• Toujours avec notre amie Régine, je suis allée faire une très belle promenade dans l'Aube. Nous avons commencé par aller découvrir la Commanderie d'Avalleur, près de Bar-sur-Seine, puis nous avons poussé jusqu'à Chaource pour voir la fameuse mise au tombeau de l'église, et enfin nous sommes rentrées sur Courcelles en traversant les vignobles de champagne.

    Commençons par la Commanderie d'Avalleur

    J'avais vu sur le net qu'elle se visitait pendant les mois de juillet-août tous les après-midis.

    Une commanderie templière est selon Hervé Baptiste, architecte en chef des Monuments historiques, "un ensemble de bâtiments tenant à la fois du monastère et de la ferme de rapport, et destinés à procurer des fonds pour soutenir l'action des chevaliers du Temple en Terre Sainte."

    A l'aube du XIIIème siècle le monde est en effet divisé en deux : l'Orient musulman et l'Occident catholique s'y affrontent.

    Cœur de l’ancien riche Comté de Champagne (des foires permanentes s'y tenaient à Troyes, Provins, Lagny et Bar-sur-Aube qui permettaient les échanges tant avec l'Italie qu'avec les Flandres), le département de l’Aube est le berceau de l’ordre du Temple. Terre natale d’Hugues de Payns (village au nord-ouest de Troyes), fondateur des templiers en 1120 à Jérusalem, la Champagne, grâce à l’engagement de ses Comtes et au rayonnement de Bernard de Clairvaux, a contribué activement à l’essor de ce premier ordre religieux et militaire chargé de protéger les pèlerins et de défendre les états latins d’Orient.

    Cette vidéo est très bien faite : elle explique la situation politique et religieuse de l'époque et présente la reconstitution en 3D d'une commanderie type.

    La Commanderie d'Avalleur est l'une des plus anciennes et des mieux conservées de la région.

    Et on y entre sans payer !

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Le site d'Avalleur est occupé par les Templiers vers 1167. A la suite de donations successives (en particulier celle de Milon IV, Comte de Bar-sur-Seine mort à Damiette lors de la cinquième croisade) leur domaine s'étend jusqu'aux environs de Troyes.

    Exemple type d’une commanderie rurale d’Occident, ce petit monastère fortifié se constituait d’une chapelle, de bâtiments communautaires et agricoles. Seigneurs du village, les Templiers y possédaient un four, un moulin et de nombreuses terres alentour.

    Récemment restauré par le Département de l’Aube, le corps de logis pourvu d'une élégante tourelle d'angle (partie d'une ancienne porte fortifiée), réaménagé à la Renaissance, où dormaient et mangeaient les frères chargés d'assurer la logistique des troupes templières tandis que ces derniers, les frères-chevaliers (issus de la noblesse) ou les frères-sergents (issus de la paysannerie et de la bourgeoisie), croisaient le fer avec l'ennemi en Terre Sainte (*). Leur rôle était en effet de protéger les pèlerins sur le chemin de Jérusalem.

    (*) : Bernard de Clairvaux fut celui qui justifia théologiquement le statut des moines-soldats en confirmant qu’il n’était pas incompatible pour un religieux de porter l’épée et de tue s'il s'agissait des infidèles... 

    De jolies fenêtres à accolades et meneaux en décorent la façade.

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

     Nous voici en vue de la Chapelle.

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Elle est typique de l’architecture templière, simple et sobre. 

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

     Portail roman pourvu de colonnettes et de chapiteaux, époque oblige...

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Nous voici maintenant plongés dans l'ambiance de l'époque...

     car c'est un bénévole de l'Office de Tourisme de Bar-sur-Seine qui nous fait faire la visite. Il porte (malgré la chaleur) l'habit caractéristique des frères-chevaliers : cotte de maille (ici en maille de coton...) et surcot blanc ceinturé, flanqué au cœur de la croix de l'Ordre.

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Le manteau de bure marron paré d'une croix rouge était celui des frères-sergents, des écuyers et des non-combattants.

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    La chapelle est constituée de trois travées voûtées d’ogive ; un chevet plat est percé d’un triplet.

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Les consoles en culs-de-lampe reçoivent la retombée des voûtes.

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Ce sont surtout des motifs floraux.

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur 

    On devine des traces de peinture sur les culs-de-lampe.

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Par contre, ce cul-de-lampe était décoré de personnages : ils ont été martelés à la Révolution.

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Des sondages ont révélé un décor végétal du XIIIe siècle qui mériterait d’être remis en valeur.

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

     Près du chevet, deux piscines témoignent de l'activité religieuse du bâtiment.

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Nous montons ensuite, le Chevalier et moi, un escalier en pierre de 45 marches conduisant à la charpente. Quelle émotion de mettre ses pas dans ceux des chevaliers de l'Ordre du Temple !

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

     Pas mal, non ?

    En forme de coque de navire renversé, elle date tout de même du XIIIème siècle !

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Le Chevalier m'explique que l'étanchéité des lauzes recouvrant la charpente était faite à l'époque avec de la joubarbe : cette dernière absorbait l'eau de pluie et protégeait ainsi la chapelle (Photo Christaldesaintmarc).

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Voici de "la joubarbe des toits"

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Sur certaines poutres, on peut voir des inscriptions laissées par les charpentiers au XIIIème siècle (Photo Christaldesaintmars). Tout comme les maçons, ces ouvriers avaient l'habitude de signer leurs oeuvres discrètement...

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Les poutres, nous explique mon guide, étaient associées entre elles par emboîtement (Photos Christaldesaintmars).

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Au sortir de la Chapelle, je remarque une jolie porte latérale.

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Elle est surmontée de la croix des templiers ainsi que d'un blason : il s'agit de celui de Jacques de Souvré, commandeur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1616..

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

    Dans la cour, une citerne : elle était indispensable à la vie quotidienne sur cette terre aride.

    Visite guidée de la Commanderie d'Avalleur

     Quand, le 22 mars 1312, le Pape Clément V prononce la suppression de l’ordre du Temple, il ordonne que ses biens reviennent aux Hospitaliers (Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, puis Chevaliers de l'Ordre de Malte). Ces derniers prennent alors possession des terres d’Avalleur, mais le domaine reste géré de la même façon. En 1792, la Révolution française confisque les biens français des Hospitaliers, comme ceux de tous les autres ordres religieux. Dissous cette même année, l'Ordre perd alors les trois quarts de ses revenus en France.

    Pour terminer, voici une vidéo sur la Commanderie d'Avalleur par José Cotel, de l'Office de Tourisme de Bar-sur-Seine

     

    Une visite fort intéressante

    Je parlerai de notre visite à Chaource dans un prochain post.


    votre commentaire
  • Notre amie Régine est venue passer quelques jours chez nous et nous sommes allées visiter toutes les deux l'Abbaye de Fontenay, au sud de Montbard. Nous l'avions déjà visitée Philippe et moi il y a quelques années en compagnie de mes cousins de Rouen mais elle est tellement jolie qu'une deuxième visite ne nuit en rien...

    Je commence à être incollable sur tout ce qui concerne la vie monastique des disciples de Saint-Benoît !

    Voici la Porterie

    C'était un lieu primordial dans l'Abbaye : le frère portier y accueillait les visiteurs, qu'ils soient novices, pèlerins, voyageurs, marchands mais aussi les pauvres ou les infirmes demandant l’aumône.

    C'est maintenant ici qu'on achète son billet d'entrée, avec ou sans visite guidée.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Nous avons choisi de prendre une visite guidée : elle n'est pas identique à celle que nous avions faite quelques années auparavant (pour s'y référer, cliquer ICI) qui était, je trouve, plus complète.

    Notre guide nous explique que l'Abbaye de Fontenay est une abbaye cistercienne fondée en 1118 par Bernard, moine à l'Abbaye de Clairvaux : c'est une "fille" de Clairvaux, elle-même "fille" de Cluny... Elle a été inscrite au Patrimoine Mondial de l'Unesco en 1981.

    Au passage, nous apercevons le pigeonnier : les moines avaient le "droit de Pigeon", ce qui leur permettait de communiquer avec d'autres abbayes...

    L'internet de l'époque !

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Un petit coin de nature près du pigeonnier...

    L'Abbaye a été construite au centre d'un vallon couvrant une superficie de plus de 1 200 hectares de bois et de prés. Les moines ont patiemment drainé et aménagé cet ancien marécage pour le rendre habitable et en utiliser les ressources, forêts et aménagements hydrauliques, pour le développement de l’Abbaye.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Nous voici maintenant face à l'Eglise abbatiale : dommage qu'occupée à suivre la visite guidée, j'aie loupé sa photo depuis l'autre côté du petit étang...

    Il s'agit de l'une des plus anciennes églises cisterciennes dans le monde. Construite entre 1139 et 1147, elle est aussi l’une des rares abbatiales cisterciennes du XIIe siècle parvenue intacte jusqu’à nos jours.

    Beaucoup de sobriété sur la façade, règle de Saint-Benoît oblige : rien ne doit détourner les moines de la méditation...

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Régine suit le groupe des visiteurs.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

     Entrons dans l'église...

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Un grand dépouillement y règne.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Joli, ce rose des colonnades...

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Dans les bas-côtés en berceaux brisés, toujours l'épurement...

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Près du chœur, une statue de Vierge à l'Enfant du XIIIème siècle (dite "Vierge de Fontenay") qui, en raison de la Sainte Marie (nous sommes le 15 août), tient exceptionnellement une rose entre les doigts. C'est un souhait des propriétaires actuels, M. et Mme Aynard.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    L'ombre de la rose fait malheureusement tache sur ce beau visage de Madone...

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Nous nous rendons ensuite par un escalier intérieur à l'abbatiale dans le dortoir des moines.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Chaque fenêtre correspond à un lit : notre guide nous dit qu'une centaine de moines (les frères de coeur) pouvait dormir ici (tout habillés car il n'y avait aucun chauffage) sur de simples paillasses posées à même le sol. L'office de la nuit se tenait à 2h30 du matin.

    Les frères de coeur sont les moines qui ont prononcé leurs vœux - par opposition aux frères convers qui sont des laïcs - soumis à l'obéissance à l'abbé - mais qui eux travaillent pour les besoins de l'abbaye.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

     Admirez la superbe charpente en chêne datant du XVème siècle construite par des charpentiers de marine, ce qui explique sa forme en coque de navire renversé et l'espace pour le mât au centre.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Vue sur le cloître à travers l'une des fenêtres du dortoir

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Nous nous rendons ensuite au cloître planté d'un gazon qui ferait pâlir de jalousie un anglais tant il est bien entretenu - surtout en cette période de grande chaleur. 

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    A l'entrée du cloître (qui communique avec l'Eglise abbatiale) se trouvait une petite armoire pour les moines, fermée par des portes en bois aujourd'hui disparues. On aperçoit encore les rainures servant à supporter les étagères où étaient rangés les objets du culte.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay 

    C'est dans cette pièce élégamment voûtée (la Salle capitulaire) que les moines assistaient au Chapitre. Chaque jour, le père abbé lisait un chapitre de la règle de Saint-Benoît (il y a une centaine de chapitres) : la règle était ainsi lue plusieurs fois dans son intégralité durant l'année et les moines qui arrivaient en cours d'année pouvaient toujours l'entendre au moins une fois entièrement. C'est aussi ici que chacun des moines se confessait publiquement et faisait acte de contrition.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    La salle voisine (Salle des Moines) est très similaire du point de vue architectural : c'était l'atelier des moines ou Scriptorium. Les moines copistes y réalisaient des livres copiés manuellement avant l'invention de l'imprimerie. C'est aussi ici que d'autres s'adonnaient à la couture.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

     Comme nous l'a bien fait remarquer notre guide, aucun de ces espaces ne possède de moyen de chauffage. Heureusement, voisin du scriptorium se tenait le Chauffoir comme le montre ce plan de l'Abbaye.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

     Deux grandes cheminées permettaient aux moines qui travaillaient dans le scriptorium de venir s'y réchauffer. De part et d'autre des cheminées, deux petites loges servaient à entreposer les encriers dont l'encre ne devait pas geler...

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Vue sur les jardins : la propriétaire, Madame Eynard, y a instauré des règles très strictes concernant les couleurs qui ne doivent pas s'éloigner du vert, du blanc ou du pourpre...

    Edouard Eynard, son mari, est un descendant des Montgolfier (vous savez, les frères du fameux ballon) qui ont un temps utilisé les bâtiments de l'Abbaye pour y installer leur papeterie.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Il s'agit ici du bâtiment de l'infirmerie dans lequel les moines bénéficiaient d'une statut spécial "plus confortable et moins contraignant".

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Les moines travaillaient le fer, extrait de galeries souterraines voisines de l'abbaye et forgeaient, en quantité industrielle, les outils nécessaires au monastère. Ils commercialisaient le reste de leur production, ce qui leur assurait une autonomie économique et financière.

    Ce bâtiment appelé "la grande forge" est précédé d'un bassin où vivent des truites Fario, un témoignage de l'activité piscicole des moines à l'époque.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    Il en reste une très belle salle à colonnades,

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    et, dans un angle, la forge reconstituée.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    C’est la dérivation de la rivière de Fontenay, le long du mur de la forge, qui faisait tourner la roue actionnant les martinets - de grands marteaux hydrauliques - qui battaient le fer.

    Visite de l'Abbaye de Fontenay

    Le marteau était actionné par cet "arbre" relié à la roue à eau. 

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay 

    En bout de salle, le marteau de la forge

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

    La sortie s'effectue par la boutique naturellement, très bien achalandée en livres de toutes sortes et produits régionaux. On peut aussi jeter un coup d'oeil à l'ancienne boulangerie des moines.

    Visite guidée de l'abbaye de Fontenay

     

    Là se termine cette visite guidée.


    votre commentaire
  • Nous sommes allés à Troyes cette semaine dans le but de visiter l'exposition "Arkéaube" qui se tient à l'Hôtel-Dieu. Mais avant, nous avons fait deux visites d'églises dont celle de la Basilique Saint-Urbain.

    Elle doit son existence à l'élection au pontificat d'un enfant de Troyes né en 1185, Jacques Pantaléon. Fils d'un modeste savetier, il fait ses études aux école gratuites de la Cathédrale puis à l'Université de Paris où on le connait sous le nom de Jacques de Troyes. Il est devenu pape en 1261 en prenant le nom d'Urbain IV. Il réorganise le gouvernement de l'église - son principal apport consiste en l'institution de la Fête du Saint-Sacrement (Fête-Dieu) - et pour honorer sa ville natale, il achète plusieurs maisons autour de l’échoppe de son père. A cet endroit, il fait construire une collégiale (église réservée aux chanoines) dédiée au pape martyr Urbain Ier.

    Il meurt en 1264 sans avoir revu sa ville natale ni le début des travaux d'édification de son église... En 1935, ses restes sont déposés dans le choeur de l'église.

    Visite de la Basilique Saint-Urbain à Troyes

    La Basilique se trouve sur la Place Vernier dans le centre de la ville.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Consacrée Basilique en 1964, c'est un pur joyau de l'art gothique classique.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Le chœur et le transept de l'église ont été érigés rapidement (de 1264 à 1266) grâce à une somme colossale (10.000 marcs d'argent) allouée à son architecte, Jean Langlois. Cependant, celui-ci eut à subir l’opposition farouche d'Ode de Pougy, Abbesse des sœurs de l’abbaye Notre-Dame-aux-Nonnains, mécontente de voir une nouvelle église se construire sur sa juridiction et dépendant, en sus, directement du Saint-Siège (elle envoie même des hommes d'armes pour saccager le chantier). En août 1266, un mystérieux incendie dévaste en outre le choeur... Enfin, le légat pontifical, venant bénir le nouveau cimetière en 1268, est accablé de coups, d'injures et se voit poursuivi dans les rues de la ville. En conséquence, Ode de Pougy et ses complices sont excommuniées le 12 juillet 1268.

    Les fonds faisant défaut, les travaux s'arrêtent à la fin du XIIIe siècle et ne reprennent qu'à la fin du XIVe. Saint-Urbain reste ainsi inachevée jusqu'en... 1846 où un programme de restauration totale est mis en place (quatorze maisons parasites adossées à ses murs sont alors détruites).

    De 1890 à 1905, les derniers manques sont enfin comblés (porche de la façade, parties hautes, voûte et arcs-boutants de la nef - éléments jamais réalisés depuis le XIIIe siècle)...

    Enfin, à la fin du XXe siècle, une restauration complète de l'abside et de sa verrière est entreprise.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    De belles gargouilles en haut du pinacle...

    Visite de la Basilique Saint-Urbain de Troyes

    Vue d'ensemble de la nef et du chœur depuis l'entrée

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    J'ai entendu dire que la Basilique Saint-Urbain de Troyes est souvent comparée à la Sainte-Chapelle de Paris à cause de l'étendue de ses vitraux : ceux du choeur remontent au XIIIe siècle. Ils sont enjolivés au premier niveau par une claire-voie. Grâce à eux, l'église est extrêmement illuminée.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Vitrail central du choeur : la Crucifixion

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    J'ai beaucoup aimé faire le tour de la Basilique qui possède pléthore de jolies statues en pierre polychrome. J'adore aussi me replonger à l'occasion dans la vie des Saints et des Saintes qui ne manque jamais de piquant...

    Beaucoup sont des Vierges.

    Education de la Vierge (XVIème siècle)

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Vierge ou Sainte femme - Ecole troyenne du XVIIIème siècle

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Vierge à l'enfant (XVème ou XVIème siècle)

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Vierge au raisin (début XVIème siècle)

    La Vierge couronnée, jeune et souriante, se tient debout sur un croissant de lune symbolisant l'Immaculée Conception.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Elle porte l'enfant qui tient, d'une main, un pampre de vigne. Un oiseau (apparenté à la colombe du Siant-Esprit) posé sur l'autre main de Marie, picore délicatement le raisin en référence à l'épisode de la Passion. Bien que blanchie au XIXème siècle, la Vierge au raisin, par la délicatesse de son traitement (visages, chevelures, drapés...), laisse apparaître le génie des maîtres sculpteurs troyens à l'aube de la Renaissance.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Vierge à l'enfant (non datée)

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes 

    Saint Roch (XVIème siècle)

    Pélerin du XIVème siècle miraculeusement guéri de la peste, était invoqué pour la protection des pestiférés. Il possède ici tous les attributs permettant de l'identifier.

    ► Il porte et montre du doigt un stigmate de son mal, à savoir un bubon pesteux...
    ► Il est accompagné de l'ange salvateur.
    ► Il est flanqué du chien qui lui apporte quotidiennement du pain durant sa maladie.
    ► Il porte la tenue caractéristique du pélerin : chapeau, pèlerine, panetière et bourdon (bâton de pèlerin).

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Saint Michel terrassant le Dragon (XVIème siècle)

    Dans l'Apocalypse, Dragon est l'un des noms de Satan...

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Sainte Barbe (début du XVIème siècle)

    Là, c'est gratiné...

    Dioscore, le père de Sainte Barbe, un païen barbare vivant en Turquie (au nord-ouest de l'Anatolie) au 3ème siècle après Jésus-Christ, enferma sa fille à l'adolescence dans une tour à deux fenêtres afin de la soustraire aux dangers que représentaient sa beauté et sa fortune (Barbe, qui désirait se consacrer au Christ, avait refusé de se laisser marier à l'homme qu'il lui destinait).

    Au retour d’un voyage de son père, Barbe lui apprit qu’elle avait percé une troisième fenêtre dans le mur de la tour pour représenter la Sainte Trinité et qu’elle était chrétienne. Furieux, le père mit le feu à la tour. Barbe réussit à s’enfuir, mais un berger découvrit sa cachette et avertit son père. Ce dernier la traîna devant le gouverneur romain de la province, qui la condamna au supplice. Comme la jeune fille refusait d’abjurer sa foi, le gouverneur ordonna au père de trancher lui-même la tête de sa fille. Elle fut d'abord torturée : on lui brûla certaines parties du corps et on lui arracha les seins, mais elle refusa toujours d'abjurer sa foi. Dioscore la décapita mais fut aussitôt châtié par le Ciel. Il mourut frappé par la foudre. Quant au berger qui l'avait dénoncée, il fut changé en pierre et ses moutons en sauterelles.

    Sainte Barbe est la patronne de beaucoup de professions, en particulier des pompiers et des mineurs.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes 

    La Passion : haut-relief (vers 1500)

    Il présente tous les éléments de la Passion depuis la trahison de Judas jusqu'à la Déploration (descente de croix avant mise au tombeau).

    Visite de la Basilique Saint-Urbain de Troyes

    Gisant (1570)

    Ce relief se distingue par son originalité. Il représenterait un membre de la famille Cauchon de Maupas mais on ignore s'il s'agit d'un homme ou d'une femme. La représentation du défunt évoque la typologie des tombeaux de la Renaissance.

    Un homme (ou une femme) est voluptueusement étendu(e) sur une dalle funéraire. Son bras gauche soutient sa tête, son corps, ses membres et sa tête sont recouverts, selon toute vraisemblance, d'un linceul. Dans le phylactère est inscrit en latin un passage de l'Ancien Testament (Job, 14, 6) : Laissez-moi reposer un peu jusqu'à ce que vienne le jour désiré - 1570.

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Intéressante cette église, non ?

    Nous sommes ensuite allés visiter la Cathédrale en empruntant la rue de la Cité.

    Elle a pour nom Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

    Visite de la Cathédrale de Troyes 

    On aperçoit ici une maison à pans de bois, caractéristique de la vieille ville. 

    Visite de la Cathédrale de Troyes 

     La construction d'un bâtiment de style gothique commence vers 1200. Au XVIème siècle, le clocher-porche (qui restait de la cathédrale de l'an mille) est détruit. La nouvelle façade aura trois porches et deux tours et adoptera un décor caractéristique du XVIe siècle.

    La tour nord, dite Saint-Pierre, est achevée en 1634. La tour sud, dédiée à saint Paul, ne verra jamais le jour. Pas étonnant que la Cathédrale ait un petit air d'inachevé...

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    A l'entrée de l'église, deux statues colossales.

    L'une représente Saint-Pierre tenant les clés du Paradis,

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    et l'autre Saint-Paul
    tenant une épée (représentation de son supplice) et un livre (représentant ses écrits).

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    La nef est très impressionnante avec sa forêt de piliers.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Certains d'entre eux sont absolument énormes.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Hauteur des voûtes sous clef : 28 mètres...

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Dans cette chapelle latérale droite renfermant les fonds baptismaux, plusieurs tableaux dont l'un représentant "La Cène", inspiré de Léonard de Vinci.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    La Cène (XVIème siècle)

    Cliquez sur l'image pour agrandir la photo.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Dans cette autre chapelle, un groupe en pierre sculptée représentant "Le baptême de Saint-Augustin par Saint-Ambroise". Cette sculpture provient de l'église abbatiale de Saint-Loup à Troyes. D'après le Guide du patrimoine, l'objet comporterait une date lue tantôt 1549 tantôt 1565. N'a pas été trouvée lors de la prospection.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Les principaux acteurs sont présents pour décrire l’événement qui eut lieu la nuit de Pâques 387 dans la cathédrale de Milan. La femme derrière Saint-Augustin est sa mère, Sainte-Monique bien qu'elle n'ait pas été présente lors du baptême.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Vue sur la Chapelle du Saint-Sacrement

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Au fond, on aperçoit le vitrail de la Vierge Immaculée de Linard Gonthier (début du XVIIème siècle)

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Elle resplendit de vitraux des XVIe et XVIIe siècles. Certains proviennent de l'ancienne collégiale Saint-Étienne qui a été détruite au début du XIXe.

    Le vitrail de Saint-Nicolas

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Les Noces de Cana

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    La Dormition de la Vierge

    Visites de la Basilique Saint-Urbain et de la Cathédrale de Troyes

    Il faudra qu'un jour nous prenions une visite guidée pour mieux connaître ces joyaux que sont les verrières de la Cathédrale de Troyes. Mais à vrai dire, je crois que c'est sur internet qu'on peut le mieux les admirer !

    Je vous l'ai dit que certains piliers étaient monumentaux !

    Celui-ci, situé dans le choeur, est pourvu de colonnettes et est particulièrement élégant. Il supporte de surcroît une très jolie Vierge à l'enfant du XIVème siècle.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Un ensemble de sculptures a attiré mon regard : il s'intitule "Trois femmes" et a été réalisé par Christiane Boone (2011). 

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Trois femmes
    plongées dans l'immense douleur du deuil.
    Ce matin de Pâques, elles se retrouvent pour aller au tombeau
    embaumer le corps du Christ, corps meurtri, blessé, tuméfié, transpercé.
    Elles vont installer ce corps dans la mort...

    Trois femmes
    On pourrait dire trois sentinelles ; elles sont rigides, comme pétrifiées,
    elles ne comprennent pas ce qui s'est passé.
    La lumière les transperce par endroits ; un ange apparaît et leur dit :
    "Pourquoi cherchez-vous parmi les morts Celui qui est vivant ?"

    Trois femmes
    Les voilà en marche, toutes lumineuses.
    Leur bonheur est immense, elles vont annoncer :
    "Christ est ressuscité !
    En accueillant la résurrection du Christ, elles témoignent de leur propre
    résurrection. Elles deviennent lumineuses, enthousiastes, elles sont des
    témoins en marche. Elles partent annoncer !

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Nous arrivons dans le choeur de la Cathédrale où le regard est happé par la série de verrières qui l'entourent : les vitraux sont du XIIIème siècle. La présence d'un triforium vitré et non pas aveugle donne à l'abside un aspect tout à fait féerique.

    Cliquez sur l'image pour la voir en grand.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Des reproductions de lithographies ici : elles représentent les quatre évangélistes.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Saint Mathieu avec son ange...,

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Saint Marc avec son lion...,

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Saint Luc avec son taureau...,

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    et Saint Jean avec son aigle

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    C'est depuis le transept Nord que l'on a la meilleure vue sur la rosace Sud.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

     

    Eblouissant !

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    J'ai encore remarqué cette statue de Saint Roch en pierre polychrome de l'Ecole troyenne.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    et celle-ci représentant Saint Antoine et son cochon.

    Visite de la Cathédrale de Troyes

     

    Visite de la Cathédrale de Troyes

    Le grand défaut de la Cathédrale (surtout quand on sort de la Basilique Saint-Urbain), c'est qu'il n'y a aucune explication sur les différentes chapelles et les oeuvres qu'elles renferment.

    Dommage... 

    Et maintenant, en route pour la visite de l'exposition "Arkéaube" et son trésor celte.

    Ce sera dans un prochain épisode...


    votre commentaire
  • Avec ma soeur Arlette venue faire un mini séjour chez nous, je suis allée visiter le château de Maulnes, un château hors du commun. Il n'en n'existe d'ailleurs pas d'autre similaire en France et seulement deux en Italie (la Villa Farnèse à Caprarola près de Rome et le Castel del Monte dans les Pouilles).

    Il se trouve dans le Tonnerrois près de Cruzy-le-Châtel (département de l'Yonne).

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Il faut suivre un petit sentier en sous-bois pour y accéder,

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    ou prendre un escalier formant raccourci (Photo Christaldesaintmars).

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    En arrivant en haut du sentier, une surprise nous attend : la forêt de chênes de 1500 hectares dont le château était autrefois entouré a disparu et ce dernier est désormais complètement isolé sur un plateau aride.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    En fait de château, il s'agit plus exactement d'un ancien relais de chasse construit entre 1566 et 1573 (pendant la Renaissance au temps des guerres de religion) sur les terres bourguignonnes d'Antoine de Crussol, Duc d'Uzès, et de son épouse Louise de Clermont, Comtesse de Tonnerre, tous deux proches du roi Henri II et de Catherine de Médicis. Il jouait également un rôle dans l'exploitation des vastes forêts environnantes, la vente de bois de chauffage à Paris étant alors la ressource la plus importante du Comté.

    La construction du château succède à un procès perdu par la Comtesse de Tonnerre contre la ville du même nom et à l'incendie qui détruisit intégralement la ville (on accusa à l'époque la Comtesse, humiliée par la fermeture des portes de la ville et l'emprisonnement de ses gens, d'avoir elle-même allumé l'incendie...).

    Il semble n'être peuplé que par quelques insectes géants, témoins d'une exposition temporaire (celle de Jacky Fossez).

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Le premier bâtiment que nous rencontrons sert d'accueil au château mais c'étaient autrefois les écuries et les communs. La tempête de 1999 en a malheureusement détruit la toiture qui, dans un premier temps, a été remplacée par de la tôle ondulée.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    A l'intérieur, une télévision permet de découvrir l'histoire du château. On peut aussi y voir des maquettes du château,

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    actuellement...

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    et dans son état d'origine.

    Le château, de forme pentagonale, était relié aux communs (qui formaient un demi-cercle) par une passerelle à ce jour disparue.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Cette dernière maquette a été réalisée d'après le dessin du château qu'en a fait Jacques Ier Androuet du Cerceau dans son ouvrage "Les plus excellents bâtiments de France" (1576) mais on ne connait pas le nom de l'architecte qui a construit le château.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Commençons la visite...

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Notre guide nous montre les portraits effectués par François Clouet de Louise de Clermont et du Duc d'Uzès, son second mari, qui ont fait construire le château à l'emplacement de "la Motte de Maulnes", un château préexistant depuis le Moyen-Age.

    Louise de Clermont est très proche de la cour et de la reine-mère, Catherine de Médicis.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Antoine de Crussol, duc d'Uzès, est de 24 ans son cadet.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    On entre dans le château par cette tour arrondie, unique (les quatre autres tours étant carrées), autrefois reliée à la passerelle.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Les parties hautes sont couronnées par une corniche à modillons.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Des têtes de chien alternent avec des têtes de lion, évoquant la chasse (Photo Christaldesaintmars).

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Pour comprendre le château de Maulnes, il faut en découvrir les plans car c'est un vrai labyrinthe. Un escalier central à vis dessert toutes les pièces sur les cinq étages qu'il comporte : je dis bien "cinq étages" et non trois comme on pourrait le croire sur la photo précédente qui montre sa façade orientée au Nord.

    On voit bien sur la coupe qui suit qu'il est construit sur une pente et n'a donc pas la même hauteur au Nord qu'au Sud.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Cinq tourelles en forme de bastion cantonnent les angles, trois de celles-ci contiennent des escaliers.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Cette toute petite pièce - celle par laquelle on commence la visite - donne accès à l'escalier central.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

     Celui-ci, construit autour d'un puits alimenté par trois sources, est peu profond certes, mais tout de même source d'eau ce qui n'est pas négligeable à cette époque.

    L'escalier est orné de jolies colonnes doriques.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

     Vue plongeante

    Le ciel et l'eau se rejoignent au fond du puits créant un faisceau de lumière...

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    On puisait l'eau à tous les étages grâce à un seau attaché à une corde : on peut encore voir à certains endroits l'usure de la margelle (Photo Christaldesaintmars).

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Vers le ciel, l'oculus a été bouché par une pyramide de verre pour éviter les infiltrations d'eau.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Notre guide nous mène ensuite dans la pièce de réception du château dont le plafond a disparu laissant apparaître la cheminée de l'étage supérieur.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Dans un angle, le plafond en bois a été restauré.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    On a fait du feu dans la cheminée...

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Depuis l'une des baies (alors équipées de verre en plomb), vue sur la nature environnante

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Pour passer d'une pièce à l'autre, il faut souvent repasser devant l'escalier central.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Dans cette petite pièce, attenante à la salle de réception (elle est octogonale : voyez le plafond ci-dessous), on peut voir des restes de fresques sur les murs. Il s'agissait du cabinet de travail du Duc d'Uzès.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Nous voici maintenant dans l'une des deux chambres principales de la demeure (de forme carrée). Celle de la Comtesse ou celle du Duc... ?

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Le plafond en a été très joliment restauré.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

     Attenante, la porte d'un petit cabinet de toilette : regardez l'épaisseur des murs !

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Le dressing, dirait-on aujourd'hui !

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

     Vue sur les communs depuis le quatrième étage (étage noble)

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Après avoir parcouru les autres pièces symétriques de cet étage, nous prenons l'escalier à vis pour rejoindre la charpente.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Tout en haut, l'oculus surmonté d'une pyramide de verre

    Notre guide nous fait remarquer ici la hardiesse de l'architecte (par ailleurs, on ne connaît pas vraiment son nom...) qui a réalisé un puits, pentagonal en son pourtour et arrondi en son centre.

    Fortiche l'architecte ! .

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Les combles étaient habités : en témoigne cette cheminée,

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    et ces petites lucarnes.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Certaines des poutres sont en partie d'origine comme celle-ci à droite de la photo...

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Nous voici redescendus au 2ème ou au 3ème étage si mes souvenirs sont bons.

    Deux petites pièces : l'une (ci-dessous) est celle du bain et possède encore des restes de peintures murales sur les murs.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Il me semble me souvenir que notre guide nous a dit qu'il s'agissait d'une représentation de la nature.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    L'autre était un hamam.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne 

    Le guide nous fait ensuite faire le tour du château en nous montrant une particularité au niveau des fenêtres : celles-ci sont de largeur différente (plus étroites à gauche qu'à droite) : ceci permet aux visiteurs d'avoir l'illusion qu'elles sont d'égale largeur quand il regarde le château en se positionnant juste en face de la tour arrondie qui constitue la façade principale du château.

    Vous me suivez... ?

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne 

    On voit bien ici les restes des "murailles" qui entouraient le château. 

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne 

    Côté Sud, le Nymphée (intérieur et extérieur) recueille l'eau des sources situées sous le château.

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne 

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne

    En 1573, à la mort de son époux, Louise de Clermont qui vit entre Paris, Tonnerre, Ancy-le-Franc et Maulnes, abandonne le chantier du château. Plusieurs fois délaissé par ses propriétaires successifs, il servira de verrerie de 1775 jusqu'au milieu du XIXème siècle avant de progressivement tomber en ruines. Classé monument historique en 1942, il ne sera véritablement sauvé qu'à partir de 1997 suite à son acquisition par le Conseil général de l'Yonne qui le restaure depuis 2005.

    ◄►◄►◄►◄►

    Petite photo souvenir

    Visite guidée du château de Maulnes dans l'Yonne 

    Une visite super intéressante que j'espère bientôt refaire - quand la chaleur se sera un peu calmée - avec Philippe. Il parait que le dernier mercredi d'août on peut même monter sur la terrasse du château pour jouir d'une vue à 360° sur le Tonnerrois...


    2 commentaires
  • Aujourd'hui je me suis rendue dans le Marais, un quartier où j'adore flâner, pour aller assister à une conférence offerte par la Mairie de Paris via la Carte citoyenne que je viens d'acquérir.

    Une balade dans le Marais

    Cette carte est accessible à tous les parisiens de plus de 7 ans et donne accès, pour les plus de 55 ans, à un Programme Senior+ d'activités sportives mais aussi, pour tous, à un panel d'activités culturelles chaque mois.

    La conférence traitait des oiseaux à Paris et se tenait à la Maison des Acteurs du Paris durable située au 21 de la rue des Blancs Manteaux.

    J'y ai appris qu'on avait recensé plus de 170 espèces d'oiseaux à Paris et que la ville comptait 60 à 70 espèces nicheuses. Certains oiseaux construisent des nids (certains poussent même le détail jusqu'à y faire un toit comme la pie bavarde : elle se met ainsi à l'abri des prédateurs), d'autres sont cavicoles (on dit aussi cavernicoles) comme le pic-épeiche.

    Parmi les espèces d'oiseaux, certaines ne sont visibles qu'une partie de l'année car il s'agit d'oiseaux migrateurs. Les meilleurs endroits pour voir les oiseaux à Paris sont les grands parcs, le cimetière du Père Lachaise (!) dont les tombes servent de nichoir aux oiseaux recherchant des rochers ou des éboulis et les zones possédant des points d'eau comme le Bois de Vincennes, le parc Martin Luther King dans le 17ème, le parc Montsouris etc etc...

    Nous avons vu et écouté

    La grive musicienne qui est capable d'imiter le chant d'autres oiseaux...

    Le rouge-gorge et bien d'autres encore...

    A la sortie de cette conférence qui a duré une heure et demie, je me suis promenée dans le quartier m'arrêtant à la rue des Blancs Manteaux, intriguée par ce nom...

    Le terme Blancs-Manteaux est, à l'origine, le surnom donné, dans un premier temps à Marseille en 1223, puis de 1258 à 1277 à Paris, aux moines mendiants de l'ordre des Servites de Marie en raison de la couleur de leur habit, le blanc, symbole de la virginité de Marie. Ceux-ci établirent leur monastère dans la rue de la Petite Parcheminerie (nommée ainsi à cause des établissements où l'on préparait la peau servant à faire des parchemins), qui prit plus tard le nom de rue des Blancs Manteaux.

    Une balade dans le Marais

    Située juste à côté du Mont-de-Piété au numéro 16 de la rue des Blancs Manteaux,

    Une balade dans le Marais

    j'ai visité l'église Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux dont la façade, très classique, donne sur la rue.

    Une balade dans le Marais

    Beaucoup de luminosité à l'intérieur malgré le temps plus que moyen.

    Une balade dans le Marais

    Ce vitrail de Raphaël Lardeur (1946) représente Saint-Louis fondant le monastère de Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux.

    Une balade dans le Marais

    Dans l'église, un statue de Vierge à l'enfant du XIVème siècle

    Une balade dans le Marais

    J'ai remarqué aussi un beau confessionnal en bois dont le motif central est très ouvragé.

    Une balade dans le Marais

    Serait-ce la colombe de Noé... ?

    Une balade dans le Marais

    Deux tableaux ont retenu mon attention.

    Celui-ci est de Pierre Le Dard (XVIIème siècle) et représente l'Annonciation.

    Une balade dans le Marais

    L'autre représente la Multiplication des pains (Claude II Audran - 1683).

    Une balade dans le Marais

    La porte d'entrée de l'église donnant sur la rue des Francs-Bourgeois possède une niche possédant une copie de la Vierge à l'enfant du XIVème siècle située dans l'église.

    Une balade dans le Marais

    Une balade dans le Marais

    Pour terminer, une vue de l'église depuis le Square Charles-Victor Langlois.

    Une balade dans le Marais

    Poursuivant ma promenade - malgré le temps plus que maussade - me voici arrivée au Marché des Blancs Manteaux.

    En 1811, le gouvernement impérial décide de faire construire à Paris cinq marchés de quartier. La première pierre est posée le 15 août 1813 par Eloi Labarre et l'édifice est achevé par Pierre-Jules Delespine en 1819.

    Une balade dans le Marais

    Non loin de là, au 47 de la rue Vieille-du-Temple, se trouve l'Hôtel Amelot de Bisseuil, dit des Ambassadeurs de Hollande : il s'agit de l'une des plus belles demeures construites dans le Marais au XVIIème siècle. Les Amelot sont l'une des plus puissantes familles de robe de l'époque à Paris.

    Une balade dans le Marais

    Une balade dans le Marais

    Le bas-relief de Thomas Regnaudin représente deux "renommées" - des divinités ailées.  Ce ne sont pas des anges mais l'avatar des "déesses aux cent yeux et aux cent bouches", armées de "divines trompettes", les fameuses trompettes de la renommée. 

    Une balade dans le Marais

    Côté cour, le fronton est aussi décoré : en sculpture (par Thomas Regnaudin) se trouvent les fondateurs de Rome, Romulus et Rémus, en compagnie de leur louve nourricière.

    Une balade dans le Marais

    Une balade dans le Marais 

    Du fait de la faible profondeur de la parcelle, l'hôtel possède deux cours et non l'organisation classique "entre cour et jardin". Je ne pourrai malheureusement que jeter un coup d'oeil dans la première où sont installés les locaux de Channel.

     

    Une balade dans le Marais

    Quatre angelots soutiennent deux à deux le fronton central.

    Une balade dans le Marais

    De chaque côté des murs latéraux, des cadrans solaires indiquent les différentes heures du jour.

    Une balade dans le Marais

    Celui-ci couvre une grande partie de la journée (de 10h à 19h).

    Une balade dans le Marais

     Des macarons masculins ou féminins ornent également les façades de l'Hôtel.

    Balade dans le Marais

    Balade dans le Marais

    Avant de repartir, un coup d'oeil sur le portail d'entrée en bois. D'ici on aperçoit, voisin, le marché des Blancs-Manteaux.

    Balade dans le Marais

    Les deux vantaux de la porte sont très finement sculptés.

    Balade dans le Marais

    Au centre, deux angelots tiennent les armoiries de la famille Amelot de Bisseuil dont on distingue bien dans la photo qui suit le A et le B entrelacés.

    Balade dans le Marais

    En bas de la porte, de curieuses Gorgones (ou Méduses) tirant la langue. Heureusement le temps a gommé les pouvoirs de ces créatures malfaisantes connues pour pétrifier celui qui les regarde...

    Balade dans le Marais

    Je suis donc sortie indemne de cette très belle visite dans le Marais ! 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique