• Pour clore cette année les "Mardis Découvertes" de l'Office de Tourisme de Châtillon, Nadine a choisi de nous faire découvrir aujourd'hui la ferme forte de La Pothière située à Etalante près d'Aignay-le-Duc. Nous sommes très nombreux à participer à la visite guidée.

    Visite de la ferme forte de La Pothière avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Cette fois-ci encore Marie-France nous a accompagnés : il semble qu'elle prenne goût aux petites balades du mardi...

    Visite de la ferme forte de La Pothière avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Datant des XV et XVIème siècles, c'était autrefois le Rendez-vous de chasse du Prince de Condé.

    Une fois passée la lourde porte en bois à deux vantaux donnant sur un porche imposant,

    on accède à la cour carrée autour de laquelle s'articulent tous les bâtiments.

    Le plafond du porche est fait de lattes de bois.

    A l'intérieur de la cour, on voit au-dessus du porche les fenêtres de la salle des gardes depuis laquelle s'organisait la défense des bâtiments.

    Il y avait autrefois à cet endroit une autre porte protégeant la ferme de l'ennemi : on peut encore en voir l'énorme gond.

    A l'intérieur de cette tour, un escalier en colimaçon, dont l'entrée se trouve sous le porche, donne accès à une galerie communiquant avec la salle des gardes. 

    Depuis celle-ci, on a une belle vue sur la cour,

     

    et sur les toits de la ferme et le pigeonnier. 

    Le pigeonnier vu du plancher des vaches : il est construit en moellons de pierres plates.

    En son angle, un beau cadran solaire décoré d'un soleil sculpté

    Un épi de faîtage constitué d'une rose des vents surmontée d'un coq en surmonte le toit.

     

    On accède au pigeonnier par cette petite porte ouverte côté ouest. 

    En montant sur une petite échelle au niveau du cellier inférieur, on accède à l'intérieur du pigeonnier pourvu de nombreux boulins (un boulin correspondait à un couple de pigeons et donc à l'étendue du domaine).

    Et maintenant, allons visiter les autres bâtiments de la ferme.

    Voici la pièce à vivre des communs avec sa cheminée

    Elle possède un ancien plafond de bois.

    A côté de la cheminée se trouvait un endroit où l'on lavait le linge en utilisant de la cendre. J'en ai oublié le nom...

    Voici une photo qui montre un tel endroit dans une autre ferme.

    On y trouve aussi l'espace du four à pain.

    et celui de l'évier, sous la fenêtre.
    Dans cette partie de la pièce, on faisait aussi sécher les fromages.

    Ici, on rangeait le bois de chauffage : bref, on avait tout sous la main !

    Qui dit ferme dit animaux : voici les soues à cochons,

    et les écuries : les distributeurs d'eau ne sont bien sûr pas d'époque. Ils ont été rajoutés postérieurement.

    Il y a plusieurs écuries, preuve que la ferme avait une certaine importance.

    Sur ce côté, la maison d'habitation actuelle qui date de 1849.

    Au centre de la cour, la fontaine est intarissable.

    La grange possède une superbe charpente.

    Nous quittons maintenant la cour principale en passant par la toute petite porte donnant accès au jardin pour aller à l'extérieur voir le lavoir qui date du XVIème siècle.

     

    Le voici avec sa large baie donnant sur la campagne : il ne devait pas faire chaud en hiver...

    Le lavoir possède un très joli toit.

    A côté du lavoir, un bâtiment abritant une pièce voûtée dont j'ai un peu oublié l'utilité : une sorte de cuisine me semble-t-il me souvenir...

    Superbe en tout cas.

     

    L'ensemble des gens (il y avait tout un groupe venant de Montbard) a paru bien apprécier cette visite et nous aussi.

     

    Merci à l'OT de Châtillon pour ces visites estivales qui nous font découvrir le patrimoine caché de la région.


    votre commentaire
  • Pour ce dernier Mardis Découvertes de juillet, Nadine nous avait concocté un programme gourmand. Après la visite guidée du château de Vannaire (c'est ICI), elle nous a entraînés à Gomméville pour visiter l'exploitation viticole de Patrick Gillon, visite qui était suivie bien sûr d'une dégustation.

    Visite gourmande de l'exploitation Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Gomméville ne se trouve qu'à quelques kilomètres de la "frontière" entre la Bourgogne et la Champagne voisine : c'est donc majoritairement du crémant que l'on produit ici.

    Patrick Gillon nous emmène tout de suite voir l'une de ses vignes qui domine le plateau : depuis cet endroit la vue est absolument magnifique.

    Visite gourmande de l'exploitation Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite gourmande de l'exploitation Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    On aperçoit au loin, le village de Charrey.

    Visite gourmande de l'exploitation Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite gourmande de l'exploitation Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Le viticulteur nous explique qu'il possède 7 ha de vignes pour le crémant, le vin rouge et le vin blanc, ainsi qu'une vigne en Champagne qu'il fait exploiter car il n'en n'a pas le droit lui-même.

    Visite gourmande de l'exploitation Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Si cette année les vignes ont été épargnées par les maladies (le mildiou surtout), la canicule a fait du mal : les raisins exposés à l'ouest comme sur cette vigne ont souffert... On voit bien sur ces grappes les grains desséchés.

    Visite gourmande de l'exploitation Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Côté est par contre, les grappes sont superbes : il s'agit ici de Pinot noir mais Patrick Gillon produit aussi du Chardonnay car les vins résultent souvent d'un assemblage leur conférant leur côté plus ou moins sec ou sucré.

    Visite gourmande de l'exploitation Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite gourmande de l'exploitation Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite gourmande de l'exploitation Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    De retour à l'exploitation, Patrick Gillon nous explique tout le processus de vinification.

    Les vendanges destinées à l'élaboration des effervescents ou de la vinification des Bourgogne sont exclusivement manuelles. Cette récolte en grappes entières permet de préserver au maximum l'intégrité et la qualité des raisins. La récolte est ensuite transportée sans écrasement jusqu'à la cave dans des caisses percées évitant toute oxydation des jus et dépréciation qualitative.

    Visite gourmande de l'exploitation Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Chacune des vinifications est spécifique pour l'obtention des vins dits tranquilles (Bourgogne rouge et blanc) ou des effervescents (Crémant). Les raisins et les terroirs des différentes parcelles sont sélectionnés spécialement juste avant vendange pour obtenir ces qualités différentes.

    Les grappes de raisin sont ensuite placées dans un pressoir afin d'en extraire le jus (le moût).

    Visite gourmande de l'exploitation Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Le jus est alors mis dans une cuve de décantation, ce qui permettra de ne garder que la partie limpide du moût (les impuretés tomberont au fond de la cuve).

    Visite gourmande du Domaine Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     Le moût ainsi purifié est ensuite transféré dans une autre cuve dans laquelle la vinification a lieu grâce à des ferments naturels (les levures) qui, ajoutés au moût, provoqueront la fermentation alcoolique. C’est un processus long et délicat.

    L'effervescence vient de l'ajout de la liqueur de tirage (vin de la cuvée + sucres + levures) lors de la mise en bouteille. Cela entraîne une deuxième fermentation alcoolique, qui dégage le gaz carbonique à l'origine des bulles.

    Visite gourmande du Domaine Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    La mise en bouteille peut alors avoir lieu : les bouteilles sont posées sur des pupitres, inclinées vers le bas. Un geste typique et régulier, manuel intervient alors : tourner régulièrement les bouteilles pour que le dépôt de fermentation se dépose dans le goulot.

    Visite gourmande du Domaine Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Le bouchage, étape ultime, intervient après le dégorgement (élimination du dépôt) et l'ajout d'une liqueur d'expédition. Selon son dosage, elle donnera des bruts, des secs ou des demi-secs.

    Visite gourmande du Domaine Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Le dépôt est éliminé en congelant le goulot.

    Visite gourmande du Domaine Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite gourmande du Domaine Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Les bouteilles nous attendaient dans la salle de dégustation.

    Visite gourmande du Domaine Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite gourmande du Domaine Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Patrick Gillon nous a fait goûter à son Crémant Millésimé...

    Visite gourmande du Domaine Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    et à son Crémant rosé.

    Visite gourmande du Domaine Gillon à Goméville avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Sympa cette après-midi gustative !


    votre commentaire
  • Toujours dans le cadre des Mardis Découvertes, Nadine nous a prévu aujourd'hui une visite des extérieurs du château de Vannaire, une toute petite commune de 55 habitants qui n'est qu'à quelques kilomètres de Courcelles, mais je ne savais pas que la commune possédait un château.

    Et pour cause...

    Cette "maison forte" qui date du XVIème siècle est privée : elle a été achetée il y a une vingtaine d'années par un couple qui la restaure petit à petit.

    Un fossé cerne l'entrée de la maison.

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Nous étions très nombreux ce jour-là à assister à cette visite.

    Visite de la maison forte de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine 

    De ce côté de la maison, la façade est modeste. A côté, la chapelle

    Visite de la maison forte de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    C'est Béatrice Dunner, la propriétaire des lieux qui nous fait découvrir son domaine qui a été habité au XIXème siècle par un certain Antoine Madrolle, écrivain et journaliste, que l'on a surnommé "le fou littéraire". Il faut dire qu'il avait pour habitude de grimper dans les arbres du parc où il avait fait installer une cabane pour écrire "plus près de Dieu"...

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Dès que l'on contourne l'angle de la chapelle...

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    on aborde le côté le plus prestigieux de la demeure dont la terrasse donne sur des douves.

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine 

    Le bâtiment principal, de plan rectangulaire, est garni de deux échauguettes en encorbellement. Au premier étage, Monsieur Viollet, le précédent propriétaire, avait fait peindre une fausse fenêtre avec un volet ouvert et un volet fermé... 

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     On tourne tout autour,

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    ce qui donne parfois de belles photos...

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Jolis reflets dans l'eau

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Vue sur le pont dormant

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Le pigeonnier a hélas été très abîmé par la tempête de 2013. Madame Dunner nous a dit qu'heureusement l'assurance allait prendre les réparations en charge.

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Après ce tour extérieur, Madame Dunner nous propose très gentiment de visiter l'intérieur de sa maison.

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Voici le grand salon : il sert aux hôtes des chambres de salle de projection et est couvert d'un parquet très ancien,

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine 

    Il possède aussi un très beau plafond en bois d'origine.

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Sur un mur des restes de peintures

    Autrefois, la maison en était couverte mais Monsieur Viollet, qui manquait de fonds..., a vendu beaucoup de choses (toutes les boiseries qui recouvraient la partie inférieure des murs en l’occurrence).

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Sur un autre mur, le visage d'un mousquetaire...

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    A gauche de la cheminée, un placard contient des CD : le vitrail "Art Déco" qui le ferme peut s'éclairer de l'intérieur faisant apparaître une jolie scène champêtre.

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Par la fenêtre qui éclaire la pièce on aperçoit la chapelle.

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Dans la salle à manger, une belle tapisserie de Jean Lurçat

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Au sortir de la maison, une jolie porte donne accès au cellier.

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Sur cette pierre d'angle, une inscription en latin donne le nom du sculpteur, Louis Gargarin.

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Au passage, je jette un coup d’œil à la chapelle qui mérite - c'est le moins qu'on puisse dire - une bonne restauration.

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    On peut y voir deux médaillons représentant des angelots musiciens.

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    La tribune porte une lyre en fer forgé.

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Dans le parc, une très belle allée d'arbres

    Visite du château de Vannaire avec l'OT de Châtillon-sur-Seine 

    Cette visite a été très sympathique et Béatrice Dunner s'est montrée très accueillante : on reconnait là l'hospitalité des personnes qui tiennent des maisons d'hôtes.


    votre commentaire
  • Dans le cadre des Mardis Découvertes de l'Office de Tourisme de Châtillon et après avoir découvert avec beaucoup d'intérêt l'artisanat d'art du Moulin de la Fleuristerie à Orges (pour revoir ce post, cliquez ICI), nous nous sommes rendus à Châteauvillain pour effectuer cette fois-ci une visite guidée de cette petite ville de Haute-Marne située à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Chaumont.

    C'est une bénévole de l'Association "La Clé des Champs" qui nous entraîne dans sa découverte : la bourgade a reçu le label "Petite Cité de Caractère".

    Le rendez-vous était donné à la Tour de l'Auditoire. Celle-ci date du XIIIe siècle et faisait initialement partie du château de Châteauvillain, aujourd'hui disparu. Elle servait à rendre les sentences.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine 

    Nous montons tout de suite à l'étage par un très bel escalier en colimaçon.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Il s'y trouve une maquette de l'ancien château réalisée à partir d'un plan original datant de 1865.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Notre guide bénévole en profite pour nous raconter l'histoire de cette petite ville : un bourg castral est implanté, dès le XII e siècle, dans les boucles de l’Aujon, l'un de ces nombreux petits ruisseaux prenant naissance sur le plateau de Langres. La cité est entourée d’une première enceinte au XIII e siècle (dont il ne reste que la Tour de l'Auditoire et la Tour Saint-Marc), puis d’une deuxième au XIVe siècle qui comportait 54 tours et 3 portes (dont une seule subsiste : la Tour Madame).

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Sur un mur, la généalogie des Sires de Châteauvillain.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Dans la pièce également, ce qui reste du tombeau de Nicolas de L'Hospital, Maréchal de France, Duc de Vitry, qui fut Comte de Châteauvillain de 1623 à 1644. Le tombeau fut dispersé après la Révolution entre Châteauvillain, Chaumont et Versailles.

    Une maquette (au 1/3) montre comment était le tombeau : il faisait 5 mètres de haut...

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Un tableau représente le dernier propriétaire de la Seigneurie, Louis-Jean-Marie de Bourbon, Duc de Penthièvre (l'un des petit-fils de Louis XIV) : le développement de cette petite commune tient beaucoup à la possession qu'il en avait alors.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Derrière ces murs épais, on a plaisir à trouver refuge contre la chaleur qui sévit ce jour-là au delà de toutes nos espérances... (la température avoisine les 40 degrés).

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Et maintenant, direction la place de l'Hôtel de Ville

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    L'Hôtel de Ville affiche sur sa façade la Croix de guerre 1939-1945 décernée à la ville. 

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     Juste en face se trouve l'église Notre-Dame-de-l'Assomption, tellement grande que je n'ai pas eu assez de recul pour la prendre dans son intégralité. Depuis, j'ai trouvé une très belle image sur le net (Photo Gilbert Delbrayelle).

    L'église possède toujours son clocher du XIIIème siècle mais sa façade est néo-classique (de 1769). Elle a été construite en partie sur les plans de l'architecte Jacques-Germain Soufflot qui réalisa parallèlement sur Paris l'église Sainte-Geneviève (futur Panthéon).

    Mazette !

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    En voici le fronton

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Au-dessus du porche, un décor sculpté porte le triangle des francs-maçons

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     Notre guide nous montre le dessin d'un pèlerin sur le mur de l'église : il s'agit du chemin de pèlerinage de l’Angleterre à Rome, la Via Francigena (Voie des Français), consignée au Xe siècle par Sigéric le Sérieux, chef de l’église d’Angleterre, et qui parcourt l’Europe sur 2 000 km, allant de Cantorbery à Rome. Son tracé, qui traverse un bras de mer, des plaines et des fleuves et se hisse jusqu’aux sommets alpins, conjugue défi spirituel et physique.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    L'église est extrêmement sombre et mériterait une bonne restauration : on voit tout de même qu'elle est entièrement recouverte de peintures murales.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Près du choeur, une nativité, probablement du XIXème siècle

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    L'orgue est un Cavaillé-Coll : on donne régulièrement dans l'église des concerts d'orgue.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Nous étant un peu rafraîchis..., nous affrontons à nouveau le soleil.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Derrière ces beaux murs de pierre, un pigeonnier ayant appartenu au Duc de Vitry

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Datant du XVII ème siècle, ce pigeonnier de 13 mètres de diamètre était l'un des plus grands de France : il contenait 3000 boulins (*) en pierre qui s’étendaient sur toute la hauteur de l’édifice. (*) On appelle "boulin" le logement des pigeons dans un pigeonnier (on disait aussi colombier).

    Ici, ils sont en pierre et en torchis. La majeure partie de ces boulins est logée dans l'épaisseur des murs. Dans chacun de ces "nids" vivaient deux pigeons : il y avait donc 6000 pigeons dans ce colombier ! Il est aussi particulier en ceci que sa fenêtre d'envol est sur le toit (à gauche de la photo).

    L’élevage des pigeons était un droit réservé aux seigneurs : on évaluait la richesse et le pouvoir de celui-ci par la grandeur de son colombier. Ce colombier étant très imposant, on peut donc en déduire que le Duc de Vitry était un homme très fortuné.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    On élevait alors les pigeons pour la récolte de leurs fientes ou "colombine" : c'était le seul engrais à l'époque et il valait une fortune. C'est parce que les colombiers ne servaient qu'à engraisser les terres que seuls les propriétaires terriens pouvaient en posséder. Plus la terre était grande, plus le colombier était important. 

    La girouette est en forme de colombe... 

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     Nous voici arrivés devant la Porte Madame qui donne accès au Parc aux daims. Cette porte est la seule porte qui subsiste de l'enceinte construite au XIVème siècle. Elle servait d'accès, en 1655, au fils du Duc de Vitry aux 272 ha de forêt lui servant de terrain de chasse.

    C'est au XIXème siècle que les daims ont été introduits dans le parc.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Poussons la porte du parc...

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    La porte côté parc

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Il fait trop chaud pour emprunter cette petite rue entre deux murs de pierre...

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Un peu plus loin, de beaux vestiges gothiques

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     Où la nature va-t-elle se nicher... !

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    La petite ville a réalisé de très jolis panneaux indicatifs.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Voici la porte (du XVème siècle) donnant accès à l'ancien couvent des Cordeliers construit par l'arrière petit-fils de Louis VII, Jean Ier de Châteauvillain (1259-1313).

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    On l'appelait Jean 1er "Jean l'aveugle" car, ayant participé à la 7ème croisade avec le roi de France, il fut fait prisonnier comme 300 autres chevaliers par les sarrasins et l'on dit qu'ils en revinrent avec les yeux crevés... A leur libération, Saint Louis leur fit construire un hôpital à Paris, les Quinze-Vingt, qui existe toujours. Jean 1er a préféré revenir à Châteauvillain où il décédera à l'âge de 95 ans.

    Durant sa vie il fit construire de nombreux édifices religieux tel, vers 1280,  le couvent des Cordeliers. A l'époque l'église, qui a disparu aujourd'hui, pouvait contenir la totalité de la population de Châteauvillain, soit 4000 personnes.

    Le nom de Cordeliers a été attribué à l'époque à des Franciscains particulièrement combatifs contre les sarrasins : ces moines portaient sous leur robe de bure brune ou grise une grosse corde, ornée de plusieurs nœuds, qui tombait presque jusqu'à leurs pieds, d'où l'expression "cordes liées".

    Le couvent des Récollets succéda au couvent des Cordeliers en 1635. Grâce à leur dévouement ils s'attirèrent la sympathie des habitants de la ville. En leur honneur, la grande rue des Bordes - rue principale à l'époque - devint la rue des Récollets.

    Son tombeau se trouve à Chaumont.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Restes de l'ancien château, rue du vieux bourg : les machicoulis

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Voici les anciennes halles

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    En descendant vers l'église, le mail où l'on jouait au "maillet".

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Très pratiqué en France et en Italie au Moyen-Age, il atteint son apogée en France au XVIIème siècle. Le nom du jeu vient du français pailmail ou paille-maille : la "maille" était un petit maillet envoyant une balle sous un arceau de paille...

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Cette belle maison à vendre est l'ancien château des Ducs de Vitry et de Penthièvre. Louis XIII avait assuré la fortune du Duc de Vitry après que celui-ci, en tant que Capitaine des Gardes, ait fait assassiner sur son ordre Concini, le favori de la reine mère...

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    On a de l'humour à Châteauvillain...

    Il est marqué sur cette petite pancarte : "Ici on aperçoit le haut de la Tour Eiffel par beau temps". Il est précisé : "quand on passe en avion à la verticale de ce point" !

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     Voici le Lavoir de Châteauvillain : construit à la Révolution, il a été reconstruit en 1826.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Sa particularité est d'avoir un parquet flottant grâce à un système de manivelle permettant aux lavandières de ne pas avoir à se baisser.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     Il possède une très belle charpente.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     Son autre originalité (ce qui le rend unique en France) est qu'il n'est pas construit au bord d'une rivière mais alimenté par une source située en face de la rue.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Lui faisant face, une très belle maison où l'on aperçoit des gargouilles à tête de lion : il s'agit de l'ancienne maison du Prévôt de la ville comme on le verra plus loin.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    En montant l'escalier bordant la fontaine, un étrange personnage intitulé "Le vilain pas vilain"...

    Il s'agit d'une sculpture de Michel Boussard (2013)

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Un joli passage voûté

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine 

    et un escalier...

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Nous voici à nouveau à l'air libre pour découvrir la Maison de la Prévôté.

    Agent du pouvoir seigneurial dans la France du Moyen-Age, le Prévôt est une sorte d'intendant doté de pouvoirs étendus : il administre, juge, perçoit les multiples taxes et amendes au nom du seigneur. A partir du XVIIème siècle cependant ils perdent beaucoup de leurs attributions sauf en matière de justice sociale. Ils n'en restent pas moins des personnages importants si l'on en juge par la taille de la maison construite pour celui de Châteauvillain en 1645au pied de la Tour de Guet du château médiéval.

    Visite guidée de la ville de Châteauvillain en Haute-Marne avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Là se termine cette très agréable visite guidée.

    Pour conclure, une petite vidéo sur cette "Petite Cité de Caractère" qui nous a séduits.


    votre commentaire
  • Dans le cadre des Mardis Découvertes de l'Office de Tourisme de Châtillon, nous sommes allés la semaine dernière à Orges, en Haute-Marne, visiter le Moulin de la Fleuristerie.

    Nous y avons effectué un véritable bond dans le passé !

    Le village d'Orges est traversé par la résurgence de la Dhuys, une rivière qui prend sa source à l'entrée du village et qui alimente depuis 1321 un moulin à huile, devenu plus tard un moulin à farine, puis foulon à draps avant d'abriter un haut-fourneau.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    En 1903, suite à la délocalisation à Orges des activités de l'entreprise Briançon sise à Levallois-Perret (entreprise spécialisée dans la production de pièces détachées de fleurs) afin de profiter de l'énergie gratuite du moulin à aube, il prend le nom de "Moulin de la Fleuristerie" et devient ainsi manufacture de pistils, pétales, feuilles et fruits artificiels pour la fabrication de fleurs en soie destinées à la Haute Couture et à la décoration.

    En 1994, un couple franco-suédois, Emmanuel et Annette Geoffroy rachète le moulin aux établissements Briançon : commence alors une grande aventure familiale.

    C'est Emmanuel Geoffroy lui-même qui nous fait cette visite guidée. Il nous réunit dans l'ancienne halle à charbon qui possède de jolis murs de pierre (dont certains sont encore noircis par l'activité précédente) et une superbe charpente pour nous retracer l'historique du moulin.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Cette jolie salle sert maintenant à l'organisation de mariages car elle est pourvue d'une cuisine et de sanitaires. Parallèlement des chambres d'hôtes ont été créées dans les bâtiments annexes du moulin qui peuvent accueillir quelques uns des invités.

    Des concerts et des expositions y sont aussi organisés.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     

    Emmanuel Geoffroy, qui a beaucoup d'humour, nous raconte que la manufacture de 1903 employait essentiellement des femmes (une quarantaine) qui pour beaucoup n'avaient pas de vélo pour se déplacer dans la campagne. Elles étaient donc logées sur place dans un bâtiment qui prendra le nom de "Paradis" : les gars du village leur contaient souvent fleurette lors de leurs sorties dominicales dans les bois voisins...

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Le couple exploite d'abord le Moulin de la Fleuristerie avec quatre employées mais un changement d'inspectrice du travail les conduit à s'en séparer du fait de l'absence de conditions de sécurité modernes dans l'atelier resté intact depuis le début du siècle.

    Une petite vidéo datant de cette époque révolue

    Les Geoffroy sont donc actuellement les seuls à exercer cet artisanat d'art.

    Nous sortons de la halle au charbon pour aller vers l'atelier.

    Au passage, nous admirons la roue à aube.

    La roue à aubes rythme la vie des productions : elle a été rénovée en 2010 pour les 100 ans du moulin et elle tourne presque jour et nuit car les pales doivent tremper dans l'eau sous peine de sécher, d'attraper des bactéries ou des champignons.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     

    L'atelier est dans son jus mais tout y fonctionne parfaitement : il faut imaginer en regardant cette photo le bruit des poulies qui tournent en permanence pour actionner des machines centenaires.

    On se croirait au 19ème siècle !

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    La turbine associée à la roue à aube produit l'électricité - à 110 volts - pour éclairer les ateliers qui fournissent la Haute Couture (Chanel, Jean-Paul Gaultier), les cabarets parisiens (le Moulin Rouge), les grands pâtissiers, ou encore le théâtre royal du Danemark, venant chercher ici un fait-main d'exception.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Un joli mannequin placé à l'entrée de l'atelier montre le savoir-faire de l'entreprise.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Nous sommes une bonne vingtaine à écouter religieusement les explications d'Emmanuel Geoffroy.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Pour réaliser une fleur, il faut fabriquer des tiges, des pistils et des étamines et pour cela il faut du fil de fer : voici justement les bobines prêtes à être utilisées. (Photo Christal de Saint-Mars)

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Cette machine, appelée "métier à guiper", entoure le coton - de différentes couleurs selon les besoins - autour du fil de fer. Ceci est essentiel aux étapes suivantes où l'on devra utiliser de la colle pour assembler les différentes parties de la fleur sur la tige : sans le coton, la colle ne tiendrait pas.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     Les fils de fer garnis de coton sont ensuite tendus sur un grand cadre (on l'aperçoit accroché au mur du fond) dans le sens de la longueur et celui-ci est ensuite déposé sur la "table à découper" que l'on voit ci-dessous.

    Il s'agit maintenant de coincer les fils entre des "bois" (faits de deux parties) qui serviront de guide pour découper les petites tiges destinées à créer les pistils et les étamines et ceci... grâce à une roulette qui ressemble à un couteau à pizza !

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     Le couteau à pizza !

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Emmanuel Geoffroy nous montre les "tiges" issues de cette étape de fabrication.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Il faut ensuite procéder à l'opération de "trempage" qui donnera aux pistils et aux étamines leur aspect final. On voit ici la chaîne qui avance très lentement permettant à l'ouvrière placée en bout (à la place d'Emmanuel Geoffroy) de tremper les tiges dans une auge.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Cette auge contient une pâte - blanche ou colorée selon les commandes - dans laquelle on peut même rajouter des paillettes si besoin est pour les besoins de la fabrication.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Tous les ingrédients sont à disposition à portée de main.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Les petits fagots (144 pistils constituant une "grosse") sont prêts à être utilisés : il faut savoir qu'ils ont été liés à la main !

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Les commandes sont parfois très colorées...

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Dans l'atelier, les grandes marques sont souvent représentées sous forme d'affiches qui montrent le côté prestigieux de cet artisanat d'art : Ici, une affiche de chez Channel.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Voici maintenant la fabrication des pétales : il s'agit d'une opération manuelle qui utilise des emporte-pièces de différentes formes. Le processus est le même pour la fabrication des feuilles.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Pétales et fleurs

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     Il faut ensuite procéder à l'étape de gaufrage qui donnera du volume aux pétales et aux feuilles en en imitant les moindres détails. Pour cela, il existe des outils adaptés à chacune des formes désirées : ici le moule à fabriquer les feuilles possède même des nervures.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Les outils sont restés les mêmes qu'au siècle dernier...

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Dans un coin de l'atelier une affiche montre "Un ménage de fleuristes parisiens"

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    L'emporte-pièce est alors placé sous une presse qui est chauffée grâce à une résistance (autrefois, on utilisait des braises).

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Et voici le résultat !

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    L'étape ultime : celle de la fabrication de la fleur qui assemble les différents éléments

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    C'est fait !

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Quelques uns des outils et des productions de cet artisanat d'art

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Le propriétaire nous entraîne ensuite à l'étage inférieur en empruntant un escalier de meunier très authentique. Au passage, on admire une affiche de chez Pronuptia...

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    C'est là, si on peut dire, que se trouve la salle des machines : on y voit tous les engrenages - du plus petit au plus grand - mus par la roue à aube.

    La roue à aube en action

    Vidéo tournée au Moulin de la Fleuristerie où l'on voit Annette Geoffroy travailler à la confection des fleurs.

    Nous nous rendons ensuite à la boutique décorée avec beaucoup de goût.

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    L'entreprise "ARTamin" y propose naturellement des petits souvenirs au public ayant suivi la visite guidée...

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Des serre-têtes...

     Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Des petites boîtes à savon...

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

     

    Emmanuel Geoffroy devant une affiche ventant le savoir-faire de l'entreprise

     

    Visite guidée du Moulin de la Fleuristerie à Orges avec l'OT de Châtillon-sur-Seine

    Une visite étonnante et passionnante


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique