• Suite de nos vacances en Bretagne (28 août - 4 septembre)

    Comment aller en Bretagne sans visiter un enclos paroissial ? Nous avons choisi aujourd'hui d'aller voir celui de Pleyben à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Douarnenez. Un coup de voiture et nous y voilà. C'est l'un des plus connus de Bretagne et ma foi je comprends maintenant pourquoi : l'ensemble architectural situé au centre de la bourgade est composé d'une église, d'un calvaire et d'un ossuaire (transformé en petit musée breton).

    On entre dans l'enclos en poussant une grille de fer forgé.

    Pleyben (Grille de l'enclos)

    L'église Saint-Germain-l'Auxerrois date du XVIème siècle.

    Pleyben (L'enclos paroissial)

    Un cadran solaire gravé sur une ardoise se trouve près du porche : il est daté de 1619.

    Pleyben (Cadran solaire)

    Face à l'église se trouve le calvaire en forme d'arc de triomphe (fin du XVIIème siècle).

    Pleyben--L-ensemble-architectural-.JPG

    De plus près : en haut, la crucifixion et la mise au tombeau ; en bas, la Cène.

    Pleyben (La cène et la crucifixion)

    D'encore plus près... on voit bien les deux larrons crucifiés comme le Christ.

    Pleyben (La crucifixion)

    Dirigeons-nous vers l'église maintenant. A l'intérieur du porche se trouve une série de douze statues polychromes représentant les apôtres (6 de chaque côté).

    Pleyben--Les-douze-apotres-1-.JPG

    La nef est majestueuse avec son plafond en forme de coque de bateau renversée et ses sablières sculptées dans le bois qui courent tout autour (les sablières, dixit Philippe qui s'y connait en matière de bois..., ce sont les poutres en haut des murs qui portent la charpente).

    Pleyben (La nef)

    et c'est vrai qu'elles sont extraordinaires. Ici un évêque...

    Pleyben (Sablière d'évêque)

    Là, un joueur de cornemuse

    Pleyben--Sabliere-joueur-de-cornemuse-.jpg

    Le buffet d'orgues au fond de l'église a été réalisé en 1693 par Michel Madé, menuisier à Morlaix. Les orgues par elles-mêmes ne sont pas celles d'origine mais datent de la fin du XIXème siècle.

    Pleyben (Orgues)

    Autres joyaux de cette église : le retable des trépassés dont le tableau central, une descente de croix, date du XVIIIème siècle

    Pleyben (Le retable des trépassés)

    Juste à droite du retable, un groupe de personnages représente Saint-Yves, patron des avocats entre le riche et le pauvre.

    Pleyben (Saint Yves entre le riche et le pauvre)

    et le retable du Rosaire (fin XVIIème)

    Je ne vous explique plus : la Vierge tendant le Rosaire à Saint Dominique et à Sainte Catherine (on a déjà vu ça dans l'article précédent ce me semble, à Locronan...) Un classique du genre en Bretagne.

    Pleyben (Le retable du rosaire)

    Fin de la visite et... fin du séjour breton !

    On va pouvoir passer à autre chose...

     


    votre commentaire
  • Suite de nos vacances en Bretagne (25 août - 4 septembre) 

    Aujourd'hui, nous quittons la terre ferme pour prendre la mer, direction l'Ile de Sein au départ d'Audierne : une traversée d'une heure et demie environ. Notre bateau appartient à la compagnie Pen Ar Bed : c'est le Menez Sun III. Il charge ici avant notre départ les vivres pour la journée destinés aux Sénans (226 habitants fixes et quelques 1200 à 1500 touristes l'été).

    L'île de Sein (Chargement du bateau)

    Nous longeons la pointe du Raz et passons au large du "Phare de la Vieille" qui reçoit avantageusement la lumière ensoleillée de ce début de matinée.

    L'île de Sein (Le phare de la vieille à la Pointe du raz)

    La marée étant basse à notre arrivée (ce sont les grandes marées), c'est au Port de "Men Brial" que notre bateau accoste.

    L'île de Sein (L'arrivée au port de Men Brial à marée b

    L-ile-de-Sein--194-.JPG

    L'église du village ferme à midi... Vite vite vite ! A l'extérieur, deux très curieux menhirs. On les appelle "les causeurs" : curieuse proximité entre cette "maison de Dieu" et un monument druidique...

    L'île de Sein (Les causeurs)

    Les Sénans sont très fiers de leur église, construite en 1902 de leurs propres mains à la sueur de leur front : les hommes cassent les roches à l'extrémité de l'île et les femmes les transportent sur leur tête jusqu'au site de la nouvelle église, et ce pendant plus d'un an...

    L'île de Sein (Eglise intérieur)

    Au fond de l'église, la bannière que les paroissiens arborent pour les processions : elle représente Saint-Guénolé, le patron de l'île de Sein.

    L'île de Sein (La banière de l'église)

    Puis nous continuons notre promenade dans le village. Ruelles étroites pour ne pas laisser s'engouffrer le vent : le climat est dur en hiver ici mais en été le village est riant.

    L'île de Sein (Rue)

    L'île de Sein (Jolie fenêtre)

    Les maisons sont souvent bordées de murets de pierre sèche où s'accrochent les fleurs.

    L'île de Sein (Fleurs et pierres)

    L'île de Sein (Végétation)

    Avec le vent et le soleil, le linge sèche vite !

    L'île de Sein (Linge qui sèche)

    Au détour d'une ruelle... un joli crucifix

    L'île de Sein (Crucifix)

    Au sortir du village, une goélette mouille, à l'ancre.

    L'île de Sein (Une goëlette)

    Un peu plus loin, le monument aux morts dédié aux FFL. Sur fond de granit en forme de croix de Lorraine, un Sénan se tient debout : un hommage aux victimes de la deuxième guerre mondiale. Solidaires devant l'ennemi, presque tous les hommes de l'île partirent en Angleterre après l'appel du Général de Gaulle. 28 d'entre eux n'en reviendront pas.

    Le monument est orné de deux inscriptions : "Kento'ch Mervel" (plutôt mourir) et "Le soldat qui ne se reconnaît pas vaincu a toujours raison".

    L'île de Sein (Monument aux morts zoomé)

    Ici, un ostréiculteur installe ses poches d'huitres sur des tables métalliques. Il devra les retourner régulièrement de sorte qu'elles prospèrent dans de bonnes conditions.

    L'île de Sein (Un pêcheur installe ses huitres)

    Nous arrivons enfin en vue du "Phare de Men Brial" situé à l'autre bout de l'île. Il a été construit en 1952 pour remplacer l'ancien phare détruit en 1944 lors du départ des allemands. Heureusement, l'optique avait été démontée...

    L'île de Sein (Le phare de loin)

    49 mètres de haut et 252 marches que, bien sûr, j'ai montées et descendues tandis que Philippe m'attendait en bas !

    L'île de Sein (Montée au phare)

    L-ile-de-Sein--116-.JPG

    L'amer "Plas Ar Scoul", situé tout à côté du phare de "Men Brial", sert de repère aux marins afin qu'ils calculent leur route pour éviter les récifs.

    L'île de Sein (Phare de Plar Ar Scoul)

    et des récifs, il y en a : pour preuve, cette photo prise du haut du Phare !

    L'île de Sein (Vue du haut du phare)

    Notre matinée se termine ici. L'île ne fait que 1,8 kms de long et nous sommes partis du port, donc du centre. Un déjeuner en terasse et une visite du musée situé dans "l'Abri des marins" nous feront patienter le temps restant avant le départ du bateau.

    Vue-d-avion-internet.jpg

    L'île de Sein (Nous deux au restau)

    L'Abri des marins, un lieu de mémoire

    L'île de Sein (L'abri des marins)

    L-ile-de-Sein--173-.JPG

    L'Ar-Zénith", est le premier navire civil à avoir quitté l'île de Sein pour rejoindre l'Angleterre le 19 juin 1940. Il a été classé au titre des monuments historiques en 1999.

    L-ile-de-Sein--Maquette-de-l-Ar-Zenith-.JPG

    François Hervis était à son bord : il n'avait que 16 ans.

    L-ile-de-Sein--Temoignage-d-un-engage-.JPG

    Des familles de marins entières, père, fils, oncle... ont été décimées pendant cette guerre et l'île de Sein se souvient de ses disparus.

    De retour sur le continent, nous faisons le tour du Cap Sizun au départ d'Audierne. Un bref arrêt à la pointe du Raz nous permet de vérifier le tarif du parking (6 euros) et de mettre le cap (c'est le cas de le dire...) sur la pointe voisine : la pointe du Van, toute aussi belle je pense et... gratuite !

    Carte-du-Cap-Sizun-copie.jpg

    Marche d'approche... Un chemin des douaniers serpente à travers la bruyère.

    La-Pointe-du-Van--Moi-dans-les-bruyeres-.JPG

    Attention Philippe ! Je sais que la mer est calme mais tout de même...

    La-Pointe-du-Van--Philippe-.JPG

    La Pointe du Van (La mer)

    Il y a des abrupts !


    votre commentaire
  • Suite de nos vacances en Bretagne -25 août - 4 septembre)

    Cette après-midi, une petite ballade : juste quelques kilomètres pour aller découvrir Locronan, une petite cité médiévale dite "de caractère". Un patrimoine architectural important fait de cette ville l'un des "plus beaux villages de France". Ancien haut lieu de culte druidique, Locronan est rapidement christiannisée suite à l'installation d'un ermitage par Saint Ronan qui est d'ailleurs devenu le Saint-Patron de la ville.

    Locronan est construite sur une "montagne" (289 mètres tout de même) originalement appelée la montagne de Locronan (!) et l'on est sensé avoir un beau paysage depuis ce belvédère de pierre (on monte sur les marches). Soeur Anne, ne vois-tu rien venir ? On n'a rien vu de sensationnel mais j'ai tout de même fait une photo pour m'en rappeler ! (et puis la petite chapelle n'est pas vilaine.)

    Montagne-de-Locronan--Belvedere-.JPG

    Je viens de fouiller un peu sur internet cette histoire de belle vue car ça me "défrise" un peu. En fait, ce "belvédère" serait en réalité une chaire destinée aux prêtres accompagnant la "Troménie" (le pélerinage, le pardon si vous préférez) qui a lieu chaque année sur la montagne de Locronan début juillet. Donc, nul doute qu'on ne voie rien d'ici, à part les pélerins le jour de la Troménie... Ma foi, nous sommes allés un peu plus loin et n'avons rien vu de bien grandiose. (la brume peut-être...)

    Locronan vient de "loc" (lieu en breton) et Ronan du nom du Saint : il suffisait d'y penser !

    De bien jolies maisons

    Locronan (Une maison)

    Des vieux murs de pierre sèche : tiens, on a déjà vu ça à l'île de Sein !

    Locronan (Enseigne et vieux mur)

    L'église vue d'une petite rue

    Locronan (L'église vue d'une rue)

    La place de l'église (terminée vers 1450) et son élégant puits à margelle en fer forgé

    Locronan (Le puits et l'église)

    Les voûtes en pierre de la nef portent de jolies croisées d'ogive.

    Locronan (Voûtes de l'église)

    Le choeur abrite le maître autel de la fin du XVIIème siècle. le tabernacle scumté et doré est surmonté d'anges adorateurs aux ailes déployées portant la croix. Le vitrail est de la fin du XVème siècle. Il représente la passion du Christ en 18 panneaux.

    Locronan (le choeur de l'église)

    Le retable du Rosaire date de la fin du XVIIème siècle. Il est l'oeuvre du sculpteur Maurice Le Roux de Landerneau. La vierge couronnée tend le rosaire à Saint-Dominique chargé avec Sainte-Catherine de propager la foi en Jésus à l'époque de la contre-réforme.

    Locronan (Retable du rosaire)

    La chaire porte 10 médaillons représentant la vie de Saint Ronan. Elle est un reflet fidèle des costumes portés au début du XVIIIème siècle. Elle est surmontée d'un ange doré à trompette.

    Locronan (La chaire du 18ème siècle )

    Locronan (Détail de la chaire)

    Une très belle piéta du XVIème siècle en pierre polychrome (3 blocs distincts)

    Locronan (Pieta dans l'église)

    La bannière de Saint Ronan est présente lors de la Grande Troménie.

    Locronan (Banière de Saint-Ronan)

    Le chevet de l'église

    Les hortensias sont un peu sur leur fin mais c'est bien joli tout de même...

    Locronan (L'église Saint- Ronan)

    Allez, encore une photo d'hortensias !

    Locronan (Hortensias)

    Un bien joli village et, cerise sur le gâteau,

    le centre ville est piétonnier !

     


    votre commentaire
  • Suite de nos vacances en Bretagne (25 août - 4 septembre)

    L'Office de Tourisme nous propose aujourd'hui la visite de Douarnenez à travers "le chemin de la sardine", un parcours qui circule dans les ruelles et relie les différents ports au passé sardinier de la ville. Nous quittons donc Tréboul en passant près de l'île Tristan que l'on peut relier à pied à marée basse.

    Douarnenez---vue-d-avion-internet-circuit.jpg

    l'île Tristan

    L'île Tristan

    En arrivant à Douarnenez, nous nous arrêtons sur le port du Rosmeur pour regarder la mise à l'eau d'un langoustier, le Skellig, en construction depuis 2 ans aux chantiers navals. Un camion l'a débarqué sur le quai laissé à sec par la grande marée. Admirez la régularité de l'enroulement des cordages...

    Douarnenez Port du Rosmeur mise à l'eau du Skellig (10)

    le bouquet de la "mariée" !

    Douarnenez-Port-du-Rosmeur-mise-a-l-eau-du-Skellig---le-bo.jpg

    Mais continuons notre promenade : elle est jalonnée de 100 clous en bronze avec une sardine dessus dont la tête conduit de panneau en panneau à la découverte de l'histoire sardinière de Douarnenez.

    Douarnenez---le-sentier-de-la-sardine--sardine-.jpg

    C'est ainsi que nous apprenons que la conserverie Chancerelle est la plus ancienne usine de mise en boîte de sardines au monde. Elle a vu le jour en 1853. Les sardines Connétable, tout le monde connaît !

    Douarnenez - le sentier de la sardine - Les usines Chancere

    L'industrie de la sardine qui employait 20.000 marins en 1910 et donnait du travail à 30.000 ouvrières est en déclin depuis les années 80. Sur les 40 conserveries de la ville ouvertes au milieu du XIXème siècle, seules 3 ont résisté à la concurrence : Chancerelle (marque Connétable), Paulet (marque Petit Navire) et COBRECO (marque Arok).

    La grève du 21 novembre 1924 des Penn Sardines (ouvrières travaillant dans les conserveries) a un retentissement national. Elle permettra aux ouvrières qui travaillaient jusqu'à 70 heures par semaine, de jour comme de nuit, d'obtenir d'être payées à l'heure et non plus au rendement : le tarif sera désormais de 1 franc de l'heure.

    Pour se donner du courage, les Penn Sardines (qui embauchaient parfois dès 12-13 ans) chantaient en travaillant. La coiffe était obligatoire pour des raisons d'hygiène et non pas de folklore...

    Penn-Sardines faisant la mise en boite Usine Chancerelle

    Cette maison rose est un "Abri du Marin". Elle a été construite en 1912 sous l'initiative de Jacques de Thézac, philantrope souhaitant améliorer les conditions de vie des pêcheurs. Dans ces maisons, on trouvait autrefois des dortoirs, des locaux d'entretien du matériel de pêche, des salles de loisirs et même une bibliothèque. C'était aussi un moyen de lutter contre l'alcoolisme... La maison sert maintenant de siège à la revue "Le Chasse-Marée".

    Douarnenez - le sentier de la sardine (l'abri du marin)

    Nous prenons ensuite le "sentier des Plomarc'h" au bout du port du Rosmeur : une très jolie ballade champêtre offrant le calme de la campagne et une vue imprenable sur la baie. Aire de jeux pour les enfants, sentier de promenade pour les familles, on trouve aussi ici un village traditionnel de maisons en pierre dont plusieurs ont d'ailleurs été transformées en gîtes.

    Douarnenez - Sentier des Plomarc'h (32)

    Douarnenez---Sentier-des-Plomarc-h--33-.jpg

    Douarnenez---Sentier-des-Plomarc-h--9-.jpg

    C'est aussi là que se trouvent les fouilles archéologiques gallo-romaines (IIème siècle après JC) témoignant de l'ancienneté de la conserverie des sardines en Bretagne et en l'occurence ici à Douarnenez. Les romains étaient en effet friands d'une certaine sauce appelée "garum"  (sans doute proche du nùoc-mâm vietnamien) fabriquée à partir de sardines non vidées qu'ils entassaient dans ces cuves afin de les faire macérer dans le sel avec des herbes aromatiques. Les cuves ont été parfaitement restaurées en 1994.

    Sentier-des-Plomarc-h---cuves-de-salaison-internet.JPG

    Avant de repasser par le Port du Rosmeur pour voir où en est la mise à l'eau du langoustier, un coup d'oeil au zoom, sur ledit port : la mer a bien monté et le Skellig a maintenant "les pieds" dans l'eau. Vous le voyez ? C'est le bateau bleu...

    Douarnenez Port du Rosmeur mise à l'eau du Skellig (11)

    Le temps d'arriver et c'est bon ! Il ne reste plus à l'équipage qu'à retirer les cales.

    Douarnenez-Port-du-Rosmeur-le-Skellig.jpg

    Sitôt à flot, le bateau est déjà pris comme modèle par une aquarelliste... Il faut dire que le beau temps incite à la peinture ou à faire des photos. La photo, c'est plus simple...

    Douarnenez, port sardinier

    C'est tout pour aujourd'hui...

     


    votre commentaire
  • Suite des vacances en Bretagne (25 août - 4 septembre)

    Le dimanche de notre arrivée avait lieu la Grande Procession des croix sur la dune à la chapelle Sainte-Anne-la-Palud dépendant de la commune de Plonévez-Porzay, tout près de Douarnenez. L'info, je l'ai trouvée sur internet, l'office de tourisme de Tréboul (dépendant de Douarnenez) étant curieusement ignorant de la chose... Parfois, je bous ! Inutile de vous dire que les parkings étaient blindés... (mais bien organisés  et en nombre suffisant dans les champs laissés libres par les moissons terminées à cette époque).

    Le nom de la chapelle vient du fait qu'elle a été construite sur une zone de marais comblée petit à petit au fil des ans.

    En ce dimanche, c'est à un rendez-vous de 550 bretons et bretonnes en costume portant banières, croix et statues de saints que nous assistons très impressionnés parmi des milliers de pélerins venus assister à cette cérémonie. Arrivés à 15 heures pétantes, il nous faut attendre la fin des vêpres, soit une bonne heure avant que la procession ne se mette en route. Deux évêques, celui d'Albi et celui de Quimper président la cérémonie.

    Le Pardon de Sainte-Anne-la-Palud est l'un des plus importants de Bretagne et il rassemble les pélerins depuis l'antiquité.Des légendes disent Marie originaire de Plonévez-Porzay mais sa vie est mal connue. Voici ce qu'en dit Gustave Geffroy  en 1903 (source Wikipédia)

    « Mariée à un seigneur méchant et jaloux qui détestait les enfants et ne voulait pas en avoir, Anne fut maltraitée et chassée une nuit par son époux, au moment où celui-ci s'aperçut de sa maternité prochaine. La pauvre femme abandonna le château de Moëllien1 et se dirigea vers la mer où elle aperçut une lueur. C'était une barque que dirigeait un ange. Elle y monta, navigua longtemps, bien longtemps, et finalement débarqua en Judée où elle mit au monde la Vierge Marie. Elle revint en Armorique de la même façon, y fut accueillie avec des transports de joie, car on lui croyait le pouvoir d'apaiser les éléments et de guérir les maladies. Des années et des années après son retour, elle reçut la visite de son petit-fils, Jésus, venu pour solliciter sa bénédiction avant de commencer à prêcher l'Evangile. Jésus, sur le désir de son aïeule, fit jaillir une fontaine auprès de laquelle on bâtit la chapelle, qui devait être le refuge des infirmes et des misérables. Quand Anne mourut, on chercha partout, mais vainement, sa dépouille ; on ne la retrouva que bien des années plus tard baignant dans les flots, encroûtée de coquillages2. »

    En raison de cette légende, Sainte Anne est surnommée « Mamm gozh ar Vretoned » (la « grand-mère des Bretons ») et est très vénérée en Bretagne.

    Le Pardon de Sainte-Anne-la-Palud a été peint par Eugène Boudin vers 1858, par Louis Duveau en 1859, puis par Charles Cottet en 1903.

    Le tableau d'Eugène Boudin se trouve au musée du Havre : moi qui suis normande, j'irai sûrement le voir un jour ! Il mérite, je pense de le voir dans un autre format...

    Eugene_Boudin_Le_Pardon_a_Sainte-Anne-la-Palud_-vers_1858.jpg

    Le tableau de Louis Duveau se trouvait jadis au Musée des Arts et Traditions Populaires à Paris qui a fermé définitivement ses portes, l'ensemble des collections ayant été transférée au Musée des Civilisations et de l'Europe à Marseille. Nous irons sûrement le voir un jour donc puisque c'est une destination où nous allons maintenant très régulièrement...

    Pardon-de-Sainte-Anne-la-Palud-par-Louis-Duveau-1859.jpg

    Quand au tableau de Charles Cottet que je trouve superbe, il se trouve au Musée des Beaux-Arts de Rennes donc à portée de TGV. Qui sait ? Peut-être un jour prendrons-nous le train...

    Pardon-de-Saint-Anne-la-Palud-par-Charles-Cottet-Musee-des.jpg

    Et maintenant... je vous propose mes propres photos de cet événement  : dure dure la comparaison...

    Les deux premières ne sont d'ailleurs pas de moi : j'aurais eu du mal à les prendre alors que des milliers de pélerins investissaient le lieu. C'est mon ami internet qui me les a fournies : la chapelle et son calvaire en temps ordinaire.

    Chapelle Sainte-Anne la Palud internet

    Calvaire de Sainte-Anne la palud internet

    Et maintenant, les photos du Pardon.

    Tout d'abord, un petit tour dans l'église pour photographier la  reine du jour, la statue de Sainte Anne accompagnée de la Vierge, joliment ornée de bouquets de fleurs pour la circonstance et devant laquelle les pélerins anonymes viennent se recueillir.

    Pardon de Sainte Anne la Palud (Statue de Sainte Anne aux c

    De plus près, la statue semble assez primitive et rigide mais l'ensemble est très beau et propice à la prière je pense.

    Pardon à Sainte-Anne-La-Palud

    En attendant la procession, les pèlerins se regroupent par paroisse dans un ordre préétabli et chacun discute avec l'un ou avec l'autre de manière bon enfant.

    Le costume des hommes est assez uniformément identique et très peu d'entre eux porte le pantalon bouffant et les guêtres : le pantalon est sobre, noir en général, surmonté de deux gilets, l'un à manches longues et l'autre plus petit sans manches.

    Pardon-de-Sainte-Anne-la-Palud--Regroupement-familial-.jpg

    Tout ceci orné de broderies et de boutons dorés.

    Pardon-de-Sainte-Anne-la-Palud--ceinture-.jpg

    Il y a peu de chapeau ronds mais tout de même j'en ai trouvé un !

    Pardon-de-Sainte-Anne-la-Palud--Chapeau-rond-2-.jpg

          Les coiffes ne se mélangent pas : celles-ci sont celles de Plonévez-Porzay je pense.

    Pardon-de-Sainte-Anne-la-Palud--en-attendant-la-pr-copie-2.jpg

    et celles-ci de Douarnenez si mes déductions sont bonnes.

    Pardon de Sainte Anne la Palud (Coiffes 3)

    Que de recherche dans celles-ci et de travail pour empeser, mais quel résultat ! Les modèles sont bien jolies aussi... (Pays de l'Aven : Quimperlé ou Pont-Aven ?)

    Pardon de Sainte Anne la Palud (Coiffes 1

    Vous avez vu le plissé de la collerette ?

    Pardon de Sainte Anne la Palud (Coiffes 2)

    J'ai même vu une Bigouden : là, je suis sûre de ne pas me tromper!

    Pardon de Sainte Anne la Palud (Bigouden)

    Les robes des femmes sont très souvent noires ou sombres (avec toutefois de jolies broderies dorées ou argentées). Celles-ci tranchent par leurs couleurs vives.

    Pardon-de-Sainte-Anne-la-Palud--en-attendant-la-pr-copie-1.jpg

    Les vêpres terminées, la procession s'ébranle..., croix et bannières en tête.

    Pardon de Sainte Anne la Palud (La procession 1)

    Pardon de Sainte Anne la Palud( la procession 5)

    Pardon de Sainte Anne la Palud (60)

    Trop mignon, vous ne trouvez pas ?

    Pardon de Sainte Anne la Palud (La procession 2)

    Voici la bannière de Sainte-Anne-la-Palud

    Pardon de Sainte Anne la Palud (Sainte Anne de la Palud)

    Les saints patrons sont aussi de sortie.

    Pardon de Sainte Anne la Palud (Une Sainte Anne)

    Pardon de Sainte Anne la Palud (St Corentin)

    En haut de la dune, l'évêque bénit la foule et la procession redescend vers la chapelle pour une conclusion. le Pardon de Saint-Anne-la-Palud dure 4 jours mais la procession du dimanche est certainement celle qui permet de rassembler le plus de monde alentour.

    On en a eu plein les mirettes !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique