• Aujourd'hui, je m'évade hors de Paris en compagnie d'Arlette : celle-ci m'a proposé d'aller à Giverny visiter la nouvelle exposition du Musée des impressionnismes, un journée entrecoupée d'un petit restau.

    Ca ne se refuse pas, non ?

    Nous commençons par nous promener dans le village qui est, bien entendu, extrêmement fleuri. D'un côté, la maison de Claude Monet que nous ne visiterons pas mais qui se profile à l'horizon.

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    La vigne-vierge qui en orne le mur est devenue toute rougeoyante à cette époque de l'année pour le plaisir des yeux.

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    De l'autre, l'ancien Hôtel Baudy qui fut, de 1887 à 1914,  le rendez-vous des amis peintres de Claude Monet. S'y retrouvèrent : Monet, Cézanne, Renoir, Rodin, Sisley, Mary Cassatt ainsi que la majorité des peintres impressionnistes américains qui y fondèrent une école de peinture.

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    On y voit aussi quelques maisons cossues,

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    de petites sentes,

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    et de beaux jardins.

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    Mais, de ce côté-ci du village, c'est aussi l'église que nous voulons voir et surtout son cimetière où le peintre est enterré.

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    La tombe du peintre se trouve dans le caveau familial de la famille Hoschedé : Monet a épousé en deuxième mariage Alice, la fille d'Ernest Hoschedé, son mécène, en 1892 (il l'avait rencontrée bien avant).

    Une tombe pleine de végétation naturelle évidemment

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    En faisant le tour de l'église, on a une superbe vue sur la campagne.

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    Puis, c'est la promenade dans le jardin du musée qui est magnifique et que je ne connaissais pas, étant venue ici il y a une bonne vingtaine d'années quand il n'avait pas encore atteint sa maturité.

    Le jardin a été conçu par Philip Robert, l'architecte du musée, en 1991 puis fleuri par Mark Rudkin, paysagiste. Elégamment structuré par des haies, le jardin se compose de parterres monochromes (blanc, noir, bleu, jaune et rouge magenta) auxquels s'ajoutent le parterre de rosiers, le jardin d'aromatiques et la prairie. Du printemps à l'automne les massifs évoluent tout en respectant l'organisation de ces chambres colorées et parfumées.

    Dans une démarche environnementale, aucun produit chimique n'y est utilisé...

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    Malheureusement, mes photos ne rendent pas l'émerveillement que l'on vit en "présentiel" - comme c'est à la mode de le dire en ce moment - Mon Dieu que ce mot est laid !

     

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

     

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    Et voici la prairie avec ses meules que le peintre a si souvent peintes.

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    L'entrée du musée

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    L'environnement du restaurant : les lavandes sont bien taillées comme chez nous en Bourgogne, prêtes à repartir au début de l'été...

    Une journée à Giverny : le musée de l'Impressionnisme

    L'exposition du musée s'intitule "L'atelier de la nature 1860-1910".

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Elle fait un panorama de la peinture américaine de ces années-là au travers de la collection Terra (venant de Chicago), du nom de Daniel J. Terra qui est à l'origine de la création du musée des impressionnismes (autrefois musée d'art américain). A cette collection s'ajoutent des œuvres provenant du Musée d'Orsay et de la Bibliothèque National de France.

    J'ai sélectionné quelques uns des tableaux qui m'ont le plus touchée.

    L'un des premiers tableaux de la collection : splendide, non ?

    l'Iceberg (vers 1875) - Frederic Edwin Church

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Le City of St-Paul sur le Mississipi à Dunkerque - Alfred Thompson Bricher (1872)

    Lors d'un voyage sur le Mississipi en 1866, Alfred Bricher exécute de nombreux croquis qui lui servent de base lorsqu'il peint cette toile dans son atelier quelques années plus tard. La présence d'un important bateau à aube témoigne de l'expansion économique et technologique des villes portuaires du Mississipi. Cette œuvre fut par ailleurs achetée par J. H. Reed, propriétaire de la mercerie représentée parmi le groupe d'édifices au bord de l'eau.

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Brume matinale d'hiver à Concarneau - Charles-Henry Fromuth (1892)

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Matin dans un village breton, Larmor - Dennis Miller Bunker (1884)

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Sans titre (Scène portuaire) - William Merritt Chase

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Matin sur la digue, Shinnecock - William Merritt Chase (1897)

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Route près d'Honfleur - John H. Twachtman (vers 1863)

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Une partie importante de l'exposition est consacrée à James Abbott McNeill Whistler. Cela m'a permis de mieux connaître et d'apprécier ce peintre que je ne connaissais que très peu.

    La plage à Marseille (1901)

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Plage avec rochers (1881)

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Variations en violet et vert - James Abbott McNeill Whistler (1871)

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Il y a aussi toute une série de lithographies du même auteur.

    Le traghetto (1879-1880)

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Upright Venice - 1er état (1879-1880)

    Le bassin de Saint-Marc, suggéré par un léger lavis, occupe la quasi-totalité de l'image. Au loin, l'église Santa Maria de la Salute se détache de la ligne d'horizon définie par la ville, qui s'étend sous un ciel nuageux. L'apparence esquissée de cette eau-forte - l'une des premières exécutées par Whistler après son arrivée à Venise en 1879 - indique que l'artiste compose directement sur le motif. Il reprend et complète cette plaque quelques mois plus tard et en tire un deuxième état.

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    James Abbott McNeill Whistler invente une vision unique du paysage. Rejetant les détails réalistes au profit de préoccupations esthétiques, il crée - dans les années 1870 - des paysages aériens et éphémères appelés nocturnes. Inspiré de son expérience personnelle et de ses souvenirs de la nature la nuit, il couvre ses toiles et ses lithographies de lavis brumeux aux effets subtils. L'aspect artistique prime sur l'anecdote ou sur la spécificité du lieu. En 1885, il dit : "La nature contient les éléments, en couleur et forme de toute peinture, comme le clavier contient les notes de toute musique. Mais l'artiste est né pour en sortir, et choisir, et grouper avec science, les éléments, afin que le résultat en soit beau." Pour Whistler, l'artiste doit réinventer la nature et non pas l'imiter. Il adhère aux théories de "l'art pour l'art", conçu comme une recherche de la pure beauté formelle.

    Il fait face à de sévères critiques pour l'aspect esquissé de ses œuvres, notamment de la part de l'écrivain et critique anglais John Ruskin que l'artiste poursuivra d'ailleurs en justice pour diffamation en 1877. A la suite de ce procès notoire, Whistler passe quatorze mois à Venise, où il exécute une série de gravures qui l'aident à reconstruire sa réputation. Au lieu de copier soigneusement les sites touristiques pittoresques de la Cité des Doges, il réduit ses paysages à l'extrême. Par ses harmonieuses modulations de couleurs et de lignes, Whistler inspirera de jeunes artistes et aura droit à une place d'honneur parmi l'avant-garde, en Europe comme aux Etats-Unis.

    On est ici tout à fait dans ce qu'on appela "l'Impressionnisme".

    Nocturne - Palais (1886)

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Lorsqu'elle fut pour la première fois exposée à Londres, cette œuvre fut particulièrement remarquée par la critique qui loua a dimension poétique de l'eau-forte. L'encrage de chaque tirage (il en existe 54 en tout) permet de varier drastiquement les effets atmosphériques : ici, les coulures de l'encre brune utilisée par Whistler, particulièrement visibles en haut et en bas de l'épreuve, évoquent une nuit vénitienne fuligineuse dans laquelle l'architecture semble presque se dissoudre.

    J'adore celle-ci : Nocturne (Le fleuve à Battersea) (1878)

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    A la fin des années 1880, un groupe d'artistes nord-américains s'installe à Giverny pour l'été. Ils plantent leurs chevalets sur les berges et les collines et se familiarisent avec leur nouveau village d'adoption en choisissant les sites qui leur semblent les plus caractéristiques. Plusieurs tableaux, exécutés au bord de l'Epte ou des bras de la Seine, montrent une prédilection pour les feuillages et les cours d'eau paisibles. On reconnaît dans ces œuvres les tons sombres et le rendu naturaliste propre à l'école de Barbizon.

    Avec John Leslie Breck, le doute n'existe plus. Il a pastiché Claude Monet dans cette série de meules intitulée "Etude d'un jour d'automne N°1 à N°12".

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Brouillard et soleil matinaux : John Leslie Breck (1892)

    Exposé en 1893 à Boston, ce tableau est qualifié par un critique comme le "plus beau paysage matinal jamais réalisé par un américain". Breck conclut ici ses recherches autour du rendu atmosphérique et esthétique du sujet dans cette toile aux dimensions imposantes. Il la termine dans son atelier après son départ de Giverny, où il a séjourné pendant presque cinq ans.

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Nous restons dans l'univers de Monet avec ces nénuphars.

    Le bassin aux nénuphars : Willard Leroy Metcalf (1887)

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    L'Epte à Giverny  : Willard Leroy Metcalf (1887)

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    J'ai aussi énormément aimé la peinture de Theodore Robinson.

    Etude pour "Vallée de la Seine vue des hauteurs de Giverny" - Theodore Robinson (1892)

    Cette œuvre sert de point de départ à trois autres œuvres, toutes exécutées lors du dernier été que Robinson passe à Giverny. Alors que les autres toiles sont plus abouties, cette esquisse demeure libre et spontanée, élaborée par Robinson moins comme un exercice de composition que comme une exploration des variations atmosphériques et lumineuses de la vallée. Particulièrement fier de son travail, le peintre note dans son journal que Monet lui-même avait vu et apprécié ces œuvres. 

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    J'ai perdu le titre... - Theodore Robinson

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Arbres en fleurs à Giverny - Theodore Robinson (1891-1892)

    C'est beau, non ?

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Paysage d'hiver - Theodore Robinson (1889)

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    La cueillette des airelles à Monhegan - Rockwell Kent (vers 1907)

    Célébrée comme un rituel social au XIXème siècle, la cueillette des airelles se modernise au XXème siècle : pourtant, elle s'effectue ici à la main, accentuant l'isolation du territoire. Perdus dans la tourbière, réduits à l'état de taches de peinture, les cueilleurs d'airelles semblent à la merci du paysage austère.

    J'ai bien aimé regarder ce tableau qui se décompose en bandes horizontales très contrastées. Il a beaucoup de force et j'ai admiré les touches de peinture délicates qui simulent parfaitement les cueilleurs. Du grand art...

    Visite au musée des impressionismes à Giverny

    Une très agréable journée


    votre commentaire
  • Nous sommes depuis hier chez ma filleule, Cathy, qui gîte désormais à Brive-la-Gaillarde et aujourd'hui, nous les filles, avons décidé d'aller nous promener dans cette jolie Corrèze à la découverte du village d'Aubazine. Pour moi, ce n'est pas une totale découverte puisque nous avons séjourné à deux reprises, moi et Philippe, tout près de là, dans le hameau de Flaugeat dépendant de Montignac, à l'été 2007 et 2008.

    C'est Cathy qui conduit sur ces routes qui tournicotent tout le temps...

    Aubazine doit son origine à la fondation au XIIème siècle du monastère d'Obazine par Etienne de Vielzot. Le monastère fut affilié peu après à l'ordre de Cîteaux. Très vite, un couvent de moniales, installé dans le vallon du Coiroux à quelques centaines de mètres, lui fut associé. Les deux monastères ont existé jusqu'à la Révolution.

    La photo ci-dessous (qui vient d'internet) plonge sur le village et l'actuelle église abbatiale Saint-Etienne qui est classée monument historique depuis 1840.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Pas d'ornementation superflue dans l'architecture : les moines ne doivent pas se détourner de la vie religieuse...

    A noter, le clocher octogonal, de style Limousin

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    L'austérité règne aussi à  l'intérieur de l'église dont les piliers ne sont pas sculptés.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Pa contre, concernant les stalles (qui sont réparties un peu partout dans l'église), l'ébéniste s'est lâché ! Mais c'était plus tardivement, au XVIIIème siècle.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Qui sont ces personnages qui ont eu l'honneur d'être pris pour modèles par le sculpteur... ?

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Nul ne le saura jamais je pense.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Le diable y est même représenté !

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Ainsi que des animaux qui brûlent dans les flammes de l'enfer... (photo internet)

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Autre curiosité intéressante, le tombeau de Saint-Etienne, fondateur de l'abbaye. Il se trouve dans une partie du transept, accompagné par une statue du Saint.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Il a probablement été exécuté par les ateliers d'Ile-de-France travaillant pour Saint-Louis.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Une sculpture représentant abbés, moines, frères convers, moniales, paysans en adoration devant la Vierge à l'enfant se trouve au-dessus du gisant du Saint.

    Photo (recadrée) "Les carnets de Chris" : cliquez sur la photo pour la voir en grand.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Un bel arbre de vie en bout de monument

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Autre trésor de l'église, une Pietà en calcaire polychrome du XVème siècle.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Autre Vierge de Pitié, cette fois-ci sur les murs de l'église, du XVème siècle également : j'ai dû énormément renforcer le contraste de la photo pour qu'elle apparaisse enfin un peu avec ses couleurs d'origine.

    A gauche de la scène principale, le donateur

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Nous sortons de l'abbaye dont on a ici une bonne vue générale, pour aller faire une promenade.

     

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Mais avant de quitter celle-ci une information que j'ai trouvée sur le net en farfouillant : en 1895, Coco Chanel fut confiée, avec ses deux sœurs, à un orphelinat installé sous les combles de cette abbaye  : elle y mène une vie austère et rigoureuse pendant six années qui marqueront profondément le style révolutionnaire de la future styliste. Elle s'est inspirée de ce lieu pour créer des vêtements aux lignes épurées harmonieuses (à l'instar de l'architecture de l'abbaye), aux couleurs neutres (noir et blanc comme les uniformes des sœurs et des pensionnaires, beige comme les couleurs des murs) ou pour former son logo.

    Ainsi, les 2 C entrelacés mondialement connus rappellent-ils les entrelacs des vitraux...

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Notre promenade ?

    Celle qui suit le "Canal des moines" nous ayant semblé trop longue (une dizaine de kilomètres), nous optons pour cette autre qui relie les deux monastères.

    Nous sommes ici sur le chemin de Compostelle.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Elle nous fait démarrer à l'abbaye des hommes en passant par les rues du village.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Puis, nous sortons un temps du village en laissant cette belle porte sur notre droite.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    La nature commence à prendre de jolies couleurs en cette fin d'été.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    C'est la première fois que je fais une ballade en compagnie de ma filleule et je suis ravie de profiter de sa compagnie : elle est toujours de bonne humeur, comme sa mère.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Les réserves de bois pour l'hiver

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Farceur le propriétaire !

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Les limousines n'ont pas encore été rentrées...

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Les cascades du Coiroux

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Nous venons de descendre jusqu'en bas de la rivière mais..., il va falloir remonter !

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Le seul problème, c'est que je suis très mal chaussée : bonjour les ampoules au retour !

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    On a déjà pris de la hauteur : sous l'arche de ce petit pont à demi écroulé, la passerelle de bois enjambant le Coiroux.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Petit arrêt à la pisciculture du Coiroux : il s'agit d'un ancien moulin à farine reconverti dans les années 70. On peut y pêcher la carpe, la truite fario ou encore la truite arc-en-ciel. Je suis sûre que ma filleule y reviendra une autre fois pour en acheter...

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    On se touche par le coude, Covid oblige !

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Ah ! Au fait, je vous avais annoncé une promenade d'abbaye en abbaye : j'ai oublié de photographier le monastère féminin d'Aubazine qui est actuellement une ruine depuis que la révolution française est passée par là... C'est également Etienne de Vielzot qui l'a fait ériger au XIIème siècle.

    La voici grâce à internet.

    Séjour à Brive-la-Gaillarde : rando-découverte autour d'Aubazine

    Fin de cette agréable petite "randonnée"


    2 commentaires
  • Aujourd'hui, je suis allée me promener à Chamesson, un village qui a beaucoup de charme avec son joli pont de pierre - le pont Sully - qui enjambe la rivière,

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    son église, 

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    et son lavoir construit en solides pierres de Bourgogne issues des carrières voisines.

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

     J'y suis aussi allée pour y visiter un cabinet de curiosités "Les Z'uns possible" assorti d'un café culturel associatif situé sur les bords de Seine.

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    L'endroit est tenu par un original, Fabien Ansault, un peu "touche à tout", collectionneur mais aussi peintre et sculpteur...

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Depuis la terrasse de son café, on a une superbe vue sur le pont de pierres.

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    C'est en consultant le blog de Christiane Talfumière - Châtillonnais en Bourgogne - que j'ai vu l'info sur une exposition de photos qui m'a interpellée du fait que j'ai une amie avec laquelle je fais des randonnées, Huguette, qui fait de très belles photos d'arbres et les retouche ensuite et je me suis dit que ça pouvait l'intéresser : Chamesson n'est accessible que par la route hélas...

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Fabien Ansault a disposé les photos de Jean-Louis Thenail parmi la végétation qui entoure la terrasse. En bas, deux sculptures de Fabien Ansault.

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    J'en ai profité pour prendre un petit café dans ce cadre idyllique...

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    tout en parcourant l'exposition du regard.

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Les photos exposées en intérieur sont plus difficiles à réussir et surtout, il faut les trouver !

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Elles se fondent très bien dans le bric-à-brac de ce cabinet.

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Certaines sont en noir et blanc,

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    d'autres en couleur.

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

     Les chercher un peu partout m'a obligée à détailler tous les objets exposés...

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Visite de l'exposition Jean-Louis Thenail au Cabinet de Curiosités de Chamesson

    Le café des Z'uns possible sur France 3

    Une après-midi sympathique


    votre commentaire
  • Cet après-midi, nous sommes allées Arlette et moi nous promener sur les quais de la Seine donnant sur l'Île Saint-Germain, en face d'Issy-les-Moulineaux.

    Quatre kilomètres à pied (aller-retour), ça use, ça use...

    Une promenade a été aménagée en contrebas, à l'abri du bruit des voitures qui circulent sur les quais.

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    De nombreux "parisiens" y ont amarré une péniche : elle leur sert de maison.

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Une amusante fresque street-art sur le thème de la Seine orne le dessous de ce pont. Elle a été peinte à l'initiative des conseils de quartier de la ville et c'est André Santini (à 80 ans cette année, il vient de rempiler pour six ans !), le maire d'Issy-les-Moulineaux, qui l'a inaugurée le 30 septembre 2018.

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Des fleurs inconnues...

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Cette fois-ci, je sais : il s'agit d'un jasmin.

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Le nom de cette péniche m'a fait sourire : Dolly Pran !

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Cette toute petite ressemble un peu à une isba : chacun ses moyens...

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Dernière photo d'Arlette avec des lunettes : la semaine prochaine, elle passe au bistouri...

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Avouez qu'on a du mal à penser qu'on est quasi à Paris !

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Maman et Papa canards font une promenade non loin de leurs canetons.

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    La police montée fait sa ronde : pas désagréable comme métier !

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Nous voici au terme de notre balade : en vue de la Seine Musicale

    Promenade dé-confinée sur les quais de la Seine

    Sympa cette petite promenade mais rien ne vaut la vraie campagne...


    votre commentaire
  • Mercredi dernier - et avant les nouvelles mesures de confinement qui ne devaient pas tarder à arriver... - j'ai visité la Grande Mosquée de Paris en compagnie de mon amie Marie-Chantal venue déjeuner chez nous. Notre dernière invitation avant longtemps je pense...

    Façade sur la rue Geoffroy Saint-Hilaire (Paris 5ème)

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    L'entrée de la mosquée quant à elle se situe au 6 de la rue Georges Desplas.

    Edifiée en 1926 pour rendre hommage aux musulmans qui s'étaient battus pour la France pendant la première guerre, la Mosquée de Paris a fière allure avec son croissant et son minaret.

    Le maréchal Lyautey s'exprima ainsi à l'époque : « Quand s’érigera le minaret que vous allez construire, il ne montera vers le beau ciel de l’Ile de France qu’une prière de plus dont les tours catholiques de Notre-Dame ne seront point jalouses ».

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Pas de visite guidée ce jour-là : nous nous sommes donc promenées librement dans les lieux pour la modique somme de 3 euros par personne.

    Le plan de la mosquéeVisite libre de la Grande Mosquée de Paris

    A l'entrée, on est tout de suite frappés par l'élégance du lieu : portes en bois sculpté et ajouré, mosaïques de carrelages décorent cet espace dédié à la circulation autour d'un jardin central.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    L'unité du jardin intérieur, inauguré en 1926, repose sur des lignes verticales de cyprès accompagnant de leur pureté la force de l'architecture et la spiritualité des lieux.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Oubliés ici la circulation extérieure des voitures et l'agitation de la ville...

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Les vers de Baudelaire ne peuvent mieux définir ce lieu...

    Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
    Luxe, calme et volupté.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    J'ai flashé sur les carrelages qui ornent le bas des murs.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

     Cette fenêtre ornée d'une grille est surmontée d'une élégante fresque mêlant écriture arabe et dessin.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Ne parle-t-on pas d'arabesques... ?

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

     Du verre coloré pour orner cette porte

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Celle-ci nous fait déboucher sur un grand patio qui a été couvert sans doute pour protéger les mosaïques qui en recouvrent le sol.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Les murs de la galerie faisant le tour du patio sont superbement ornés : la délicatesse de l'art arabo-musulman est légendaire...

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris 

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    De superbes chapiteaux aussi en haut de ces piliers

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Superbe aussi, ce plafond de bois

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Je n'ai pas osé entrer à l'intérieur de la salle de prières car des hommes y priaient mais j'ai trouvé cette photo sur le net qui rend compte du nombre important des colonnettes qui en soutiennent le plafond.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    La bibliothèque de l'Institut musulman possède de grands rayonnages en bois sculpté contenant des ouvrages anciens ; un grande table centrale permet aux étudiants d'y étudier les écritures saintes dont, en particulier,le Coran.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Elle possède un plafond très élégant permettant un éclairage naturel grâce à des ouvertures périphériques.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    La porte donnant sur le jardin est ornée de sculptures géométriques (selon la tradition musulmane).

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    De gros clous encadrent son imposant loquet en bronze.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Vue sur le minaret depuis le jardin

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Une galerie couverte entoure le jardin, bordée par d'élégantes colonnettes en marbre rose.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Depuis les arches des colonnes, on peut avoir une vue sur le minaret.

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris 

    Direction la sortie... 

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Allez, deux petites dernières : mon amie Marie-Chantal devant la fontaine aux ablutions

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    et Bibi Fricotin itou !

    Visite libre de la Grande Mosquée de Paris

    Une prochaine fois, j'essaierai de faire une visite guidée pour apprendre des choses sur l'Islam...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique