonférence en 2011... 

    De butte en butte avec Dmarche

    Hélas la photo ne rend pas compte de l'immensité de ses ramures dont l'ombre est spécialement appréciée en ce jour de grande chaleur.

    De butte en butte avec Dmarche

    Depuis le haut du parc, on jouit d'une très belle vue sur Le Pré-Saint-Gervais, de l'autre côté du périphérique. Anne nous explique que les bancs de bois, peints en blanc au premier plan (oeuvre de Bert Theis) sont symboles de paix : ils font référence au discours pacifiste prononcé par Jean Jaurès le 25 mai 1913 sur le site. L'homme politique sera assassiné un an plus tard par Raoul Villain au café "Le Croissant" situé au 146 rue Montmartre.

    De butte en butte avec Dmarche

    Jean Jaurès prononçant son discours au Pré Saint-Gervais devant 150.000 personnes.

    De butte en butte avec Dmarche

    En bas, une fontaine monumentale, surmontée d'une statue d'Eve par Raymond Couvègnes (1938)

    De butte en butte avec Dmarche

    Monument en marbre aux victime d'Afrique du Nord par Eugène Dodègne (1995)

    Celui-ci a été influencé par Brancusi et Giacometti. La sculpture n'a pas forcément plu : difficile de contenter tout le monde...

    De butte en butte avec Dmarche

    On aperçoit ici l'église portugaise Fatima, voisine de l'Hôpital Robert Debré, qui accueillit au début du mois de mai un millier de personnes venues faire une veillée dédiée aux apparitions de Fatima un siècle plus tôt (de mai à octobre 1917, trois petits bergers rencontrèrent la Vierge par six fois...).

    De butte en butte avec Dmarche

    Le Pape se rendit d'ailleurs à Fatima pour célébrer le centenaire de cette apparition et faire saints deux de ces petits bergers, Jacinta et Francisco.

    De butte en butte avec Dmarche

    Le parc est agréablement fleuri.

    De butte en butte avec Dmarche

    De butte en butte avec Dmarche

     Une dizaine de "Villas" - petites rues étroites pavées, se terminant parfois en impasse, bordées de maisons ne dépassant pas un étage - donnent dans la rue de Mouzaïa. Ce nom vient de celui d'une ville algérienne où des combats eurent lieu en 1839-1840 pendant la conquête du pays par la France, opposant les zouaves et les tirailleurs de Vincennes.

    Le terrain gypseux est à l'origine de la construction de ces maisons basses qui, au 19ème siècle, étaient habitées par la population ouvrière qui travaillait sur les carrières du quartier.

    De butte en butte avec Dmarche

    Ainsi, la Villa Félix Faure

    De butte en butte avec Dmarche

    De butte en butte avec Dmarche

    De butte en butte avec Dmarche

    la Villa Sadi Carnot, qui jouxte le précédente.

    De butte en butte avec Dmarche

    De butte en butte avec Dmarche

    Et voici la Villa de Bellevue

    De butte en butte avec Dmarche

    De butte en butte avec Dmarche

    De butte en butte avec Dmarche

    Retour rue de Mouzaïa,

    De butte en butte avec Dmarche

    avec l'église Saint-François-d'Assise dans laquelle Anne nous invite à entrer. Cette église a été construite entre 1914 et 1926 pour commémorer les sept cents ans de la création de l'ordre de Saint- François.

    De butte en butte avec Dmarche

    La charpente est en béton armé imitant le bois et contraste agréablement avec la blancheur des murs.

    De butte en butte avec Dmarche

    Dans le bas-côté gauche, une série de vitraux modernes met en valeur une représentation de la Vierge à l'enfant.

    De butte en butte avec Dmarche 

    Icône de "La mère de Dieu à l'enfant, en prière" (Photo Maryannick)

    De butte en butte avec Dmarche

    De butte en butte avec Dmarche

    Le choeur est superbe de sobriété malgré la présence d'une immense fresque.

    De butte en butte avec Dmarche

    Le maître-autel est en pierre, orné de mosaïques. 

    De butte en butte avec Dmarche

    Sur le chevet plat du choeur de l'église, la mosaïque de style byzantin a été réalisée par la maison Mauméjean, maîtres verriers et mosaïstes depuis trois générations.

    De butte en butte avec Dmarche

    Sur l'arc triomphal, se trouvent des fresques réalisées par Charles Bouleau : le Christ, dans une mandorle, tient saint François dans son sein. Les symboles des Évangélistes entourent l'ensemble avec des anges affichant les vertus de saint François.

    A droite l'aigle de Jean et le taureau ailé de Luc, à gauche le lion ailé de Marc et l'ange de Matthieu.

    De butte en butte avec Dmarche

    Autour du Christ en croix se trouvent Marie et l'apôtre Jean. Au pied, saint François, agenouillé, reçoit les stigmates, tandis qu'une vieille femme en noir rappelle que la vocation des franciscains est de secourir les pauvres. L'ensemble est enrichi par la présence de grands saints franciscains : sainte Claire et saint Bonaventure (à droite), saint Louis et sainte Elisabeth de Hongrie (à gauche).

    De butte en butte avec Dmarche

    L'orgue de tribune est dû à Rochesson et date de 1951 : moderne, il s'harmonise très bien avec la sobriété de l'église.

    De butte en butte avec Dmarche 

    Nous voici arrivés à l'entrée du Parc des Buttes-Chaumont. Anne nous rappelle que cet endroit s'appelait autrefois la colline du Mont Chauve et que le parc (de 25 hectares) a été construit sur des remblais de carrières de gypse (exploitées depuis la révolution française et jusqu'en 1860). L'état fait en 1863 l'acquisition du terrain et Napoléon III décide d'y créer le grand parc de l'Est parisien, l'un des plus spectaculaires de la capitale : il est inauguré en 1867.

    De butte en butte avec Dmarche

     

    Waaaaoooouuuuuhhhhh ! Y'a du monde sur les pelouses aujourd'hui...

    De butte en butte avec Dmarche

     

    Sur la promenade circulaire du parc, une statue de Sylvain Kingsburger (1933) : Le gouffre (parfois nommé Le grimpeur)

    De butte en butte avec Dmarche

    Une sorte de canard (?) s'est perché sur sa tête !

    De butte en butte avec Dmarche

     

    Maryannick, elle, a vu cet oiseau : est-ce le même... ? Je ne crois pas.

    De butte en butte avec Dmarche

    Le lac du parc avec la passerelle suspendue qui conduit sur l'île centrale

     

    De butte en butte avec Dmarche.

     

    Une photo de Maryannick

    Les promeneurs recherchent la fraîcheur due à la proximité du plan d'eau...

     

    De butte en butte avec Dmarche

    D'autres ont dû se pommader avec de la crème solaire avant de s'exposer car le soleil est vraiment fort ! (bravo pour le réglage de l'appareil, Maryannick)

    De butte en butte avec Dmarche

    La passerelle suspendue a une portée de 65 mètres.

    De butte en butte avec Dmarche

     

    De butte en butte avec Dmarche

     

    Les immeubles du fond ont une jolie vue sur le parc : ça doit coûter bonbon d'y habiter !

     

    De butte en butte avec Dmarche

     

    Le temple de la Sybille se trouve au point culminant de l'île.

     

    De butte en butte avec Dmarche

     

    Ses chapiteaux d'ordre corinthien ont été inspirés de ceux du temple de Vesta à Tivoli.

    (Photo de Maryannick)

     

    De butte en butte avec Dmarche

     

    Depuis le temple, on jouit d'une très belle vue sur le Sacré-Cœur.

     

    De butte en butte avec Dmarche

     

    Ma promenade s'est achevée là : j'ai déclaré forfait à cause de la chaleur et du populo...

    Merci beaucoup à Anne qui a préparé cette belle promenade.


    votre commentaire
  • Anne-Marie nous avait donné rendez-vous cet après-midi là sur la place des Ternes pour une visite du quartier du même nom.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Comme d'habitude, le public est venu nombreux (même si la promenade a été proposée à deux reprises).

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Au milieu de la place, un marché aux fleurs : "que vais-je prendre ?", se dit cette dame perplexe devant le large choix proposé...

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie 

    Anne-Marie commence par nous présenter une carte du Paris d'avant 1860

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    C'est à cette époque que la capitale engloba une partie de Neuilly et justement, le quartier des Ternes.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    De très jolis immeubles Haussmanniens bordent la place des Ternes.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Au numéro 7 de la rue des Renaudes voisine, un immeuble dont je ne saurais dire le style (Art Déco peut-être ?) porte une plaque au-dessus de son porche avec l'inscription :

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Ici vécut, de 1928 à sa mort, le capitaine Alfred Dreyfus (1859-1935)

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le caricaturiste Caran d'Ache (anti-Dreyfusard) publia un dessin dans le Figaro du 14 février 1898.

    En haut : "Surtout ne parlons pas de l'affaire Dreyfus !"

    En bas : "... Ils en ont parlé...".

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Nous voici maintenant dans la rue Poncelet où les commerces de bouche sont touche-touche : le marché Poncelet est très réputé.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Derrière ce marchand de légumes, au numéro 6 de la rue, un porche derrière lequel Anne-Marie nous fait découvrir de curieux bas-reliefs...

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Voyez-vous cet homme à tête de dauphin... ?

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    La célèbre boucherie chevaline du numéro 3 : il paraîtrait d'ailleurs qu'elle ne serait plus si chevaline que ça : sans doute BB est-elle passée par là !

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Ici foie-gras frais toute l'année...

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    28 euros le kilo tout de même la vulgaire crevette grise (même si c'est excellent) !

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Tout près d'ici, la place Boulnois : un havre de paix... qui se paye cher : 8 à 10000 euros le m².

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie 

    Quand y'en n'a plus, y'en a encore !

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Au 16 avenue des Ternes se trouve la Maison Pou, un traiteur renommé installé ici depuis 1830, l'une des plus vieilles enseignes de France.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Rue de Montenotte, on trouve l'arrière de la célèbre Salle Wagram (le plus ancien lieu de fête parisien).

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Sur l'Avenue des Ternes, aux numéros 29-31, une plaque indique qu'ici vécut et travailla Zénobe Gramme, l'inventeur de la dynamo (en 1871).

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    La Fnac fait l'angle entre l'avenue des Ternes et l'avenue Niel. C'était autrefois l'enseigne des Magasins réunis.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    On retrouve le nom de l'ancien grand magasin au niveau de la lanterne de style Art Nouveau.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Fleurs et vitraux décorent agréablement le bâtiment. 

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie 

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Anne-Marie nous propose d'entrer dans le magasin pour découvrir les vitraux du maître-verrier, créateur de l'Ecole de Nancy, Jacques Grüber (datant de 1924). Tout en haut de l'escalator qui dessert les étages, a été installé le décor de l'émission "Apostraphes" qui fit la renommée de Bernard Pivot.

     

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Ici c'est l'étage des tout-petits...

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    C'est à l'extrémité du passage Doisy, au niveau du 55 avenue des Ternes, que Roland Peugeot remit au ravisseur la somme de 50 millions de francs, en billets, le 14 avril 1960, surlendemain du rapt de son fils Éric.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    L'orientation au nord du passage en fait un lieu idéal pour les ateliers d'artistes.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Au 32 de la rue d'Armaillé, un bel ensemble actuellement occupé par une Start-Up informatique.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Un buste de Tristan Bernard se trouve sur la place éponyme tournant le dos à l'église Saint-Ferdinand.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    L'auteur dramatique est célèbre pour ses mots d'esprit. Quelques uns d'entre eux sont gravés sur le socle de la statue.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Et voici le Château des Ternes percé en son centre, donnant accès à l'actuelle rue Bayen.

    En 1548, Pierre Habert, homme de lettres originaire d’Issoudun, achète la « Ferme Esternes» qu’il aménage en une demeure plus vaste, flanquée de deux tourelles et d’un pont-levis. Son petit-fils Isaac en devient propriétaire, et seigneur reconnu lorsque Louis XIII érige « La Maison des Ternes » en fief. En 1715, Mirey de Pomponne, conseiller du roi, rebâtit le château sous la forme d’un manoir entouré d’un parc, qui prend son apparence actuelle en 1779. L’architecte Samson-Nicolas Lenoir, alors propriétaire, fait construite une muraille divisant la demeure en quatre parcelles. Un passage est percé de part et d’autre du château : la rue de l’Arcade est née. Elle devient rue Bayen en 1864. 

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    La Promenade Pereire est un lieu très agréable : elle suit le tracé de la Petite Ceinture.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    C'est la saison des roses...

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Alors que nous sommes bien installés sur des bancs, Anne-Marie nous parle des frères Pereire.

    Emile-Jacob et Isaac Pereire, banquiers et parlementaires, après avoir créé, en 1835 la première ligne de chemin de fer en France (Paris – Saint-Germain-en-Laye), fondèrent en 1851 la Société Concessionnaire du chemin de fer d’Auteuil. Les villes de Neuilly et des Batignolles leur offrirent gracieusement quatre hectares (entre la rue de Saussure et la Porte Maillot) nécessaires à la construction du chemin de fer à la seule condition d’exécuter un boulevard de 10 mètres de large de chaque côté de la trouée des voies. 

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Rue Roger Bacon (du nom d'un anglais bien sûr !) : des ateliers d'artistes

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Rue Guersant...

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Reliant la rue Guersant à l'Avenue des Ternes, la Villa des Ternes est bordée de maisons particulières toutes plus belles les unes que les autres.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

     

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    J'ai l'impression (?) que ce sont les arts qui sont représentés sur la frise.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Nous voici arrivés au terme de cette promenade, près de de la Porte Maillot.

    L'église Notre-Dame-de-Compassion a été construite en 1843 selon les plans de l'architecte du roi Louis-Philippe, Pierre-François-Léonard Fontaine, à l'emplacement de la maison où mourut le prince Ferdinand-Philippe d'Orléans, à la suite d'un accident de voiture (il fut éjecté d'une calèche dont les chevaux s'étaient emballés) dans lequel il perdit la vie le 13 juillet 1842.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Cette chapelle — appelée alors la chapelle Saint-Ferdinand - fut construite dans un style néo-byzantin en forme de croix - rappelant celle des anciens tombeaux.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    L'église fermant..., nous n'avons pu apercevoir que de loin la belle descente de croix de Henry de Triqueti.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    et pas du tout (car il se trouve dans le transept sud), le cénotaphe du prince d'Orléans du même sculpteur, pourtant fort beau.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Lors de la construction du Palais des Congrès de la porte Maillot en 1974, l'édifice a été déplacé d'une centaine de mètres et reconstruit pierre par pierre au no 25 du boulevard Pershing, sur la place du Général-Koenig à la porte des Ternes.

    Le quartier des Ternes avec Anne-Marie

    Merci Anne-Marie pour cette agréable promenade culturelle.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique